La Ventoux Beaumes de Venise — Un air de samba sur le Ventoux

Cyclosport Publié le 04/06/2017 09:18

Le Géant de Provence accueillait hier la cyclosportive qui fait la part belle à la mythique ascension. Une belle journée de vélo organisée d'une main de maître.

Le sommet du Ventoux est en vue
© Grand Trophée
La Ventoux Beaumes de Venise a bien changé depuis ses débuts. De propriétaires, de parcours, de concept, mais elle reste unique en son genre par le fait qu'elle est la première vraie cyclo de montagne. On entend par là, celle qui fait percuter un ou plusieurs cols hors catégorie selon la classification Tour de France. Avec le Ventoux, on est servis, c'est quand même le seul col qui a mis à pied Chris Froome, celui qui va s'attaquer au Dauphiné aujourd'hui. En droite ligne avec le Tour, ça serait son 4ème.

Départ 8h30, beau temps, belle vue sur le Ventoux. On va vivre une belle journée, et nos voisins de parking, venus du 77 et de la région Parisienne, soit un peu moins que le parcours qu'ils ont choisi, le 91 kms, n'auront pas besoin de gilet. C'est toujours ça de pris, une fois les pentes du côté Malaucène attaquées à défaut d'être digérées. Le message de la sécurité est rappelé et on sent que l'accident sur le Challenge du Vercors et l'article de Nicolas Roux http://www.velo101.com/cyclosport/article/nicolas-roux-on-doit-se-remettre-en-question--17226 , un record d'audience, a fait prendre conscience qu'il est temps d'arrêter les dégâts. Les filles mais surtout les gars ! Pas la peine de prendre des risques, avec 3000 mètres de D+ sur le grand 135 kms, et 2400 sur le moyen, il y a largement de quoi faire la différence. Il fait grand beau et les dentelles n'en sont que plus belles, celle de Montmirail qui surplombent Beaumes et son célèbre muscat.

La Ventoux Beaume de Venise
© Grand Trophée
Avant le Ventoux par Malaucène, celui de Bernard Thévenet en 1972, on va visiter Lafare, direction Le Barroux. Ca grimpe déja, puis montée vers Suzette. Et contrairement au nom, ce n'est pas plat comme au pays des crêpes ! Mais il y a du 14%, on vous passe l'autre nom de cette côte, il est trop moche pour un aussi bel endroit. Col de la Chaîne, descente rapide vers Malaucène pour le secondo piatto, le plat principal, sa majesté le Ventoux où il vaut mieux éviter le play back. Belle montée, facile jusqu'au Grozeau, petit plateau ensuite et en musique pour un concurrent qui joue "with or without you", belle initiative. Pas de note fa si (l) mais le do est bien là, il s'arrête au Châlet Liotard km 33, premier ravito, et il a soif ! Dommage, monter en rythme, ça aide et puis on l'entendant arriver. On a l'impression que la caravane publicitaire nous rattrappe, pour les cadeaux, voir plus loin, voir plus tard car devant ça monte en 1h10. Il ne faut pas traîner, même sur des airs entraînants.

La température est parfaite pour une montée du Ventoux, alternance de chaleur, notamment au pied où on sue à grosses gouttes, puis nuages. Pas de vue à gauche sur les Alpes, dommage, mais au sommet - on n'a pas dit au final - une bonne température, et puis pas besoin de gilet, sauf pour les frileux. Patrick Dumont par exemple, Belge donc pas sujet au froid, et pourtant ! Il va tenter 13 fois le Ventoux, fin juillet-début août "je roule sein-glé" il faut l'être, mais c'est pour rassembler 19 220 euros voire plus.....en grimpant 19 220 mètres, par les 3 côtés. Une cause que Vélo 101 soutient, avec un T ! Cela va de soi en reversant 25 euros par maillot et/ou cuissard vendu...

Vue imprenable sur les Dentelles de Montmirail et le Mont Ventoux
©
Bascule vers Sault pour le grand parcours, et pour Bedoin, puis le col de la Madeleine pour le moyen. On va voir où en est la lavande, ça sent bon déja, après les bonnes odeurs de tilleul du départ, mais pour la couleur, il faudra revenir pour la Gran Fondo NY du 25 juin, voire un peu plus tard. On vous accueille de plus en plus dans le Ventoux, et avec plaisir. Sault, Aurel, descente vers Montbrun les Bains, la Drôme, un des plus beaux villages de France, direction Buis les Baronnies, gauche toute vallée du Toulourenc, tout ou rien côté rivière. Mais pour ce qui nous intéresse, côté vent, défavorable, tout et rien pour les coureurs isolés qui se font revoir avant St Léger du Ventoux et son 2ème ravito. Histoire d'arriver un peu plus lourd pour monter les Richards et surtout aborder le toboggan de la Combe de Veaux, jamais des pourcentages élevés, mais la chaleur et les kilomètres font leur effet, on est tout le temps en prise sur un tel parcours.

Re-visite de Malaucène, et retour par le col de la Chaîne, l'inverse de ce qu'on a fait à l'aller ou presque. La Chaîne, Suzette et Lafare étant avalés dans cet ordre sur les 10 derniers kilomètres, communs aux deux parcours, à très vive allure. Ca sent les douches et le repas d'arrivée, bienvenu, avec des carottes râpées ou du taboulé, des pâtes avec de la sauce tomate, du fromage et une compote. Pour ceux qui veulent goûter aux produits locaux, vin de Beaumes, rosé, blanc ou rouge, en plus des bouteilles offertes aux podiums. Fin d'une belle journée de vélo.

Le Mont Ventoux
© Sirotti
En conclusion de tout ça, il faut féliciter tous les concurrents, près de 1000 venus des 4 coins du monde, savant mariage du Ventoux et du Grand Trophée. Tout semble s'être bien déroulé, peu de risques pris, peu de papiers jetés, petit à petit le message passe. Félicitations au vainqueur brésilien du Grand parcours, 453 classés, Antonio Garnero 4h07'33". Il devance Geoffrey Lucat au sprint et Jérémie Millereau à 1'07". Chez les femmes, Magda De Saint Jean l'emporte en 4h47'09", 67ème au général. Sur le moyen parcours, un peu plus de 3 heures pour Pascal Manderon 3h01'40" devant Ludovic Colomb, un Ventoux derrière avec 7'15" de retard et près de 9' devant Nicolas Agniel. Podium international chez les féminines, Betty Kals l'emporte en 4h07'40", 70ème au scratch, devant l'Italienne Nicoletta Giannecchini.

Bravo à tous les acteurs de cette belle édition 2017, aux 30 bénévoles amenés par le club VTT Look Beaume de Venise et aux motards, signaleurs, organisateurs et à vous les coureurs. Le Grand Trophée met le cap à l'est, les 3 Ballons samedi, le mois de juin s'annonce bien.

Classement scratch :

1. Antonio Garnero en 4h07'33"
2. Geoffrey Lucat en 4h07'33"
3. Jérémie Millereau en 4h08'40"
4. Patrick Fiorentino en 4h11'08"
5. Michel Roux en 4h11'08"
6. Simon Negrignat en 4h12'52"
7. Tim De Vos en 4h14'11"
8. Stéphane Mathieu en 4h16'49"
9. Yoni Beauquis en 4h16'57"
10. Riccardo Zacchi en 4h16'57"

67ème et 1ère femme : Magdalena De Saint Jean en 4h47'09"

<< Article précédent | Article suivant >>

Inscription en ligne Vélo101
Campagne Faceboook Vélo101