Aller au contenu

Bernard VAILLANT1639476554

Membre
  • Compteur de contenus

    9 136
  • Inscription

  • Dernière visite

Messages postés par Bernard VAILLANT1639476554

  1. A part pour les "sérieux" je dois pas avoir tout à fait tort. Station radio en voiture, info :

    2/3 des jeunes interrogés (j'imagine en région concernée) déclarent qu'ils ne respecteront pas les contraintes !

    Ça me fait plaisir. Accessoirement ils ne sont probablement tous aussi cons que moi, n'est ce pas.

  2. Une autre chose m'amuse. Tu donnes l'impression d'être investi d'une mission, celle de mettre ou de remettre chacun dans la norme "pandémie".

    C'est très bien. Chacun sait que tu es un homme responsable soucieux d'accomplir ton devoir d'excellent citoyen, le tout en donnant l'image de l'homme respectable, que tu es d'ailleurs.

    Mais il n'empêche que tu t'es auto investi et que d'autres peuvent vouloir vivre d'autres valeurs tout aussi respectables et, peut-être plus fun !

  3. J'aime suivre les infos vélos sur ce site. Mais ma pratique n'a jamais été à la compétition. Elle a été aux voyages et aux longues randonnées un soupçon contemplatives.

    Elle a été aussi aux randonnées familiales.

    J'ai pratiqué beaucoup à l'adolescence. Paris en jeune adulte a vu ma pratique s'orienter vers l'urbain (et la course à pied). 13 ans.

    Dijon a été une période de 3 ans VTT. Là j'ai commencé à pratiquer en famille. Mon plaisir était la pratique plutôt au nord de la ville en forêt, souvent le samedi. Le dimanche j'adorais aller à Citeaux assister (en cuissard ! ) à la messe en grégorien chantée  par les moines. Nous terminions la matinée vers d'excellents restaurants du côté de Nuits Saint Georges, du Clos Vougeot, tous noms qui font rêver et qui classe cette région parmi les plus belles de France.

    A Lille il ne s'est guère passé, pendant 13/14 ans, de dimanche sans vélo, presque toujours en famille.

    Les Monts de Flandres ont été sillonnés.

    Deux autres plaisirs étaient réguliers. Le samedi après-midi j'allais déposer une voiture à Niewpoort (orthographe ?). Je rentrais à vélo. Le dimanche matin la famille partait à vélo pour déjeuner dans cette ville côtière.

    J'allais oublier la Hollande. 6 fois par an ? Voiture à Breskens, déjeuner à Zierikzee, retour par la digue de 1953. 100 km.

    Qui n'a pas goûté là aux croquettes de crevettes ou aux tomates aux crevettes, après un modeste 75 km, ou 100 km, à vélo ne connait rien aux plaisirs du vélo.

    La pratique du vélo est variée. Les plaisirs du vélo sont multiples. Je n'ai pas évoqué les voyages : trop long.

     

  4. L'insulte est un manque d'éducation et de maîtrise de soi.

    Le mépris peut être constitutif d'une personnalité, d'un tempérament.

    La misanthropie est parfaitement respectable et certes, "il faut être économe de son mépris car il y a beaucoup de nécessiteux".

    Mais enfin, insulte et mépris : ce sont deux choses bien différentes.

     

  5. A titre personnel j'aime le débat mais pas le conflit qui, néanmoins, quand il arrive me fait rire.

    Ce qui m'amuse c'est de voir les véritables passions qui s'animent pour des conneries abyssales que je regarde toujours d'un regard parfaitement froid (bien qu'il me soit arrivé de m’irriter face à quelqu'un qui me semble avoir une petite vie et qui met en doute telle histoire banale que je peux raconter pour illustrer un thème).

    C'est, finalement, de voir, ici, la même configuration de personnes (c'est souvent le mot qui convient dans une autre acception) qu'on trouve dans la vraie société.

    T'as la même chose : le rigide, le respectueux de l'autorité, le souhaitateur d'"ordre", le souffrant de banlieue, le timide, la grande gueule, l'éduqué, le non éduqué, le complotiste ... etc ... .

    C'est la société !

    Ce qui m'amuse aussi ce sont les jugements sur ma petite personne totalement à côté de la plaque !

  6. Il faudrait déjà s'entendre sur les définitions que chacun met derrière les mots.

    À table, en famille, avec des amis, de vive voix, on peut user de maïeutique.

    Pas ici. Pas sur un forum.

    Outre les clivages politiques avec certains, l'usure due aux assiduités, c'est la raison essentielle des bisbilles.

    Pas compliqué. 2 sous d'intelligence suffisent pour le savoir. 

  7. Il me semble que bien des positions, des opinions, défendues ici et qui ne vont pas dans le sens qui est le tien sont également répandues dans la presse.

    Il suffit de lire et, peut-être, d'être ouvert à d'autres opinions, d'autres façons de voir les choses y compris irrationnelles.

    Imaginons qu'une telle presse soit censurée.

    N'y aurait il pas un léger problème ?

  8. Je me demande bien ce que tu entends par limite ! Je suis toujours extrêmement courtois !

    Le forum me convient tel qu'il est ! Je n'ai aucunement la prétention de faire d'un non intelligent un intelligent ou d'élever vers une hauteur d'âme des personnes qui en sont dépourvues !

  9. C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire si l'on veut pacifier le forum.

    Il y faut de l'intelligence et de la hauteur d'âme et de vue.

    On sait d'où vient le clivage.

    Et il ne suffit pas d'affirmer que des propos sont abjects pour qu'ils le soient.

  10. Que me racontes tu là ? Pour moi tout va bien. Je n'ai aucun ambition d'"améliorer" quoi que ce soit ni, ce qui serait un comble dans la prétention, d'"améliorer" quiconque.

    Je ne "fous" pas le "boxon". J'ai une personnalité. Elle dérange parfois quelques sous intelligents.

    Ça me fait marrer.

    "Empathie" ? C'est quoi ça ? Dans le virtuel. Là aussi ça me fait marrer. T'as je sais plus quel Gugusse mort naguère. C'est tout juste s'il ne fallait pas ériger une statue ! C'est juste délirant.

    Tout le monde s'en fout sauf sur le moment et, théorie qui m'a été soufflée, lors d'un décès (je ne parle pas d'un proche) c'est la confrontation à sa propre finitude qui fait pleurnicher les gens. Ça a été exactement le cas ici, sauf, bien sûr, si on le connaissait personnellement. 

    Je n'ai aucune prétention à vouloir changer quiconque et personne ne me fera changer, non plus, d'autant que je frôle la perfection.

  11. Ben voilà. C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire !

    Bref.

    Je crois qu'ici on dramatise. Tout ça se passe aussi dans la vie réelle. Anecdote.

    J'ai un temps fait partie d'un club. Très vite, avec un ami, lui surtout d'ailleurs, et qui est en route vers Saint Jacques, nous avons animé avec un ton nouveau, humoristique, moqueur parfois, le bulletin du club.

    Ça plaisait beaucoup, quelques vieux grincheux y trouvaient à redire de manière détournée  mais enfin ça tournait.

    C'était d'ailleurs chez ces mêmes vieux qu'on trouvait certaines attitudes qui me hérissaient (style, demander toujours l'avis du président pour prendre une initiative : "faut demander au président")

    Parmi la troupe il y avait un fabuleux ! Ouvertement raciste, votatateur comme on le devine. Bon, soit, je lui foutais la paix. On ne soigne pas un %@!?.

    Un jour de sortie matinale on traverse une braderie dans un village. Mon couillon précité se met à insulter un jeune homme de type maghrébin qui l'avait "obligé" à mettre pied à terre.

    T'es obligé d'intervenir là, n'est ce pas : "cher ami, pas en ma présence, svp". On n'a plus jamais été "copain". Il ne me saluait même plus !

    Vlà t y pas que mon ami jacquet précité invite un de ses amis noir.

    Le crime absolu pour l'intelligent de braderie. Il l'insulte, veut même quasi le mettre au fossé.

    Il reçoit une lettre du président (qui aimait le formel). Perso verbalement je l'aurais claqué le mec.

    Voilà. La lie de la société est en virtuel mais aussi en réel.

    Maintenant comme je ne suis pas tout à fait %@!? je comprends comment vieillard raciste est devenu ce qu'il était.

    C'était un artisan tapissier très fin. Il travaillait très bien et était installé dans un quartier très populaire. Peu à peu la physionomie de ce quartier a changé avec nombre d'immigrés. Ca ne lui plaisait pas.

    Un soupçon bête il pensait que c’était la faute des dits immigrés. Moi je n'habitais pas ce quartier et je n'étais nullement embêté par mon voisin qui, seulement maintenant, par ses interventions médiatiques, m'emmerde par ses velléités de confinement !

    C'est éternel et il vaut mieux en rire.

     

     

  12. D'abord j'imagine qu'il y a des considérations économiques quant au nombre des interventions et intervenants.

    L'économique ça compte.

    Ensuite personnellement rien ne me dérange. Souvent je souris. Je sais bien qu'on est ici, comme dans la vie, où certains n'ont pas dépassé le niveau caniveau dans lequel, manifestement, ils ont été élevés.

    Comme dans la vie je réponds souvent par ironie, parfois j'aime aussi la cruauté. Sur le plan verbal je garantis que c'est jouissif.

    Et tout va bien !

    J'ai souvent donné un conseil : pourquoi juger et ne pas se contenter de répondre sur le fond ?

  13. C'est, effectivement, une région magnifique.

    Un truc m'ennuie quant à ce que dit Philippe sur la respiration difficile des coureurs.

    La respiration étant essentielle j'ai un peu de mal à concevoir qu'on puisse courir dans de telles poussières lorsque c'est le cas.

    A fortiori en ces temps de covid. Non qu'il y aurait un lien direct mais la respiration est bien sûr essentielle.

    Cette réflexion ne date pas d'aujourd'hui pour moi mais de Paris-Roubaix couru par temps sec.

    Je refuserais même de me promener en de telles circonstances.

  14. Bah ! C'est déjà ce qu'elle fait à bord ! Elle a donc l'habitude !

    Plaisanterie mise à part je lui vois un bel avenir, éventuellement même chez son sponsor (son profil doit intéresser), et sur le plan commercial, marketing, c'est excellent pour lui qui cherche à

    valoriser "ceux qui osent et la prise de risques".

    C'est d'ailleurs probablement ce qui manque le plus à notre temps !

×
×
  • Créer...