Selle courte

Retour au forum Route - Matériel | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 27/02/2018 14:37

    selon " le cycle " la tendance est aux selles courtes pour limiter le bec, au delà du marketing qui a essayé ce genre de selle?

  • envoyé le 27/02/2018 14:46
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    selon " le cycle " la tendance est aux selles courtes pour limiter le bec, au delà du marketing qui a essayé ce genre de selle?

    Si tu fais trop de bec de selle, c'est que la selle n'est pas adapté ou que ta position est mauvaise.

    l'avantage d'une selle longue est qu'en fonction de l'effort du moment tu vas modifier tes appuies et être plus ou moins avancé.

    Mais dans la globalité des cas, une selle "moyenne" convient parfaitement, à partir du moment où sa largeur est forme d'assise te conviennent

  • envoyé le 27/02/2018 14:55

    c'est surtout au niveau du périnée, avec une position basse que ça m'intéresse, en faisant de la souplesse j'ai baissé mon poste de pilotage et j'ai plus de pression sur le périnée

  • envoyé le 27/02/2018 16:16
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    c'est surtout au niveau du périnée, avec une position basse que ça m'intéresse, en faisant de la souplesse j'ai baissé mon poste de pilotage et j'ai plus de pression sur le périnée

    ce sont des selles adamo si je ne m'abuse , va voir sur ggogle tu vas trouver

  • envoyé le 27/02/2018 16:35

    c'est ism j'ai testé impossible pour moi il faut être totalement sur l'avant pour que les les cuisses ne touchent pas, je parle des nouveautés comme prologo dimension ou selle italia novus boost

  • envoyé le 27/02/2018 17:31
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    selon " le cycle " la tendance est aux selles courtes pour limiter le bec, au delà du marketing qui a essayé ce genre de selle?

    J'utilise une selle Proust pour des raisons médicales sur la route. Sur le HT, j'utilise une ISM. Je n'ai pas droit à quelque bec que ce soit, sinon c'est rechute de névralgie pudendale. La Proust, il faut 400 à 500 km pour l'adopter (pivotement très gênant au début avec sensation de crevaison à l'arrière). Moi, ça fait 2 ans et plus de 20.000 km, ce qui ne m'empêche pas de réaliser des sorties de 28 à 34 de moyenne. Qui plus est, plus de douleur aux lombaires pour le passionné de jardinage et de bêchage que je suis. La façon de pédaler est différente. Plus en appui sur les bras. Par grand vent, j'évite les sorties en groupe. Pour l'ISM, la difficulté, c'est de faire en sorte que mes cuisses de Hulk ne frottent pas la selle. Cet achat est récent. Je mets une tartine de Nok sur l'intérieur des cuisses, mais de toute façon ma position n'est pas bonne. Sans doute ma selle (Adamo) n'est pas assez reculée...

    Le bec appartient à l'histoire du cyclisme. Je pense que si les premières selles en avaient été dépourvues, on aurait fait sans. Ce qui m'énerve, c'est la réglementation UCI qui impose une longueur de 24 cm. Je trouve cela presque phallique.

  • envoyé le 27/02/2018 17:51

    je ne fais pas de courses donc la réglementation....ISM c'est vraiment particulier, il y a un article complet sur les selles " le cycle" je suis quand même surpris que l'on dise que tout le monde s'appuie sur la zone 70mm que tout le monde a la même largeur d'ischions ou presque alors que je fais 110mm, sans doute l'appui se fait à l'intérieur des ischions et pas sur la pointe

  • envoyé le 27/02/2018 18:22
    Réponse au message de Brice PUBOWSKI

    J'utilise une selle Proust pour des raisons médicales sur la route. Sur le HT, j'utilise une ISM. Je n'ai pas droit à quelque bec que ce soit, sinon c'est rechute de névralgie pudendale. La Proust, il faut 400 à 500 km pour l'adopter (pivotement très gênant au début avec sensation de crevaison à l'arrière). Moi, ça fait 2 ans et plus de 20.000 km, ce qui ne m'empêche pas de réaliser des sorties de 28 à 34 de moyenne. Qui plus est, plus de douleur aux lombaires pour le passionné de jardinage et de bêchage que je suis. La façon de pédaler est différente. Plus en appui sur les bras. Par grand vent, j'évite les sorties en groupe. Pour l'ISM, la difficulté, c'est de faire en sorte que mes cuisses de Hulk ne frottent pas la selle. Cet achat est récent. Je mets une tartine de Nok sur l'intérieur des cuisses, mais de toute façon ma position n'est pas bonne. Sans doute ma selle (Adamo) n'est pas assez reculée...

    Le bec appartient à l'histoire du cyclisme. Je pense que si les premières selles en avaient été dépourvues, on aurait fait sans. Ce qui m'énerve, c'est la réglementation UCI qui impose une longueur de 24 cm. Je trouve cela presque phallique.

    "Le bec appartient à l'histoire du cyclisme. Je pense que si les premières selles en avaient été dépourvues, on aurait fait sans. Ce qui m'énerve, c'est la réglementation UCI qui impose une longueur de 24 cm. Je trouve cela presque phallique"

    Amputer la partie avant d'une selle de vélo est en effet une élision d'une part de notre libido inconsciente, la loi de la dimension dit bien qu'au delà d'une certaine taille tout objet devient pénien (comme au deçà d'une certaine taille l'objet phallique devient réceptacle).

    Fizik a pu jouer là-dessus avec son modèle Arione et son bec très long, présenté comme un avantage alors qu'il est au contraire présenté comme un inconvénient par d'autres.

    Au delà le caractère exclusivement commercial et marketing des selles longues ou courtes, sauf nécessité comme tu le précises, tu as raison aussi de préciser que si les premières selles eussent été dépourvues de bec nous eussions fait avec sans problème et nous trouverions maintenant étranges des selles en étant pourvues.

    Tout n'est finalement que question d'habitude, fût-elle visuelle.

  • envoyé le 27/02/2018 18:29
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    selon " le cycle " la tendance est aux selles courtes pour limiter le bec, au delà du marketing qui a essayé ce genre de selle?

    Selon l'effort, la longueur, l'intensité, la fatigue physique, musculaire, le positionnement sur la selle n'est pas rigoureusement parfait à longueur de temps, je pense le bec de selle nécessaire pour pouvoir se "balader" librement selon le ressenti et les circonstances. Il n'y a que le cycliste de salon qui est positionné de façon absolument idyllique, et encore, pas tout le monde smiley lol Il faut garder au corps une certaine souplesse de mouvement, de liberté, c'est pourquoi aussi sauf pathologie particulière je suis contre le creux ajouré au milieu de la selle qui impose une position, parfois sous la contrainte. 

  • envoyé le 27/02/2018 18:32
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    "Le bec appartient à l'histoire du cyclisme. Je pense que si les premières selles en avaient été dépourvues, on aurait fait sans. Ce qui m'énerve, c'est la réglementation UCI qui impose une longueur de 24 cm. Je trouve cela presque phallique"

    Amputer la partie avant d'une selle de vélo est en effet une élision d'une part de notre libido inconsciente, la loi de la dimension dit bien qu'au delà d'une certaine taille tout objet devient pénien (comme au deçà d'une certaine taille l'objet phallique devient réceptacle).

    Fizik a pu jouer là-dessus avec son modèle Arione et son bec très long, présenté comme un avantage alors qu'il est au contraire présenté comme un inconvénient par d'autres.

    Au delà le caractère exclusivement commercial et marketing des selles longues ou courtes, sauf nécessité comme tu le précises, tu as raison aussi de préciser que si les premières selles eussent été dépourvues de bec nous eussions fait avec sans problème et nous trouverions maintenant étranges des selles en étant pourvues.

    Tout n'est finalement que question d'habitude, fût-elle visuelle.

    au delà d'une certaine taille l'objet phallique devient réceptacle

    Pour une fois que tu n'abordes pas la question sous l'angle de l'inféodation au système consumériste, je suis hautement intéressé par ta remarque. Pourrais-tu éclairer ma lanterne ?

  • envoyé le 27/02/2018 18:34
    Réponse au message de Jo GARO

    Selon l'effort, la longueur, l'intensité, la fatigue physique, musculaire, le positionnement sur la selle n'est pas rigoureusement parfait à longueur de temps, je pense le bec de selle nécessaire pour pouvoir se "balader" librement selon le ressenti et les circonstances. Il n'y a que le cycliste de salon qui est positionné de façon absolument idyllique, et encore, pas tout le monde smiley lol Il faut garder au corps une certaine souplesse de mouvement, de liberté, c'est pourquoi aussi sauf pathologie particulière je suis contre le creux ajouré au milieu de la selle qui impose une position, parfois sous la contrainte. 

    l'éternel débat du choix d'une selle

  • envoyé le 27/02/2018 18:41
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    c'est surtout au niveau du périnée, avec une position basse que ça m'intéresse, en faisant de la souplesse j'ai baissé mon poste de pilotage et j'ai plus de pression sur le périnée

    Tu dis que tu as baissé ton poste de pilotage. De beaucoup ? 

    Si tu as tendance à régler ta hauteur de selle à une valeur élevée, un abaissement d'un millimètre ou deux te permettrait de récupérer un peu de latitude dans ton placement sur la selle. Une très légère inclinaison de la selle pourrait également être essayée.

  • envoyé le 27/02/2018 19:21

    j'ai pensé à incliner ma selle légèrement, je vais commencer par concernant mon poste de pilotage, j'ai un cintre corne de vache que je ne changerai pas, je peux avoir une position assez allongée mais pas basse, je suis comme si je mettais les mains aux cocotes avec un cintre traditionnel, j'ai commandé une potence avec un grand angle donc et je pense descendre de quelques centimètres, en faisant des exerces d'assouplissement je suis capable de descendre plus bas qu'à l'heure actuelle et de tenir la position, mais je sens la limite du côté périnée.

  • envoyé le 27/02/2018 19:36
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    au delà d'une certaine taille l'objet phallique devient réceptacle

    Pour une fois que tu n'abordes pas la question sous l'angle de l'inféodation au système consumériste, je suis hautement intéressé par ta remarque. Pourrais-tu éclairer ma lanterne ?

    C'est une sorte de transsubstantiation sexuelle appliquée aux objets. Un objet réceptacle en soi, un vase, un bibelot, un utérus même, devient pénien passé une certaine taille, et inversement un objet phallique en soi, une voiture, une fusée deviennent réceptacle passés une certaine taille.

    Un vase de 200m de haut aura vu d'en bas par un humain un aspect phallique, une fusée de 20cm de haut aura vu par la même personne un aspect réceptacle, féminin.

    Tout est donc question de taille ou de point de vue, B. Pascal dans ses "infinis" donne un point de départ de réflexion facile à comprendre.

  • envoyé le 27/02/2018 22:47
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    C'est une sorte de transsubstantiation sexuelle appliquée aux objets. Un objet réceptacle en soi, un vase, un bibelot, un utérus même, devient pénien passé une certaine taille, et inversement un objet phallique en soi, une voiture, une fusée deviennent réceptacle passés une certaine taille.

    Un vase de 200m de haut aura vu d'en bas par un humain un aspect phallique, une fusée de 20cm de haut aura vu par la même personne un aspect réceptacle, féminin.

    Tout est donc question de taille ou de point de vue, B. Pascal dans ses "infinis" donne un point de départ de réflexion facile à comprendre.

    Merci pour l'explication. Mais la confusion entre la fusée de 20 cm et un utérus me semble audacieuse !

    Quant à la définition du phallus, j'en ai lu une amusante : le phallus... c'est que les femmes n'ont pas de pénis et que les hommes trouvent le leur trop petit.

  • envoyé le 27/02/2018 23:16
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    j'ai pensé à incliner ma selle légèrement, je vais commencer par concernant mon poste de pilotage, j'ai un cintre corne de vache que je ne changerai pas, je peux avoir une position assez allongée mais pas basse, je suis comme si je mettais les mains aux cocotes avec un cintre traditionnel, j'ai commandé une potence avec un grand angle donc et je pense descendre de quelques centimètres, en faisant des exerces d'assouplissement je suis capable de descendre plus bas qu'à l'heure actuelle et de tenir la position, mais je sens la limite du côté périnée.

    Je comprends l'idée.

    Concernant l'allongement et l'abaissement maximaux, tu sentiras la limite suivant ta tendance à glisser vers l'avant. La gêne ou la douleur au niveau du périnée est un bon indicateur. Des tensions parasites dans le dos, la nuque ou les bras ne doivent pas non plus être négligées.

    Il s'agit de considérer le bénéfice du gain aérodynamique et la fatigue induite par une position inconfortable. C'est toujours une affaire de compromis et de cas particulier.

    M. Indurain estimait qu'une position plus aérodynamique l'empêchait de développer toute sa puissance dans les CLM...

    Pour en revenir à ta selle, elle ne te causait pas de douleur avant tes essais posturaux ?

  • envoyé le 28/02/2018 07:24

    Une selle Proust peut paraître dérisoire dans ses dimensions. Avant de démarrer un entraînement avec un nouveau camarade, je ne peux m'empêcher de lui dire "je vais te montrer quelque chose d'épatant" pour éviter qu'il ne se mette à hurler dès qu'il apercevra ma selle pivoter toute seule quand je serai en danseuse.

    Même si elle demeure fort courte, c'est une selle qui, avec l'habitude, permet des positions de recherche de vitesse étonnantes. Je dirais qu'avec le temps, je me surprends parfois à faire "du bec de selle". Un bec suggéré... pourtant diablement efficace.

    Attention toutefois en période de grand vent comme hier après-midi : l'addition du pivot de la selle, de ma très grande taille et de jantes supérieures ou égales à 30 mm rend l'équilibre diablement précaire à grande vitesse, en cas de croisement de poids lourd par exemple.

    Toutefois, la selle Proust demeure, comme son concepteur l'a signalé, une selle pour rouler vite. Le pivotement, désagréable a priori, procure a fortiori une sensation de bien-être et de vitesse en ligne droite et permet de virer aisément en basculant le train arrière en virage. Une sorte de vélo 4WD "Wheel directed". Rouler à 5 km/h est en revanche un exercice périlleux.

  • envoyé le 28/02/2018 09:07
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Je comprends l'idée.

    Concernant l'allongement et l'abaissement maximaux, tu sentiras la limite suivant ta tendance à glisser vers l'avant. La gêne ou la douleur au niveau du périnée est un bon indicateur. Des tensions parasites dans le dos, la nuque ou les bras ne doivent pas non plus être négligées.

    Il s'agit de considérer le bénéfice du gain aérodynamique et la fatigue induite par une position inconfortable. C'est toujours une affaire de compromis et de cas particulier.

    M. Indurain estimait qu'une position plus aérodynamique l'empêchait de développer toute sa puissance dans les CLM...

    Pour en revenir à ta selle, elle ne te causait pas de douleur avant tes essais posturaux ?

    un peu de douleur dans le temps, quand je me plie bien ça augmente bien sûr, mon cintre est pratiquement au niveau de la selle actuellement, je vais donc le baisser avec une potence plongeante.avec ce temps pas beaucoup de vélo parfois une semaine sans pouvoir rouler ce qui explique aussi que des douleurs apparaissent au niveau du fessier et du périnée.

  • envoyé le 28/02/2018 15:19
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    un peu de douleur dans le temps, quand je me plie bien ça augmente bien sûr, mon cintre est pratiquement au niveau de la selle actuellement, je vais donc le baisser avec une potence plongeante.avec ce temps pas beaucoup de vélo parfois une semaine sans pouvoir rouler ce qui explique aussi que des douleurs apparaissent au niveau du fessier et du périnée.

    Je te livre mon expérience. Lorsque j'ai recommencé le vélo de route, à l'âge de 37 ans, le vélociste a réglé ma position selon ses critères habituels et je trouvais que c'était extrêmement inconfortable. J'ai donc mis mon cintre plus haut, joué sur la longueur de la potence, etc. Les sorties de plus de 3 heures étaient un supplice.

    Essais de plusieurs selles pour en trouver finalement une qui me convienne. Puis, l'habitude venant, et aussi après avoir perdu 7-8 kg, je me suis mis en tête de "ressembler à un coureur" : position de plus en plus basse et allongée. Pour te situer, le drop selle/cintre a été progressivement augmenté de 5 cm et la distance bec de selle/cintre de 3.5 cm. Le corps est capable de s'adapter à beaucoup de situations...

    Depuis quelques années (j'ai 61 ans), j'adopte une autre philosophie : je n'essaie plus de contraindre mon corps à une idée de la performance mais je recherche l'aisance dans l'effort. Bilan : j'ai mis une potence de 100 au lieu de 110 et j'ai remonté le cintre de 1.5 cm.

    Tout ça pour en arriver à la conclusion que la position à vélo évolue en même temps que notre attitude face à la vie (et aux possibilités de notre corps)... Il n'y a pas de vérité figée. L'important est d'être de plus en plus en accord avec soi-même.

    Concernant tes douleurs de selle : si l'habitude de rouler et les essais de réglage n'en viennent pas à bout, il ne faut pas hésiter à tester d'autres modèles. Certains vélocistes proposent d'en prêter, il faut parfois acheter sans être certain... c'est la vie !

  • envoyé le 28/02/2018 16:05

    exact, j'ai incliné un peu la selle mais la météo ne me permet pas de tester, dure année pour le vélo, maintenant une selle trop évidée ce n'est peut être pas la solution mais seulement un canal suffira peut être

  • envoyé le 28/02/2018 18:22
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    un peu de douleur dans le temps, quand je me plie bien ça augmente bien sûr, mon cintre est pratiquement au niveau de la selle actuellement, je vais donc le baisser avec une potence plongeante.avec ce temps pas beaucoup de vélo parfois une semaine sans pouvoir rouler ce qui explique aussi que des douleurs apparaissent au niveau du fessier et du périnée.

    Dans 99.99% des cas, le mal de fesse ou périnée est du à un mauvais réglage de la selle, inclinaison/avancement/recul/hauteur.

  • envoyé le 28/02/2018 19:23

    il y a des gens sensibles 99.99% quand même pas.

  • envoyé le 28/02/2018 23:31
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    il y a des gens sensibles 99.99% quand même pas.

    N'écoute pas Imanol à propos des selles, son discours sur la question est sans nuance smiley mr-green

    Le réglage, très important, ne suffit pas à régler tous les problèmes. Le but à atteindre est de minimiser la pression sur la selle, donc de maximiser la surface de contact postérieur/selle. La forme de la selle doit donc convenir à ta morphologie.

    J'ai constaté avec l'expérience que les selles sont le croissant est bombé, comme les anciennes San Marco Rolls et les plus récentes Fizik Aliante accentuent la pression sur les tissus mous situés entre mes ischions et mon périnée. Je choisis donc des selles dont le croissant est plus plat...

    J'ai aussi le creux du dos assez marqué, mon bassin pivote davantage vers l'avant, soulevant un peu les ischions et augmentant l'appui sur l'avant. Les selles creusées longitudinalement me conviennent donc mieux et je les règle avec le bec légèrement baissé.

    Chaque cas est différent.

  • envoyé le 28/02/2018 23:41
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    un peu de douleur dans le temps, quand je me plie bien ça augmente bien sûr, mon cintre est pratiquement au niveau de la selle actuellement, je vais donc le baisser avec une potence plongeante.avec ce temps pas beaucoup de vélo parfois une semaine sans pouvoir rouler ce qui explique aussi que des douleurs apparaissent au niveau du fessier et du périnée.

    Si tu mets ton cintre au niveau de ta selle tu n'as plus d' appuie sur les bras mais tout sur le postérieure  donc mal au cul , normal , fait donc en sorte d'adopter une position où tu prends au moins la moitié de l'appuie sur les bras , ton postérieur t'en remerciera

  • envoyé le 01/03/2018 12:01

    selle inclinée ( un peu ) et potence négative, j'ai 6cm d'écart entre selle et guidon, je supporte très bien cette différence j'attends de voir dans le temps ce que ça donne , en hiver on roule moins parfois une semaine sans rien pouvoir faire et au niveau fessier ça se connait déjà.


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Route - Matériel | Haut de page

KTM juin18
Hutchinson juin18
Maurienne Tourisme