FLASHS

Amateurs

Interview de Julien Simon (SuperSport 35-ACNC)

Publié le 02/09/2007 00:02

Interview de Julien Simon : "j'espère maintenant que ma victoire à Plouay va m'ouvrir les portes du milieu professionnel."
Interview de Julien Simon (SuperSport 35-ACNC) : "j'espère maintenant que ma victoire à Plouay va m'ouvrir les portes du milieu professionnel."

Le 4 octobre prochain, Julien Simon (SuperSport 35-ACNC) fêtera son 22ème anniversaire. Etudiant en Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA), le jeune rennais se définit volontiers comme un grimpeur, pour le moins un puncheur, incapable de tenir en place lorsqu'il se sent les moyens de convoiter une victoire. Intenable attaquant, Julien Simon s'est adjugé hier le Grand Prix de Plouay, une épreuve amateur dont le vainqueur a la particularité de rejoindre les rangs professionnels dans les semaines qui suivent son sacre. Nul ne sait si l'histoire se perpétuera avec Julien Simon. C'est en tout cas le rêve du coureur breton, que son mentor Stéphane Heulot cherche en vain à placer au sein d'un groupe sportif professionnel en vue de la saison 2008. Cette saison, Julien Simon compte déjà quatre victoires Elites à son palmarès.
Julien, quels ont été tes sensations durant le Grand Prix de Plouay ?
"J'ai eu un problème mécanique en tout début de course. Avant même la fin du premier tour, j'ai cassé mon câble de dérailleur. Je voyais que ça partait donc je me suis arrêté, j'ai changé de vélo. On m'a passé un mulet, un vélo sur lequel je n'étais pas bien du tout. Le temps qu'on change le câble, j'ai fait un tour de circuit avec mon vélo de misère. Je me suis ensuite à nouveau arrêté pour retrouver ma machine habituelle. Ensuite, la course a explosé. Un groupe d'une vingtaine d'hommes s'est constitué, mais ça se regardait et ça ne roulait pas. C'est le moment que j'ai choisi pour attaquer."

Vous êtes partis à deux ?
"Oui, nous sommes sortis à deux avec Julien Fouchard dans la bosse qui suit le ravito, la côte de Kerscoulic. Nous avons démarré à deux tours de l'arrivée, soit à 35 kilomètres du but. Après, j'ai vu que mon compagnon d'échappée était un peu moins bien. Je me suis dit qu'il fallait essayer de le garder avec moi le plus longtemps possible. Mais dans la dernière ascension de la côte du Lézot, à 17 kilomètres de la ligne d'arrivée, je lui ai pris vingt mètres. Il restait un tour à couvrir et j'ai essayé d'y aller tout seul. J'ai eu peur dans les cinq derniers kilomètres, car mes adversaires sont revenus à 30 secondes. Mais j'ai bien géré ce dernier tour. Je suis trop content ! Et j'espère maintenant que ça va m'ouvrir les portes du milieu professionnel."

Tu as déjà eu des contacts avec les pros ?
"Non, pour le moment, je n'ai eu aucun contact avec le milieu pro. L'équipe SuperSport 35-ACNC possède des liens avec le Crédit Agricole. Mon directeur sportif Stéphane Heulot essaie de me trouver une place, mais ce n'est pas évident. En plus, deux équipes vont cesser leur activité, donc il n'est pas évident d'intégrer le peloton professionnel. Je verrai bien. Je veux continuer à y croire. Je vais effectuer la fin de saison avec l'équipe de France, donc je suis motivé."

Savais-tu que chacun des lauréats du Grand Prix de Plouay est passé pro dans la foulée ?
"Oui, j'y ai pensé un peu, sans savoir qui est passé pro grâce au Grand Prix de Plouay. Ca peut peut-être m'aider un petit peu. Je pense en tout cas que ça fait une belle ligne sur un palmarès. Une ligne que je montrerai à coup sûr aux dirigeants des équipes pros dans l'optique de rejoindre le peloton professionnel."

As-tu ressenti un déclic cette saison ?
"C'est vrai que l'année dernière, je n'avais pas trop confiance en moi. J'ai eu des rages de dent toute la saison. J'ai même subi une opération. Cette année, je pense avoir passé un cap sur la gestion des courses. J'ai progressé là-dessus. Je me suis imposé au classement général du Circuit du Mené, avec une victoire d'étape. Puis j'ai gagné le Championnat d'Ille-et-Vilaine."

Quel va être ton programme avec l'équipe de France ?
"Je vais participer au Championnat du Monde Espoirs à Stuttgart. Je suis content d'avoir été retenu dans la sélection nationale. C'est bon pour la confiance. Je ne participerai pas en revanche au Tour de l'Avenir. Mais c'était prévu ainsi. Ceux qui participeront aux Championnats du Monde effectueront un stage de préparation en Toscane, à part Jérôme Coppel et Guillaume Levarlet, qui seront sur le Tour de l'Avenir. Le stage aura lieu la semaine prochaine en Italie. Il durera quatre jours."

Quel sera ton programme d'ici aux Championnats du Monde ?
"Je vais donc participer au stage de l'équipe de France en Toscane. Après cela, je participerai au Tour de la Somme, qui est une belle course par étapes, afin d'arriver en bonne condition aux Championnats du Monde le samedi 29 septembre."

N'es-tu pas trop déçu de ne pas participer au Tour de l'Avenir ?
"Non, certainement pas. Mon objectif, disons même mon rêve, c'était de participer au Championnat du Monde. C'est certain que le Tour de l'Avenir, ça doit être très intéressant, mais une participation au Championnat du Monde, ça ne se présente pas tout le temps."

Quels seront tes objectifs à Stuttgart ?
"Si je suis pris, je dis bien si parce que même si j'en ai eu la confirmation, tout peut arriver, une blessure, une chute, je veux tout donner pour réussir la meilleure performance possible."

Propos recueillis à Plouay le 1er septembre 2007.

Sport 101 Facebook V4

Instagram Vélo101

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 16 décembre 2018
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019
dimanche 10 mars 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES

Fenioux déc18-janv19
Sportour déc-janv19