FLASHS

Féminines

2019, 12 thèmes pour une année de vélo # 4

Publié le 05/01/2019 07:50

4ème rendez-vous de notre série des 12 thèmes de la saison vélo 2019 : les féminines et le Tour, un salon du cycle à Paris ?

Les féminines ont elles besoin de 21 étapes pour faire le Tour de la question ?  

 Comme le souligne fort justement, notre témoin du cyclosport #12, JM Hurter, par ailleurs, un des fondateurs de ce qui est aujourd'hui le team Trek-Vélo 101: https://www.velo101.com/cyclosport/article/les-temoins-du-cylosport-12-jean-michel-hurter--20744 non seulement les femmes sont l'avenir du cyclosport mais au-delà du vélo tout simplement. 101% d'accord avec Jean-Michel "de la Route du Ventoux", oui, 101 fois oui, à condition de ne pas vouloir aller beaucoup trop vite. 

Strade bianche femmesStrade bianche femmes | © Strade Bianche

 Certes chaque été, les filles des Elles du vélo font les 21 étapes du Tour, un jour avant les pros, bravo, belle performance physique, humaine et médiatique pour le vélo féminin. Malgré tout, il convient de souligner que les rythmes n'ont rien à voir, avec celui qui est d'une course féminine, bien sûr. Le stress, l'intensité, la tension, ...n'ont rien à voir et l'arrêt n'est pas permis "quand on en a envie » ; c'est la course, rien que la course et que les meilleures gagnent. Demander un Tour de France sur 21 étapes "comme les hommes" par recherche d'égalité à tout prix n'a selon nous aucun sens aujourd'hui. Sauf à vouloir décrédibiliser le cyclisme féminin qui gentiment s'installe et va grandir à son rythme, on en est convaincus. Combien de filles sont réellement professionnelles à ce jour, avec le salaire, les conditions de vie, d'entraînement, d'encadrement qui vont avec ? Soyons objectifs, 10%, et gardons en tête que le salaire minimum verra le jour "seulement" en 2020. Comment faire concourir sur 21 étapes des filles qui travaillent à mi-temps, à 3/4 temps (exemple d'Edwige Pitel, meilleure représentante Française aux derniers Mondiaux sur route), sont étudiantes, ...avec des filles comme Annemiek Van Vleuten ou Lucinda Brand ?

 Celles et ceux qui demandent à ASO de plonger et de copier-coller ce qui se fait chez les hommes à l'instar de ce que nous avons connu il y a 30 ans, ont-ils bien conscience des différences de niveau donc, des contraintes d'organisation générées (Tour de l'Ardêche 2016, arrivée au Ventoux, 2h30 d'écart entre la 1ère et la dernière!): dans ce cas qui paye les forces de gendarmerie, qui relaie les bénévoles qui doivent tenir les carrefours, les personnels techniques mobilisés, etc...et ne parlons pas des contraintes financières car là-aussi, il faut y aller avec parcimonie parce que justement les annonceurs sont encore prudents avec le sport féminin, n'est pas la FDJ tous les jours. Candidats levez-vous et si vous nous prouvez que c'est jouable, bravo, avec des délais éliminatoires normaux, on parie sur 10 filles à Paris. Et pourtant, il y a des alternatives qui vont s'installer progressivement, on en est certains.

nullMarion Bessone2 | © Marion Bessone

 Le cyclosport montre la voie, on n'en est pas encore à un sas complet pour les 1000 filles qui seraient au départ et souhaiteraient partir à leur rythme, mais % après % ça progresse, vers les 5% de participantes, avec l'espoir de toucher les 35% comme en course à pied mais comparons ce qui est comparable : la course à pied est plus accessible pour tous les publics. Toujours en cyclosport, des organisateurs comme La Provençale, la Risoul-Queyras, font des départs légèrement anticipés pour éviter le stress du départ en masse qui peut rebuter autant les féminines que les débutants de tout genre d'ailleurs. Par ailleurs, un Challenge Ladies Gran Fondo voit le jour, avec espérons un succès supérieur à feu la Tavelloise ou le Challenge du Vercors pour Elles, c'est bien connu, il n'est jamais bon d'avoir raison trop tôt. Les filles du cyclosport montrent la voie : Marion Bessone gagne en cyclos et passe pro dans une équipe Canadienne en 2019, Emilie Rochédy, Championne de France Espoirs en 2015, retrouve goût au vélo et à la performance (qui ne se sont guère éloignés !) et prépare activement la saison cyclo avec le team Trek-Vélo 101. Les filles, vous êtes les bienvenues, votre présence fait baisser la tension et apporte un effet mode vestimentaire que personne ne peut ignorer à commencer par les marques de vélo.

 Pour les « cadores » des pelotons internationaux, deux voies méritent d'être étudiées selon nous. D'un côté, et sans en demander trop à ASO non plus, on aimerait voir une Course By Le Tour, non pas sur une date comme 2018 ou 2019, mais sur 3 dates pour 3 étapes complémentaires, un peu comme c'était le cas au Critérium International. Commençons par la 3ème étape, pour une fois, l'étape des Champs-Elysées pour faire place aux sprinteuses, mais surtout pour amplifier la médiatisation, on est à Paris, siège des grands médias, le public est là : touristes, badauds, fans de vélo, ...et surtout, la parade réservée aux hommes permet d'avoir une amplitude de temps qui facilité l'organisation. Les 1ère et 2ème étape sont à envisager sur les 2 jours de repos des garçons, avantages : les journalistes sont un peu sur une journée off donc disponibles, l'organisation est elle-aussi en mode "moins sollicitée donc disponible et on ne perturbe pas le process des étapes. Autres avantages, liste non exhaustive, on peut choisir un parcours pour les grimpeuses, l'étape du lendemain par exemple qui trouvera déjà du public, et on peut même offrir un jour de visibilité supplémentaire à la caravane, l'autre jour de repos pourrait être utilisé pour un contre-la-montre par exemple, 3 étapes, 3 efforts complémentaires, pour déterminer un beau classement individuel et par équipes. Inconvénient : un seul, tous ceux et celles qui vont devoir travailler au lieu de se reposer vont maudire Vélo 101, pour les réclamations : partenariat@velo101.com on vous répondra, promis.

nullEmilie Rochedy au team Trek Vélo 101 | © Emilie Rochedy

 L'autre voie est celle d'un Giro Rosa bis, à la Française, sur 10 jours, à l'instar du Tour de l'Avenir, autre très bel événement qui a tout son avenir devant lui comme les champions qu'il révèle chaque année. Une autre date que celle de juillet et du Tour, mais pas trop loin du public et des vacances si possibles, une médiatisation possible même si moindre que grâce à la visibilité du Tour, mais qui, ne serait-ce qu'à travers les réseaux sociaux peut aller chercher son public plus large et des étapes concentrées sur une grande région, des profils variés et une gestion de l'effort plus facile que sur 3 semaines. Dans ce sens, on suivra avec intérêt le Tour de Bretagne féminin du 5 au 9 juin, unité de lieu, unité d'action, unité de temps et si on ajoute le soutien du Président de l'UCI un peu plus qu'élu sur le coup, on peut et on doit espérer le plus grand succès à cette première à la Française.

 

Paris, vaut-il bien un vrai salon du cycle ?

 Nos amis Belges ont bien de la chance, le salon Vélofollies va devoir encore repousser les murs pour accueillir ce qui devient la référence en matière de salon, c'est à Courtrai les 18/19/20 janvier. Beaucoup d'exposants, de détaillants et de passionnés font le voyage jusqu'au Nord pour apprécier ce salon que les Français vont finir par envier.

Vélo Bianchi FerrariVélo Bianchi Ferrari | © Vélo 101

 L'équation des salons professionnels a beaucoup évolué ces dernières années. Qu'on en juge, à travers le plus grand : Eurobike qui sera, et c'est heureux, repositionné début septembre en 2019. Les grandes marques ont déserté ces rendez-vous pour mieux se concentrer sur des présentations privées aux médias d'un côté et à leurs distributeurs-revendeurs de l'autre. Bâtir un réseau demande du temps, de l'expertise, de l'investissement et ces grandes marques préfèrent capter leurs clients et éviter que ceux-ci aillent trop voir la concurrence trop ouverte sur les salons.

Ensuite les visiteurs ont besoin de tester, de toucher le matériel de leurs rêves et les salons modernes doivent avoir cette exigence en tête et même en tête de leurs aménagements, pas toujours facile si on est en mode urbain. Le Roc d'Azur, même avec une forte tendance VTT, répond à ce besoin de tester, de toucher, d'emprunter pourquoi pas pour une rando ? et la forte affluence dans les allées rend le sourire aux exposants à défaut, mi-octobre oblige, de remplir leurs carnets de commandes mais les représentants bien avisés ont fait le job depuis début septembre.

 Un vrai salon désormais c'est donc une équation à 4 données, un côté professionnel où les marques présentent leurs nouveautés aux médias et à leurs clients d'un côté et un aspect grand public où le visiteur est nombreux, curieux, il aime voir mais aussi toucher et essayer.

 La France, pays revendiqué du vélo, se cherche côté salons ; chronologiquement ça donne : salon de l'Ardéchoise en juin, salon de l'Étape du Tour en juillet avec de plus en plus d partenaires, salon Pro days en juillet, le même week-end des 19/20 juillet en 2019 au parc floral de Vincennes, et salon du Roc d'Azur à Fréjus du 10 au 14 octobre. Un seul de ces salons est vraiment pro mais pas populaire et les 3 autres sont très populaires mais pas du tout professionnels côté visiteurs. null © Eddy Merckx

 Les pays voisins de la France : Belgique on l'a dit, Pays-Bas, Italie, Espagne, Allemagne donc, ont tous un salon référence qui permet à tout un chacun de s'y retrouver. Côté Français, la frustration vient du fait qu'on a tous besoin de rêver, que les marques font un travail de titan pour chaque année assurer de chouettes nouveautés et le vélo a le bon goût de se renouveler régulièrement pour sans arrêt susciter l'intérêt et aller chercher de nouveaux clients, que ce soit sur les événements et surtout côté matériel avec l'avènement des VTTAE, VAE, moteurs de plus en plus minus qui vont assurer un fort développement du vélo de route très vite.

 Il y a le rêve, et la réalité ; les grandes marques sont-elles prêtes à rejouer le jeu des salons ? pas complètement sûr. Les accessoiristes, c'est déjà plus assuré et surtout, il y a toutes les nouvelles pratiques qui ne demandent qu'à s'afficher, vélo urbain, destinations vélo, vélos électriques, ...bref largement de quoi faire un vrai beau salon du cycle qui, les exemples provinciaux l'ont montré à contrario, doit se tenir à Paris, avec entrée gratuite pour tous ceux et celles qui viennent à vélo, comme le faisait feu, le salon du cycle à l'époque porte de Versailles. On espère qu'un promoteur va rebondir ; c'est le moment des bonnes résolutions, après tout.

Sport 101 Facebook V4

Sea Otter

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 07 avril 2019
samedi 13 avril 2019
dimanche 14 avril 2019
lundi 22 avril 2019
dimanche 28 avril 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES