Haute Route Dolomites — Clap de fin sur la Haute Route

Cyclosport Publié le 09/09/2017 16:54

Vainqueur de la Haute Route Dolomites, Cédrick Dubois revient sur son expérience : "ce n'est pas uniquement une compétition, c'est aussi une aventure humaine."

La Haute Route Dolomites
© Cédrick Dubois
"La Haute Route Dolomites s'est élancée d'Autriche il y a déjà une semaine. La première étape semble pourtant si lointaine. Pour chaque Grand Tour je me demande comment font les coureurs professionnels sur trois semaines pour se rappeler de chaque journée de course. Comme sur chaque dernière étape de Haute Route d'une semaine, le but est de quitter la montagne afin de rejoindre la plaine via quelques cols, avec une pause médiane de deux heures pour regrouper les coureurs. Cette pause s'effectue dans des petits villages, ici nous sommes à Cagliano, à 60 kilomètres de Venise. Nos sacs à dos nous attendent. Tout le monde en profite pour prendre un peu d'argent pour déjeuner dans le centre du village et pour enfiler une tenue propre, plus estivale, vidant nos poches contenant manchettes, genouillères et autre coupe-vent.

Il ne faut pas oublier que nous sommes partis de Canazei à 7h ce matin avec 5° au compteur. Un départ matinal car le parcours fait 184 kilomètres. Le chronomètre quant à lui s'arrêta aux alentours du kilomètre 90 au sommet du Passo San Boldo. Une interruption du chronomètre a eu lieu entretemps au sommet du Passo Fedaia pour cause de risque de brouillard dans la descente. Il a plu durant la nuit, la route est humide, et des formations nuageuses remontent de la vallée. Le directeur de course de la Haute Route ne souhaitait pas prendre le risque de nous faire descendre dans le brouillard. De plus le Fedaia, dans ce sens, est très impressionnant. Sur 10 kilomètres la pente est entre 12 et 17 %. L'heure matinale et la présence d'une voiture ouvreuse et des motards de l'épreuve nous permet de descendre en sécurité. Nous lâchons les freins, les 90 km/h sont largement dépassés sur la portion dite dell'Inferno : une longue ligne droite de plusieurs kilomètres à plus de 15 % !

La Haute Route Dolomites
© Cédrick Dubois
Plus bas, des pelotons se forment pour rejoindre les deux dernières montées chronométrées. L'arrivée de la course sera jugée au sommet du fameux Passo San Boldo. La pression retombe, la course à proprement parler est terminée. Tout le monde est heureux d'avoir passé une superbe semaine de course. L'émotion est palpable, malgré la langue, les origines, les âges des liens d'amitié se sont noués au fil des jours. Le respect est mutuel, la Haute Route n'est pas uniquement une compétition, c'est aussi une aventure humaine. Il y a beaucoup d'entraide et de solidarité. Par exemple lors de la 4ème étape, sur une portion neutralisée, Ruari Grant 2ème au général a été victime d'une panne mécanique de son dérailleur électrique. Tout le groupe de tête s'est arrêté et ce fut le concurrent chinois qui finalement trouva l'origine de la panne qui dura vingt minutes.

Sportivement, la Haute Route Dolomites fut très disputée. Seulement 12 secondes d'écart entre le premier et le second sur le long contre-la-montre de Brixen et moins de 50 secondes séparent les deux premiers au classement général final, soit le plus petit écart jamais enregistré sur la Haute Route. Jusqu'à la dernière montée chronométrée, rien n'était joué.

La Haute Route Dolomites
© Cédrick Dubois
Le trajet de Cagliano jusque Venise s'effectue en petits convois, l'allure est libre et il suffit de suivre le fléchage tout simplement. Arrivé à destination dans un parc sportif de plusieurs hectares, beaucoup de coureurs prennent le temps de décompresser. Nous pouvons lézarder sur des transats, s'installer en terrasse d'un snack ou aller se faire masser pour la dernière. Pour ceux n'ayant pas inclus l'hébergement pour le soir il faut rassembler ses affaires et ranger son vélo dans leur housse de transport. Pour les autres, tout est déjà transféré à l'hôtel.

Nous sommes maintenant concentrés sur le dernier objectif : la soirée de clôture de l'épreuve qui va se dérouler dans un grand hôtel de Mestre avec remise des prix et grand buffet. Une soirée qui conclut une belle semaine. Certains coureurs sont rejoints par leur famille pour profiter de l'occasion de visiter Venise dès le lendemain. Avec quelques coureurs nous avons fait une escapade dès ce soir après le repas. Le Tyrol, les Dolomites, Venise, la semaine a été plutôt riche !

La Haute Route Dolomites
© Cédrick Dubois
Pour faire un bilan des commodités offertes, j'avais pour la première fois choisi d'opter pour l'hébergement "budget", l'offre de base. Vous ne savez pas à l'avance à quoi vous attendre. Sur la semaine cela va de l'auberge de jeunesse à la nuit d'hôtel en chambre double. Les petits-déjeuners sont toujours compris et le transport des bagages est inclus entre chaque étape. Au final il ne reste que le repas du soir à gérer soi-même, sans se soucier de l'apéritif car il était organisé tous les soirs à l'issue de la diffusion sur écran géant des moments forts de la journée. Bref, tout était au-delà des attentes, de même que pour tout imprévu nous sommes avertis par SMS, par exemple pour un changement d'horaire ou de lieu du briefing de fin d'après-midi. Etant donné que nous étions tous les soirs une dizaine à dormir dans les mêmes hébergements nous nous sommes nommés "team budget", avec photo collective en guise de souvenir sur l'avant-dernière cérémonie de remise des maillots de vainqueur d'étape et de leader du classement général.

Pyrénées, Alpe d'Huez, Dolomites, la prochaine Haute Route sera certainement celle des Alpes pour 2018, la plus axée sur la compétition, la plus prestigieuse certainement. Pour ceux qui le désirent il reste l'épreuve du Ventoux pour une épreuve de trois jours avec au programme les ascensions des trois versants. Je vous laisse également la possibilité de regarder l'ensemble des films réalisés à chaque étape pour vous donner un aperçu de la course, des paysages rencontrés et de l'ambiance sur l'épreuve de la Haute Route." - Cédrick Dubois

Classement 7ème étape :

1. Ruari Grant en 1h47'25"
2. Cédrick Dubois en 1h47'29"
3. Robert Foster en 1h48'18"
4. Peter Golding en 1h48'39"
5. Hu Hao en 1h48'58"
6. Roedi Weststrate en 1h49'02"
7. Walter Hamilton en 1h50'41"
8. Philippe Altherr en 1h50'42"
9. Bastian Doehling en 1h50'56"
10. Florian Eschenbach en 1h50'59"
...
50 et 1ère Dame. Marcella Toldi en 2h02'50"

Classement général final :

1. Cédrick Dubois en 13h38'58"
2. Ruari Grant en 13h39'42"
3. Hu Hao en 13h56'41"
4. Peter Golding en 14h11'57"
5. Roedi Weststrate en 14h12'49"
6. Robert Foster en 14h20'31"
7. Ben Rabner en 14h21'09"
8. Bastian Doehling en 14h22'37"
9. Patrice Pont en 14h27'42"
10. Philippe Altherr en 14h30'33"
...
38 et 1ère Dame. Marcella Toldi en 15h52'36"

<< Article précédent | Article suivant >>

ProbikeShop Septembre 2017
Inscription en ligne Vélo101
Dromoise Sept 2017
Campagne Faceboook Vélo101