Aller au contenu

Bernard VAILLANT1639476554

Membre
  • Compteur de contenus

    9 136
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages postés par Bernard VAILLANT1639476554

  1. Je vais être un soupçon vulgaire, c'est rare, mais qu'est ce qu'ils nous font ch..r !

    Depuis le début n'importe quelle personne un soupçon intelligente sait que le sport, le plein air, protège.

    C'est désormais officiel. Tout en ne laissant néanmoins pas une liberté totale aux gens. Par contre, "ducon", tu peux prendre librement les transports en commun !

    Ça n'a pas empêché je ne sais quel enfermé de ministère (qui seraient mieux en psychiatrie) d'interdire un tas de trucs dont la fréquentation de plages vides en mars 2020 !

    Ça ne s'oublie pas ça.

    Vive la liberté !

  2. Je sais bien qu'une des grandeurs du sport est de permettre à tous les gabarits de s'exprimer.

    Mais j'ai regardé les mensurations du vainqueur : 58 kg pour 1m70.

    On est quand même loin des mensurations des athlètes que j'ai apprécié dans ce sport !

    Je ne dirai pas que ça me gêne mais ça m'interpelle quand même.

  3. Ça s'appelle être autodidacte et j'ai toujours pensé qu'on ne pouvait pas être un champion (a fortiori de ce niveau) sans être "intelligent" (entre guillemets parce qu'il faudrait définir ce qu'est l'intelligence).

    Mais intelligent dans sa carrière cycliste et intelligent dans sa carrière d'entrepreneur.

    A noter (je ne connais pas le détail) que je crois bien qu'il a une famille cosmopolite.

    Ça aide et ça montre toute l'importance de l'ouverture !

    Ça n'empêche pas une expression verbale parfois un peu difficile (ça peut être dû justement à une forme d'intelligence qui l'oblige à peser ses mots en sa qualité d'homme public).

  4. Guimard n'est aucunement mon idole. Je n'en ai pas sauf, peut-être, quelque rare semi-astronaute, à condition qu'il soit Belge. Ce au singulier car il n'y en a qu'un.

    Simplement, contrairement à toi, je ne fais pas de fixation quant à cet homme et, surtout, je me suis fichu de ta tronche sur le sujet (mes moqueries étant rares, l'infini respect face à la science me l'interdisant, on peut me le pardonner et je ne voudrais pas qu'on parte un jour de Cap Canaveral avec un quelconque ressentiment sur le sujet).

    Par contre j'ai une profonde admiration -chose exceptionnelle- concernant Merckx (sportif et chef d'entreprise).

    Je lui trouve juste de grandes difficultés à bien communiquer. Guimard n'a pas son palmarès, et de loin, mais il sait parler. On n'est pas universel, sauf rare Belgien.

    Donc l'avis de Merckx est légitime (bien sûr, de qui un avis ne serait il pas légitime à part d'un rare Breton d'adoption ?).

    Bref. Il y a plein de possibilités d'analyses au sujet du geste de ce coureur. 

    On ne peut même pas éliminer le geste conscient où il se dit : "ma foi, j'ai bien conscience de l'interdiction, il y a plein de gamins ici, mon bidon va trouver preneur, donc bien que conscient des enjeux écologiques, je vais peut-être faire un heureux".

    J'ai une suggestion : trouver autre chose que les bidons en plastique, genre un truc bio dégradable. La science devrait trouver.

     

  5. Ça ne change naturellement aucunement le fait qu'il faut du temps pour intégrer une nouvelle habitude et, en l’occurrence, ça ne suffisait bien sûr pas.

    Je ne comprends pas qu'on ne fasse pas confiance à une chose évidente : l'intelligence des gens et, ici, de sportifs de haut niveau.

    Il ne sont pas cons les mecs ! Il vont finir par intégrer ! Ils ont comme chacun d'entre nous, et peut-être plus que beaucoup, la conscience de l'importance qu'il y a à préserver l'environnement.

    Mais, et c'est à croire qu'ici on ne sache pas ce qu'est l'effort intense, la concentration peut faire qu'il y faille un peu de temps. 

    Quant à la micro nutrition il m'étonnerait que ces sportifs de haut niveau n'y fassent pas appel !

    Alors ma foi ça ne devrait pas nuire à d'autres, qui ignorent tout du sujet, y compris sur le fait que de tels produits peuvent booster un niveau intellectuel qui, ne serait-ce qu'avec l'âge, peut décliner. 

    Évidemment je ne peux rien préjuger quant à la qualité diététique des repas de chacun mais je peux témoigner qu'en Belgique j'ai vu plus d'un "dîner" ; souper, à base d'un jus de chaussette, c'est à dire de café (le leur), d'une tranche de gouda, et d'un quelconque "pistolet".

    Ça n'empêche pas de vivre, j'en conviens.

  6. La règle "bidons" est une bonne règle. Le problème n'est pas là. Il est dans son application sans discernement dès le premier jour.

    Changer une habitude, un quasi réflexe, demande du temps. Ancrer un nouveau comportement dans les esprits, dans son esprit, demande du temps. C'est d'ailleurs qu'est là toute la difficulté pour faire évoluer un comportement addictif.

    Sans faire de prêchi-prêcha on est là dans toute l'importance qu'il y a à s'appliquer, et à faire appliquer aux enfants, de bonnes habitudes (tout en laissant la liberté à chacun, équilibre et intelligence nécessaires).

    Quant à la pollution aux plastiques, rien ne m'échappe et d'autant moins qu'il suffit de se promener sur la plage pour constater qu'elle est envahie par de nombreux petits morceaux de plastiques (notamment aux embouchures même de petits ruisseaux).

    Il faut donc faire la balance entre les avantages et les inconvénients à consommer des produits de la mer.

    Sur le plan des apports diététiques (fer, iode, sélénium, etc ... acides aminés), y'a pas photo.

    Tachons de nous supplémenter afin d'être au maximum dans l'élimination des toxiques divers : je conseillerais là volontiers de se pencher sur le desmodium, sans oublier les omégas 3 (déjà présent dans les produits de la mer), et toutes les bonnes tisanes favorisant l'élimination.

    Ça ne protégera certainement pas de tout !

    Quant à aller au vivier, en période de confinement (à la %@!?) -même si j'ai bien compris ce qu'il y a dans les petits cerveaux, à savoir la limitation des interactions sociales mais je n'ai pas besoin de l’État pour ce faire-, je rappellerai ici qu'un vivier doit vivre sur le plan économique, et y compris ses salariés.

    Qu'y aurait il de plus à dire là en réponse à des esprits petits ?

    Quant à l'avenir de l'humanité : c'est foutu et depuis longtemps (il faut prendre conscience des enfers que vivent les gens un peu partout dans le monde).

    Si on veut avoir une toute petite chance d'y arriver ça passe par le changement individuel des mentalités. Tout commence par la façon de penser, de diriger son esprit, de gérer son mental. Collectivement on n'y arrivera pas.

    Tentons le au plan personnel.

    6 jours de prison (où je suis parfaitement libre) : aucun contrôle et je gagnerai mon pari.

     

  7. On le sait : une règle doit s'appliquer avec discernement faute de quoi elle est conne. Lors du Ronde un simple rappel de la règle aurait suffit. Pas la peine de mettre hors course.

    Mais où tu me sembles à côté de la plaque c'est dans ta critique de ce que tu nommes "les ayatollahs verts". J'ai le sentiment qu'une chose essentielle t'échappe.

    Nous sommes là typiquement, de la part des opposants politiques, dans de la politique politicienne parce que les Verts, vu leur réussite aux Municipales font peur.

    Quant aux Maires élus ils ne font qu'appliquer ce pour quoi ils ont été élus. Ils sont dans leurs prérogatives de Maire. Il n'y a donc rien à dire.

    A titre personnel j'aime beaucoup les symboles. Ça n'est donc pas moi qui critiquerais le Maire de Bordeaux quant à son refus d'un "arbre mort", dans la ville, à Noël, symbole avant tout de renaissance, donc de vie.

    A Poitiers une subvention est supprimée à un club d'aviation. Rien ne me choque. Ma foi, déjà, quand on s'occupe d'aviation légère c'est qu'on a quelques moyens. Je doute qu'une collectivité est à supporter cela.

     

     

  8. C'est, grosso modo, "le plat pays" (certes moins que lors de Gand-Wevelgem). Ça se court, pour faire simple, dans une zone entre Lille entre Bruxelles et quand on va en voiture de ou vers ces villes, c'est plat (quelques légers vallonnements).

    Il faut vraiment aller les chercher ces monts !

    Construire une course aussi sélective en Flandre il faut vraiment le faire !

    J'aime bien aussi le pragmatisme qui, tout en assurant la tradition, sait rompre avec l'habitude.

    Rien n'est figé.

    J'en profite pour dire que c'est à 50 km de Roubaix ce qui me laisse dubitatif quant à l'annulation de PR.

    C'est ridicule et parfaitement en ligne avec les absurdités du "confinement" qui n'en est pas un !

  9. Le "canal s'est perdu" Chez Jacqou, non ! (Pardon, je viens de vérifier, il dit les deux).

    Quant aux risques, j'ai lu ça en diagonale, a fortiori quand ça émane des partisans de "l'ordre".

    Ce qui ne veux pas dire que je ne regrette pas les stupides agressions en général.

    Y'a toujours une question en suspens : pourquoi ?

    Par ailleurs il était bien plus dangereux d'aller à Saint Jacques au Moyen-Âge que de nos jours.

    La société parfaite et sans risques n'existe pas.

     

     

  10. A noter que cette course présente d'autres intérêts que sportif. J'encourage vivement chacun, s'il ne connait pas, à aller se perdre là-haut.

    Notons que nous sommes là dans une région qui a énormément souffert de la guerre 14/18 avec les batailles de Dixmude (août 14) et d'Ypres (août 14 puis avril 15 pour les débuts).

    A Dixmude a été engagée une brigade de fusiliers marins Français qui a subi de très lourdes pertes.

    Un navire fleuron de la Marine Nationale française porte ce nom en hommage. Il est utilisé pour les campagnes d'application de l’École Navale (il remplace la "Jeanne").

    Ypres a été terrible également et un musée en rappelle l'histoire et les souffrances. Il est récent et interactif. Passionnant. A noter que le mont Kemmel en porte toujours les stigmates (trous d'obus).

    La course part d'ailleurs de cette ville et non de Gand.

    Sur un plan plus léger la côte à deux pas est appréciable, question charme, encore que bien bétonnée. Ne pas hésiter à y déjeuner face au front de mer.

    Bref. Voilà ce qu'apporte aussi le cyclisme ! La connaissance culturelle des lieux où il se déroule ; ce qu'a bien compris le Tour, en ce moment avec Ferrand.

  11. Ce que j'aime, mon cher ami, avant tout c'est l'ambiance d'une course et le cadre dans lequel elle se déroule.

    Le résultat m'intéresse. Je vibre peu à la course en elle-même, sauf, souvent, pour les flandriennes, qui sont souvent des courses d'épopée (ce que j'ai aimé adolescent dans le vélo et qui grosso modo a disparu).

  12. En fait, toute plaisanterie à part, entre 1993 et 2010 je suis allé chaque année, le mercredi lorsqu'elle se déroulait ce jour là, puis le dimanche, à Kemmel, à vélo, de Lille.

    Ensuite, avec des copains, nous allions regarder la fin de la course dans un estaminet au milieu du peuple flamand, passionné.

    Plus d'un copain, à force de trappistes, rentraient "limite".

    Voilà mon goût pour cette course sur des routes où je dois avoir cumulé 100 000 km ?

    C'est chez moi par ma mère.

×
×
  • Créer...