Faut il encore débattre des gains roues disque ?

Retour au forum Route - Matériel | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 14/02/2018 09:52

    Bonjour à tous, 

     

    Cette article va encore conforter les détracteurs des vélos à disques et renforcer l'argument marketing :

    http://www.cyclesetforme.fr/tendances-aero-2018-roues-et-cadres/

     

    Bonne lecture

    SporSportive

  • envoyé le 14/02/2018 10:29
    Réponse au message de Vince LESA

    Bonjour à tous, 

     

    Cette article va encore conforter les détracteurs des vélos à disques et renforcer l'argument marketing :

    http://www.cyclesetforme.fr/tendances-aero-2018-roues-et-cadres/

     

    Bonne lecture

    SporSportive

    Sur ce point là il faut être honnête, ça ne concerne que les détracteurs qui roulent vite (et ceux qui le croient). 

  • envoyé le 14/02/2018 10:40

    Un gars du club a le Cannondale Synapse à disques, pneus de 28, lorsqu'on roule vent de côté il a une bonne prise et se déporte pas mal sur la route, je pense aussi que le tube diagonal joue un peu, bref il a tous les éléments pour se mettre au sol lorsqu'il y a un bon mistral, ce qui est fréquent dans notre région, c'est pour l'instant le seul à rouler avec des disques, on est 80...

  • envoyé le 14/02/2018 13:10
    Réponse au message de Vince LESA

    Bonjour à tous, 

     

    Cette article va encore conforter les détracteurs des vélos à disques et renforcer l'argument marketing :

    http://www.cyclesetforme.fr/tendances-aero-2018-roues-et-cadres/

     

    Bonne lecture

    SporSportive

    Je me demande si on n'est pas reparti pour 23 pagessmiley rolleyes

    Imanol en avait déjà parlé sur l'autre post

  • envoyé le 14/02/2018 13:12
    Réponse au message de Georges IGOR

    Je me demande si on n'est pas reparti pour 23 pagessmiley rolleyes

    Imanol en avait déjà parlé sur l'autre post

    Tout ça pour freiner smiley lol

  • envoyé le 14/02/2018 13:27
    Réponse au message de Jo GARO

    Tout ça pour freiner smiley lol

    Tout s'illumine d'un coup.

    Rouler moins vite rend le freinage plus facile. C'était sous notre nez depuis l'invention de la roue.

  • envoyé le 14/02/2018 14:44

    Dites moi pas que c'est pas vrai ? Ils mettent des disques sur les vélo de route ? Portant les CD c'est moins lourd !

  • envoyé le 14/02/2018 14:48
    Réponse au message de Christian BERTHELET

    Dites moi pas que c'est pas vrai ? Ils mettent des disques sur les vélo de route ? Portant les CD c'est moins lourd !

    Les mélomanes préfèrentsmiley cool

  • envoyé le 14/02/2018 21:29
    Réponse au message de Christian BERTHELET

    Dites moi pas que c'est pas vrai ? Ils mettent des disques sur les vélo de route ? Portant les CD c'est moins lourd !

    Les disques çà laisse des traces de freinage dans 'l calebard. Un patin c'est plus classe, çà se roule! St Valentin oblige.

  • envoyé le 14/02/2018 21:35
    Réponse au message de Vince LESA

    Bonjour à tous, 

     

    Cette article va encore conforter les détracteurs des vélos à disques et renforcer l'argument marketing :

    http://www.cyclesetforme.fr/tendances-aero-2018-roues-et-cadres/

     

    Bonne lecture

    SporSportive

     

    Freins à patins ou freins à disques ? Ce débat est stérile, car il se résume à comparer le poids des systèmes, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme.

     

    Si le système de freinage d’une bicyclette était optimum et ne posait pas de problème, il n’y aurait pas de tentative soit pour l’optimiser, soit pour le modifier radicalement.

     

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air, des jantes aluminium qui perdent la quasi-totalité de leur capacité mécanique,… Et j’arrive au plus intéressant. Une jante carbone est composée principalement de fils de carbone et de résine époxydique. Or, la résine époxy commence à ne plus être à l’état solide à partir de 50 à 55°C. Mavic, qui fait l’assistance technique des étapes du Tour cyclo, constate une 50 casses de roue à chaque édition, dont 75% composé de jante carbone.

     

    Pendant longtemps, une bicyclette est restée une machine mécanique archaïque. Aujourd’hui, et plus encore demain, une bicyclette naîtra sur un logiciel de modélisation et de calcul des contraintes mécaniques, tel Abaqus ou Ansys, manipulé par un ingénieur mécanique pour lequel le critère premier d’une innovation n’est pas le marketing, mais la RDM (résistance des matériaux).

     

    Le poids, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme,… ça s’est du marketing.

     

    Pour étendre un peu le débat, la diminution des contraintes sur l’ensemble constitué par la jante, la chambre à air et le pneu, va permettre de travailler sur la forme de la jante, voire les rayons,… pour améliorer le rendement.

     

    Pour élargir un peu plus encore, électriques ou mécaniques pour le dérailleur ? Le dérailleur électrique s’imposera forcément, car en passant en 30 ans de 5 à 11 vitesses, dans le même espace, la déformation (allongement) subies par le câble dans le système mécanique, lors du changement de vitesse, ne permet plus d’assurer le changement de vitesse avec la précision et la vitesse nécessaire (il s’agit encore là d’une question de RDM).

     

    Pour terminer, la plus importante dissipation d’énergie lors du pédalage vient de la chaine. A quand son remplacement ?

     



     



     

  • envoyé le 14/02/2018 21:57
    Réponse au message de Eric HENNUY

    Les disques çà laisse des traces de freinage dans 'l calebard. Un patin c'est plus classe, çà se roule! St Valentin oblige.

    moi j'ai un cas de conscience , je voulais me commander une paire d'etriers de freins EEBRAKE , freins americain ,165 grs , tres cher, mais je me dis : hé con , bientot tu n'auras plus de patins a mettre dessus , et surtout plus de roues , sacré dilemne , bon cela me fait économiser 620 euros, en plus j'ai replongé avec le etap , le pedalier 9100 , alors faut se calmer !!!!!!!!!

  • envoyé le 14/02/2018 22:33
    Réponse au message de David PAUTHIER

     

    Freins à patins ou freins à disques ? Ce débat est stérile, car il se résume à comparer le poids des systèmes, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme.

     

    Si le système de freinage d’une bicyclette était optimum et ne posait pas de problème, il n’y aurait pas de tentative soit pour l’optimiser, soit pour le modifier radicalement.

     

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air, des jantes aluminium qui perdent la quasi-totalité de leur capacité mécanique,… Et j’arrive au plus intéressant. Une jante carbone est composée principalement de fils de carbone et de résine époxydique. Or, la résine époxy commence à ne plus être à l’état solide à partir de 50 à 55°C. Mavic, qui fait l’assistance technique des étapes du Tour cyclo, constate une 50 casses de roue à chaque édition, dont 75% composé de jante carbone.

     

    Pendant longtemps, une bicyclette est restée une machine mécanique archaïque. Aujourd’hui, et plus encore demain, une bicyclette naîtra sur un logiciel de modélisation et de calcul des contraintes mécaniques, tel Abaqus ou Ansys, manipulé par un ingénieur mécanique pour lequel le critère premier d’une innovation n’est pas le marketing, mais la RDM (résistance des matériaux).

     

    Le poids, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme,… ça s’est du marketing.

     

    Pour étendre un peu le débat, la diminution des contraintes sur l’ensemble constitué par la jante, la chambre à air et le pneu, va permettre de travailler sur la forme de la jante, voire les rayons,… pour améliorer le rendement.

     

    Pour élargir un peu plus encore, électriques ou mécaniques pour le dérailleur ? Le dérailleur électrique s’imposera forcément, car en passant en 30 ans de 5 à 11 vitesses, dans le même espace, la déformation (allongement) subies par le câble dans le système mécanique, lors du changement de vitesse, ne permet plus d’assurer le changement de vitesse avec la précision et la vitesse nécessaire (il s’agit encore là d’une question de RDM).

     

    Pour terminer, la plus importante dissipation d’énergie lors du pédalage vient de la chaine. A quand son remplacement ?

     



     



     

    Il existe maintenant des résines epoxy qui peuvent atteindre 240 °C ce n'est plus un problème sauf peut-être pour ceux qui dépasse le quintal et qui ne savent pas descendre et le tubeless apporte de la sécurité puisque plus chambre à air.

    J'ai un VTT avec une paire de roues qui doit avoir 10 ans, toujours en parfait état de fonctionnement ce qui est partie à la poubelle c'est les plaquettes de frein. 

    Dans le vélo comme dans tout bizness le développement fais partie du marketing smiley money-mouth. L'arrivé du disque cache autre chose que personne ne parle et qui n'a rien à voir avec le freinage.

    *** qu'est ce que je fais sur un sujet qui parle du disque, vite je sort.

  • envoyé le 14/02/2018 22:51
    Réponse au message de David PAUTHIER

     

    Freins à patins ou freins à disques ? Ce débat est stérile, car il se résume à comparer le poids des systèmes, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme.

     

    Si le système de freinage d’une bicyclette était optimum et ne posait pas de problème, il n’y aurait pas de tentative soit pour l’optimiser, soit pour le modifier radicalement.

     

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air, des jantes aluminium qui perdent la quasi-totalité de leur capacité mécanique,… Et j’arrive au plus intéressant. Une jante carbone est composée principalement de fils de carbone et de résine époxydique. Or, la résine époxy commence à ne plus être à l’état solide à partir de 50 à 55°C. Mavic, qui fait l’assistance technique des étapes du Tour cyclo, constate une 50 casses de roue à chaque édition, dont 75% composé de jante carbone.

     

    Pendant longtemps, une bicyclette est restée une machine mécanique archaïque. Aujourd’hui, et plus encore demain, une bicyclette naîtra sur un logiciel de modélisation et de calcul des contraintes mécaniques, tel Abaqus ou Ansys, manipulé par un ingénieur mécanique pour lequel le critère premier d’une innovation n’est pas le marketing, mais la RDM (résistance des matériaux).

     

    Le poids, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme,… ça s’est du marketing.

     

    Pour étendre un peu le débat, la diminution des contraintes sur l’ensemble constitué par la jante, la chambre à air et le pneu, va permettre de travailler sur la forme de la jante, voire les rayons,… pour améliorer le rendement.

     

    Pour élargir un peu plus encore, électriques ou mécaniques pour le dérailleur ? Le dérailleur électrique s’imposera forcément, car en passant en 30 ans de 5 à 11 vitesses, dans le même espace, la déformation (allongement) subies par le câble dans le système mécanique, lors du changement de vitesse, ne permet plus d’assurer le changement de vitesse avec la précision et la vitesse nécessaire (il s’agit encore là d’une question de RDM).

     

    Pour terminer, la plus importante dissipation d’énergie lors du pédalage vient de la chaine. A quand son remplacement ?

     



     



     

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air,

    ------------------------------------------------------------------------

    En tout cas ça n'a pas l'air de poser de problème aux coureurs pros. Je regarde un paquet de course en intégralité chaque année avec des descentes de cols et je n'ai pas encore vu un coureur éclater sa jante à cause du freinage à patins sur jante, c'est bizarre non ?

    A part quelques pimpins dans des cyclos qui ne savent pas freiner (et qui feront aussi surchauffer leurs disques dans les descentes de col...) tu as des exemples sérieux de coureurs qui ont explosé leurs jantes sur un freinage ?

  • envoyé le 14/02/2018 22:54

    Quel regret .. le vinyle smiley mr-green 

  • envoyé le 14/02/2018 22:55
    Réponse au message de Nicolas LUGANSKY

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air,

    ------------------------------------------------------------------------

    En tout cas ça n'a pas l'air de poser de problème aux coureurs pros. Je regarde un paquet de course en intégralité chaque année avec des descentes de cols et je n'ai pas encore vu un coureur éclater sa jante à cause du freinage à patins sur jante, c'est bizarre non ?

    A part quelques pimpins dans des cyclos qui ne savent pas freiner (et qui feront aussi surchauffer leurs disques dans les descentes de col...) tu as des exemples sérieux de coureurs qui ont explosé leurs jantes sur un freinage ?

    Il te parles du freinage sur des jantes à pneus et tu sites l'exemple des pros qui roulent en boyaux...

    C'est pas la mauvaise foi qui t'emportera toi smiley lol

  • envoyé le 14/02/2018 22:56
    Réponse au message de Christian SOREL

    Quel regret .. le vinyle smiley mr-green 

    j'en ai encore acheté 5 le mois dernier, c'est génial smiley tongue-out

  • envoyé le 14/02/2018 22:58
    Réponse au message de David PAUTHIER

     

    Freins à patins ou freins à disques ? Ce débat est stérile, car il se résume à comparer le poids des systèmes, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme.

     

    Si le système de freinage d’une bicyclette était optimum et ne posait pas de problème, il n’y aurait pas de tentative soit pour l’optimiser, soit pour le modifier radicalement.

     

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air, des jantes aluminium qui perdent la quasi-totalité de leur capacité mécanique,… Et j’arrive au plus intéressant. Une jante carbone est composée principalement de fils de carbone et de résine époxydique. Or, la résine époxy commence à ne plus être à l’état solide à partir de 50 à 55°C. Mavic, qui fait l’assistance technique des étapes du Tour cyclo, constate une 50 casses de roue à chaque édition, dont 75% composé de jante carbone.

     

    Pendant longtemps, une bicyclette est restée une machine mécanique archaïque. Aujourd’hui, et plus encore demain, une bicyclette naîtra sur un logiciel de modélisation et de calcul des contraintes mécaniques, tel Abaqus ou Ansys, manipulé par un ingénieur mécanique pour lequel le critère premier d’une innovation n’est pas le marketing, mais la RDM (résistance des matériaux).

     

    Le poids, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme,… ça s’est du marketing.

     

    Pour étendre un peu le débat, la diminution des contraintes sur l’ensemble constitué par la jante, la chambre à air et le pneu, va permettre de travailler sur la forme de la jante, voire les rayons,… pour améliorer le rendement.

     

    Pour élargir un peu plus encore, électriques ou mécaniques pour le dérailleur ? Le dérailleur électrique s’imposera forcément, car en passant en 30 ans de 5 à 11 vitesses, dans le même espace, la déformation (allongement) subies par le câble dans le système mécanique, lors du changement de vitesse, ne permet plus d’assurer le changement de vitesse avec la précision et la vitesse nécessaire (il s’agit encore là d’une question de RDM).

     

    Pour terminer, la plus importante dissipation d’énergie lors du pédalage vient de la chaine. A quand son remplacement ?

     



     



     

    Problème ? Mais comment fais-tu du vélo ?! Le Tour dévale les pente depuis 1903 dans toutes les conditions, et brutalement parce que le marketing veut imposer son frein a disque, le patin devrait avancer une liste de problème là ou il n'y en a pas. On vit un monde complètement sidérant. L'Etape du Tour regorge de problème parce qu'elle regorge de cyclistes à problèmes. C'est l'épreuve championne du monde pour ça. C'est le seul endroit ou tu vas voir une cyclo montagnarde avec des mecs sans entrainement qui prendront le départ avec une hernie au pneu plus grosse qu'eux datant de Mathusalem. Si les mecs pètent leurs jantes en freinant c'est parce que le patin est tellement usé qu'ils freinent jusqu'à la ferraille smiley lol ! 

  • envoyé le 14/02/2018 23:06
    Réponse au message de Simon RANO

    j'en ai encore acheté 5 le mois dernier, c'est génial smiley tongue-out

    Surtout les pro ne roulent  pas avec des roues à 1000€, voir 500, d'origine plus ou moins douteuse. Générique dans le meilleurs des cas

  • envoyé le 14/02/2018 23:09
    Réponse au message de Jo GARO

    Problème ? Mais comment fais-tu du vélo ?! Le Tour dévale les pente depuis 1903 dans toutes les conditions, et brutalement parce que le marketing veut imposer son frein a disque, le patin devrait avancer une liste de problème là ou il n'y en a pas. On vit un monde complètement sidérant. L'Etape du Tour regorge de problème parce qu'elle regorge de cyclistes à problèmes. C'est l'épreuve championne du monde pour ça. C'est le seul endroit ou tu vas voir une cyclo montagnarde avec des mecs sans entrainement qui prendront le départ avec une hernie au pneu plus grosse qu'eux datant de Mathusalem. Si les mecs pètent leurs jantes en freinant c'est parce que le patin est tellement usé qu'ils freinent jusqu'à la ferraille smiley lol ! 

    vidéo dont on ne peut se lasser 

    que c'est bon smiley lol

    https://www.youtube.com/watch?v=dF3xJ6jJ--0

  • envoyé le 14/02/2018 23:12
    Réponse au message de Benoit SAPIN

    vidéo dont on ne peut se lasser 

    que c'est bon smiley lol

    https://www.youtube.com/watch?v=dF3xJ6jJ--0

    Effroyable. Le marché du frein à disque avec ceux-là n'est pas perdu, mais pas sûr que ce soit encore suffisant. 

  • envoyé le 14/02/2018 23:13
    Réponse au message de Georges IGOR

    Surtout les pro ne roulent  pas avec des roues à 1000€, voir 500, d'origine plus ou moins douteuse. Générique dans le meilleurs des cas

    C'était juste pour le plaisir coupable de pointer ses incohérence. Il y a un truc que je n'aime encore moins que ceux qui veulent imposer le disque, c'est ceux qui ne sont même pas crédibles quand ils défendent les patins.

  • envoyé le 14/02/2018 23:13

    faut pas leur en vouloir , les patins étaient coincés 

    avec les freins a disque ça n'existera plus c'est vidéo cyclo piétons smiley frown

  • envoyé le 14/02/2018 23:14
    Réponse au message de Benoit SAPIN

    faut pas leur en vouloir , les patins étaient coincés 

    avec les freins a disque ça n'existera plus c'est vidéo cyclo piétons smiley frown

    Sur cette vidéo on voit de toute évidence que les patins restent collés à la jante, c'est un vrai problème smiley lol

  • envoyé le 14/02/2018 23:18
    Réponse au message de Jo GARO

    Sur cette vidéo on voit de toute évidence que les patins restent collés à la jante, c'est un vrai problème smiley lol

    Ceux qui veulent imposer le frein à disque ne pédalent pas, ce n'est pas possible !

  • envoyé le 14/02/2018 23:30
    Réponse au message de David PAUTHIER

     

    Freins à patins ou freins à disques ? Ce débat est stérile, car il se résume à comparer le poids des systèmes, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme.

     

    Si le système de freinage d’une bicyclette était optimum et ne posait pas de problème, il n’y aurait pas de tentative soit pour l’optimiser, soit pour le modifier radicalement.

     

    Alors, quel est le principal problème posé par les patins de frein ? Les contraintes thermiques. En effet, lors de la descente d’un col, la température de la jante peut allégrement dépassée les 100°C, certains fabricants de roue vont jusqu’à parler de 200°C. La conséquence est des éclatements de pneus, de chambres à air, des jantes aluminium qui perdent la quasi-totalité de leur capacité mécanique,… Et j’arrive au plus intéressant. Une jante carbone est composée principalement de fils de carbone et de résine époxydique. Or, la résine époxy commence à ne plus être à l’état solide à partir de 50 à 55°C. Mavic, qui fait l’assistance technique des étapes du Tour cyclo, constate une 50 casses de roue à chaque édition, dont 75% composé de jante carbone.

     

    Pendant longtemps, une bicyclette est restée une machine mécanique archaïque. Aujourd’hui, et plus encore demain, une bicyclette naîtra sur un logiciel de modélisation et de calcul des contraintes mécaniques, tel Abaqus ou Ansys, manipulé par un ingénieur mécanique pour lequel le critère premier d’une innovation n’est pas le marketing, mais la RDM (résistance des matériaux).

     

    Le poids, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme,… ça s’est du marketing.

     

    Pour étendre un peu le débat, la diminution des contraintes sur l’ensemble constitué par la jante, la chambre à air et le pneu, va permettre de travailler sur la forme de la jante, voire les rayons,… pour améliorer le rendement.

     

    Pour élargir un peu plus encore, électriques ou mécaniques pour le dérailleur ? Le dérailleur électrique s’imposera forcément, car en passant en 30 ans de 5 à 11 vitesses, dans le même espace, la déformation (allongement) subies par le câble dans le système mécanique, lors du changement de vitesse, ne permet plus d’assurer le changement de vitesse avec la précision et la vitesse nécessaire (il s’agit encore là d’une question de RDM).

     

    Pour terminer, la plus importante dissipation d’énergie lors du pédalage vient de la chaine. A quand son remplacement ?

     



     



     

    Le poids, la puissance, l’esthétique et l’aérodynamisme,… ça s’est du marketing.

    Peux-tu t'expliquer stp?


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Route - Matériel | Haut de page

Fulcrum Speed 40c
Maurienne Tourisme
Abus mai18
KTM mai18
Tour Métropole Nice