Selle courte

Retour au forum Route - Matériel | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 05/03/2018 18:32
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    je te fais remarquer que j'ai baissé mon cintre et j'ai 6cm d’écart, ça te va?

    Je ne sais pas depuis combien de temps tu fais du cyclisme mais, puisque tu as difficultés à te sentir bien sur le vélo, une étude posturale pourrait être envisagée. 

  • envoyé le 05/03/2018 18:37
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Je ne sais pas depuis combien de temps tu fais du cyclisme mais, puisque tu as difficultés à te sentir bien sur le vélo, une étude posturale pourrait être envisagée. 

    Les EP ne sont pas la panacée non plus, tu cites V.Blondeau oui, mais par exemple entre Mécacote et Cyfac tu auras des différences assez énormes vu que le premier privilégie le point mort haut et le second le point mort bas .. alors qui?

    De plus après une EP tu es plus ou moins obligé de la re-régler aux sensations sur la route alors..

    Quand au cintre au même niveau que la selle, ce n'est plus la norme aujourd'hui mais c'est plus une mode qu'autre chose, si tu regardes les vélos de Bartali, Coppi et les autres ils avaient le cintre au niveau de la selle, ce qui ne les empêchait pas de faire des étapes de 400 km alors qu'aujourd'hui passés les 250 km les coureurs ont mal partout.

  • envoyé le 05/03/2018 18:38
    Réponse au message de Bernard MARTINAND

    il n'y a que ma position qui est nulle contrairement à toi

    Tu es vaillant à provoquer la bête, fais gaffe à ta boite aux lettres..

  • envoyé le 05/03/2018 18:39
    Réponse au message de Jo GARO

    Attention tu vas avoir le droit à ton MP smiley lol

    MP, insultes dans une langue inconnue, 18h30, l'apéro quoi.

  • envoyé le 05/03/2018 18:59

    En parlant de selle courte, sur mon VTT Specialized de 2016 j'ai une selle Phenom avec un bec assez court et 143mm de large. Elle était sur le vélo vendu complet, donc je ne l'ai pas choisie. Je la trouve tellement confortable que j'ai roulé tout l'hiver avec une Phenom sur mon vélo de route. 152 km ce samedi et vraiment confortable. Je crois que je vais généraliser l'utilisation de cette selle sur mes vélos. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses...

  • envoyé le 05/03/2018 19:03
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    MP, insultes dans une langue inconnue, 18h30, l'apéro quoi.

    Que dis en train d'insinuer , que je t'ai envoyé un mp en t'insultant ? Et la teneur du MP s'il te plaît , ? Fais en profiter les copains

    Tu essaies par des mensonges à me discréditer sur le forum ? C'EST nul , car tu n'y arriverais pas ,mais si cela t'amuse .. ne te gêne pas

    l'alccol .. oui, mais l'eau férugineuse  ........ NON

  • envoyé le 05/03/2018 19:06
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Les EP ne sont pas la panacée non plus, tu cites V.Blondeau oui, mais par exemple entre Mécacote et Cyfac tu auras des différences assez énormes vu que le premier privilégie le point mort haut et le second le point mort bas .. alors qui?

    De plus après une EP tu es plus ou moins obligé de la re-régler aux sensations sur la route alors..

    Quand au cintre au même niveau que la selle, ce n'est plus la norme aujourd'hui mais c'est plus une mode qu'autre chose, si tu regardes les vélos de Bartali, Coppi et les autres ils avaient le cintre au niveau de la selle, ce qui ne les empêchait pas de faire des étapes de 400 km alors qu'aujourd'hui passés les 250 km les coureurs ont mal partout.

    C'est bien plus qu'une mode. Les potences surbaissées d'aujourd'hui se justifient par le gain en aérodynamisme, supérieur à la perte due à la baisse de confort.

    Évidemment, pour quelqu'un qui ne cherche pas à aller le plus vite possible, le confort doit rester la priorité, donc il n'est pas nécessaire d'avoir une position basse. Mais en compétition ou en cyclosport agressif, pour cette raison d'aérodynamisme les potences resteront placées à une hauteur très inférieure à celle de la selle. Sauf, idéalement, pour les coureurs peu souples, façon Indurain en son temps.

    Ceci dit, quand on voit des coureurs de haut niveau descendre les cols mains aux cocottes, on ne peut pas s'empêcher de penser que leur guidon est trop bas pour eux… Parce qu'un bon indice pour repérer une position trop basse, c'est lorsque la position mains en bas du guidon ne peut pas être tenue longtemps. 

  • envoyé le 05/03/2018 19:14
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Les EP ne sont pas la panacée non plus, tu cites V.Blondeau oui, mais par exemple entre Mécacote et Cyfac tu auras des différences assez énormes vu que le premier privilégie le point mort haut et le second le point mort bas .. alors qui?

    De plus après une EP tu es plus ou moins obligé de la re-régler aux sensations sur la route alors..

    Quand au cintre au même niveau que la selle, ce n'est plus la norme aujourd'hui mais c'est plus une mode qu'autre chose, si tu regardes les vélos de Bartali, Coppi et les autres ils avaient le cintre au niveau de la selle, ce qui ne les empêchait pas de faire des étapes de 400 km alors qu'aujourd'hui passés les 250 km les coureurs ont mal partout.

    Je suis d'accord avec toi que les EP ne règlent pas tous les problèmes et qu'aucun ergonome ne détienne la vérité absolue. Cela permet de dégrossir le travail ou d'éviter les grosses erreurs.

    Dans un article très intéressant sur cette question paru dans le magazine "Sports et Vie", il était fait allusion à une approche qui fait intervenir la personnalité du sportif. Cela se remarque dans notre façon de marcher : certains portent leur regard haut et loin alors que d'autres visent un mètre devant leurs pieds. Cette attitude générale face à la vie induirait aussi une manière de pédaler et une préférence posturale sur le vélo.

  • envoyé le 05/03/2018 19:17
    Réponse au message de Franck PASTOR

    C'est bien plus qu'une mode. Les potences surbaissées d'aujourd'hui se justifient par le gain en aérodynamisme, supérieur à la perte due à la baisse de confort.

    Évidemment, pour quelqu'un qui ne cherche pas à aller le plus vite possible, le confort doit rester la priorité, donc il n'est pas nécessaire d'avoir une position basse. Mais en compétition ou en cyclosport agressif, pour cette raison d'aérodynamisme les potences resteront placées à une hauteur très inférieure à celle de la selle. Sauf, idéalement, pour les coureurs peu souples, façon Indurain en son temps.

    Ceci dit, quand on voit des coureurs de haut niveau descendre les cols mains aux cocottes, on ne peut pas s'empêcher de penser que leur guidon est trop bas pour eux… Parce qu'un bon indice pour repérer une position trop basse, c'est lorsque la position mains en bas du guidon ne peut pas être tenue longtemps. 

    Un autre indice d'un cintre trop bas : une tendance un peu trop marquée à faire du bec de selle

  • envoyé le 05/03/2018 19:24
    Réponse au message de Eric HENNUY

    En parlant de selle courte, sur mon VTT Specialized de 2016 j'ai une selle Phenom avec un bec assez court et 143mm de large. Elle était sur le vélo vendu complet, donc je ne l'ai pas choisie. Je la trouve tellement confortable que j'ai roulé tout l'hiver avec une Phenom sur mon vélo de route. 152 km ce samedi et vraiment confortable. Je crois que je vais généraliser l'utilisation de cette selle sur mes vélos. Comme quoi le hasard fait parfois bien les choses...

    S'agit-il toujours de la même selle qu'il y a 2 ans, car je ne la trouvais pas spécialement courte? Tous les goûts sont dans la nature, elle m'a irrité un ischion et je le sens encore 2 ans après, je trouvais qu'elle ne permettait pas assez de latitude de mouvements, peut-être mal montée car depuis j'ai considérablement abaissé ma HDS? Changée pour une ancienne selle Italia SLR, aucun rapport entre les 2!

  • envoyé le 05/03/2018 19:32
    Réponse au message de Franck PASTOR

    C'est bien plus qu'une mode. Les potences surbaissées d'aujourd'hui se justifient par le gain en aérodynamisme, supérieur à la perte due à la baisse de confort.

    Évidemment, pour quelqu'un qui ne cherche pas à aller le plus vite possible, le confort doit rester la priorité, donc il n'est pas nécessaire d'avoir une position basse. Mais en compétition ou en cyclosport agressif, pour cette raison d'aérodynamisme les potences resteront placées à une hauteur très inférieure à celle de la selle. Sauf, idéalement, pour les coureurs peu souples, façon Indurain en son temps.

    Ceci dit, quand on voit des coureurs de haut niveau descendre les cols mains aux cocottes, on ne peut pas s'empêcher de penser que leur guidon est trop bas pour eux… Parce qu'un bon indice pour repérer une position trop basse, c'est lorsque la position mains en bas du guidon ne peut pas être tenue longtemps. 

    La géométrie des cadres a changé ce qui implique des positions différentes c'est vrai. Maintenant l'efficacité reste à démontrer, je n'ai pas les chiffres ni les épruves en tête mais avaient été comparés des temps d'ascensions ou de contre la montre des années 60 à ceux de maintenant et les temps étaient les mêmes ou presque.

    Andy Schleck par exemple et pour ta seconde partie de massage ne descendait jamais les mains en bas du cintre par exemple.. Contador pas toujours non plus..

  • envoyé le 05/03/2018 19:35
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Je suis d'accord avec toi que les EP ne règlent pas tous les problèmes et qu'aucun ergonome ne détienne la vérité absolue. Cela permet de dégrossir le travail ou d'éviter les grosses erreurs.

    Dans un article très intéressant sur cette question paru dans le magazine "Sports et Vie", il était fait allusion à une approche qui fait intervenir la personnalité du sportif. Cela se remarque dans notre façon de marcher : certains portent leur regard haut et loin alors que d'autres visent un mètre devant leurs pieds. Cette attitude générale face à la vie induirait aussi une manière de pédaler et une préférence posturale sur le vélo.

    Oui. J'ai fait une EP Cyfac il y a une dizaine d'années, les données étaient étranges, j'ai même pensé à une erreur de logiciel ou d'interpretation des résultats ou sur la méthodologie. La distance cintre/selle par exemple étant chex Cyfac calculée depuis l'arrière de la selle non le bec et l'étude me donnait 78.4 cm de distance cintre/arrière de selle pour une potence de 90. Alors que dès 15 ans je roulais avec des potences de 110 voire 120 et une distance selle/cintre (bec) de 53cm à 16 ans.

  • envoyé le 05/03/2018 19:45
    Réponse au message de Pierre-Yves DESSIMOZ

    S'agit-il toujours de la même selle qu'il y a 2 ans, car je ne la trouvais pas spécialement courte? Tous les goûts sont dans la nature, elle m'a irrité un ischion et je le sens encore 2 ans après, je trouvais qu'elle ne permettait pas assez de latitude de mouvements, peut-être mal montée car depuis j'ai considérablement abaissé ma HDS? Changée pour une ancienne selle Italia SLR, aucun rapport entre les 2!

    Elle fait 15mm de moins que mes autres selles; pour régler le recul de selle c'est plus compliqué!

  • envoyé le 05/03/2018 20:05
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    Oui. J'ai fait une EP Cyfac il y a une dizaine d'années, les données étaient étranges, j'ai même pensé à une erreur de logiciel ou d'interpretation des résultats ou sur la méthodologie. La distance cintre/selle par exemple étant chex Cyfac calculée depuis l'arrière de la selle non le bec et l'étude me donnait 78.4 cm de distance cintre/arrière de selle pour une potence de 90. Alors que dès 15 ans je roulais avec des potences de 110 voire 120 et une distance selle/cintre (bec) de 53cm à 16 ans.

    Heu... La longueur de potence dépend de la longueur du cadre.

  • envoyé le 05/03/2018 20:06
    Réponse au message de Jean GUY

    Heu... La longueur de potence dépend de la longueur du cadre.

    A cadre identique je fais la même taille depuis mes 16 ans.

  • envoyé le 05/03/2018 20:09
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    La géométrie des cadres a changé ce qui implique des positions différentes c'est vrai. Maintenant l'efficacité reste à démontrer, je n'ai pas les chiffres ni les épruves en tête mais avaient été comparés des temps d'ascensions ou de contre la montre des années 60 à ceux de maintenant et les temps étaient les mêmes ou presque.

    Andy Schleck par exemple et pour ta seconde partie de massage ne descendait jamais les mains en bas du cintre par exemple.. Contador pas toujours non plus..

    La géométrie des cadres a changé ce qui implique des positions différentes c'est vrai. Maintenant l'efficacité reste à démontrer, je n'ai pas les chiffres ni les épruves en tête mais avaient été comparés des temps d'ascensions ou de contre la montre des années 60 à ceux de maintenant et les temps étaient les mêmes ou presque.

    C'est une blague ou quoi?

    Passons sur les temps d'ascension, en comparant par exemple le temps d'Hinault et Lemond en 86 dans l'Alpe d'Huez et ceux de maintenant, environ 8 minutes plus rapides pour les vainqueurs d'étape. Et je mets volontairement à part la montée stratosphérique de Pantani en 95 ou 97, qui met près de 11 minutes dans la vue à Hinault 86.

    Et pour les chronos, n'en parlons même pas. 

    Les nouvelles positions étudiées en soufflerie et les cadres qui conviennent (et non l'inverse) ont permis de rouler beaucoup beaucoup plus vite même pour un coureur pro moyen.

  • envoyé le 05/03/2018 20:11
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    A cadre identique je fais la même taille depuis mes 16 ans.

    Oui, mais tu ne dis pas si l'EP de Cyfac te propose la même taille de cadre que celui que tu avais à 16 ans.

    De plus, avec l'âge, ta souplesse peut se modifier, et pas vraiment dans le bon sens.

  • envoyé le 05/03/2018 20:15
    Réponse au message de Jean GUY

    La géométrie des cadres a changé ce qui implique des positions différentes c'est vrai. Maintenant l'efficacité reste à démontrer, je n'ai pas les chiffres ni les épruves en tête mais avaient été comparés des temps d'ascensions ou de contre la montre des années 60 à ceux de maintenant et les temps étaient les mêmes ou presque.

    C'est une blague ou quoi?

    Passons sur les temps d'ascension, en comparant par exemple le temps d'Hinault et Lemond en 86 dans l'Alpe d'Huez et ceux de maintenant, environ 8 minutes plus rapides pour les vainqueurs d'étape. Et je mets volontairement à part la montée stratosphérique de Pantani en 95 ou 97, qui met près de 11 minutes dans la vue à Hinault 86.

    Et pour les chronos, n'en parlons même pas. 

    Les nouvelles positions étudiées en soufflerie et les cadres qui conviennent (et non l'inverse) ont permis de rouler beaucoup beaucoup plus vite même pour un coureur pro moyen.

    "Passons sur les temps d'ascension, en comparant par exemple le temps d'Hinault et Lemond en 86 dans l'Alpe d'Huez et ceux de maintenant, environ 8 minutes plus rapides pour les vainqueurs d'étape. Et je mets volontairement à part la montée stratosphérique de Pantani en 95 ou 97, qui met près de 11 minutes dans la vue à Hinault 86."

    Ca n'a rien à voir.

    Si l'Alpe d'Huez se monte plus vite maintenant qu'hier ce n'est pas car les vélos permettent de la monter plus vite mais car les coureurs sont plus forts.

    De même comment comparer la montée de 86 de Lemond et Hinault alors qu'ils étaient tous les deux échappés depuis des lustres et celle de Pantani où il attaque tout neuf et frais au pied???

    Le record de l'heure, je ne sais pas où il en est mais alors que des candidats le tentaient avec des vélos hyper profillés le record de Merckx avec un vélo "normal" leur tenait la dragée haute.

  • envoyé le 05/03/2018 20:15
    Réponse au message de Jean GUY

    Oui, mais tu ne dis pas si l'EP de Cyfac te propose la même taille de cadre que celui que tu avais à 16 ans.

    De plus, avec l'âge, ta souplesse peut se modifier, et pas vraiment dans le bon sens.

    Si, un 54.

  • envoyé le 05/03/2018 20:17
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    La géométrie des cadres a changé ce qui implique des positions différentes c'est vrai. Maintenant l'efficacité reste à démontrer, je n'ai pas les chiffres ni les épruves en tête mais avaient été comparés des temps d'ascensions ou de contre la montre des années 60 à ceux de maintenant et les temps étaient les mêmes ou presque.

    Andy Schleck par exemple et pour ta seconde partie de massage ne descendait jamais les mains en bas du cintre par exemple.. Contador pas toujours non plus..

    Je n'ai pas d'études poussées précises à citer, je reproduis ce qu'en disent les livres et articles que j'ai pu lire sur le sujet, qui me semblent sérieux : si les positions actuelles sont plus basses, c'est pour le gain en aérodynamisme, et apparemment ça marche.

    Il y a certes bien d'autres facteurs qui entrent en jeu, mais depuis l'époque Coppi, les moyennes horaires sur les courses et étapes plates, les vitesses moyennes sur les grands Tours, les records de l'heure, toutes les performances où l'aéro est déterminante se sont améliorées.

    Andy Schleck par exemple et pour ta seconde partie de massage ne descendait jamais les mains en bas du cintre par exemple.. Contador pas toujours non plus..

    Andy Schleck et Contador ne faisaient pas partie des meilleurs descendeurs du peloton, justement. Tu peux y ajouter Meintjes, que je n'ai jamais vu mettre les mains en bas du guidon non plus. Lui c'est encore plus flagrant, il est toujours à la remorque en descente.

    En 2016 pendant la descente du col de la Colombière, Reichenbach était en permanence les mains en bas du guidon, il s'est fait rejoindre puis proprement larguer par Pantano, le futur vainqueur de l'étape.

    Et de fait que les cracks de la descente (Sagan, Nibali, Pantano…) descendent toujours les mains en bas du guidon. Position plus basse qui procure une meilleure prise et un meilleur contrôle du guidon… si celui-ci n'est pas trop bas.

  • envoyé le 05/03/2018 20:30
    Réponse au message de Franck PASTOR

    Je n'ai pas d'études poussées précises à citer, je reproduis ce qu'en disent les livres et articles que j'ai pu lire sur le sujet, qui me semblent sérieux : si les positions actuelles sont plus basses, c'est pour le gain en aérodynamisme, et apparemment ça marche.

    Il y a certes bien d'autres facteurs qui entrent en jeu, mais depuis l'époque Coppi, les moyennes horaires sur les courses et étapes plates, les vitesses moyennes sur les grands Tours, les records de l'heure, toutes les performances où l'aéro est déterminante se sont améliorées.

    Andy Schleck par exemple et pour ta seconde partie de massage ne descendait jamais les mains en bas du cintre par exemple.. Contador pas toujours non plus..

    Andy Schleck et Contador ne faisaient pas partie des meilleurs descendeurs du peloton, justement. Tu peux y ajouter Meintjes, que je n'ai jamais vu mettre les mains en bas du guidon non plus. Lui c'est encore plus flagrant, il est toujours à la remorque en descente.

    En 2016 pendant la descente du col de la Colombière, Reichenbach était en permanence les mains en bas du guidon, il s'est fait rejoindre puis proprement larguer par Pantano, le futur vainqueur de l'étape.

    Et de fait que les cracks de la descente (Sagan, Nibali, Pantano…) descendent toujours les mains en bas du guidon. Position plus basse qui procure une meilleure prise et un meilleur contrôle du guidon… si celui-ci n'est pas trop bas.

    Les cadres et composants aéro apportent un plus indéniable, qui s'annule quand comme c'est le cas tous les coureurs en bénéficient mais acceptons le fait.

    Pas certain que les moyennes du Tour de France par exemple les plus élevées soient les plus actuelles ...

  • envoyé le 05/03/2018 20:36
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    "Passons sur les temps d'ascension, en comparant par exemple le temps d'Hinault et Lemond en 86 dans l'Alpe d'Huez et ceux de maintenant, environ 8 minutes plus rapides pour les vainqueurs d'étape. Et je mets volontairement à part la montée stratosphérique de Pantani en 95 ou 97, qui met près de 11 minutes dans la vue à Hinault 86."

    Ca n'a rien à voir.

    Si l'Alpe d'Huez se monte plus vite maintenant qu'hier ce n'est pas car les vélos permettent de la monter plus vite mais car les coureurs sont plus forts.

    De même comment comparer la montée de 86 de Lemond et Hinault alors qu'ils étaient tous les deux échappés depuis des lustres et celle de Pantani où il attaque tout neuf et frais au pied???

    Le record de l'heure, je ne sais pas où il en est mais alors que des candidats le tentaient avec des vélos hyper profillés le record de Merckx avec un vélo "normal" leur tenait la dragée haute.

    Boardman avec la position "Superman", c'est 6 km/h plus vite que Merckx sur une heure.

  • envoyé le 05/03/2018 20:48
    Réponse au message de Jean GUY

    Boardman avec la position "Superman", c'est 6 km/h plus vite que Merckx sur une heure.

    C'est exact mais sur une classique ou même sur un Tour, la moyenne est-elle toujours croissante avec les années? j'ai comme un doute.

  • envoyé le 05/03/2018 20:51

    Tout le monde a raison... comme d'habitude !

    Une position basse réduit la résistance aérodynamique, laquelle évolue selon le carré de la vitesse, mais n'est pas supportable pour descendre un col mains en bas et fatigue sur les longues distances...

    A chacun de définir ses priorités.

    Mais comment se fait-il que certains soient si peu à l'écoute de leur corps ?

  • envoyé le 05/03/2018 20:54
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA

    C'est exact mais sur une classique ou même sur un Tour, la moyenne est-elle toujours croissante avec les années? j'ai comme un doute.

    Attendons l'autorisation des moteurs et des carénages... les positions vont encore évoluer  smiley lol


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Route - Matériel | Haut de page

KTM juin18
Hutchinson juin18
Maurienne Tourisme