FLASHS

Cyclosport

Compte-rendu de la Granite Mont Lozère

Publié le 11/06/2014 16:33

Paysages merveilleux et routes ardues, telle est la recette de la Granite Mont Lozère, à travers une belle région qui a su garder toute son authenticité.

La Granite Mont LozèreLa Granite Mont Lozère | © LVOLes fanas du Challenge Cyclo'Tour Rotor se sont retrouvés une troisième fois cette saison, samedi à Villefort pour la Granite Mont Lozère. Sous un beau ciel bleu, un peloton de 320 coureurs s'est rassemblé sur le troisième acte d'un challenge dont on retrouve, d'une épreuve sur l'autre, la patte propre aux organisations de Ludovic Valentin. Des rendez-vous conviviaux et bien rodés où sport et terroir se marient, à l'image du cadeau de bienvenue soigneusement confectionné avec des produits régionaux, biscuits et autres confitures à la châtaigne. De quoi ramener avec soi un peu de la convivialité et de la générosité de la Lozère dont on s'apprête à découvrir les charmes à travers deux parcours de 145 et 98 kilomètres.

Au départ de Villefort, le programme se veut sportif. Ce qui différencie les deux parcours, dont les départs se font décalés d'une demi-heure, c'est la boucle supplémentaire que réalisent en entrée en matière les participants du grand parcours, via le col du Pré de la Dame (1450 mètres), qui donne le signal de la bagarre. Passé cette première difficulté, on replonge sur Villefort pour retrouver le parcours commun aux deux circuits, par-delà  le col de la Croix de Berthel (1088 mètres) et le col du Finiels (1541 mètres), point culminant de la journée au cœur du massif du Mont Lozère.

La Granite Mont LozèreLa Granite Mont Lozère | © LVO145 kilomètres durant, on roule dans des décors au charme préservé, à travers une région qui a su garder son authenticité. Le dépaysement est garanti sur les routes des Cévennes, où il est permis de contempler des paysages verdoyants merveilleux si on prend la peine, bien sûr, de lever les yeux. Ici l'effort est récompensé par le spectacle incroyable qui s'offre à notre vue, telle cette mer jaune et odorante de genêts qui s'étend à perte de vue dans les 2 derniers kilomètres d'ascension du Finiels. Pas de quoi en oublier la difficile escalade, mais largement de quoi rassasier nos pupilles dans ce relief tourmenté que coupent de belles routes très sinueuses et toujours en faux-plat. Si les pourcentages ne sont jamais forts, c'est long et usant.

C'est un parcours sélectif et il suffira de regarder les groupes qui se présentent en désordre sur la ligne d'arrivée de Villefort pour s'en convaincre. D'importants écarts séparent les coureurs qui en finissent par deux ou trois, quand ce n'est pas isolés, en dépit du final vent de face dans les gorges. Patrick Fiorentino et Stéphane Cognet en sont l'illustration en haut de la hiérarchie. Les deux hommes se sont isolés à la faveur de l'explosion du peloton dès le col du Pré de la Dame. Ils ont réalisé la course côte à côte du début à la fin et finissent ex-aequo après 4h15'57" sur le vélo. Ils laissent leurs trois premiers poursuivants Kenny Nijssen, Jean-Luc Chavanon et Nicolas Raybaud à plus de sept minutes ! Sur le petit parcours Sylvain Rimoux l'emporte en 2h43'28".

La Granite Mont LozèreLa Granite Mont Lozère | © LVOA l'arrivée au stade de Villefort, au moment de se restaurer, l'accent est mis encore une fois sur l'aspect terroir, véritable valeur ajoutée du Challenge Cyclo'Tour Rotor. On avait eu droit à l'aligot à la Lozérienne, c'est la truffade, que l'on déguste à l'ombre des platanes, qui est servie sur la Granite Mont Lozère. Une façon intime et conviviale de conclure une agréable journée de vélo permise notamment par les très nombreux bénévoles présents tout au long du parcours.

Qui dit terroir n'exclut pas la technologie. Les prestations de la Granite Mont Lozère se veulent au top. Non seulement le chronométrage se fait à puces, mais en plus un écran géant situé sur la ligne permet à celui qui la franchit de connaître instantanément sa place (provisoire) et son temps. Bref, voilà une épreuve qui, bien qu'à petite échelle, a tout d'une grande. Ne lui manque que quelques concurrents pour ne pas se retrouver trop vite isolé sur ses routes magnifiques. Des routes qui, une fois découvertes, donnent aussitôt envie d'y revenir. En vacances et à vélo.

Classement 145 km :

1. Patrick Fiorentino en 4h15'57"
1. Stéphane Cognet (France Defense) en 4h15'57"
3. Kenny Nijssen (Vereniging MTB Noordwest) en 4h23'29"
4. Jean-Luc Chavanon (Patrouille Eco Cyclo) en 4h23'44"
5. Nicolas Raybaud (Haute-Route) en 4h23'44"
6. Stéphane Cheylan (Team Scott-Vélo 101-Risoul) en 4h28'28"
7. Camille Sola (Team Montagnac AC) en 4h28'28"
8. Christopher Kirsig (RO Sanary) en 4h38'04"
9. Thierry Meusnier en 4h38'10"
10. Jean-Luc Urban (VC Mende Lozère) en 4h38'12"
...
21 et 1ère Dame. Karine Saysset (Team Montagnac AC) en 4h46'57"

Classement 98 km :

1. Sylvain Rimoux (Lafarge) en 2h43'28"
2. Pierre Pradeilles (Team VTT Lozère-LVO) en 2h43'55"
3. Jean-Baptiste Trauchessec (VC Saint-Chély) en 2h47'37"
...
42 et 1ère Dame. Betty Kals (Patrouille Eco Cyclo) en 3h05'48"

KTM

abus JUIN

INSCRIPTION EN LIGNE