FLASHS

Amateurs

Interview de Benoît Luminet (CR4C Roanne)

Publié le 25/10/2005 01:16

Interview de Benoît Luminet : "je suis content d'être le lauréat du classement Vélo 101, individuellement et collectivement."
Interview de Benoît Luminet : "je suis content d'être le lauréat du classement Vélo 101, individuellement et collectivement."

A 31 ans, Benoît Luminet (CR4C Roanne) a réalisé une nouvelle saison éblouissante, remportant dix courses dans la catégorie Elites 2 : le Grand Prix de Vence, le Tour du Canton de Hautefort, une étape du Tour du Chablais, le Tour du Nivernais-Morvan avec une étape, le Circuit de l'Etang, le Grand Prix de Cours-la-Ville, le Tour de Dordogne, le Grand Prix de Chardonnay et le Grand Prix de la Charité-sur-Loire. Cette régularité, assortie à un nombre important de places d'honneur, lui a permis de remporter le tout premier classement par points Vélo 101.

Benoît, vous êtes le premier vainqueur du classement par points Vélo 101 suite à une saison exceptionnelle...
"Oui, disons en fait que la saison s'est déroulée pour moi en deux parties. Une première moitié, comme d'habitude,
relativement moyenne. Mais à partir de mai et jusqu'à aujourd'hui, ça a été plus que bien. Je suis content d'être le lauréat du premier classement Vélo 101. Je le suis de plus individuellement et mon équipe s'impose au classement collectif. Ca prouve que le classement reflète très bien la physionomie de la saison 2005."

Comment expliquez-vous une telle réussite ?
"Il n'y a rien à expliquer. J'ai l'habitude de pratiquer comme ça depuis plusieurs années. Je connais des débuts de saison relativement difficiles, laborieux. Mais dès qu'arrive le beau temps, je parviens à me régler parfaitement. Je suis plutôt un homme de la chaleur qu'un homme du printemps."

Si vous deviez garder un souvenir de cette saison 2005, lequel serait-ce ?
"Pour la sixième année de suite, j'ai gagné une course au mois de février sur la Côte d'Azur (NDLR : le Grand Prix de Vence) et c'est pour moi le résultat de tout mon travail hivernal. Ca a encore payé cette année au mois de février et c'est vrai que je suis assez content de cela."

Quel est l'ambiance au sein du peloton Elite 2 ?
"L'ambiance est relativement sereine. Il y a certains clans, c'est vrai. J'ai plus d'affinités avec certains coureurs mais malgré tout ce que la fédé veut instaurer, il n'y a pas trop de barrière jeunes-vieux. On est tous des coureurs avec deux bras et deux jambes au départ d'une course. Après, dans une échappée, on ne regarde pas l'âge qu'on a."

Avez-vous le sentiment de faire "peur" dans le peloton ?
"Pas physiquement par ma taille ! Peut-être que certains sont un peu atteints psychologiquement en me voyant au départ d'une course. C'est un bien grand mot mais peut-être que certains sont en effet un petit peu diminués de me voir au départ."

De la même manière, y a-t-il des coureurs qui vous impressionnent au sein du peloton Elite 2 ?
"Oui, il y a des coureurs que je connais très bien et que je respecte énormément. Selon moi, un coureur comme Jérémie Derangère aurait largement sa place dans le peloton professionnel. Je pense qu'il serait tout à fait capable de gagner une manche de la Coupe de France Elites 1. Par le passé, il y avait un coureur comme Samuel Plouhinec, que j'appréciais bien car il a un tempérament fougueux, c'est un gagneur. Chez les jeunes, je pense qu'un gars comme Jonathan Hivert réussira bien dans le vélo."

Quel a été votre parcours dans le cyclisme depuis vos débuts ?
"J'ai débuté chez les jeunes au CR4C Roanne, en passant par les rangs minimes, cadets et juniors. J'ai goûté au cyclisme à l'âge de 13 ans. Dans la famille, des gens autour de moi avaient pratiqué la compétition. Mon père était commissaire dans des courses de vélo. J'allais voir les courses quand j'étais plus jeune et j'ai pris une licence à 13 ans. Dès l'âge de 19 ans, je courais en Elite 2, anciennement première catégorie. Je me suis mis à gagner de plus en plus chaque année. De deux-trois victoires par an au début, j'en obtiens désormais neuf-dix par saison."

N'avez-vous jamais songé à passer professionnel ?
"J'ai été pro une saison dans l'équipe Besson Chaussures en 1999. Ca a été une expérience d'un an malheureuse. Je n'ai fait qu'un an chez les pros avant de redescendre en Elite 2. Je n'ai pas de souci avec ça mais c'est vrai que j'aurais peut-être voulu être dans une équipe plus structurée à l'époque pour voir ce que j'avais vraiment dans le ventre et atteindre le meilleur de mes possibilités."

Quelles sont les différences majeures que vous ayiez remarqué depuis vos débuts chez les amateurs à aujourd'hui ?
"Les clubs se sont beaucoup structurés. J'ai été pro chez Besson en 1999 et la structure de cette équipe serait aujourd'hui dans le bas du classement des structures de clubs de Division Nationale 1. Et c'est pas vieux puisque c'était il y a six ans. Il m'est arrivé de courir en Espagne, au Portugal ou en Italie. Ils ont des stuctures professionnelles qui seraient bien en DN1 mais pas plus. Je pense qu'en France, on est bien fournis au niveau des structures amateurs."

Comment voyez-vous l'avenir ?
"Je me donne encore deux à trois saisons chez les Elites 2. J'ai 31 ans et je ne me vois pas aller au-delà de 34 ans. A la rigueur une année de plus mais 34 ans, ça me paraît bien pour s'arrêter. Quoiqu'il en soit, je resterai fidèle à mon club, le CR4C Roanne. Je suis Roannais pure souche alors je me verrais mal aller voir ailleurs si c'est mieux, surtout à mon âge. J'y suis bien."

Quelles seront vos ambitions ces prochaines saisons ?
"Les mêmes que cette année. Se faire plaisir, gagner des courses. Tout simplement !"

Propos recueillis à Fréjus le 15 octobre 2005.

Groupama picto-nov18

Tacx semaine 3et4 nov18

Instagram Vélo101

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 09 décembre 2018
dimanche 16 décembre 2018
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES