Vélos route freins à disques = FIASCO des ventes

Retour au forum Route - Matériel | Bas de page | Tout afficher / masquer


  • envoyé le 30/01/2018 15:33
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    "La peur du terrorisme"... Comment appelle-t-on un terrorisme qui ne fait pas peur ?

    On touche là à l'irrationnel, parce que si on analyse froidement la probabilité de mourir dans un attentat, elle est très nettement inférieure à celle de périr dans un accident de la route. Qui a peur en montant dans sa voiture ?

    Concernant les équipements de sécurité cyclistes, tu ne parviendras pas à me convaincre entièrement. Le casque m'a été utile au moins à deux reprises : lors d'un choc frontal contre une voiture, et à l'occasion d'une chute. Le casque était abimé dans les deux cas. Et pour les lunettes, je les ai choisies fonctionnelles, sans préoccupation esthétique (des DKT non fumées), tout simplement parce que je n'apprécie pas les insectes dans les yeux.

    Tu t'appliques tellement à refuser le système que tu en oublies parfois la réalité !

    Pour la voiture. La possibilité de l'accident, de la mort peut être, est paradoxalement une des choses les plus attirantes dans la conduite automobile par le sentiment de maîtrise que nous pensons avoir sur les choses. Arriver à bon port démontre que nous avons été plus forts que le destin. Le terrorisme. Il y a le terrorisme, comme il y a l'accident de voiture ou de vélo et il y a la peur du terrorisme ou de l'accident, ce sont des choses, des sentiments bien distincts. On voudrait nous faire prendre les uns pour les autres dans un but à peine avoué de manipulation, politique, sociale, religieuse, économique, sociétale en général, systémique, capitaliste. Le casque à vélo. Tu loues le casque après l'avoir acheté car il t'a évité des problèmes, mais le casque a moins été la solution que tes chutes les causes. Prendre un remède contre le rhume est moins la solution qu'éviter de s'enrhumer. Nous ne voyons pas nos fautes et remercions des agents extérieurs d'en avoir minimisé les conséquences. Tu es tombé, je suis tombé, somme toute à faible allure, "petitement" et nous trouvons ça risqué alors que tous les professionnels ont toujours roulé sans casque jusqu'à il y a peu dans des conditions de course et de chute autrement plus difficiles que les nôtres et ils sont là pour en parler. Pendant que nous autres petits passionnés sommes là pour dire que sans casque lors de nos chutes de "minables" nous ne serions plus là pour en parler. Il y a là un paradoxe assez extraordinaire. Les lunettes. Idem que pour le casque, jusqu'à il y a peu, il suffit de regarder des vidéos de cyclisme des années 80, avant ou un peu après pour se rendre compte qu'à part les porteurs naturels de lunettes de vue, aucun coureur professionnel ne portait de lunettes. Alors que nous autres, ne pouvons rouler à 20 km/h sans lunettes par risque de mouches ou abeilles dans les yeux, ou soleil aveuglant, hier les pros faisaient le Tour de France sans lunettes. Indispensables donc? bien sûr que non. Sauf à être indispensable à la panoplie réglementaire de tout cycliste qui se respecte et qui imite les pros payés par les marques pour porter ces lunettes. Je refuse le système? être manipulé, pris pour un idiot, juste pour les intérêts de quelques uns et leurs familles, niveler le niveau intellectuel par et vers le bas, crétiniser les hommes pour mieux les exploiter n'est pas ma tasse de thé non.
  • envoyé le 30/01/2018 15:37
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA
    Pour la voiture. La possibilité de l'accident, de la mort peut être, est paradoxalement une des choses les plus attirantes dans la conduite automobile par le sentiment de maîtrise que nous pensons avoir sur les choses. Arriver à bon port démontre que nous avons été plus forts que le destin. Le terrorisme. Il y a le terrorisme, comme il y a l'accident de voiture ou de vélo et il y a la peur du terrorisme ou de l'accident, ce sont des choses, des sentiments bien distincts. On voudrait nous faire prendre les uns pour les autres dans un but à peine avoué de manipulation, politique, sociale, religieuse, économique, sociétale en général, systémique, capitaliste. Le casque à vélo. Tu loues le casque après l'avoir acheté car il t'a évité des problèmes, mais le casque a moins été la solution que tes chutes les causes. Prendre un remède contre le rhume est moins la solution qu'éviter de s'enrhumer. Nous ne voyons pas nos fautes et remercions des agents extérieurs d'en avoir minimisé les conséquences. Tu es tombé, je suis tombé, somme toute à faible allure, "petitement" et nous trouvons ça risqué alors que tous les professionnels ont toujours roulé sans casque jusqu'à il y a peu dans des conditions de course et de chute autrement plus difficiles que les nôtres et ils sont là pour en parler. Pendant que nous autres petits passionnés sommes là pour dire que sans casque lors de nos chutes de "minables" nous ne serions plus là pour en parler. Il y a là un paradoxe assez extraordinaire. Les lunettes. Idem que pour le casque, jusqu'à il y a peu, il suffit de regarder des vidéos de cyclisme des années 80, avant ou un peu après pour se rendre compte qu'à part les porteurs naturels de lunettes de vue, aucun coureur professionnel ne portait de lunettes. Alors que nous autres, ne pouvons rouler à 20 km/h sans lunettes par risque de mouches ou abeilles dans les yeux, ou soleil aveuglant, hier les pros faisaient le Tour de France sans lunettes. Indispensables donc? bien sûr que non. Sauf à être indispensable à la panoplie réglementaire de tout cycliste qui se respecte et qui imite les pros payés par les marques pour porter ces lunettes. Je refuse le système? être manipulé, pris pour un idiot, juste pour les intérêts de quelques uns et leurs familles, niveler le niveau intellectuel par et vers le bas, crétiniser les hommes pour mieux les exploiter n'est pas ma tasse de thé non.

    Qu'est-ce que je suis d'accord avec ça ! 

  • envoyé le 30/01/2018 15:42
    Réponse au message de Simon RANO

    Selon Imanol ALCANTARA, si la science a pris son essor dans la Grèce antique à des fins purement spéculatives (connaître le monde), elle se donne aujourd'hui la vocation d'agir sur lui, par le biais des technologies. Or cette entreprise a pris de telles proportions qu'elle menace les cultures traditionnelles du monde entier. La maitrise technique leur permet de plier la nature à tous leurs désirs, de dévoiler la matière dans tous ses recoins (l'atome), de l'arraisonner totalement. Le philosophe soulève le danger que présente ce « projet calculatoire » : par son caractère démesuré, il rejaillit non seulement sur la nature mais sur le sujet lui-même : le propre du mécanisme qui accompagne la technique est d'expliquer toute vie, y compris la vie psychique, en partant d'éléments isolés et non pas de la cohésion du sens du vécu. A force de vouloir arraisonner le monde, de vouloir l'expliquer et le transformer toujours et partout, d'en évacuer tout mystère, Imanol s'expose à évacuer également tout sens de son existence.

    smiley innocent

    Certes ! Mon esprit enténébré et sans doute un peu naïf ne peut toutefois s'empêcher de se laisser assaillir par une question dont je laisse à d'autres le soin de juger la pertinence : l'élève aurait-il si bien appris sa leçon qu'il en vient à dépasser le maître ?

    smiley surprisedsmiley rolleyes

  • envoyé le 30/01/2018 15:43
    Réponse au message de Simon RANO

    Selon Imanol ALCANTARA, si la science a pris son essor dans la Grèce antique à des fins purement spéculatives (connaître le monde), elle se donne aujourd'hui la vocation d'agir sur lui, par le biais des technologies. Or cette entreprise a pris de telles proportions qu'elle menace les cultures traditionnelles du monde entier. La maitrise technique leur permet de plier la nature à tous leurs désirs, de dévoiler la matière dans tous ses recoins (l'atome), de l'arraisonner totalement. Le philosophe soulève le danger que présente ce « projet calculatoire » : par son caractère démesuré, il rejaillit non seulement sur la nature mais sur le sujet lui-même : le propre du mécanisme qui accompagne la technique est d'expliquer toute vie, y compris la vie psychique, en partant d'éléments isolés et non pas de la cohésion du sens du vécu. A force de vouloir arraisonner le monde, de vouloir l'expliquer et le transformer toujours et partout, d'en évacuer tout mystère, Imanol s'expose à évacuer également tout sens de son existence.

    smiley innocent

    Heidegger n'a pas écrit que des bêtises, Alcantara quant à lui pense qu'il est moins convenant d'arraisonner le monde que les hommes qui le composent et que le sens de l'existence est à chercher en nous et pas au dehors.
  • envoyé le 30/01/2018 15:45
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA
    Pour la voiture. La possibilité de l'accident, de la mort peut être, est paradoxalement une des choses les plus attirantes dans la conduite automobile par le sentiment de maîtrise que nous pensons avoir sur les choses. Arriver à bon port démontre que nous avons été plus forts que le destin. Le terrorisme. Il y a le terrorisme, comme il y a l'accident de voiture ou de vélo et il y a la peur du terrorisme ou de l'accident, ce sont des choses, des sentiments bien distincts. On voudrait nous faire prendre les uns pour les autres dans un but à peine avoué de manipulation, politique, sociale, religieuse, économique, sociétale en général, systémique, capitaliste. Le casque à vélo. Tu loues le casque après l'avoir acheté car il t'a évité des problèmes, mais le casque a moins été la solution que tes chutes les causes. Prendre un remède contre le rhume est moins la solution qu'éviter de s'enrhumer. Nous ne voyons pas nos fautes et remercions des agents extérieurs d'en avoir minimisé les conséquences. Tu es tombé, je suis tombé, somme toute à faible allure, "petitement" et nous trouvons ça risqué alors que tous les professionnels ont toujours roulé sans casque jusqu'à il y a peu dans des conditions de course et de chute autrement plus difficiles que les nôtres et ils sont là pour en parler. Pendant que nous autres petits passionnés sommes là pour dire que sans casque lors de nos chutes de "minables" nous ne serions plus là pour en parler. Il y a là un paradoxe assez extraordinaire. Les lunettes. Idem que pour le casque, jusqu'à il y a peu, il suffit de regarder des vidéos de cyclisme des années 80, avant ou un peu après pour se rendre compte qu'à part les porteurs naturels de lunettes de vue, aucun coureur professionnel ne portait de lunettes. Alors que nous autres, ne pouvons rouler à 20 km/h sans lunettes par risque de mouches ou abeilles dans les yeux, ou soleil aveuglant, hier les pros faisaient le Tour de France sans lunettes. Indispensables donc? bien sûr que non. Sauf à être indispensable à la panoplie réglementaire de tout cycliste qui se respecte et qui imite les pros payés par les marques pour porter ces lunettes. Je refuse le système? être manipulé, pris pour un idiot, juste pour les intérêts de quelques uns et leurs familles, niveler le niveau intellectuel par et vers le bas, crétiniser les hommes pour mieux les exploiter n'est pas ma tasse de thé non.

    Une seule solution Imanol : retourne dans ta caverne préhistorique ! smiley wink

  • envoyé le 30/01/2018 15:46
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Une seule solution Imanol : retourne dans ta caverne préhistorique ! smiley wink

    Plutôt dans l'allégorie de sa caverne smiley mr-green

  • envoyé le 30/01/2018 15:50
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA
    Heidegger n'a pas écrit que des bêtises, Alcantara quant à lui pense qu'il est moins convenant d'arraisonner le monde que les hommes qui le composent et que le sens de l'existence est à chercher en nous et pas au dehors.

    Le seul qui sait arraisonner c'est Surcouf mais pas des hommes, seulement des Anglais.

  • envoyé le 30/01/2018 15:51

    mon bouclard revendeur Specialized est quasi certain que les disques seront l'avenir du vélo et que bientôt on ne trouvera plus de cadre avec freins "normaux".

    Selon lui, il suffit juste que les pros s'y mettent et ensuite se sera bon....ce à quoi j'ai répondu que les pros ne veulent pas de disques et que les équipementiers font une pression de malade sur l'UCI pour pousser les disques.

    A titre perso, ca me fait un peu peur quand même, car assez souvent la pression des marques est suffisante pour faire basculer le truc. On pourrait d'ailleurs imaginer une marque comme Specialized dire à une des équipes qu'elle sponsorise : pour vous cette année c'est du tarmac disque uniquement et rien d'autre. Et gentiment il n'y aurait plus trop de choix pour les équipes.

    Je reste perplexe sur le futur.

  • envoyé le 30/01/2018 15:54
    Réponse au message de Simon RANO

    Plutôt dans l'allégorie de sa caverne smiley mr-green

    C'est bien antérieur à Heidegger tout ça ! 

    Hummmm ! Platon... la Grèce antique... ses éphèbes : Imanol a bon goût smiley lol

  • envoyé le 30/01/2018 15:56
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Une seule solution Imanol : retourne dans ta caverne préhistorique ! smiley wink

    L'idée de Platon est bien sûr formidable, je préfère même si ressemblante celle d'Ovide ou plus tard de Rousseau. Sinon, si retourner dans la caverne signifie le refus du progrès (ou de l'innovation) ce n'est bien sûr pas si simple que ça. Trouver internet, la téléphonie mobile par exemple pire que non nécessaires, dangereux, penser qu'inciter à porter un casque ou des lumières à vélo est une manipulation innommable, n'est pas faire de ceux qui le pensent des hommes préhistoriques, qu'ils soient Australopithèques, Homohabilis, Rudolfensis, Egaster, Géorgicus, Erectus, Gensis, Néandertal (mes préférés) ou Homo-sapiens. Quand bien même ce le serait, tu n'es pas sans savoir que mes préférés les Néandertal donc eurent beaucoup de qualités physiques et intellectuelles et que leur malheur et disparition vinrent en grande partie de leur rencontre avec Sapiens, l'Homme moderne. La modernité est souvent synonyme de régression d'un certain point de vue et selon certains aspects. Bref, un Néandertal était surement bien plus "heureux" il y a 300 000 ans que nous ne le sommes aujourd'hui, toutes choses égales par ailleurs.
  • envoyé le 30/01/2018 16:00
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA
    L'idée de Platon est bien sûr formidable, je préfère même si ressemblante celle d'Ovide ou plus tard de Rousseau. Sinon, si retourner dans la caverne signifie le refus du progrès (ou de l'innovation) ce n'est bien sûr pas si simple que ça. Trouver internet, la téléphonie mobile par exemple pire que non nécessaires, dangereux, penser qu'inciter à porter un casque ou des lumières à vélo est une manipulation innommable, n'est pas faire de ceux qui le pensent des hommes préhistoriques, qu'ils soient Australopithèques, Homohabilis, Rudolfensis, Egaster, Géorgicus, Erectus, Gensis, Néandertal (mes préférés) ou Homo-sapiens. Quand bien même ce le serait, tu n'es pas sans savoir que mes préférés les Néandertal donc eurent beaucoup de qualités physiques et intellectuelles et que leur malheur et disparition vinrent en grande partie de leur rencontre avec Sapiens, l'Homme moderne. La modernité est souvent synonyme de régression d'un certain point de vue et selon certains aspects. Bref, un Néandertal était surement bien plus "heureux" il y a 300 000 ans que nous ne le sommes aujourd'hui, toutes choses égales par ailleurs.

    C'est à dire qu'il y a 300000 ans, quand on arrivait encore à naître et à vivre, on mourait généralement entre 20 et 30 ans. Je ne sais pas si c'est la source du bonheur mais c'est possible. 20 ans c'est le meilleur âge pour mourir. Je ne sais pas si il y avait une grande place pour le bonheur, tu survivais, on appréciait certainement le confort de l'époque, un abris, le feu, mais de là à parler de bonheur je ne sais pas, on éprouvait momentanément du réconfort. 

  • envoyé le 30/01/2018 16:01
    Réponse au message de Olivier COMMENT

    mon bouclard revendeur Specialized est quasi certain que les disques seront l'avenir du vélo et que bientôt on ne trouvera plus de cadre avec freins "normaux".

    Selon lui, il suffit juste que les pros s'y mettent et ensuite se sera bon....ce à quoi j'ai répondu que les pros ne veulent pas de disques et que les équipementiers font une pression de malade sur l'UCI pour pousser les disques.

    A titre perso, ca me fait un peu peur quand même, car assez souvent la pression des marques est suffisante pour faire basculer le truc. On pourrait d'ailleurs imaginer une marque comme Specialized dire à une des équipes qu'elle sponsorise : pour vous cette année c'est du tarmac disque uniquement et rien d'autre. Et gentiment il n'y aurait plus trop de choix pour les équipes.

    Je reste perplexe sur le futur.

    Je reste perplexe sur le futur.

    Tu pourrais sans doute relativiser le danger de ne plus trouver de pièces pour faire durer ton vélo traditionnel : avant que le frein à disque soit le seul disponible quelle que soit le niveau de gamme des vélos, il coulera encore de l'eau sous les ponts et tu trouveras encore des câbles et des patins pendant longtemps.

    Tu veux anticiper de combien d'années ?

  • envoyé le 30/01/2018 16:03
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA
    L'idée de Platon est bien sûr formidable, je préfère même si ressemblante celle d'Ovide ou plus tard de Rousseau. Sinon, si retourner dans la caverne signifie le refus du progrès (ou de l'innovation) ce n'est bien sûr pas si simple que ça. Trouver internet, la téléphonie mobile par exemple pire que non nécessaires, dangereux, penser qu'inciter à porter un casque ou des lumières à vélo est une manipulation innommable, n'est pas faire de ceux qui le pensent des hommes préhistoriques, qu'ils soient Australopithèques, Homohabilis, Rudolfensis, Egaster, Géorgicus, Erectus, Gensis, Néandertal (mes préférés) ou Homo-sapiens. Quand bien même ce le serait, tu n'es pas sans savoir que mes préférés les Néandertal donc eurent beaucoup de qualités physiques et intellectuelles et que leur malheur et disparition vinrent en grande partie de leur rencontre avec Sapiens, l'Homme moderne. La modernité est souvent synonyme de régression d'un certain point de vue et selon certains aspects. Bref, un Néandertal était surement bien plus "heureux" il y a 300 000 ans que nous ne le sommes aujourd'hui, toutes choses égales par ailleurs.

    Bref, un Néandertal était surement bien plus "heureux" il y a 300 000 ans que nous ne le sommes aujourd'hui, toutes choses égales par ailleurs.

    Spéculation non fondée...

  • envoyé le 30/01/2018 16:21

    Tu loues le casque après l'avoir acheté car il t'a évité des problèmes, mais le casque a moins été la solution que tes chutes les causes.

    Tu connais un cycliste pratiquant régulier qui n'est jamais tombé et dont tu peux dire avec certitude qu'il ne tombera jamais ? Prière de nous faire savoir qui est cette extraordinaire personne. Toi ?

  • envoyé le 30/01/2018 16:27
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    "La peur du terrorisme"... Comment appelle-t-on un terrorisme qui ne fait pas peur ?

    On touche là à l'irrationnel, parce que si on analyse froidement la probabilité de mourir dans un attentat, elle est très nettement inférieure à celle de périr dans un accident de la route. Qui a peur en montant dans sa voiture ?

    Concernant les équipements de sécurité cyclistes, tu ne parviendras pas à me convaincre entièrement. Le casque m'a été utile au moins à deux reprises : lors d'un choc frontal contre une voiture, et à l'occasion d'une chute. Le casque était abimé dans les deux cas. Et pour les lunettes, je les ai choisies fonctionnelles, sans préoccupation esthétique (des DKT non fumées), tout simplement parce que je n'apprécie pas les insectes dans les yeux.

    Tu t'appliques tellement à refuser le système que tu en oublies parfois la réalité !

    tout simplement parce que je n'apprécie pas les insectes dans les yeux. Efficace aussi pour protéger des conjonctivites.

     

  • envoyé le 30/01/2018 16:29
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    Je reste perplexe sur le futur.

    Tu pourrais sans doute relativiser le danger de ne plus trouver de pièces pour faire durer ton vélo traditionnel : avant que le frein à disque soit le seul disponible quelle que soit le niveau de gamme des vélos, il coulera encore de l'eau sous les ponts et tu trouveras encore des câbles et des patins pendant longtemps.

    Tu veux anticiper de combien d'années ?

    je me projette par exemple à 5 ans! si le disque passe...quoi faire à termes de mes roues à patins...qui en voudra ?

    j'avais pensé remonter mon groupe DA sur un nouveau cadre...bingo...frein direct mount = plus possible de monter mes étriers DA.

    ca m'a pris la tête ce truc!

  • envoyé le 30/01/2018 16:34
    Réponse au message de Imanol ALCANTARA
    Pour la voiture. La possibilité de l'accident, de la mort peut être, est paradoxalement une des choses les plus attirantes dans la conduite automobile par le sentiment de maîtrise que nous pensons avoir sur les choses. Arriver à bon port démontre que nous avons été plus forts que le destin. Le terrorisme. Il y a le terrorisme, comme il y a l'accident de voiture ou de vélo et il y a la peur du terrorisme ou de l'accident, ce sont des choses, des sentiments bien distincts. On voudrait nous faire prendre les uns pour les autres dans un but à peine avoué de manipulation, politique, sociale, religieuse, économique, sociétale en général, systémique, capitaliste. Le casque à vélo. Tu loues le casque après l'avoir acheté car il t'a évité des problèmes, mais le casque a moins été la solution que tes chutes les causes. Prendre un remède contre le rhume est moins la solution qu'éviter de s'enrhumer. Nous ne voyons pas nos fautes et remercions des agents extérieurs d'en avoir minimisé les conséquences. Tu es tombé, je suis tombé, somme toute à faible allure, "petitement" et nous trouvons ça risqué alors que tous les professionnels ont toujours roulé sans casque jusqu'à il y a peu dans des conditions de course et de chute autrement plus difficiles que les nôtres et ils sont là pour en parler. Pendant que nous autres petits passionnés sommes là pour dire que sans casque lors de nos chutes de "minables" nous ne serions plus là pour en parler. Il y a là un paradoxe assez extraordinaire. Les lunettes. Idem que pour le casque, jusqu'à il y a peu, il suffit de regarder des vidéos de cyclisme des années 80, avant ou un peu après pour se rendre compte qu'à part les porteurs naturels de lunettes de vue, aucun coureur professionnel ne portait de lunettes. Alors que nous autres, ne pouvons rouler à 20 km/h sans lunettes par risque de mouches ou abeilles dans les yeux, ou soleil aveuglant, hier les pros faisaient le Tour de France sans lunettes. Indispensables donc? bien sûr que non. Sauf à être indispensable à la panoplie réglementaire de tout cycliste qui se respecte et qui imite les pros payés par les marques pour porter ces lunettes. Je refuse le système? être manipulé, pris pour un idiot, juste pour les intérêts de quelques uns et leurs familles, niveler le niveau intellectuel par et vers le bas, crétiniser les hommes pour mieux les exploiter n'est pas ma tasse de thé non.

    Je reprends ton raisonnement et le ramène la conduite auto puisque tu étais parti de là.

    Je connais plein de monde qui ont souvent roulé (et j'en ai, je n'en suis pas fier, fait parti), et roule encore, avec plus de 0.8, puis 0.5g sans jamais avoir été contrôlé ni avoir provoqué d'accident.

    Donc pour continuer dans l'absurde, comme cela s'est fait longtemps sans conséquence, autant continuer, hein?

  • envoyé le 30/01/2018 16:35
    Réponse au message de Olivier COMMENT

    je me projette par exemple à 5 ans! si le disque passe...quoi faire à termes de mes roues à patins...qui en voudra ?

    j'avais pensé remonter mon groupe DA sur un nouveau cadre...bingo...frein direct mount = plus possible de monter mes étriers DA.

    ca m'a pris la tête ce truc!

    Un rien t'arrête en fait. Tu n'as pas de perceuse chez toi?smiley mr-green

  • envoyé le 30/01/2018 16:53
    Réponse au message de Olivier COMMENT

    je me projette par exemple à 5 ans! si le disque passe...quoi faire à termes de mes roues à patins...qui en voudra ?

    j'avais pensé remonter mon groupe DA sur un nouveau cadre...bingo...frein direct mount = plus possible de monter mes étriers DA.

    ca m'a pris la tête ce truc!

    quoi faire à termes de mes roues à patins...qui en voudra ?

    Si tes roues sont neuves, tu es en droit de te poser la question. Si elles ont 2-3 ans, continue de les user, tu aviseras plus tard

  • envoyé le 30/01/2018 17:11

    Le disque est bien en route mouillée ou terreuse. Adapté au VTT. A la route, bof.

  • envoyé le 30/01/2018 17:31

    Il faut bien reconnaitre que je n'y connais pas grand chose (mais je suis en train d'apprendre des trucs hein !). Mais personnellement, les disques ne m'attirent pas du tout : je les trouve totalement inesthétiques. et pour les novices non-mécanos (ou pas doués...) cela rajoute des difficultés supplémentaires. Je peux comprendre qu'en VTT, les disques aient une utilité, pour ce qui est de la route, en tout cas avec ma pratique..., je reste perplexe. Mes freins à patins sur mes roues alu suffisent amplement, et sont bien plus discrets !

  • envoyé le 30/01/2018 17:33
    Réponse au message de Thierry GEUMEZ

    C'est bien antérieur à Heidegger tout ça ! 

    Hummmm ! Platon... la Grèce antique... ses éphèbes : Imanol a bon goût smiley lol

    Je lui trouve beaucoup de Socrate dans La République smiley innocent

    Socrate était un pur génie, il a inventé le troll 2 400 ans avant l'internet smiley lol

  • envoyé le 30/01/2018 17:50
    Réponse au message de Grégory RUYSSCHAERT
    Oui, la Grèce antique, ce summon de la civilisation où on allait jeter une fille ou un bébé mâle frêle à la fosse ... vraiment la civilisation idéale (même si je me réjouis de certains apports) .

    Et sa quantité d'abus sexuels sur mineurs (ceux qui avaient échappé à la fosse) sous couvert de pédagogie et d'instruction. La rondelle du petit Alcibiade a bien morflé smiley innocent

  • envoyé le 30/01/2018 17:51
    Réponse au message de Frederic CLAIRET

    Le disque est bien en route mouillée ou terreuse. Adapté au VTT. A la route, bof.

    Quand les routes sont trempées en permanence comme en cette saison en Brabant belge, ça me fait regretter parfois de n'avoir pas de freins à disques sur mon «route» habituel… surtout que les jantes se creusent à vitesse grand V, avec toutes les saletés que les patins ramassent ! smiley frown

  • envoyé le 30/01/2018 17:58
    Réponse au message de Franck PASTOR

    Quand les routes sont trempées en permanence comme en cette saison en Brabant belge, ça me fait regretter parfois de n'avoir pas de freins à disques sur mon «route» habituel… surtout que les jantes se creusent à vitesse grand V, avec toutes les saletés que les patins ramassent ! smiley frown

    Nous en venons toujours à la même conclusion Franck : les patins ne sont pas suffisants dans les descentes sous la pluie et creusent les flancs des jantes, et les disques sont un peu "encombrants" (poids, prix, incidence sur la vivacité du vélo, complication de la maintenance) dans toutes les autres circonstances.

    En attendant l'évolution d'un marché qui n'est pas encore arrivé à maturité, j'ai commencé l'essai d'autres patins que les campa d'origine...


Répondre

Tout afficher / masquer


Retour au forum Route - Matériel | Haut de page

Hutchinson juin18
Maurienne Tourisme
KTM juin18