Gran Fondo, "Petit Fondo" ?

Retour au forum Route - Cyclosport | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 18/12/2017 13:40
    Réponse au message de Pierre GADIOU

    L'aléa météo que tu évoques n'affecte pas les grosses organisations qui arrêtent les inscriptions plusieurs mois alors que nos "petites" organisations acceptent des inscriptions jusqu'au dernier moment ce qui incite de nombreux cyclosportifs à attendre les prévisions météo pour s'inscrire et à ne pas s'inscrire si il fait mauvais ce qui met nos budgets en péril voire la pérennité de nos épreuves. Je me demande si les organisateurs de "petites" cyclosportives n'auraient pas intérêt à s'entendre pour clôturer systématiquement les inscriptions au moins un mois à l'avance.

    Par ailleurs, en ce qui concerne le parcours de la Pierre Jacques, il a quand même de quoi donne à rêver ... aux connaisseurs , je le qualifierai d'épicerie fine pour reprendre ta métaphore.

    "Je me demande si les organisateurs de "petites" cyclosportives n'auraient pas intérêt à s'entendre pour clôturer systématiquement les inscriptions au moins un mois à l'avance."

    Ca risque aussi de provoquer l'effet inverse... Vaut-il mieux contraindre ou attirer ?

  • envoyé le 18/12/2017 14:06
    Réponse au message de Pierre GADIOU

    L'aléa météo que tu évoques n'affecte pas les grosses organisations qui arrêtent les inscriptions plusieurs mois alors que nos "petites" organisations acceptent des inscriptions jusqu'au dernier moment ce qui incite de nombreux cyclosportifs à attendre les prévisions météo pour s'inscrire et à ne pas s'inscrire si il fait mauvais ce qui met nos budgets en péril voire la pérennité de nos épreuves. Je me demande si les organisateurs de "petites" cyclosportives n'auraient pas intérêt à s'entendre pour clôturer systématiquement les inscriptions au moins un mois à l'avance.

    Par ailleurs, en ce qui concerne le parcours de la Pierre Jacques, il a quand même de quoi donne à rêver ... aux connaisseurs , je le qualifierai d'épicerie fine pour reprendre ta métaphore.

    Notre objectif ce serait d'avoir 500 inscrits  l'avant veille de l'épreuve. Ainsi le nombre de repas serait arrêté, les fichiers informatiques finalisés et l'esprit plus tranquille. 

    Entre 400 actuellement et 500 espérés,  le col de la Pierre St. Martin à gravir pour l'organisation !

  • envoyé le 18/12/2017 14:59
    Réponse au message de Alain MIRAMON

    Notre objectif ce serait d'avoir 500 inscrits  l'avant veille de l'épreuve. Ainsi le nombre de repas serait arrêté, les fichiers informatiques finalisés et l'esprit plus tranquille. 

    Entre 400 actuellement et 500 espérés,  le col de la Pierre St. Martin à gravir pour l'organisation !

    Pour info, la Pierre le bigaut a rassemblé 7453 personnes...changer le nom ne sert à rien!

    Les cadeaux sont inutiles.

    La JPP propose un parcours très dur renouvelé chaque année, la présence de JPP ne change rien. La claudio chiappucci est en baisse constante depuis plusieurs années malgré la présence d'Indurain, moncoutié, abdoujaparov, moser...

    Le trophée de bourgogne des cyclosportives n'a jamais trouvé son public.

    L'étape du tour est à part, même parcours que les pros sur route fermée, unique et international!

    Les cyclos qui marchent le mieux sont presque toutes très dures. Ce qui freine le coureur moyen, c'est la peur de se retrouver seul dans le vent. J'ai souvent croisé des gars qui me disaient, celle-là je ne la ferai plus, la dernière fois j'ai fait 100 bornes tout seul. Le monde attire le monde.

    Bon courage à toi.

  • envoyé le 18/12/2017 15:21
    Réponse au message de Alain MIRAMON

    Notre objectif ce serait d'avoir 500 inscrits  l'avant veille de l'épreuve. Ainsi le nombre de repas serait arrêté, les fichiers informatiques finalisés et l'esprit plus tranquille. 

    Entre 400 actuellement et 500 espérés,  le col de la Pierre St. Martin à gravir pour l'organisation !

    Tu sais qu'aujourd'hui, quel que soit la taille et le type d'organisation, il faut etre très présent sur les réseaux sociaux pour attirer le maximum de candidats (quite à limiter dans le temps ensuite comme expliquer auparavent), et même si je ne suis pas du tout pour cela (pour tout dire suis un "farouche" anti réseau sociaux a part peut etre ce type de forum tel v101), aucune organisation actuelle ne fait l'économie d'un "bombardement" sur ces réseaux.
    Doit-on s'en offusquer? je ne sais pas car ce n'ai ni mon choix ni mon souhait, mais c'est une pure constatation et personne ne survit aujourd'hui sans cette présence à la limite de l'indécence.

    Donc, tout économie de "COM" à ce niveau ce paie inexorablement cash: baisse des inscrits d'années en années même si l'on peut survir momentannéement grace à une bonne réserve locale de participants et une réputation non entachée de scrupules et autres doutes.

    Certains te diront; "Mais, c'est l'avenir, tu ne peux pas lutter...", d'autre comme moi plutôt: "c'est le monde tel qu'il marche aujourd'hui, tu peux lutter, mais pas pour faire la même chose que ceux qui utilisent ces outils"

    Donc cyclosport = organisation , budget, difficultés duent à la concurrence, modèle économique dominant: critiques forte des participants duent à la loi de l'offre et la demande..

    Sinon: défis, rassemblement, randos...: difficultés d'organisation mais budgets plus réduits donc risques plus réduits bien que ceci n'épargne aucunement la critique des participant bien évidemmentsmiley wink

    Mais tu connais parfaitement les risques inhérents à tout type d'organisation: seul la maitrise des outils pourra te rassurer, ce qui ne fera de toute façon pas tout mais qui te mettra à un niveau d'égalité avec les organistions concurrentes en ce domaine

  • envoyé le 18/12/2017 15:49
    Réponse au message de Christophe TEILLIER

    Pour info, la Pierre le bigaut a rassemblé 7453 personnes...changer le nom ne sert à rien!

    Les cadeaux sont inutiles.

    La JPP propose un parcours très dur renouvelé chaque année, la présence de JPP ne change rien. La claudio chiappucci est en baisse constante depuis plusieurs années malgré la présence d'Indurain, moncoutié, abdoujaparov, moser...

    Le trophée de bourgogne des cyclosportives n'a jamais trouvé son public.

    L'étape du tour est à part, même parcours que les pros sur route fermée, unique et international!

    Les cyclos qui marchent le mieux sont presque toutes très dures. Ce qui freine le coureur moyen, c'est la peur de se retrouver seul dans le vent. J'ai souvent croisé des gars qui me disaient, celle-là je ne la ferai plus, la dernière fois j'ai fait 100 bornes tout seul. Le monde attire le monde.

    Bon courage à toi.

    C'est faux concernant la JPP, sa présence fait la très grosse différence sinon l'épreuve n'attirerait que 300 à 400 personnes (au lieu de 1000 environ). Beaucoup viennent sur l'épreuve pour soutenir son association et rouler à ses côtés. La Claudio Chiappucci a le même nombre de participants depuis 2014...certes en baisse par rapport à il y a 10 ans mais stable ces dernières années. 

  • envoyé le 18/12/2017 16:05
    Réponse au message de Frédéric PONDEVIE

    C'est faux concernant la JPP, sa présence fait la très grosse différence sinon l'épreuve n'attirerait que 300 à 400 personnes (au lieu de 1000 environ). Beaucoup viennent sur l'épreuve pour soutenir son association et rouler à ses côtés. La Claudio Chiappucci a le même nombre de participants depuis 2014...certes en baisse par rapport à il y a 10 ans mais stable ces dernières années. 

    C'est aussi ce que j'avais lu.

  • envoyé le 18/12/2017 16:41
    Réponse au message de Sébastien GUERRAZ

    C'est aussi ce que j'avais lu.

    On ne sait pas si la présence de JPP influe puisque sa présence existe depuis le début. Sur la Claudie Chiappucci, il est présent mais cela ne suffit pas semble t'il. Effectivement, les parcours JPP se renouvellent régulièrement ce qui peut être un Gage de réussite. Au delà c'est l'esprit de cette cyclo qui attire. Elle demeure populaire, conviviale, accessible au plus grand nombre. En outre, c'est une cyclo à caractère caritatif.
  • envoyé le 18/12/2017 17:17
    Réponse au message de Frederic CLAIRET
    On ne sait pas si la présence de JPP influe puisque sa présence existe depuis le début. Sur la Claudie Chiappucci, il est présent mais cela ne suffit pas semble t'il. Effectivement, les parcours JPP se renouvellent régulièrement ce qui peut être un Gage de réussite. Au delà c'est l'esprit de cette cyclo qui attire. Elle demeure populaire, conviviale, accessible au plus grand nombre. En outre, c'est une cyclo à caractère caritatif.

    Par essence la JPP ne peut fonctionner que par la présence de JPP...Le directeur de l'OT des Carroz le dit aussi très clairement, sans sa présence, point de cyclo! Et vu sa disponibilité et gentillesse, les participants reviennent aussi beaucoup pour lui car ils ont envie d'aider son association. La qualité d'organisation fait bien sûr le reste mais il suffit simplement d'interroger les participants (ce que j'ai fait) pour se rendre compte de cette évidence.

  • envoyé le 18/12/2017 17:41
    Réponse au message de Christophe TEILLIER

    Pour info, la Pierre le bigaut a rassemblé 7453 personnes...changer le nom ne sert à rien!

    Les cadeaux sont inutiles.

    La JPP propose un parcours très dur renouvelé chaque année, la présence de JPP ne change rien. La claudio chiappucci est en baisse constante depuis plusieurs années malgré la présence d'Indurain, moncoutié, abdoujaparov, moser...

    Le trophée de bourgogne des cyclosportives n'a jamais trouvé son public.

    L'étape du tour est à part, même parcours que les pros sur route fermée, unique et international!

    Les cyclos qui marchent le mieux sont presque toutes très dures. Ce qui freine le coureur moyen, c'est la peur de se retrouver seul dans le vent. J'ai souvent croisé des gars qui me disaient, celle-là je ne la ferai plus, la dernière fois j'ai fait 100 bornes tout seul. Le monde attire le monde.

    Bon courage à toi.

    Oui mais la Pierre le Bigaut est en Bretagne, ça change tout, rien n'arrête le cycliste breton, surtout en Bretagne, et certainement pas la météo. 

  • envoyé le 18/12/2017 17:44
    Réponse au message de Frédéric PONDEVIE

    C'est faux concernant la JPP, sa présence fait la très grosse différence sinon l'épreuve n'attirerait que 300 à 400 personnes (au lieu de 1000 environ). Beaucoup viennent sur l'épreuve pour soutenir son association et rouler à ses côtés. La Claudio Chiappucci a le même nombre de participants depuis 2014...certes en baisse par rapport à il y a 10 ans mais stable ces dernières années. 

    Pour la Claudio, tu as raison, les inscriptions ont augmentés un peu cette année surtout grâce au championnat de France militaire qui était associé à l'épreuve. Il n'empêche qu'il y a nettement moins de monde qu'avant alors que les premières années, il n'y avait que Claudio et pas d'autres invités d'honneur.

    Pour la JPP, je ne l'ai faite qu'une fois mais les gens avec qui j'ai parlé venaient pour le parcours, comme moi. Et c'est un parcours très dur qui change chaque année, c'est à mon avis la clé de la réussite. JPP, je l'aime bien mais je ne viendrais pas juste parce qu'il est là...

    Les stars, les gens sont contents de les voir mais ça ne les fait pas venir.

  • envoyé le 18/12/2017 17:50
    Réponse au message de Jo GARO

    Oui mais la Pierre le Bigaut est en Bretagne, ça change tout, rien n'arrête le cycliste breton, surtout en Bretagne, et certainement pas la météo. 

    Va dire ça aux organisateurs de la Marc Gomez qui ont rassemblé 200 personnes...en bretagne.

  • envoyé le 18/12/2017 18:02
    Réponse au message de Christophe TEILLIER

    Va dire ça aux organisateurs de la Marc Gomez qui ont rassemblé 200 personnes...en bretagne.

    Jamais entendu parler smiley lol

  • envoyé le 18/12/2017 20:29

    et pourtant Marc Gomez a gagné Milan-Sanremo et a été champion de France ... ce fut aussi le premier cycliste des temps modernes a courir barbu ...

  • envoyé le 18/12/2017 20:40
    Réponse au message de Pascal LUITEL

    et pourtant Marc Gomez a gagné Milan-Sanremo et a été champion de France ... ce fut aussi le premier cycliste des temps modernes a courir barbu ...

    Ca, j'aurais pas su le dire!

  • envoyé le 18/12/2017 20:41
    Réponse au message de Jo GARO

    Jamais entendu parler smiley lol

    Ca doit être une partie du problème...

  • envoyé le 18/12/2017 20:42
    Réponse au message de Pascal LUITEL

    et pourtant Marc Gomez a gagné Milan-Sanremo et a été champion de France ... ce fut aussi le premier cycliste des temps modernes a courir barbu ...

    Marc Gomez je connais, LA Marc Gomez non en revanche smiley lol

  • envoyé le 18/12/2017 20:42
    Réponse au message de Christophe TEILLIER

    Ca doit être une partie du problème...

    Oui.

  • envoyé le 21/12/2017 23:16

    Il y a quelques années, La Marmotte était mon épreuve favorite, préparée depuis l'hiver. Mais, en 2014, au vue de la grosse augmentation de tarif (+20€), j'ai arrêté. J'ai participé en 2013 au Tour du Mont Blanc (110€), en faisant un effort au niveau du tarif, car je trouvais cela élevé... mais bon, c'est le Mont Blanc, une fois dans l'année. J'aurai vraiment voulu le refaire, mais à présent c'est 140€ : GT augmente ses tarifs d'année en année, et de manière exponentielle !

    Je ne fais quasi plus d'épreuves de ce genre, qui sont des cyclos "business", et malheureusement certaines d'entre elles ont de très beaux parcours, c'est, personnellement, ce qui m'attire le plus.

    Je me tourne donc plutôt (ou reste), sur les épreuves type : 3 cols, Madeleine, LVO (Granite, Lozérienne, Arvan Villards, Scott Cimes Lac d'Annecy...), Copains... à 3-4h maxi de ma région stéphanoise. Très belles cyclos, en tout point de vue (il me manque juste, dans ce lot, qq cyclos un peu plus longues... !).

    Il me semble quand même, que les gros parcours (160, 180, 200 km), ont tendance à revenir.

    Pour répondre (ou essayer !) au message d'origine : il est dommage, en effet, que ce soit plus le côté "bling-bling" qui attire, et peu importe le prix pour une partie des participants. Je trouve cela très dommage, ... et je soutiens, par mes quelques participations (et quelques personnes de mon club), les cyclos à taille plus modeste... mais plus dans le vrai esprit "cyclosport".

  • envoyé le 21/12/2017 23:48

    Bonjour,

    Je pense qu'un bon parcours est l'atout numéro 1 d'une bonne cyclo. Après, un "bon" parcours est forcément subjectif. Pour moi, c'est un parcours qui va savoir mixer les grands cols renommés et ceux moins connus, mais tout aussi intéressants, de par leur difficulté, le panorama qu'ils offrent...  En gros, j'aime bien qu'une cyclo me surprenne un peu, m'amène sur des parcours que je n'aurais pas forcément imaginé tout seul. J'aime bien aussi que le parcours change un minimum d'une année sur l'autre. C'est pour cela que je suis un adepte de l'Etape du Tour.

    La qualité des ravitaillements est également importante. Si je m'inscris sur une cyclo dont je pourrais faire le parcours tout seul, c'est parce qu'il y a une "valeur ajoutée", et ce ravitaillement en fait partie.

    Des classements spécifiques peuvent aussi être un atout. Parce que ça peut permettre à certains qui n'ont pas forcément les moyens de viser le classement scratch d'avoir quand même un objectif de "haut niveau". Je pense là à un classement "montagne", sur les ascensions de cols par exemple (sympa quand on est comme moi plutôt bon grimpeur mais assez piètre rouleur). Mais on peut aussi imaginer ça sur des séries de sprint, une portion pavée,etc...

    Concernant les inscriptions, c'est évidemment mieux pour les organisateurs de connaître à l'avance le nombre d'inscrits, pour des questions de logistique. Mais vouloir les clôturer trop longtemps à l'avance, c'est risquer de se priver de pas mal de participants potentiels. Comme beaucoup, je me décide souvent au dernier moment, en fonction de la météo. Or je sais qu'avec une inscription obligatoire à l'avance, j'ai plutôt tendance à ne pas m'inscrire qu'à prendre le risque de devoir éventuellement aller rouler sous la flotte. Dès lors, garder les inscriptions possibles jusqu'à la dernière minute, mais majorées par rapport à ceux qui s'inscrivent plus tôt, me paraît être la solution idéale. Cela ne me dérange pas de devoir payer un peu plus cher, si ça me permet d'être sûr de m'inscrire dans de bonnes conditions météo.

  • envoyé le 22/12/2017 11:49
    Réponse au message de Martin LÉGER

    Bonjour,

    Je pense qu'un bon parcours est l'atout numéro 1 d'une bonne cyclo. Après, un "bon" parcours est forcément subjectif. Pour moi, c'est un parcours qui va savoir mixer les grands cols renommés et ceux moins connus, mais tout aussi intéressants, de par leur difficulté, le panorama qu'ils offrent...  En gros, j'aime bien qu'une cyclo me surprenne un peu, m'amène sur des parcours que je n'aurais pas forcément imaginé tout seul. J'aime bien aussi que le parcours change un minimum d'une année sur l'autre. C'est pour cela que je suis un adepte de l'Etape du Tour.

    La qualité des ravitaillements est également importante. Si je m'inscris sur une cyclo dont je pourrais faire le parcours tout seul, c'est parce qu'il y a une "valeur ajoutée", et ce ravitaillement en fait partie.

    Des classements spécifiques peuvent aussi être un atout. Parce que ça peut permettre à certains qui n'ont pas forcément les moyens de viser le classement scratch d'avoir quand même un objectif de "haut niveau". Je pense là à un classement "montagne", sur les ascensions de cols par exemple (sympa quand on est comme moi plutôt bon grimpeur mais assez piètre rouleur). Mais on peut aussi imaginer ça sur des séries de sprint, une portion pavée,etc...

    Concernant les inscriptions, c'est évidemment mieux pour les organisateurs de connaître à l'avance le nombre d'inscrits, pour des questions de logistique. Mais vouloir les clôturer trop longtemps à l'avance, c'est risquer de se priver de pas mal de participants potentiels. Comme beaucoup, je me décide souvent au dernier moment, en fonction de la météo. Or je sais qu'avec une inscription obligatoire à l'avance, j'ai plutôt tendance à ne pas m'inscrire qu'à prendre le risque de devoir éventuellement aller rouler sous la flotte. Dès lors, garder les inscriptions possibles jusqu'à la dernière minute, mais majorées par rapport à ceux qui s'inscrivent plus tôt, me paraît être la solution idéale. Cela ne me dérange pas de devoir payer un peu plus cher, si ça me permet d'être sûr de m'inscrire dans de bonnes conditions météo.

    Concernant La Pierre Jacques notre "capital" est bien évidement le parcours tant sur le plan sportif ( voir arrivée du Tour de France à la Pierre St Martin en 2016 ) que sur le plan touristique , variété et contraste des paysages entre les versants français et espagnol des Pyrénées occidentales . 

    Encore faudrait il les faire connaitre ! Une de nos lacunes .

  • envoyé le 22/12/2017 13:28
    Réponse au message de Alain MIRAMON

    Concernant La Pierre Jacques notre "capital" est bien évidement le parcours tant sur le plan sportif ( voir arrivée du Tour de France à la Pierre St Martin en 2016 ) que sur le plan touristique , variété et contraste des paysages entre les versants français et espagnol des Pyrénées occidentales . 

    Encore faudrait il les faire connaitre ! Une de nos lacunes .

    Absolument, toutefois le festival de Froome avec sa mobylette sur la Pierre St Martin c'était en 2015.

    Le col de La Pierre St Martin c'est le premier de votre cyclo La Pierre Jacques avec de belles références.

    https://www.cols-cyclisme.com/pyrenees-ouest/france/col-de-la-pierre-saint-martin-depuis-arette-c253.htm

    Mais pour ceux qui font le grand parcours, pour moi ce n'est pas le plus dur de la journée... Lorsqu'on termine par le Col de Soudet, avec l'accumulation des kilomètres et des montées, et l’élévation des températures, et qu'on n'est pas habitué ni formé à la montagne, ça rempli bien ce qu'on vient chercher. 

  • envoyé le 22/12/2017 23:38
    Réponse au message de Alain MIRAMON

    Concernant La Pierre Jacques notre "capital" est bien évidement le parcours tant sur le plan sportif ( voir arrivée du Tour de France à la Pierre St Martin en 2016 ) que sur le plan touristique , variété et contraste des paysages entre les versants français et espagnol des Pyrénées occidentales . 

    Encore faudrait il les faire connaitre ! Une de nos lacunes .

    Une belle cyclo: beau parcours montagneux ou vallonnées, sécurité assurée, ravito suffisant, repas après course de qualité(après l'effort le réconfort).Ensuite les petits cadeaux qu' ils soient atypique du style un béret sur l'ours à l'époque c'était original, pour les maillots cela pourrait être proposés en option et faire baisser le prix de l'inscription d'autant. Pour votre cyclo j'aimerai fortement y participer mais la date de fin juillet me convient guère je préfèrerai juin ou début juillet mais le calendrier est déjà bien encombré. L'Ariègeoise me lassant un peu avec ses parcours redondant pour l'an prochain c'est carrément les jeux du cirque avec même un espèce de triathlon. Tout ça pour dire que je serai près a privilégier votre cyclo à l'ariégeoise en cas de même date avec la célèbre cyclo ariégeoise mais bien évidemment mon petit avis ne doit pas bien peser lourd, mais c'est vrais que la date de fin juillet ne me convient pas.   

     

  • envoyé le 27/12/2017 18:16
    Réponse au message de Martin LÉGER

    Bonjour,

    Je pense qu'un bon parcours est l'atout numéro 1 d'une bonne cyclo. Après, un "bon" parcours est forcément subjectif. Pour moi, c'est un parcours qui va savoir mixer les grands cols renommés et ceux moins connus, mais tout aussi intéressants, de par leur difficulté, le panorama qu'ils offrent...  En gros, j'aime bien qu'une cyclo me surprenne un peu, m'amène sur des parcours que je n'aurais pas forcément imaginé tout seul. J'aime bien aussi que le parcours change un minimum d'une année sur l'autre. C'est pour cela que je suis un adepte de l'Etape du Tour.

    La qualité des ravitaillements est également importante. Si je m'inscris sur une cyclo dont je pourrais faire le parcours tout seul, c'est parce qu'il y a une "valeur ajoutée", et ce ravitaillement en fait partie.

    Des classements spécifiques peuvent aussi être un atout. Parce que ça peut permettre à certains qui n'ont pas forcément les moyens de viser le classement scratch d'avoir quand même un objectif de "haut niveau". Je pense là à un classement "montagne", sur les ascensions de cols par exemple (sympa quand on est comme moi plutôt bon grimpeur mais assez piètre rouleur). Mais on peut aussi imaginer ça sur des séries de sprint, une portion pavée,etc...

    Concernant les inscriptions, c'est évidemment mieux pour les organisateurs de connaître à l'avance le nombre d'inscrits, pour des questions de logistique. Mais vouloir les clôturer trop longtemps à l'avance, c'est risquer de se priver de pas mal de participants potentiels. Comme beaucoup, je me décide souvent au dernier moment, en fonction de la météo. Or je sais qu'avec une inscription obligatoire à l'avance, j'ai plutôt tendance à ne pas m'inscrire qu'à prendre le risque de devoir éventuellement aller rouler sous la flotte. Dès lors, garder les inscriptions possibles jusqu'à la dernière minute, mais majorées par rapport à ceux qui s'inscrivent plus tôt, me paraît être la solution idéale. Cela ne me dérange pas de devoir payer un peu plus cher, si ça me permet d'être sûr de m'inscrire dans de bonnes conditions météo.

    Bonsoir,

    Alors on a tout juste pour le GRAND HUIT VOSGIEN!! www.cycloclubfroideconche.com.......le 1er Juillet 2018!

    A propos les inscriptions en ligne sont ouverte sur ce site

    Bonne fin d'année!!

    JCA

  • envoyé le 29/12/2017 15:40
    Réponse au message de Frédéric PONDEVIE

    C'est faux concernant la JPP, sa présence fait la très grosse différence sinon l'épreuve n'attirerait que 300 à 400 personnes (au lieu de 1000 environ). Beaucoup viennent sur l'épreuve pour soutenir son association et rouler à ses côtés. La Claudio Chiappucci a le même nombre de participants depuis 2014...certes en baisse par rapport à il y a 10 ans mais stable ces dernières années. 

    Salut Fred,

    J'ai beaucoup aimé la JPP d'un ensemble général, dans un esprit très convivial, une des meilleures cylo de ma vie. Pour JPP c'est sa gentillesse et sa personnalité qui est attirante, plus que sa notoriété.... Ce n'est  que mon avis.

    Jamais fait de cyclos dans les Pyrénées... J'aime celles de Bourgogne pour la convivialité ( et le trophée quand il y était ! )

     

  • envoyé le 29/12/2017 15:42
    Réponse au message de Karl COUDRE

    Salut Fred,

    J'ai beaucoup aimé la JPP d'un ensemble général, dans un esprit très convivial, une des meilleures cylo de ma vie. Pour JPP c'est sa gentillesse et sa personnalité qui est attirante, plus que sa notoriété.... Ce n'est  que mon avis.

    Jamais fait de cyclos dans les Pyrénées... J'aime celles de Bourgogne pour la convivialité ( et le trophée quand il y était ! )

     

    " Jamais fait de cyclos dans les Pyrénées "

    Va falloir y remédier.

    En général, les Alpes on les aime, les Pyrénées on en tombe amoureux. 


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Route - Cyclosport | Haut de page

Maurienne Tourisme
KTM juin18
Hutchinson juin18