FLASHS

Féminines

La course by le Tour — Interview de Pauline Ferrand-Prévot

Publié le 20/07/2017 13:37

Canyon SRAM - "Je pense que trois semaines ce serait trop pour nous mais pourquoi pas une course d'une semaine, sur des étapes plus courtes."

Pauline Ferrand-Prévot (Canyon-SRAM)Pauline Ferrand-Prévot (Canyon-SRAM) | © Canyon-SRAM

Pauline, la course by le Tour se déroule sous un format qui a évolué par rapport à l'année dernière. Que pensez-vous de cette nouveauté ?
Une étape de montagne est plus intéressante sportivement. Les Champs-Elysées c'était impressionnant et magnifique car c'est une ville mythique mais sportivement, nous concernant, c'était un peu moins bien. C'était plus du spectacle qu'une course. Cette année nous avons une vraie belle épreuve où nous allons pouvoir nous exprimer pleinement et je pense que ce sera une fille très forte qui gagnera.

Quels souvenirs gardez-vous de ces courses sur les Champs-Elysées ?
Je l'ai faite trois fois, et je suis tombée deux fois dans le même virage donc ce n'est pas forcément un bon souvenir. C'était la course que nous redoutions un peu, avant les championnats du Monde, et si tu tombes là c'est dommage pour la suite. Pour en avoir discuter avec les filles de mon équipe, nous pensons toutes la même chose et finalement, ce n'est pas que nous sommes contentes de ne plus y aller, c'était une vraie belle chance pour nous, c'était une belle course, mais c'était quand même assez dangereux.

N'est-ce pas dommage que cette épreuve, qui était très médiatisée grâce au lieu, ne se court plus là-bas ?
Oui, si j'avais été à la place des organisateurs j'aurais fait une étape de montagne comme celle de l'Izoard et puis la deuxième étape pour les sprinteuses sur les Champs. Comme ça tout le monde y trouve son compte et tout le monde peut s'exprimer à sa façon. Je pense que cela aurait été la meilleure des choses parce qu'à Marseille nous ne savons pas trop comment cela va se passer. Apparemment, même les organisateurs ne savent pas trop. Le problème c'est que si la première arrive avec 5 minutes d'avance sur la 2ème et que l'on part en poursuite après, c'est dommage pour le spectacle.

Dans l'équipe, que pensez-vous de ce format de contre-la-montre, de type poursuite ?
Nous aurions fait dans l'autre sens, faire partir celle qui gagne l'étape de montagne en dernière. Tout dépend de l'avance qu'elle aura, mais si elle a beaucoup d'avance c'est vrai que nous ne la reverrons jamais, ce serait dommage. Soit on fait un chrono classique, soit une course toute plate pour les sprinteuses.

Pauline Ferrand-Prévot sur la Flèche Wallonne 2017Pauline Ferrand-Prévot sur la Flèche Wallonne 2017 | © Canyon-SRAM

Selon vous, est-ce qu'un format qui ressemblerait au Criterium International chez les garçons, avec trois étapes, une pour chaque profil de coureur, serait une idée intéressante ?
Oui cette solution serait l'idéal, mais nous ne pouvons pas reprocher à ASO de ne pas essayer. C'est quand même une logistique de plus, même si je pense qu'ils ont les moyens. Ils se donnent la peine d'essayer et c'est très bien.

Sur les classiques, depuis quelques temps, la course féminine se déroule le même jour que la course masculine, avec les mêmes difficultés proposées, cela a aussi été une avancée importante.
Oui c'est clair, une avancée importante et nous profitons du même public que les garçons.La couverture médiatique est donc forcément beaucoup plus importante pour nous que sur des courses normales. Je pense que c'est beaucoup mieux qu'il y a quelques années même si certaines filles ne trouvent pas ça terrible. C'est sûr qu'il ne faut pas se satisfaire de ça, mais nous allons dans le bon sens.

Est-ce que ce système de courir avec les garçons pourrait être envisageable sur le Tour de France, sur une voire trois semaines ?
Je pense que trois semaines ce serait trop pour nous mais pourquoi pas sur une semaine, sur des étapes plus courtes. Même chez les garçons, qui ont certaines étapes de 230 km, cela ne sert à rien. Ils devraient faire des étapes plus courtes pour eux aussi. Ce serait une grosse logistique à mettre en place, cela pourrait être une très bonne chose pour nous. Sur trois semaines, cela ferait beaucoup mais sur une dizaine de jours oui, comme sur le Giro Rosa.

Le Giro Rosa justement, qui se court sur dix jours début juillet, est-ce selon vous un format qui fonctionne bien ?
Oui, dix jours c'est vraiment le bon format. Une semaine ne serait peut-être pas assez mais dix jours cela me paraît bien. Et si sur d'autres moments de la saison nous pouvions avoir des courses comme Paris-Roubaix cela serait top. Mais je pense que cela viendra petit à petit.

Propos recueillis par Adrien Godard

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE