Faut- il faire de l'humour sur le forum?

Retour au forum Autres - Billets d'humeur | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 08/01/2016 17:53

    Oui

  • envoyé le 08/01/2016 17:56
  • envoyé le 08/01/2016 18:06
  • envoyé le 08/01/2016 18:11

    Bien sûr, mais je n'aime pas celui de René KUENTZLERRE smiley mr-green en ce moment.

  • envoyé le 08/01/2016 18:19

    Oui.OUI.Oui.OUI.Oui.

  • envoyé le 08/01/2016 18:21

    oui...

  • envoyé le 08/01/2016 18:25

    NON, NON et NON....                                                 Mais oui, je rigole smiley lol

  • envoyé le 08/01/2016 18:26

    oui, à condition de garder un certain standing et ne pas sombrer dans du graveleux du genre:

    "-Chérie, ce soir pendant 5 minutes on va pas se voir.

    -Pourquoi ça mon chéri?

    -Parce que ce soir, je t'enc..."

    Ou encore celle-là:

    Monsieur et madame Bienbaisermoi ont un fils nommé Humpfrey

    Et pour finir:

    C'est Joachim Garreau qui dit à Philippe Chatelier: "je t'apprécie beaucoup!" Et l'autre lui dit: "Moi aussi".

    Non, ça je ne supporte pas! Y'a des limites quand même!

  • envoyé le 08/01/2016 18:31

    Surtout pas!

    Rire ou sourire augmente notre dépense énergétique et donc diminue les réserves disponibles pour pédaler. C'est donc nuisible à notre haut niveau de performance vélocipédique. De plus, cela majore également nos rejets en CO2 de part l'augmentation de notre activité métabolique; c'est mauvais pour le climat.

  • envoyé le 08/01/2016 18:32

    C'est l'histoire d'un homme qui a une grosse bite et qui bégaye. Sa femme lui dit :
    - J'en ai marre de ta bite !! Elle est beaucoup trop longue
    L'homme répond :
    - Ce .. ce .. ce .. n'est p .. pas d.. de m..a fau...t..e !
    La femme dit :
    - Vas voir un docteur ! Je suis sur qu'il va t'arranger ça !
    L'homme s'en va chez le docteur...
    L'homme :
    - Bon..bonj..our Monsieur, j..j'ai l..a bibi..bi..te tr..op lon..gue, es..esqu..e vo..us pou..vez.. m'arran..ge..r s..ça ?
    Le docteur :
    - Oui, mais il faut que vous vous essayez... Elle fait combien de centimètres ?
    L'homme :
    - Un .. b..on 45 con..ti..mèt..res ...
    Le docteur :
    - Je vais voir ça .. 1 minutes après ... Ah ! Rho lala ! je comprends ...
    L'homme :
    - Alors ?
    Le docteur :
    - Ne bougez pas je vais chercher les anneaux ...
    L'homme :
    - Ann..eaux ??
    Le docteur:
    - Oui, pour rétrécire la bite de 45 cintimètres ...
    L'homme :
    - Ah .. s..sa n..e v..a pa..s fa..ire m..al ?
    Le docteur :
    - Non, non vous verrez, ne vous inquiétez pas !
    L'homme :
    - D'accord ...
    Le docteur :
    - Ne bougez plus s'il vous plaît ...
    L'homme :
    - Ok...
    Un peu plus tard...
    Le docteur :
    - Voilà votre bite mesure exactement 32 centimètres.
    L'homme :
    - Ah ! Merci docteur ! c'est vraiment gentil !
    Le docteur :
    - Vous ne bégayez plus du coup ?!
    L'homme :
    - Yes !!

    L'homme rentre chez lui est dit à sa femme :
    - Chérie t'a vu ma bite ? Elle est plus courte, elle fait 32 centimètres. Et je ne bégaye plus !
    Le femme :
    - Oh ! c'est mieux ! mais ... ça me manque ta grande bite !
    L'homme :
    - Il faut savoir chérie !!!
    La femme :
    - Demain tu y retournes pour la mettre plus longue, 6 centimètres en plus !
    L'homme :
    - D'accord ... demain ...

    Le lendemain l'homme retourne chez le docteur et dit :
    - Bonjour docteur, ma femme n'est pas satisfaite ! Vous pouvez la mettre un peu plus longue, disons 6 centimètres de plus ?
    Le docteur :
    - J..e cr...ai..n q..ue n..o..n dé..so..le..r ...


  • envoyé le 08/01/2016 18:41

    Un procès-verbal doit être un document parfaitement lisible et surtout clair afin que les magistrats puissent se faire une opinion précise de ce qui s'est déroulé. Ça, c'est la théorie, mais dans la pratique,...   Parfois dans l'empressement, dans le stress, de petites coquilles s'y glissent de manière non intentionnelle. Loin de vouloir nous moquer des policiers, qui parfois s'expriment dans une langue qui n'est pas la leur.

    Il y en a quelques-unes où il faut prendre un peu de temps pour les délecter, d’une telle saveur!!! 

     

    Voici quelques perles, qui ont d'ailleurs été publiées dans une revue interne de la police.

    - Les deux trous de balle étaient parfaitement groupés ensemble.  - Selon ses dires l'homme est mort vers 16h35.

    - Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre deux doigts...

    - Le motif du vol était le meurtre.

    - Il rédigea lui-même par écrit son témoignage oral. 

    - Ses papiers, même s'ils étaient faux, étaient parfaitement en règle.

    - Pour finir, l'interpellé avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres. 

    - Quand nous lui avons demandé de s'expliquer, l'homme a souri comme un coupable. 

    -  Ses explications ne nous paraissant pas très claires, nous avons sommé l'homme de parler français sous peine d'amende. 

    - Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l'attention des autres automobilistes.

    - Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par le devant. 

    - Le récidiviste n'avait jamais rien eu à se reprocher. 

    - Le mur avançait à grand pas vers le véhicule. 

    - La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour.

    - Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile d'y obéir. 

    - Soudain, la voiture recula pour mieux avancer. 

    - Le pendu est mort noyé. 

    - Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés. 

    - Arrêté par les enquêteurs, le voleur les a menacés d'appeler la police. 

    - Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même jour. 

    - Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix. 

    - Si nos policiers n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu.

    - L'homme qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s'entendre très bien avec elle. 

    - Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater. 

    - Ses explications étaient si embrouillées que nous avons dû le relâcher, faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications. 

    - C'est la pluie qui empêcha le policier de s'apercevoir qu'il neigeait. 

    - Pendant tout l'interrogatoire, l'homme n'a cessé de nous dévisager avec ses propres yeux. 

    - Maîtrisé par nos soins, l'homme s'est enfui à toutes jambes, malgré sa jambe artificielle qui s'était décrochée. 

    - Les neufs coups de couteau sur le cou et le visage de la victime laissaient croire à une mort qui n'était pas naturelle. 

    - La tête ne lui tenait plus que par la peau du derrière.

    - Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les oreilles. 

    - Le défunt a formellement reconnu son agresseur. 

    - Mort sur le coup, l'homme avait déjà été victime d'un accident identique l'an dernier. 

    - Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait quand même dans la rivière. 

    -La victime, blessée à une jambe, est venue jusqu'à l'auto patrouille en copulant sur une jambe. 

    -  Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d'aliénés, il a été conduit au poste de police. 

    - Après avoir enfilé deux sens interdits, l'homme s'en est pris à la conductrice 

    - L'homme a juste eu le temps de déposer sa plainte sur le bureau avant de s'écrouler devant nos yeux qui n'ont rien compris. 

    - N'ayant pu abuser de la jeune femme, il la viola sauvagement. 

    - Si la fenêtre du bureau n'avait pas été ouverte, elle aurait été fermée, ce qui lui aurait permis de s'enfuir... 

    - N'écoutant que son courage, la policière fut obligée de battre en retraite. 

    - L'accident qui avait provoqué sa mort était bien un accident mortel. 

    - Pour sortir, il est clair que l'homme avait d'abord dû entrer. 

    - Ivre au milieu de la rue principale du village, l'homme nous a traités de sales flics, ignorant que nous étions des agents de police. 

    - L'infraction fut constatée par la police deux jours avant qu'elle n'ait lieu. 

    - Le suspect s'est alors décidé à passer aux aveux sans même qu'on ait à le frapper. 

    - Très gravement brûlée, elle s'est éteinte pendant son transport à l'hôpital.

  • envoyé le 08/01/2016 18:49
    Réponse au message de Enormi SALSICCIOTTI

    Un procès-verbal doit être un document parfaitement lisible et surtout clair afin que les magistrats puissent se faire une opinion précise de ce qui s'est déroulé. Ça, c'est la théorie, mais dans la pratique,...   Parfois dans l'empressement, dans le stress, de petites coquilles s'y glissent de manière non intentionnelle. Loin de vouloir nous moquer des policiers, qui parfois s'expriment dans une langue qui n'est pas la leur.

    Il y en a quelques-unes où il faut prendre un peu de temps pour les délecter, d’une telle saveur!!! 

     

    Voici quelques perles, qui ont d'ailleurs été publiées dans une revue interne de la police.

    - Les deux trous de balle étaient parfaitement groupés ensemble.  - Selon ses dires l'homme est mort vers 16h35.

    - Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre deux doigts...

    - Le motif du vol était le meurtre.

    - Il rédigea lui-même par écrit son témoignage oral. 

    - Ses papiers, même s'ils étaient faux, étaient parfaitement en règle.

    - Pour finir, l'interpellé avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres. 

    - Quand nous lui avons demandé de s'expliquer, l'homme a souri comme un coupable. 

    -  Ses explications ne nous paraissant pas très claires, nous avons sommé l'homme de parler français sous peine d'amende. 

    - Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l'attention des autres automobilistes.

    - Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par le devant. 

    - Le récidiviste n'avait jamais rien eu à se reprocher. 

    - Le mur avançait à grand pas vers le véhicule. 

    - La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour.

    - Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile d'y obéir. 

    - Soudain, la voiture recula pour mieux avancer. 

    - Le pendu est mort noyé. 

    - Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés. 

    - Arrêté par les enquêteurs, le voleur les a menacés d'appeler la police. 

    - Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même jour. 

    - Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix. 

    - Si nos policiers n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu.

    - L'homme qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s'entendre très bien avec elle. 

    - Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater. 

    - Ses explications étaient si embrouillées que nous avons dû le relâcher, faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications. 

    - C'est la pluie qui empêcha le policier de s'apercevoir qu'il neigeait. 

    - Pendant tout l'interrogatoire, l'homme n'a cessé de nous dévisager avec ses propres yeux. 

    - Maîtrisé par nos soins, l'homme s'est enfui à toutes jambes, malgré sa jambe artificielle qui s'était décrochée. 

    - Les neufs coups de couteau sur le cou et le visage de la victime laissaient croire à une mort qui n'était pas naturelle. 

    - La tête ne lui tenait plus que par la peau du derrière.

    - Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les oreilles. 

    - Le défunt a formellement reconnu son agresseur. 

    - Mort sur le coup, l'homme avait déjà été victime d'un accident identique l'an dernier. 

    - Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait quand même dans la rivière. 

    -La victime, blessée à une jambe, est venue jusqu'à l'auto patrouille en copulant sur une jambe. 

    -  Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d'aliénés, il a été conduit au poste de police. 

    - Après avoir enfilé deux sens interdits, l'homme s'en est pris à la conductrice 

    - L'homme a juste eu le temps de déposer sa plainte sur le bureau avant de s'écrouler devant nos yeux qui n'ont rien compris. 

    - N'ayant pu abuser de la jeune femme, il la viola sauvagement. 

    - Si la fenêtre du bureau n'avait pas été ouverte, elle aurait été fermée, ce qui lui aurait permis de s'enfuir... 

    - N'écoutant que son courage, la policière fut obligée de battre en retraite. 

    - L'accident qui avait provoqué sa mort était bien un accident mortel. 

    - Pour sortir, il est clair que l'homme avait d'abord dû entrer. 

    - Ivre au milieu de la rue principale du village, l'homme nous a traités de sales flics, ignorant que nous étions des agents de police. 

    - L'infraction fut constatée par la police deux jours avant qu'elle n'ait lieu. 

    - Le suspect s'est alors décidé à passer aux aveux sans même qu'on ait à le frapper. 

    - Très gravement brûlée, elle s'est éteinte pendant son transport à l'hôpital.

    J'ai ouvert la boîte de Pandore, là! Enormi, calme toi, reprend encore une cuillère de sirop s'il te plait... :-)

  • envoyé le 08/01/2016 19:03
    Réponse au message de Michel DURY

    J'ai ouvert la boîte de Pandore, là! Enormi, calme toi, reprend encore une cuillère de sirop s'il te plait... :-)

    La boite a siropsmiley wink

     

    Il était une fois un homme qui bégayait, cet homme dit à son ami :

     - Bon... bon... bonjour...

    Son ami lui dit :

    - Tu bégaies encore toi ? et il lui dit : bon on va faire quelque chose si vendredi tu vas au bureau de tabac et que tu arrives à dire :"bonjour madame je voudrai un paquet de gitanes s.v.p. " , je te donne ma paye !

    Alors ce monsieur qui bégayait, commence à s'entraîner sérieusement jour et nuit pour gagner son pari, vient ce fameux vendredi, il rentre dans le bureau de tabac et il demande avec beaucoup d'application et de concentration:

    - Bonjour madame je voudrais un paquet de gitanes s.v.p. !

     La femme lui répond alors :

    - Filtre ou sans filtre ?

    Et l'homme lui dit :

     

    - Sa... sa... sa... sa... ***...

     

  • envoyé le 08/01/2016 23:37

    Pas seulement en faire. En avoir aussi, et là, c'est pas forcément gagné pour tout le monde.....

  • envoyé le 09/01/2016 09:55
    Réponse au message de Enormi SALSICCIOTTI

    Un procès-verbal doit être un document parfaitement lisible et surtout clair afin que les magistrats puissent se faire une opinion précise de ce qui s'est déroulé. Ça, c'est la théorie, mais dans la pratique,...   Parfois dans l'empressement, dans le stress, de petites coquilles s'y glissent de manière non intentionnelle. Loin de vouloir nous moquer des policiers, qui parfois s'expriment dans une langue qui n'est pas la leur.

    Il y en a quelques-unes où il faut prendre un peu de temps pour les délecter, d’une telle saveur!!! 

     

    Voici quelques perles, qui ont d'ailleurs été publiées dans une revue interne de la police.

    - Les deux trous de balle étaient parfaitement groupés ensemble.  - Selon ses dires l'homme est mort vers 16h35.

    - Le trou de balle était si gros que nous avons pu y mettre deux doigts...

    - Le motif du vol était le meurtre.

    - Il rédigea lui-même par écrit son témoignage oral. 

    - Ses papiers, même s'ils étaient faux, étaient parfaitement en règle.

    - Pour finir, l'interpellé avoua le vol ainsi que quelques autres meurtres. 

    - Quand nous lui avons demandé de s'expliquer, l'homme a souri comme un coupable. 

    -  Ses explications ne nous paraissant pas très claires, nous avons sommé l'homme de parler français sous peine d'amende. 

    - Ayant perdu les deux bras, le conducteur faisait de grands signes pour attirer l'attention des autres automobilistes.

    - Toutes les entrées de la femme étant verrouillées, les deux cambrioleurs la pénétrèrent par le devant. 

    - Le récidiviste n'avait jamais rien eu à se reprocher. 

    - Le mur avançait à grand pas vers le véhicule. 

    - La disparition de l'enfant a été signalée par ses parents dès son retour.

    - Personne n'ayant donné les ordres nécessaires, il n'était pas difficile d'y obéir. 

    - Soudain, la voiture recula pour mieux avancer. 

    - Le pendu est mort noyé. 

    - Le cadavre ne semblait pas en possession de toutes ses facultés. 

    - Arrêté par les enquêteurs, le voleur les a menacés d'appeler la police. 

    - Il est à noter que les deux véhicules sont entrés en collision l'un avec l'autre exactement le même jour. 

    - Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix. 

    - Si nos policiers n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu.

    - L'homme qui était aussi sourd que son épouse, ne semblait pas s'entendre très bien avec elle. 

    - Nous avons donc pu constater qu'il n'y avait rien à constater. 

    - Ses explications étaient si embrouillées que nous avons dû le relâcher, faute d'avoir la preuve que nous pouvions comprendre ses explications. 

    - C'est la pluie qui empêcha le policier de s'apercevoir qu'il neigeait. 

    - Pendant tout l'interrogatoire, l'homme n'a cessé de nous dévisager avec ses propres yeux. 

    - Maîtrisé par nos soins, l'homme s'est enfui à toutes jambes, malgré sa jambe artificielle qui s'était décrochée. 

    - Les neufs coups de couteau sur le cou et le visage de la victime laissaient croire à une mort qui n'était pas naturelle. 

    - La tête ne lui tenait plus que par la peau du derrière.

    - Le coup porté à bout portant lui a enfoncé la moitié des dents dans les oreilles. 

    - Le défunt a formellement reconnu son agresseur. 

    - Mort sur le coup, l'homme avait déjà été victime d'un accident identique l'an dernier. 

    - Percé de plusieurs balles, le cadavre flottait quand même dans la rivière. 

    -La victime, blessée à une jambe, est venue jusqu'à l'auto patrouille en copulant sur une jambe. 

    -  Comme il devait être pris en charge au plus vite par un asile d'aliénés, il a été conduit au poste de police. 

    - Après avoir enfilé deux sens interdits, l'homme s'en est pris à la conductrice 

    - L'homme a juste eu le temps de déposer sa plainte sur le bureau avant de s'écrouler devant nos yeux qui n'ont rien compris. 

    - N'ayant pu abuser de la jeune femme, il la viola sauvagement. 

    - Si la fenêtre du bureau n'avait pas été ouverte, elle aurait été fermée, ce qui lui aurait permis de s'enfuir... 

    - N'écoutant que son courage, la policière fut obligée de battre en retraite. 

    - L'accident qui avait provoqué sa mort était bien un accident mortel. 

    - Pour sortir, il est clair que l'homme avait d'abord dû entrer. 

    - Ivre au milieu de la rue principale du village, l'homme nous a traités de sales flics, ignorant que nous étions des agents de police. 

    - L'infraction fut constatée par la police deux jours avant qu'elle n'ait lieu. 

    - Le suspect s'est alors décidé à passer aux aveux sans même qu'on ait à le frapper. 

    - Très gravement brûlée, elle s'est éteinte pendant son transport à l'hôpital.

    Excellent Enormi.

    Celles qui m'ont le plus fait rire : 


    - Le plaignant, visiblement en état d'ébriété, prétendait s'appeler Jésus et signa le formulaire d'une croix. 

    - Si nos policiers n'étaient pas intervenus, le viol n'aurait sûrement jamais eu lieu.

    - Le suspect s'est alors décidé à passer aux aveux sans même qu'on ait à le frapper. 

  • envoyé le 09/01/2016 11:32

    pour répondre NON a l'humour il faut vraiment etre coinçé , billet d'humeur est pas loin d'humour .

  • envoyé le 09/01/2016 15:42
    Réponse au message de Patrick MOUILLARD

    Pas seulement en faire. En avoir aussi, et là, c'est pas forcément gagné pour tout le monde.....

    Le problème, c'est que souvent ce qui est de l'humour pour l'un, n'en est pas vraiment pour l'autre. Et l'humour le plus fin est souvent le moins perçu.
  • envoyé le 09/01/2016 16:13

    OF COURSE ! Vivement le retour de notre WHIPPET smiley innocent

  • envoyé le 09/01/2016 16:45
    Réponse au message de Didier SALEMBIER

    OF COURSE ! Vivement le retour de notre WHIPPET smiley innocent

    Tu t'es gouré de post, Didou : ici, c'est d'humour dont il est question...

  • envoyé le 09/01/2016 16:48

    C'est comme les épices dans la nourriture, une question de dosage et de convives, nous n'avons pas tous les curseurs sur le même réglage.

  • envoyé le 09/01/2016 18:03
    Réponse au message de Franck GIRAULT

    Oui il n'y a pas beaucoup de femmes sur le forum.

    et c'est tant mieux!!!!

    tiens une question

    la différence entre un homme et une femme???

    réponse;

    dieu créa l'homme à son image pour s'élever vers lui

    la femme fut crée pour s'élever vers le plafond à l'aide d'un escabeau  pour nettoyer les carreaux........

  • envoyé le 09/01/2016 18:48
    Réponse au message de Joachim GARREAU

    La question est-ce lorsqu'on fait de l'humour pour soi, est-ce aussi de l'humour pour les autres.

    Toute personne prétendant faire de l'humour devrait y songer. Ou bien ce n'est pas de l'humour.

    En général quand je fais de l'humour il n'y a pas de litige sur la question.

    La question est-ce lorsqu'on fait de l'humour pour soit

     

    Pour soit ?

    Ou pourceau (sot) (humour cochon)

  • envoyé le 09/01/2016 19:29

    Je pense que l'humour est un état d'esprit permanent, une mise en retrait qui permet de relativiser les choses, et un aliment indispensable dans le métabolisme humain. C'est bon et même très bon ça!!

    Il n'y a rien à faire, j'arrive toujours à isoler un élément comique dans ce que je vois ou lis, et c'est très bien ainsi. Le plus difficile, c'est de me taire alors que je meurs d'envie d'intervenir avec l'humour dans la sériosité générale.

    Et surtout, ne pas intellectualiser ni appauvrir ni galvauder ce bel humour qui fait si souvent défaut, ici comme ailleurs.

    J'avoue avoir un sérieux avantage sur la majorité d'entre vous: je suis belge. Rien que ça, impossible de le prendre au sérieux, même nous on en rigole! Mais dans le monde du vélo, ça ne rigole pas trop, je n'ai jamais compris pourquoi...

    Je fais aussi du parapente, et là, c'est vraiment une autre ambiance! Ils sont tous fous! J'adore..

  • envoyé le 09/01/2016 19:50
    Réponse au message de Michel DURY

    Je pense que l'humour est un état d'esprit permanent, une mise en retrait qui permet de relativiser les choses, et un aliment indispensable dans le métabolisme humain. C'est bon et même très bon ça!!

    Il n'y a rien à faire, j'arrive toujours à isoler un élément comique dans ce que je vois ou lis, et c'est très bien ainsi. Le plus difficile, c'est de me taire alors que je meurs d'envie d'intervenir avec l'humour dans la sériosité générale.

    Et surtout, ne pas intellectualiser ni appauvrir ni galvauder ce bel humour qui fait si souvent défaut, ici comme ailleurs.

    J'avoue avoir un sérieux avantage sur la majorité d'entre vous: je suis belge. Rien que ça, impossible de le prendre au sérieux, même nous on en rigole! Mais dans le monde du vélo, ça ne rigole pas trop, je n'ai jamais compris pourquoi...

    Je fais aussi du parapente, et là, c'est vraiment une autre ambiance! Ils sont tous fous! J'adore..

    J'avoue avoir un sérieux avantage sur la majorité d'entre vous: je suis belge.

     

    Holà ! doucement !

    Et si "j"avoue" avoir de la famille belge , ça compte ?

  • envoyé le 09/01/2016 21:16
    Réponse au message de Isaac STENE

    J'avoue avoir un sérieux avantage sur la majorité d'entre vous: je suis belge.

     

    Holà ! doucement !

    Et si "j"avoue" avoir de la famille belge , ça compte ?

    Ben... on te gardera quand même.....


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Autres - Billets d'humeur | Haut de page

Hutchinson juin18
KTM juin18
Maurienne Tourisme