FLASHS

Amateurs

Championnat du Monde Espoirs : le sacré baroud de Duarte

Publié le 26/09/2008 17:28

Le Colombien Fabio Duarte gagne le Championnat du Monde Espoirs devant l'Italien Simone Ponzi et John Degenkolb.
Le Colombien Fabio Duarte gagne le Championnat du Monde Espoirs à Varèse devant l'Italien Simone Ponzi et l'Allemand John Degenkolb.

Les trois catégories engagées aux Championnats du Monde se sont mesurées depuis le début de la semaine sur les épreuves chronométrées. Il est temps aujourd'hui d'aborder les compétitions plus traditionnelles et plus prisées encore sur le fameux circuit de Varèse. Place aux courses en ligne avec les Espoirs, appelés à en découdre sur un parcours de 17,3 kilomètres à effectuer à dix reprises, soit 173,5 kilomètres. Instauré il y a douze ans, le Mondial réservé aux moins de 23 ans a régulièrement sorti de futurs acteurs du cyclisme professionnel. Le palmarès est éloquent : Figueras, Arvesen, Basso, Giordani, Petrov, Popovych, Chicchi, Lagutin, Siutsou, Grabovskyy, Ciolek et Velits. Une victoire à Varèse débouchera assurément sur la signature d'un contrat professionnel, si ce n'est déjà fait, car la course demeure ouverte à certains pros.
La course Espoirs a valeur de baromètre, deux jours avant celle des meilleurs coureurs de la planète. Les jeunes concurrents partent à la découverte d'un circuit de toute beauté, dessiné au nord de Varèse, autour d'un hippodrome au sein duquel sont centralisées les opérations de départ/arrivée. D'une longueur de 17,3 kilomètres, le circuit comporte deux principales difficultés. Dès les premiers kilomètres, il convient de grimper le Montello, une côte de 1150 mètres à 6,5 %. La course redescend ensuite jusqu'aux abords du lac de Varèse, avant de se diriger vers la ligne d'arrivée via une nouvelle ascension, celle de Ronchi, une bosse de 3130 mètres de long à 4,5 % dont le sommet n'est situé qu'à 4 kilomètres de la ligne, que l'on atteint après un long faux-plat. Un circuit sélectif qui se prête bien à une course de mouvement.

Et pour ce qui est du mouvement, les tifosi vont être servis. Dix boucles sont à couvrir par le peloton des Espoirs, qui s'accorde un tour de chauffe avant d'entrer dans la course. Dès lors, les bases sont posées. Onze coureurs s'extraient du peloton dans le deuxième tour de circuit, après 25 kilomètres de course : Rafael Andriato (Brésil), Dejan Bajt (Slovénie), Stefano Borchi (Italie), Thomas De Gendt (Belgique), Jonathan Monsalve (Venezuela), Dominik Nerz (Allemagne), Alexander Porsev (Russie), Johann Rabie (Afrique du Sud), Rafael Valls (Espagne), Ricardo Van Der Velde (Pays-Bas) et un coureur dont on reparlera, Fabio Duarte (Colombie). Les grandes nations sont représentées, à l'unique exception de l'équipe de France, obligée de provoquer la poursuite par le biais de contre-attaques dans les tours suivants afin de reprendre place en tête de course.
Cyril Gautier irréprochable en dépit du poids des responsabilités.

Les tricolores Tony Gallopin et Blel Kadri s'y collent, entraînant dans leurs roues plusieurs coureurs désireux eux aussi de peser sur ce Mondial. A mi-course, l'équilibre est rétabli. Les deux coureurs de l'équipe de France intègrent l'échappée matinale, dont les rangs gonflent au fur et à mesure des retours de l'arrière pour se porter à une bonne vingtaine d'unités, le peloton à leurs trousses. Il y a trop de monde en tête pour attendre des échappés une collaboration efficace. Tout le monde l'a bien compris et quatre hommes vont se charger de repartir de l'avant à 60 kilomètres de l'arrivée : le Colombien Fabio Duarte, l'Italien Daniel Oss et les Allemands John Degenkolb et Dominik Nerz. Réduite à un petit comité, l'échappée augmente ses chances d'aller au bout. Mais d'autres coureurs jaillissent du peloton pour se lancer à la poursuite du quatuor de tête.

Au prix d'efforts remarquables, l'Italien Damiano Caruso puis le Français Cyril Gautier et le Britannique Ben Swift parviennent à rejoindre Degenkolb, Duarte, Nerz et Oss à moins de deux tours de l'arrivée. Et cette fois, avec deux Italiens, deux Allemands, un Français et un Colombien, l'échappée semble prendre une tournure décisive. Le peloton affiche de la résignation et les quelques coureurs qui finissent par s'en extraire ont un gros défi à relever pour boucher le trou. A 20 kilomètres de l'arrivée, les sept de tête se voient déjà jouer la gagne. La bataille finale est déclenchée. A deux reprises, l'Italien Damiano Caruso secoue l'échappée dans l'ascension de Ronchi, mais un impeccable Cyril Gautier répond du tac au tac. Le champion d'Europe a le poids des responsabilités mais il l'assume à merveille et contrôle chacun des soubresauts de ses adversaires. Malgré tout, les échappés demeurent unis, de plus en plus méfiants, de moins en moins ordonnés.

Leur désorganisation dans la dernière boucle du circuit va faire le jeu des poursuivants. Au pied de l'ultime montée de Ronchi, trois hommes reviennent soudain sur les éclaireurs : le Portugais Rui Costa, l'Italien Simone Ponzi et le Russe Egor Silin. Cyril Gautier ne baisse pas les bras. Cherchant à éviter un sprint, le Français attaque à 4 kilomètres du but, mais ses adversaires sont vigilants et le groupe avance groupé vers l'hippodrome. Les meilleurs finisseurs de l'échappée s'apprêtent à sortir le grand jeu quand soudain, à 600 mètres du but, le Colombien Fabio Duarte flingue. Les dix mètres d'avance qu'il obtient immédiatement seront irrémédiables. A 22 ans, et après toute une journée passée en tête de course, puisqu'il appartenait à l'échappée matinale, le jeune homme devient champion du monde. Il précède l'Italien Simone Ponzi, furieux de s'être fait avoir ainsi, et l'Allemand John Degenkolb. Irréprochable, Cyril Gautier se classe 6ème.

Classement :

1. Fabio Duarte (COL, Colombie) les 173,5 km en 4h17'02" (40,5 km/h)
2. Simone Ponzi (ITA, Italie) m.t.
3. John Degenkolb (ALL, Allemagne) m.t.
4. Ben Swift (GBR, Grande-Bretagne) m.t.
5. Rui Costa (POR, Portugal) m.t.
6. Cyril Gautier (FRA, France) m.t.
7. Egor Silin (RUS, Russie) m.t.
8. Daniel Oss (ITA, Italie) à 5 sec.
9. Dennis Van Winden (PBS, Pays-Bas) à 7 sec.
10. Damiano Caruso (ITA, Italie) à 12 sec.
Classement complet

Tableau des médailles :

or
argent
bronze
Total
1
Allemagne
1
1
2
4
2
Italie
1
1
0
2
3
Etats-Unis
1
0
1
2
4
Colombie
1
0
0
1
5
Autriche
0
1
0
1
5
Canada
0
1
0
1
7
Australie
0
0
1
1

Groupama picto-nov18

Tacx semaine 3et4 nov18

Instagram Vélo101

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 09 décembre 2018
dimanche 16 décembre 2018
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES