Tour d'Italie — Froome écrase une étape de légende

Pros Publié le 25/05/2018 18:45

Giro # 19. Le Finestre a fait basculer le Giro en faveur de Chris Froome, qui ravit le maillot rose à un Simon Yates éjecté du top 10. Thibaut Pinot monte sur le podium.

Chris Froome remporte l'étape de Jafferau
© Sirotti
Le Colle delle Finestre fait partie des ascensions du Giro devenus rapidement mythiques. Empruntée pour la première fois en 2005, ce n'était aujourd'hui que la quatrième visite du Tour d'Italie sur les sept kilomètres de chemin de terre qui caractérisent la fin du col. Mais ce passage laissera de grandes traces dans l'histoire du Giro et du cyclisme, grâce à un impressionnant raid réalisé par Chris Froome (Team Sky) qui, ce soir, s'offre même le luxe de découvrir les joies du rose. A voir la Sky rouler dès le pied du col et ne laisser aucune chance aux coureurs espérant prendre une échappée fleuve, il semblait juste de s'imaginer à une offensive du leader de la Sky. Le train blanc fait rapidement une première victime, et elle est de taille. Le maillot rose Simon Yates (Mitchelton-Scott), qui paraissait encore intouchable avant-hier.

Le Britannique lâche du terrain alors que le groupe de tête est encore sur la partie goudronnée du Finestre, à plus d'une dizaine de kilomètres du sommet. Mais le futur ex-maillot rose ne gère pas sa montée, il explose et semble en grande souffrance, alors que plus de 80 kilomètres sont encore à parcourir. A près d'un quart d'heure au sommet, Yates n'avait toujours pas franchi la ligne une demi-heure après que le vainqueur du jour ne soit arrivé. Une fin cruelle pour le leader de la Mitchelton-Scott qui devait s'imaginer bien haut sur le podium à Rome depuis une dizaine de jours. Mais Simon Yates n'est pas le seul à être passé par la fenêtre sur les pentes du Finestre.

Thibaut Pinot au départ de l'étape du Finestre
© Sirotti
Défaillance du maillot rose ou pas, le plan de la Sky était de tout faire exploser loin de l'arrivée. Kenny Elissonde (Team Sky) était le dernier étage de la fusée, et dès l'entrée sur la partie non goudronnée c'est presque au sprint que le Français lance son leader. Dès lors, inévitablement, chacun sait que Froome va lancer une offensive. Et il ne lui faudra qu'une seule attaque pour partir seul et laisser Dumoulin et consorts à leurs peines. Le Néerlandais, en virtuel maillot rose, prend la responsabilité de la poursuite, qui aura le mérite de faire exploser Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida), qui a vu aujourd'hui le podium s'éloigner définitivement. Mal en point dans le Finestre, l'Italien lâche petit à petit du terrain, et ni les portions descendantes ni les deux derniers cols du jour ne lui permettront de grappiller du temps.

Chris Froome n'a pourtant qu'une quarantaine de secondes d'avance au sommet du Finestre, et plus de soixante-dix kilomètres sont encore à effectuer. Mais l'Anglais ne se relève pas, et plonge vers la vallée dans son style caractéristique de descendeur, emprunté à Matej Mohoric. Ce sera finalement un cavalier seul du quadruple vainqueur de la Grande Boucle en direction de Bardonecchia. Son avance augmente fortement et c'est avec près de trois minutes qu'il passe au sommet de Sestrières. On se dit que le Britannique va exploser, qu'il a trop forcé et que seul, il s'épuise. Il n'en sera rien, et Froome conserve finalement le même écart sur la ligne, ne perdant rien de son avance sur le groupe de poursuivants dans la montée vers Jafferau, pour prendre le maillot rose avec 40 secondes d'avance sur Dumoulin.

Froome renverse le Giro sur une étape de légende
© Sirotti
Quarante secondes, c'est également ce qui sépare le troisième du quatrième. Et c'est Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) qui est monté sur la boîte provisoire. Profitant de la défaillance de Pozzovivo, le Franc-Comtois devra désormais surveiller de très près Miguel Angel Lopez (Astana) demain pour conserver une troisième place qui paraissait encore inespérée hier soir. Froome, en prenant le maillot rose en plus du gain de l'étape, a marqué le Giro de son empreinte. Et écrit une page importante du cyclisme avec une offensive lointaine, lui qui était plutôt habitué à suivre son train jusque dans les derniers kilomètres. Avec un raid à l'ancienne pour un coureur qui a fréquemment le nez plongé dans son capteur de puissance. Comme un contraste entre panache et calcul. - Adrien Godard

Classement 19ème étape :

1. Chris Froome (GBR, Team Sky) les 184 km en 5h12'26" (35,3 km/h)
2. Richard Carapaz (EQU, Movistar Team) à 3'00"
3. Thibaut Pinot (FRA, Groupama-FDJ) à 3'07"
4. Miguel Angel Lopez (COL, Astana) à 3'12"
5. Tom Dumoulin (PBS, Team Sunweb) à 3'23"
6. Sebastien Reichenbach (SUI, Groupama-FDJ) à 6'13"
7. Davide Formolo (ITA, Bora-Hansgrohe) à 8'22"
8. Sam Oomen (PBS, Team Sunweb) à 8'23"
9. Patrick Konrad (AUT, Bora-Hansgrohe) m.t.
10. Pello Bilbao (ESP, Astana) m.t.

Classement général # 19 :

1. Chris Froome (GBR, Team Sky) en 80h21'59"
2. Tom Dumoulin (PBS, Team Sunweb) à 40 sec.
3. Thibaut Pinot (FRA, Groupama-FDJ) à 4'17"
4. Miguel Angel Lopez (COL, Astana) à 4'57"
5. Richard Carapaz (EQU, Movistar Team) à 5'44"
6. Domenico Pozzovivo (ITA, Bahrain-Merida) à 8'03"
7. Pello Bilbao (ESP, Astana) à 11'08"
8. Patrick Konrad (AUT, Bora-Hansgrohe) à 12'19"
9. George Bennett (NZL, Team LottoNL-Jumbo) à 12'35"
10. Sam Oomen (PBS, Team Sunweb) à 14'18"

<< Article précédent | Article suivant >>

KTM juin18
Hutchinson juin18
Maurienne Tourisme