Selle courte

Retour au forum Route - Matériel | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 01/03/2018 12:55
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    selle inclinée ( un peu ) et potence négative, j'ai 6cm d'écart entre selle et guidon, je supporte très bien cette différence j'attends de voir dans le temps ce que ça donne , en hiver on roule moins parfois une semaine sans rien pouvoir faire et au niveau fessier ça se connait déjà.

    Une potence négative pour obtenir 6 cm de drop selle/cintre ? Ton cadre n'est pas un peu trop grand ? 

  • envoyé le 01/03/2018 13:04

    sûrement, mais super occase look 585 M, maintenant je suis bien positionné, je n'ai pas besoin de baisser plus.la longueur du tube horizontal n'est pas excessive heureusement.

  • envoyé le 01/03/2018 13:50
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    sûrement, mais super occase look 585 M, maintenant je suis bien positionné, je n'ai pas besoin de baisser plus.la longueur du tube horizontal n'est pas excessive heureusement.

    Si le cadre est trop long, tu peux aussi jouer sur la longueur de la potence. Une position trop allongée réduit la mobilité sur la selle et accentue l'appui sur le périnée.

  • envoyé le 01/03/2018 14:50
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    il y a des gens sensibles 99.99% quand même pas.

    Tu sais dans les annés 70 début 80 il y avait deux ou trois marques de selles qui avaient chacune deux ou trois modèles, et tous les professionnel et donc tous les amateurs posaient leurs fesses sur une ou deux selles différentes et les uns faisaient les 600 km de Bordeaux-Paris et les autres leurs sorties sans problème.

    Passés les deux ou trois furoncles qui signifiaient que le rodage était fait, les cyclistes ne pensaient plus à tout ça et roulaient contents.

    On avait en gros les selles Cinelli avec la Unicanitor et les San Marco avec les modèles type Concor, c'était tout et on dirait que suffisant.

    On a maintenant 5 ou 6 marques de selles avec chacune une dizaine de modèles proposés.

    La méthode commerciale dite filière inversée consiste à retirer le rôle de demandeur du consommateur pour le remplacer par celui du contrôle des comportements par les entreprises, on enlève au consommateur le pouvoir de décision pour le confier à l'entreprise.

    Les fabricants de selles produisent donc le plus de modèles possibles car plus il y a de modèles plus il y a de perspectives de ventes.

    Il va falloir vendre ces modèles, donc on va lancer l'idée que chaque personne a besoin presque d'une selle différente. Les intéressés à ce commerce que sont la presse spécialisée, les revendeurs relaient cette idée, les forums s'en emparent et la relaient à leur tour et la mayonnaise prend: les cyclistes sont persuadés qu'ils sont particuliers et que le choix d'une selle va être compliqué. Miracle de la motivation commerciale (lire le docteur Dichter à ce sujet).

     

    Une selle de vélo est la chose la plus bête qui soit, elle est un des trois appuis du cycliste avec les mains et les pieds. Elle n'est pas destinée à ce qu'on s'asseoie dessus mais qu'on s'y appuie.

    Lorsque tu montes en voiture tu ne changes pas les sièges mais les règles en hauteur/profondeur/inclinaison pour trouver ta position et alors tu peux faire Lille/Marseille tranquillement.

    Lorsque tu t'assoies sur une chaise de bureau, une fois réglée tu peux lire V101 tranquillement.

    Lorsque tu achètes des chaussures, à partir du moment où tu prends la bonne taille, peu importe la forme des chaussures, de ville, se sport, bottes ou mocassins, tu seras bien avec toutes.

     

    La bonne taille et le bon modèle de selle vélo est son réglage, toutes les selles bien réglées vont à tout le monde.

    J'ai une vingtaine de selles chez moi, j'en change de temps en temps, ça va de la carbone plate à la Unicanitor des années 70 en passant par des Concor, des SLR (mon actuelle), Alliante, Prologo, Turbo etc. Je suis bien sur toutes car je sais comment les régler.

     

    Les professionnels qui font 40 000 km/an changent de modèles parfois chaque année selon leurs sponsors et pas de problème.

    Ainsi Contador a roulé avec des Aspide, des Conconr Light, des SLR, des Nago evo, des Serano, toutes très différentes et pas de problème.

    Froome a roulé sur des selles aussi opposées que des Alliante ou des Antares, pas de problème.

    Voecker a roulé sur des Regal, des Concor, des Turbo, des Scratch, pas de problème.

    Idem pour tous ou presque.

    Cela veut dire quoi? qu'une fois bien réglée, la selle de vélo, quelle qu'elle soit, comme un siège de voiture bien réglé, quel qu'il soit, fait l'affaire.

    Le reste n'est que marketing

  • envoyé le 01/03/2018 15:08

    je suis en partie d'accord avec toi, quand il n'y avait pas ou peu de choix on faisait avec, il y a quand même des améliorations au fil du temps, c'est valable dans tous les sports, les vélos étaient moins rigides avant, les roues plus souples, les boyaux aussi, le tout en carbone a quand même durci les choses mais on a gagné 4 kgs, on ne peut pas tout avoir.

  • envoyé le 01/03/2018 15:11
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Tu sais dans les annés 70 début 80 il y avait deux ou trois marques de selles qui avaient chacune deux ou trois modèles, et tous les professionnel et donc tous les amateurs posaient leurs fesses sur une ou deux selles différentes et les uns faisaient les 600 km de Bordeaux-Paris et les autres leurs sorties sans problème.

    Passés les deux ou trois furoncles qui signifiaient que le rodage était fait, les cyclistes ne pensaient plus à tout ça et roulaient contents.

    On avait en gros les selles Cinelli avec la Unicanitor et les San Marco avec les modèles type Concor, c'était tout et on dirait que suffisant.

    On a maintenant 5 ou 6 marques de selles avec chacune une dizaine de modèles proposés.

    La méthode commerciale dite filière inversée consiste à retirer le rôle de demandeur du consommateur pour le remplacer par celui du contrôle des comportements par les entreprises, on enlève au consommateur le pouvoir de décision pour le confier à l'entreprise.

    Les fabricants de selles produisent donc le plus de modèles possibles car plus il y a de modèles plus il y a de perspectives de ventes.

    Il va falloir vendre ces modèles, donc on va lancer l'idée que chaque personne a besoin presque d'une selle différente. Les intéressés à ce commerce que sont la presse spécialisée, les revendeurs relaient cette idée, les forums s'en emparent et la relaient à leur tour et la mayonnaise prend: les cyclistes sont persuadés qu'ils sont particuliers et que le choix d'une selle va être compliqué. Miracle de la motivation commerciale (lire le docteur Dichter à ce sujet).

     

    Une selle de vélo est la chose la plus bête qui soit, elle est un des trois appuis du cycliste avec les mains et les pieds. Elle n'est pas destinée à ce qu'on s'asseoie dessus mais qu'on s'y appuie.

    Lorsque tu montes en voiture tu ne changes pas les sièges mais les règles en hauteur/profondeur/inclinaison pour trouver ta position et alors tu peux faire Lille/Marseille tranquillement.

    Lorsque tu t'assoies sur une chaise de bureau, une fois réglée tu peux lire V101 tranquillement.

    Lorsque tu achètes des chaussures, à partir du moment où tu prends la bonne taille, peu importe la forme des chaussures, de ville, se sport, bottes ou mocassins, tu seras bien avec toutes.

     

    La bonne taille et le bon modèle de selle vélo est son réglage, toutes les selles bien réglées vont à tout le monde.

    J'ai une vingtaine de selles chez moi, j'en change de temps en temps, ça va de la carbone plate à la Unicanitor des années 70 en passant par des Concor, des SLR (mon actuelle), Alliante, Prologo, Turbo etc. Je suis bien sur toutes car je sais comment les régler.

     

    Les professionnels qui font 40 000 km/an changent de modèles parfois chaque année selon leurs sponsors et pas de problème.

    Ainsi Contador a roulé avec des Aspide, des Conconr Light, des SLR, des Nago evo, des Serano, toutes très différentes et pas de problème.

    Froome a roulé sur des selles aussi opposées que des Alliante ou des Antares, pas de problème.

    Voecker a roulé sur des Regal, des Concor, des Turbo, des Scratch, pas de problème.

    Idem pour tous ou presque.

    Cela veut dire quoi? qu'une fois bien réglée, la selle de vélo, quelle qu'elle soit, comme un siège de voiture bien réglé, quel qu'il soit, fait l'affaire.

    Le reste n'est que marketing

    Tu as tenu exactement les mêmes propos tout aussi nuancés il y a quelques mois...

    Que dire ? Le texte est plus aéré, tu progresses dans le bon sens ! Encore un petit effort et le fond suivra la forme smiley wink

  • envoyé le 01/03/2018 15:36
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Tu as tenu exactement les mêmes propos tout aussi nuancés il y a quelques mois...

    Que dire ? Le texte est plus aéré, tu progresses dans le bon sens ! Encore un petit effort et le fond suivra la forme smiley wink

    t'inquiete , le naturel revient au galop , les propos tenus a l'époque contre certain est IMPARDONNABLE , malheureusement le forum est devenu ............... il faut faire avec, mais bon on a déjà pas a subir sa musculature hors norme sur son avatar !!

  • envoyé le 01/03/2018 16:32
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Tu as tenu exactement les mêmes propos tout aussi nuancés il y a quelques mois...

    Que dire ? Le texte est plus aéré, tu progresses dans le bon sens ! Encore un petit effort et le fond suivra la forme smiley wink

    Tu sais cher Thierry, en parlant de fond et de forme, ça ne fait que trente ans que le fond de mon séant côtoie la forme de dizaines et dizaines de selles différentes, ce que je dis maintenant est que je disais il y a quelques mois et sera ce que je dirai dans quelques mois.

  • envoyé le 01/03/2018 16:46
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Tu sais cher Thierry, en parlant de fond et de forme, ça ne fait que trente ans que le fond de mon séant côtoie la forme de dizaines et dizaines de selles différentes, ce que je dis maintenant est que je disais il y a quelques mois et sera ce que je dirai dans quelques mois.

    Je sais que je ne devrais pas, mais...

    désolé

    à mon avis, tu n'as pas 30 d'expérience, mais un an de mauvaises expériences que tu répètes depuis 30 ans.

    Et pas rien que dans les selles.

    Ceci dit sans vouloir te vexer.

  • envoyé le 01/03/2018 17:20
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Tu sais dans les annés 70 début 80 il y avait deux ou trois marques de selles qui avaient chacune deux ou trois modèles, et tous les professionnel et donc tous les amateurs posaient leurs fesses sur une ou deux selles différentes et les uns faisaient les 600 km de Bordeaux-Paris et les autres leurs sorties sans problème.

    Passés les deux ou trois furoncles qui signifiaient que le rodage était fait, les cyclistes ne pensaient plus à tout ça et roulaient contents.

    On avait en gros les selles Cinelli avec la Unicanitor et les San Marco avec les modèles type Concor, c'était tout et on dirait que suffisant.

    On a maintenant 5 ou 6 marques de selles avec chacune une dizaine de modèles proposés.

    La méthode commerciale dite filière inversée consiste à retirer le rôle de demandeur du consommateur pour le remplacer par celui du contrôle des comportements par les entreprises, on enlève au consommateur le pouvoir de décision pour le confier à l'entreprise.

    Les fabricants de selles produisent donc le plus de modèles possibles car plus il y a de modèles plus il y a de perspectives de ventes.

    Il va falloir vendre ces modèles, donc on va lancer l'idée que chaque personne a besoin presque d'une selle différente. Les intéressés à ce commerce que sont la presse spécialisée, les revendeurs relaient cette idée, les forums s'en emparent et la relaient à leur tour et la mayonnaise prend: les cyclistes sont persuadés qu'ils sont particuliers et que le choix d'une selle va être compliqué. Miracle de la motivation commerciale (lire le docteur Dichter à ce sujet).

     

    Une selle de vélo est la chose la plus bête qui soit, elle est un des trois appuis du cycliste avec les mains et les pieds. Elle n'est pas destinée à ce qu'on s'asseoie dessus mais qu'on s'y appuie.

    Lorsque tu montes en voiture tu ne changes pas les sièges mais les règles en hauteur/profondeur/inclinaison pour trouver ta position et alors tu peux faire Lille/Marseille tranquillement.

    Lorsque tu t'assoies sur une chaise de bureau, une fois réglée tu peux lire V101 tranquillement.

    Lorsque tu achètes des chaussures, à partir du moment où tu prends la bonne taille, peu importe la forme des chaussures, de ville, se sport, bottes ou mocassins, tu seras bien avec toutes.

     

    La bonne taille et le bon modèle de selle vélo est son réglage, toutes les selles bien réglées vont à tout le monde.

    J'ai une vingtaine de selles chez moi, j'en change de temps en temps, ça va de la carbone plate à la Unicanitor des années 70 en passant par des Concor, des SLR (mon actuelle), Alliante, Prologo, Turbo etc. Je suis bien sur toutes car je sais comment les régler.

     

    Les professionnels qui font 40 000 km/an changent de modèles parfois chaque année selon leurs sponsors et pas de problème.

    Ainsi Contador a roulé avec des Aspide, des Conconr Light, des SLR, des Nago evo, des Serano, toutes très différentes et pas de problème.

    Froome a roulé sur des selles aussi opposées que des Alliante ou des Antares, pas de problème.

    Voecker a roulé sur des Regal, des Concor, des Turbo, des Scratch, pas de problème.

    Idem pour tous ou presque.

    Cela veut dire quoi? qu'une fois bien réglée, la selle de vélo, quelle qu'elle soit, comme un siège de voiture bien réglé, quel qu'il soit, fait l'affaire.

    Le reste n'est que marketing

    Sauf pathologie particulière, je suis entièrement d'accord avec toi ! 

  • envoyé le 01/03/2018 18:19
    Réponse au message de Jo GARO

    Sauf pathologie particulière, je suis entièrement d'accord avec toi ! 

    Tu veux dire que tu souffres de la même pathologie qu'Imanol ???  smiley rolleyes

  • envoyé le 01/03/2018 18:20

    sauf qu'il y a des gens qui s'adaptent à tout et des gens qui ont du mal à s'adapter et qui ne supportent pas tel ou tel matériel ou qui sont sensibles au moindre changement, chacun est différent, tant mieux à celui que n'importe quelle selle lui convient.

  • envoyé le 01/03/2018 18:27
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Tu veux dire que tu souffres de la même pathologie qu'Imanol ???  smiley rolleyes

    Il a raison, la majorité des cyclistes s'adaptent parfaitement à la majorité des selles sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

    Tu auras toujours untel ou untel qui ne supportes rien. 

    Mais la majorité des cyclistes s'adaptent à peu près à toutes les selles, sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

  • envoyé le 01/03/2018 18:47
    Réponse au message de Jo GARO

    Il a raison, la majorité des cyclistes s'adaptent parfaitement à la majorité des selles sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

    Tu auras toujours untel ou untel qui ne supportes rien. 

    Mais la majorité des cyclistes s'adaptent à peu près à toutes les selles, sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

    Je te laisse à ton point de vue égocentrique.

     

  • envoyé le 01/03/2018 19:47
    Réponse au message de Jo GARO

    Il a raison, la majorité des cyclistes s'adaptent parfaitement à la majorité des selles sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

    Tu auras toujours untel ou untel qui ne supportes rien. 

    Mais la majorité des cyclistes s'adaptent à peu près à toutes les selles, sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

    Oui. Je mets à part une selle quand même: Brooks.

    Il y a 3 ou 4 ans je me suis fait prêter une Brooks Swallow par un vieux du club, j'en avais tant entendu parler que pourquoi pas essayer. Et bien c'est la seule avec laquelle je n'ai pas été bien, en fait c'est carrément l'antithèse d'une selle de vélo.

    Ne comprenant pas pourquoi le collègue la trouvait formidable et moi nulle j'ai fini par comprendre en le regardant bien pédaler: en fait il était assis sur sa selle comme sur une chaise. Le cintre au niveau de la selle voire plus haut.

    Moi qui ait 8 cm de différence hauteur selle/cintre je n'ai pas été bien du tout.

    D'ailleurs les selles en cuir, dès que les professionnels ont pu s'en passer avec l'arrivée des selles plastique et la fameuse Unicanitor ils s'en sont passés.

    TI-Raleigh début 80 avait quelques coureurs encore avec des Brooks ou autres selles cuir mais dès 1982 il n'y en avait plus un seul.

  • envoyé le 01/03/2018 21:03
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Je te laisse à ton point de vue égocentrique.

     

     smiley rolleyes Je me demande ou est le tien. 

  • envoyé le 01/03/2018 21:05
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Oui. Je mets à part une selle quand même: Brooks.

    Il y a 3 ou 4 ans je me suis fait prêter une Brooks Swallow par un vieux du club, j'en avais tant entendu parler que pourquoi pas essayer. Et bien c'est la seule avec laquelle je n'ai pas été bien, en fait c'est carrément l'antithèse d'une selle de vélo.

    Ne comprenant pas pourquoi le collègue la trouvait formidable et moi nulle j'ai fini par comprendre en le regardant bien pédaler: en fait il était assis sur sa selle comme sur une chaise. Le cintre au niveau de la selle voire plus haut.

    Moi qui ait 8 cm de différence hauteur selle/cintre je n'ai pas été bien du tout.

    D'ailleurs les selles en cuir, dès que les professionnels ont pu s'en passer avec l'arrivée des selles plastique et la fameuse Unicanitor ils s'en sont passés.

    TI-Raleigh début 80 avait quelques coureurs encore avec des Brooks ou autres selles cuir mais dès 1982 il n'y en avait plus un seul.

    Oui c'est clair. 

  • envoyé le 01/03/2018 21:20
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Oui. Je mets à part une selle quand même: Brooks.

    Il y a 3 ou 4 ans je me suis fait prêter une Brooks Swallow par un vieux du club, j'en avais tant entendu parler que pourquoi pas essayer. Et bien c'est la seule avec laquelle je n'ai pas été bien, en fait c'est carrément l'antithèse d'une selle de vélo.

    Ne comprenant pas pourquoi le collègue la trouvait formidable et moi nulle j'ai fini par comprendre en le regardant bien pédaler: en fait il était assis sur sa selle comme sur une chaise. Le cintre au niveau de la selle voire plus haut.

    Moi qui ait 8 cm de différence hauteur selle/cintre je n'ai pas été bien du tout.

    D'ailleurs les selles en cuir, dès que les professionnels ont pu s'en passer avec l'arrivée des selles plastique et la fameuse Unicanitor ils s'en sont passés.

    TI-Raleigh début 80 avait quelques coureurs encore avec des Brooks ou autres selles cuir mais dès 1982 il n'y en avait plus un seul.

    Depuis fin 2014 je suis sur une Ritchey wcs Streem, super produit pour moi qui ne suis pas large et léger. Précédemment j'étais sur une San Marco Zoncolan, et encore avant une Selle Italia Flite. Les trois s'étalent entre 2008 et 2018. Avant j'avais une Aspide San Marco, entre 2005 et 2007, très bien mais j'ai eu peur pour faire Bordeaux-Paris, du coup j'ai investis à l'époque sur la Flite. 

    Quand je changeais de modèle je le faisais toujours en novembre, à l'époque c'était un mois ou je ne faisais pas de vélo, ça me permettait de démarrer à zéro sans "mémoire" assise. Le premier mois tu t'adaptes en faisant des sorties courtes régulières, et puis à partir de janvier banzaï ! 

    Depuis que je suis sur la Ritchey c'est à dire depuis novembre 2014 je n'ai jamais coupé, je dois dire que c'est pour moi certainement l'une des meilleures que j'ai eu. 

    L'Aspide Carbone était un peu tranchante sur des sorties de 4-5h sous la flotte. La Flite était un poil grosse, La Zoncolan un peu longue, la Ritchey parfaite. Mais parfaite pour gabarit léger. 

    Pour entre 15000 et 20000 km, je change ma selle tous les deux ans. Je n'aime pas trop changer il y a toujours un petit laps de temps d'acclimatation obligatoire comme pour tout ce qui est nouveau. 

    Le problème des gens c'est qu'ils veulent changer de selle en s'imaginant que c'est l'idéal immédiat comme on claque des doigts, comme si on courait le marathon aussitôt avec des pompes neuves. On est dans une société de l'immédiat, sans aucune pédagogie ne serait-ce envers soi-même. Dans ce cas aucune selle n'ira. C'est comportemental. On recherche des selles à réponses immédiates, pleines de particularités, qui ne font qu'apporter et rajouter des problèmes. Une bonne selle c'est d'abord une selle uniforme, sans coutures, ni ajourée, la plus neutre possible est la meilleure, sauf cas spécial. le corps doit pouvoir se mouvoir sur une selle, surtout pas le prisonnier. La selle s'adapte au cycliste, et non le cycliste s'adapte à la selle. Pour ça la selle doit être le plus neutre possible, et d'une largeur proportionnelle à l'assise du cycliste. 

  • envoyé le 01/03/2018 21:33
    Réponse au message de Jo GARO

    Depuis fin 2014 je suis sur une Ritchey wcs Streem, super produit pour moi qui ne suis pas large et léger. Précédemment j'étais sur une San Marco Zoncolan, et encore avant une Selle Italia Flite. Les trois s'étalent entre 2008 et 2018. Avant j'avais une Aspide San Marco, entre 2005 et 2007, très bien mais j'ai eu peur pour faire Bordeaux-Paris, du coup j'ai investis à l'époque sur la Flite. 

    Quand je changeais de modèle je le faisais toujours en novembre, à l'époque c'était un mois ou je ne faisais pas de vélo, ça me permettait de démarrer à zéro sans "mémoire" assise. Le premier mois tu t'adaptes en faisant des sorties courtes régulières, et puis à partir de janvier banzaï ! 

    Depuis que je suis sur la Ritchey c'est à dire depuis novembre 2014 je n'ai jamais coupé, je dois dire que c'est pour moi certainement l'une des meilleures que j'ai eu. 

    L'Aspide Carbone était un peu tranchante sur des sorties de 4-5h sous la flotte. La Flite était un poil grosse, La Zoncolan un peu longue, la Ritchey parfaite. Mais parfaite pour gabarit léger. 

    Pour entre 15000 et 20000 km, je change ma selle tous les deux ans. Je n'aime pas trop changer il y a toujours un petit laps de temps d'acclimatation obligatoire comme pour tout ce qui est nouveau. 

    Le problème des gens c'est qu'ils veulent changer de selle en s'imaginant que c'est l'idéal immédiat comme on claque des doigts, comme si on courait le marathon aussitôt avec des pompes neuves. On est dans une société de l'immédiat, sans aucune pédagogie ne serait-ce envers soi-même. Dans ce cas aucune selle n'ira. C'est comportemental. On recherche des selles à réponses immédiates, pleines de particularités, qui ne font qu'apporter et rajouter des problèmes. Une bonne selle c'est d'abord une selle uniforme, sans coutures, ni ajourée, la plus neutre possible est la meilleure, sauf cas spécial. le corps doit pouvoir se mouvoir sur une selle, surtout pas le prisonnier. La selle s'adapte au cycliste, et non le cycliste s'adapte à la selle. Pour ça la selle doit être le plus neutre possible, et d'une largeur proportionnelle à l'assise du cycliste. 

    La Ritchey wcs Streem est un peu comme la SLR il me semble (l'ancien modèle) j'ai eu la SLR ancien modèle, je roule maintenant sur le nouveau modèle SLR c'est bien. Avant j'ai eu une Prologo Nago Evo, avant une Concor Light, disons que ce sont les selles avec lesquelles je roule le plus depuis quelques années.

    Mais j'en ai plus de 20 chez moi et parfois je change, je le fais aussi en décembre lors de la reprise au cas où. Mais après 2 ou 3 sorties avec la clé allen dans la poche qui me sert à rectifier la position en route, je n'y pense plus.

    je suis pourtant un être fin et délicat (si, si) avec la peau douce comme celle d'un nouveau né mais aucune selle à part peut être la Brooks et encore si je l'avais gardée plus longtemps je pense que j'aurais réussi à lui trouver le bon ajustement, ne me pose problème. Et j'utilise des cuissards assez basiques, décathlon ou Etxeondo.

    En parlant de Décathlon j'ai aussi fait 20 000 km avec le modèle "carbon" de 2004 (fait par Véo il me semble) ou 5000 km avec la nouvelle Sport 900 (nous en avons une vingtaine au club que nous prêtons aux jeunes) et parfaites.

  • envoyé le 01/03/2018 21:34
    Réponse au message de Jo GARO

    Depuis fin 2014 je suis sur une Ritchey wcs Streem, super produit pour moi qui ne suis pas large et léger. Précédemment j'étais sur une San Marco Zoncolan, et encore avant une Selle Italia Flite. Les trois s'étalent entre 2008 et 2018. Avant j'avais une Aspide San Marco, entre 2005 et 2007, très bien mais j'ai eu peur pour faire Bordeaux-Paris, du coup j'ai investis à l'époque sur la Flite. 

    Quand je changeais de modèle je le faisais toujours en novembre, à l'époque c'était un mois ou je ne faisais pas de vélo, ça me permettait de démarrer à zéro sans "mémoire" assise. Le premier mois tu t'adaptes en faisant des sorties courtes régulières, et puis à partir de janvier banzaï ! 

    Depuis que je suis sur la Ritchey c'est à dire depuis novembre 2014 je n'ai jamais coupé, je dois dire que c'est pour moi certainement l'une des meilleures que j'ai eu. 

    L'Aspide Carbone était un peu tranchante sur des sorties de 4-5h sous la flotte. La Flite était un poil grosse, La Zoncolan un peu longue, la Ritchey parfaite. Mais parfaite pour gabarit léger. 

    Pour entre 15000 et 20000 km, je change ma selle tous les deux ans. Je n'aime pas trop changer il y a toujours un petit laps de temps d'acclimatation obligatoire comme pour tout ce qui est nouveau. 

    Le problème des gens c'est qu'ils veulent changer de selle en s'imaginant que c'est l'idéal immédiat comme on claque des doigts, comme si on courait le marathon aussitôt avec des pompes neuves. On est dans une société de l'immédiat, sans aucune pédagogie ne serait-ce envers soi-même. Dans ce cas aucune selle n'ira. C'est comportemental. On recherche des selles à réponses immédiates, pleines de particularités, qui ne font qu'apporter et rajouter des problèmes. Une bonne selle c'est d'abord une selle uniforme, sans coutures, ni ajourée, la plus neutre possible est la meilleure, sauf cas spécial. le corps doit pouvoir se mouvoir sur une selle, surtout pas le prisonnier. La selle s'adapte au cycliste, et non le cycliste s'adapte à la selle. Pour ça la selle doit être le plus neutre possible, et d'une largeur proportionnelle à l'assise du cycliste. 

    Tu dis en fait exactement l'inverse que plus haut, quand tu plussoies les propos de Dupont.

    Les selles sont tu parles ont toutes en commun d'être assez plates et fines, ce qui convient à un gabarit comme le tien et à ta façon de rouler (assez sportive même si tu fais du long de temps en temps).

    Tu confirmes par ailleurs que certaines t'ont blessé, ce qui veut dire que certaines te conviennent moins que d'autres.

    Tu dis aussi que pour Bordeaux-Paris, tu as pensé à changer de selle, ce qui veut bien dire que tu ne peux pas être toujours bien sur la même selle, pour toutes les pratiques.

    Enfin, je remarque que tu n'as jamais essayé de selles totalement différentes de celles que tu cites, comme par exemple une Fizik Aliante, une San Marco Regale, ou une Specialized Power. Et sans doute que tu n'aimerais pas, tout simplement parce qu'elles ne sont pas conçues pour quelqu'un comme toi.

    Il y a donc bien plusieurs types de selles, qui conviennent plus ou moins à différents gabarits ou à différentes façons de rouler. Evidemment on peut toujours s'adapter plus ou moins bien, tout comme on peut toujours rouler avec des chaussures trop grandes ou trop petites d'une taille. C'est idiot, mais on peut.

  • envoyé le 01/03/2018 21:51
    Réponse au message de Jean GUY

    Tu dis en fait exactement l'inverse que plus haut, quand tu plussoies les propos de Dupont.

    Les selles sont tu parles ont toutes en commun d'être assez plates et fines, ce qui convient à un gabarit comme le tien et à ta façon de rouler (assez sportive même si tu fais du long de temps en temps).

    Tu confirmes par ailleurs que certaines t'ont blessé, ce qui veut dire que certaines te conviennent moins que d'autres.

    Tu dis aussi que pour Bordeaux-Paris, tu as pensé à changer de selle, ce qui veut bien dire que tu ne peux pas être toujours bien sur la même selle, pour toutes les pratiques.

    Enfin, je remarque que tu n'as jamais essayé de selles totalement différentes de celles que tu cites, comme par exemple une Fizik Aliante, une San Marco Regale, ou une Specialized Power. Et sans doute que tu n'aimerais pas, tout simplement parce qu'elles ne sont pas conçues pour quelqu'un comme toi.

    Il y a donc bien plusieurs types de selles, qui conviennent plus ou moins à différents gabarits ou à différentes façons de rouler. Evidemment on peut toujours s'adapter plus ou moins bien, tout comme on peut toujours rouler avec des chaussures trop grandes ou trop petites d'une taille. C'est idiot, mais on peut.

    D'ou j'exprime une cohérence dans ses choix et tu m'accorderas qu'une Aspide Carbone rentre dans du marginal, très bien au demeurant mais avec quelques contraintes. Et il est évident qu'avec un bassin étroit tu ne vas pas rouler avec une B'Twin extra-large. Ni quelque soit ton choix tu ne pars pas en guerre avec une selle neuve ! À partir du moment où tu respectes un minimum de cohérence, logique et processus d'adaptation, tu t'adaptes à toutes les marques sauf pathologie particulière. Faut pas demander l'impossible à une selle de série. C'est avant tout une question d'habitude.

  • envoyé le 01/03/2018 21:55
    Réponse au message de Jo GARO

    Depuis fin 2014 je suis sur une Ritchey wcs Streem, super produit pour moi qui ne suis pas large et léger. Précédemment j'étais sur une San Marco Zoncolan, et encore avant une Selle Italia Flite. Les trois s'étalent entre 2008 et 2018. Avant j'avais une Aspide San Marco, entre 2005 et 2007, très bien mais j'ai eu peur pour faire Bordeaux-Paris, du coup j'ai investis à l'époque sur la Flite. 

    Quand je changeais de modèle je le faisais toujours en novembre, à l'époque c'était un mois ou je ne faisais pas de vélo, ça me permettait de démarrer à zéro sans "mémoire" assise. Le premier mois tu t'adaptes en faisant des sorties courtes régulières, et puis à partir de janvier banzaï ! 

    Depuis que je suis sur la Ritchey c'est à dire depuis novembre 2014 je n'ai jamais coupé, je dois dire que c'est pour moi certainement l'une des meilleures que j'ai eu. 

    L'Aspide Carbone était un peu tranchante sur des sorties de 4-5h sous la flotte. La Flite était un poil grosse, La Zoncolan un peu longue, la Ritchey parfaite. Mais parfaite pour gabarit léger. 

    Pour entre 15000 et 20000 km, je change ma selle tous les deux ans. Je n'aime pas trop changer il y a toujours un petit laps de temps d'acclimatation obligatoire comme pour tout ce qui est nouveau. 

    Le problème des gens c'est qu'ils veulent changer de selle en s'imaginant que c'est l'idéal immédiat comme on claque des doigts, comme si on courait le marathon aussitôt avec des pompes neuves. On est dans une société de l'immédiat, sans aucune pédagogie ne serait-ce envers soi-même. Dans ce cas aucune selle n'ira. C'est comportemental. On recherche des selles à réponses immédiates, pleines de particularités, qui ne font qu'apporter et rajouter des problèmes. Une bonne selle c'est d'abord une selle uniforme, sans coutures, ni ajourée, la plus neutre possible est la meilleure, sauf cas spécial. le corps doit pouvoir se mouvoir sur une selle, surtout pas le prisonnier. La selle s'adapte au cycliste, et non le cycliste s'adapte à la selle. Pour ça la selle doit être le plus neutre possible, et d'une largeur proportionnelle à l'assise du cycliste. 

    "Le problème des gens c'est qu'ils veulent changer de selle en s'imaginant que c'est l'idéal immédiat comme on claque des doigts, comme si on courait le marathon aussitôt avec des pompes neuves."

    C'est le problème de la communication dans la société de consommation. Les marques qui veulent vendre essaient de nous persuader qu'il suffit d'acheter leurs produits pour que tout aille bien, que ça roule puisqu'on parle de vélo.

    Ce n'est pas aussi simple bien sûr, sauf à être une victime facile (donc complice) du marketing.

    Beaucoup de cyclistes ont mal aux fesses car en effet ils pensent car on leur a fait croire et qu'ils ont cru, qu'en mettant tel modèle de selle ça va aller. Il suffit de lire les forums, ici mème quand quelqu'un demande conseil sur une selle, chacun cite la sienne en exemple comme la meilleure pour lui.

    Sauf que si on fait le cumul toutes les selles sont donc bonnes. Ils achètent une selle donc et ça ne va pas. Pourquoi? car ils ont cru qu'en la montant ça irait alors qu'il faut après l'avoir montée rouler avec et l'ajuster comme il faut.

    Le bon ajustement d'une selle vélo c'est la bonne taille d'une paire de chaussures, quand tu règles bien ta selle c'est comme quand tu prends ta taille de chaussures, toutes vont bien, font le job à part comme tu disais problème ou morphologie particuliers.

    D'ailleurs il suffit de voir les professionnels, tous ou presque changent de modèle au changement du sponsor et pas que des modèles similaires.

    Contador est passé d'une Aspide à une Serano (en pasant par Concor, SLR, Nago evo), rien à voir entre les deux, Froome d'une Aliante à une Antarès, totalement contraires.

  • envoyé le 01/03/2018 21:58
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    "Le problème des gens c'est qu'ils veulent changer de selle en s'imaginant que c'est l'idéal immédiat comme on claque des doigts, comme si on courait le marathon aussitôt avec des pompes neuves."

    C'est le problème de la communication dans la société de consommation. Les marques qui veulent vendre essaient de nous persuader qu'il suffit d'acheter leurs produits pour que tout aille bien, que ça roule puisqu'on parle de vélo.

    Ce n'est pas aussi simple bien sûr, sauf à être une victime facile (donc complice) du marketing.

    Beaucoup de cyclistes ont mal aux fesses car en effet ils pensent car on leur a fait croire et qu'ils ont cru, qu'en mettant tel modèle de selle ça va aller. Il suffit de lire les forums, ici mème quand quelqu'un demande conseil sur une selle, chacun cite la sienne en exemple comme la meilleure pour lui.

    Sauf que si on fait le cumul toutes les selles sont donc bonnes. Ils achètent une selle donc et ça ne va pas. Pourquoi? car ils ont cru qu'en la montant ça irait alors qu'il faut après l'avoir montée rouler avec et l'ajuster comme il faut.

    Le bon ajustement d'une selle vélo c'est la bonne taille d'une paire de chaussures, quand tu règles bien ta selle c'est comme quand tu prends ta taille de chaussures, toutes vont bien, font le job à part comme tu disais problème ou morphologie particuliers.

    D'ailleurs il suffit de voir les professionnels, tous ou presque changent de modèle au changement du sponsor et pas que des modèles similaires.

    Contador est passé d'une Aspide à une Serano (en pasant par Concor, SLR, Nago evo), rien à voir entre les deux, Froome d'une Aliante à une Antarès, totalement contraires.

    Voilà c'est ça.

  • envoyé le 01/03/2018 22:00
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    La Ritchey wcs Streem est un peu comme la SLR il me semble (l'ancien modèle) j'ai eu la SLR ancien modèle, je roule maintenant sur le nouveau modèle SLR c'est bien. Avant j'ai eu une Prologo Nago Evo, avant une Concor Light, disons que ce sont les selles avec lesquelles je roule le plus depuis quelques années.

    Mais j'en ai plus de 20 chez moi et parfois je change, je le fais aussi en décembre lors de la reprise au cas où. Mais après 2 ou 3 sorties avec la clé allen dans la poche qui me sert à rectifier la position en route, je n'y pense plus.

    je suis pourtant un être fin et délicat (si, si) avec la peau douce comme celle d'un nouveau né mais aucune selle à part peut être la Brooks et encore si je l'avais gardée plus longtemps je pense que j'aurais réussi à lui trouver le bon ajustement, ne me pose problème. Et j'utilise des cuissards assez basiques, décathlon ou Etxeondo.

    En parlant de Décathlon j'ai aussi fait 20 000 km avec le modèle "carbon" de 2004 (fait par Véo il me semble) ou 5000 km avec la nouvelle Sport 900 (nous en avons une vingtaine au club que nous prêtons aux jeunes) et parfaites.

    Bonsoir, de quel ancien modèle de SLR parles-tu? J'ai la XP rail vanox à 180gr en 2  exemplaires, pas identiques au niveau creux, j'en ai déjà parlé sur le forum, quelle différence par rapport à un modèle actuel? Comme Garo je préfère les selles plates et fines, pourtant je ne suis pas coureur, ni particulièrement mince, mon arrière-train s'y est habitué, alors que tu dis que c'est la selle qui doit s'adapter, ça ne me paraît pas juste?

  • envoyé le 01/03/2018 22:02
    Réponse au message de Jo GARO

    D'ou j'exprime une cohérence dans ses choix et tu m'accorderas qu'une Aspide Carbone rentre dans du marginal, très bien au demeurant mais avec quelques contraintes. Et il est évident qu'avec un bassin étroit tu ne vas pas rouler avec une B'Twin extra-large. Ni quelque soit ton choix tu ne pars pas en guerre avec une selle neuve ! À partir du moment où tu respectes un minimum de cohérence, logique et processus d'adaptation, tu t'adaptes à toutes les marques sauf pathologie particulière. Faut pas demander l'impossible à une selle de série. C'est avant tout une question d'habitude.

    Tes choix sont tout à fait cohérents et réfléchis.

    Ton discours l'est moins quand tu écris ça smiley cool

    Il a raison, la majorité des cyclistes s'adaptent parfaitement à la majorité des selles sauf aberration majeur, mauvais réglage, pathologie particulière, ou encore approche totalement absente de toute méthode. 

    J'ai pour ma part roulé sur tout ce qui se fait à peu près, pour savoir que certaines selles ne me conviennent pas.J'ai commencé avec une Turbo pour faire comme Fignon (mais il faut me pardonner car j'avais 14 ans), puis sur les premières Rolls pour faire comme Hinault (mais j'avais 16 ans).

    Ensuite j'ai adopté pendant longtemps la Flite, bien que la souplesse de la coque me posait un problème (elles se creusaient beaucoup). La Rolls Due, plus fine mais tout aussi plate et rigide m'a accompagné ensuite pendant longtemps. Et j'ai fini ma carrière de coureur avec une Aspide. Aujourd'hui, je roule en Arione, mais pas n'importe laquelle, car il me faut le modèle le plus rigide et avec la mousse la plus dense possible. 

    Bien sûr, j'ai aussi testé des selles aussi différentes que une SMP, une Aliante et même une Proust. Pour faire proche de l'Arione, j'ai gardé un moment une Antarès, mais le croissant plus large me blessait systématiquement. L'aRione bien raide et complètement plate, voire un modèle y ressemblant, me convient parfaitement. Et si je devais un jour faire une longue distance comme Bordeaux-Paris (bien que ce soit pas du tout dans mes projets), il ne me viendrait pas à l'idée de changer de selle pour l'occasion.

     

     


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Route - Matériel | Haut de page

Maurienne Tourisme
KTM juin18
Hutchinson juin18