FLASHS

Cyclosport

La Lozérienne — Du plaisir à tous les étages

Publié le 09/05/2016 14:10

La Lozérienne offre à ses participants du plaisir à tous les étages entre parcours exigeants, décors superbes et prestations de haut vol.

Le peloton de la LozérienneLe peloton de la Lozérienne | © LVOEnviron 400 coureurs ou randonneurs se sont attaqués samedi 7 et surtout dimanche 8 mai à la Lozérienne, deuxième étape du challenge Cyclo'Tour Rotor depuis La Canourgue. Après l'île de beauté sur la Cyclo'Corse, place à la beauté de l'Aubrac et des gorges du Tarn. Assurément ça vaut le déplacement, tant par le spectacle des paysages que par l'énergie que met l'équipe d'organisation à assurer sportivement tout en ayant toujours à l'esprit de placer des touches terroir ici ou là. Bref, en un mot, la Lozérienne, on y vient et on y prend goût.

9 heures, départ du parcours de 133 kilomètres, à peu près comme le nombre de participants qui vont s'engager sur une première boucle de 33 kilomètres vers l'Aubrac et son agriculture de moyenne montagne. Ça sent de plus en plus l'été avec les manches courtes qui sortent, même si les prévisions météo pessimistes ont mis à mal la participation (quel dommage vu la qualité de toutes prestations) et mis les manchettes pour certains, on n'est jamais trop prudents ! Un quart d'heure plus tard, départ de la randonnée. Puis à 9H30, c'est le parcours de 86 kilomètres qui décolle en direction des Gorges du Tarn via la côte de la Capelle à 910 mètres... ce que ceux du grand parcours effectueront 1 à 2 heures plus tard.

A travers la LozèreA travers la Lozère | © LVOLe départ est neutralisé sur 2 kilomètres pour sortir de la petite Venise Lozérienne et les chevaux sont lâchés pour attaquer rapidement la montée sur le plateau par paliers sur des routes de campagne, pas trop fréquentées en ce jour de commémoration. Ceux qui ne connaissent pas les célébrations ou les courses de vélo, ce sont les moutons et ils ont décidé de se manifester dans cette montée. Assez pacifiquement il faut le dire. Ils ont permis au troupeau des coureurs de se rapprocher et aux premiers largués de reprendre du poil de la bête, même si c'est un répit avant de sauter de nouveau, le saute-mouton passé. Après 32 kilomètres, on est passé de 450 mètres à 1075 mètres, le point culminant de la Lozérienne avec le col de Trébatut, deuxième col du jour.

Trébatut a au moins deux bonnes raisons de marquer les esprits, d'abord parce qu'on y a vu le loup la semaine précédente. On est au pays de la bête du Gévaudan et l'animal a peur de l'homme, c'est bien connu. Mais surtout parce que Trébatut par le vent. Le vent du sud qui ne va pas nous lâcher de la journée mais qui aura eu le bon goût d'accompagner jusqu'aux derniers. Le vent provoque toujours un dilemme. D'un côté ceux qui disent que le vent c'est l'ennemi du cycliste. De l'autre, ceux qui affirment que tant que le vent souffle, c'est qu'il ne pleut pas. C'était le parti à prendre et il s'est vérifié sur la route du retour vers le sud qui fut bien arrosée.

Le vent, les parcours en creux et bosses constamment : ça, les locaux connaissent et particulièrement les coureurs du Montagnac AC. C'est là vers Trebatut que la course va se jouer. Une première attaque, une 2ème et ainsi de suite pour faire péter le groupe de tête. Résultat ? Un trio qui va se dégager pour ne plus être revu, on a nommé Damien Albaret et les frères Couffignal à qui aucune cyclo de la région n'aura échappé. C'est simple, le Top 5 du parcours 133 kilomètres est trusté par les locaux. Le 6ème est Paul-Emile Lorthioir qui en profite pour passer 2ème du challenge Cyclo'Tour Rotor derrière Stéphane Cognet, 7ème hier.

En cours de route, on croise bon nombre de 2CVEn cours de route, on croise bon nombre de 2CV | © LVOLa seconde boucle nous emmène visiter les Gorges du Tarn, paradis des sports nature à commencer par la pêche, le canyoning, la rando et les deux chevaux ! On ne parle plus du côté animalier réservé à la première boucle, mais des bonnes vieilles "2 pattes". C'est simple dans les Gorges, quatre voitures sur cinq croisées c'était elles, et certaines vraiment belles. Les deudeuches s'étaient donné rendez-vous à Sévérac-le-Château (Aveyron) du 4 au 8 mai, avec le rassemblement national des clubs de 2CV, 2500 voitures quand même.

Les Gorges, c'est l'incontournable de cette Lozérienne. C'est aussi la partie où il ne faut pas se retrouver seul (e) car plus de 20 kilomètres comme ça, en creux et bosses, tout à droite à tirer gros, ça use avant justement de mettre tout à gauche juste après les Vignes et le Massegros.C'est le dernier col ou la dernière côte du jour, 7,5 kilomètres à 6,5% de moyenne, et on peut dire que si tous les chemins mènent à Saint-Rome-de-Dolan, celui-là n'est pas le plus facile. C'est là que s'est décantée la course du 86 kilomètres, remportée par Dario Giovine en 2h33'11" devant Vincent Cantoni et Adrien Cheriaux. La 40ème au scratch et 1ère féminine est Florence Le Gallic qui finit à 12 minutes des premiers. Mention spéciale à Bernadette et Sege Guillobez de Sud-Vélo N'en Jettez Plus qui ferment vraiment la marche, ne font pas la course et s'assurent que la nature en Lozère comme ailleurs soit préservée des emballages jetés par certains.

Pour en finir sur les résultats, chez les féminines du 133 kilomètres, elles sont trois pour occuper les trois marches. Au sommet une habituée Karine Saysset, 46ème au scratch, devant Sophie Souquières qui a mangé du vent, pour le moins, n'hésitant jamais à prendre les relais quant certains messieurs, pas gentleman sur le coup, passaient leur tour et qui a fini seule. La 3ème est Jocelyne Laygue.

Pour conclure sur ce beau week-end de vélo et pas que ça, félicitations à toute l'équipe d'organisation, locale de l'étape qui a super bien assuré côté fléchage, à tous les coureurs et même au cuistot qui nous prépare chaque année l'aligot qui va bien après tous ces efforts. On regrettera simplement la trop faible participation qui peut s'expliquer par la météo incertaine. Dommage, mais pour les absents qui ont toujours tort, il vous reste deux vraies chances, d'abord avec la Granite Mont-Lozère, 3ème manche du challenge Cyclo'Tour Rotor, à Villefort, le premier week-end de juin puis la Marmotte d'Olt qui fêtera sa 20ème édition, à Saint-Geniez d'Olt, le dimanche 12 juin. Soyez-en, vous verrez, ces cyclos-là, on les déguste avant avec les produits du terroir offerts en cadeau de bienvenue, pendant bien sûr avec des paysages à couper le souffle et après avec l'aligot et ses cousins locaux qui vont bien.

Classement 133 km :

1. Damien Albaret (Team Montagnac AC) en 3h52'41"
2. Mathieu Couffignal (Team Montagnac AC) en 3h52'41"
3. Vincent Couffignal (Team Montagnac AC) en 3h52'41"
4. Anthony Mendes (UC Saint-Chély-d'Apcher) en 3h57'43"
5. Camille Sola (Team Montagnac AC) en 3h58'30"
6. Paul-Emile Lorthoir (Team Scott-Vélo 101-Risoul) en 3h58'31"
7. Stéphane Cognet (Equipe de France de la Défense) en 4h11'23"
8. Thibaut Picy (CS Craven) en 4h12'58"
9. Luc Javos (Cyclo Fab84) en 4h15'19"
10. Timothée Delavaud (EC Clermont-Ferrand) en 4h15'19"

46 et 1ère Dame. Karine Saysset (Team Montagnac AC) en 4h31'07"

Classement 86 km :

1. Dario Giovine (VC Pontois) en 2h33'11"
2. Vincent Cantoni (Team Montagnac AC) en 2h33'56"
3. Adrien Cheriaux (Sprinter Club Tropéziens) en 2h38'04"

40 et 1ère Dame. Florence Le Gallic (CC Le Boulou) en 2h45'34"

ALLER PLUS LOIN

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE