Aller au contenu

Frédéric LAFFAIRE

Membre
  • Compteur de contenus

    130
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Frédéric LAFFAIRE

  1. Des infos sur ce petit parcours ? 😉 Je crois qu'il doit tout y avoir sur leur site.
  2. C'est drôle toutes ces contradictions. Comme par exemple, ne pas prendre de plaisir sur 5-6h mais faire l'EDT. A moins que ce soit surtout pour l'ego, faire des distances et des épreuves où on est sûr d'être dans le premier tiers et pas dans le dernier tiers. Enfin, il ne faut pas se prendre trop au sérieux tout de même. Et de continuer à prendre du plaisir sur des randos de 65 km. Puisque la notion de compétition semble très importante, tout comme les courtes distances, les courses Ufolep ou FFC en circuit peuvent être intéressantes pour faire un jugement sur soi-même et voir si on ne peut pas devenir soi-même un raton. Et si on peut prendre un relai même court de 30 secondes.
  3. En parcourant le fil du post, le mot "classement" revient souvent, ce reflète l'état d'esprit dorénavant sur les cyclosportives puisque tout le monde parle de son classement et de sa moyenne. Mais tout cela est très relatif : cela dépend des cyclistes présents, des difficultés, de la distance... Tout le monde oublie qu'une cyclosportive c'est à l'*** une mesure de sa performance individuelle, un "combat" contre soi-même avant d'être un combat contre les autres. Quant aux relais, avec l'effet de masse et de groupe, beaucoup de cyclistes roulent souvent à des allures proches de leur maximum et sont déjà contents d'être là et de suivre un groupe avant de penser à prendre des relais. Quand je vois cette réflexion très orientée course pour un parcours de ... 74 km (!), cela me laisse sans voix. A l'*** (désolé mais il faut quand même se rappeler ce qu'est le cyclosport à la base) ce type de petit parcours n'était souvent même pas chronométré. Avec 1500 km depuis le début de l'année, je crois qu'il est largement possible de faire au moins le parcours de 105 km, mais il est toujours plus flatteur, facile de faire un parcours plus court pour afficher une moyenne plus élevée. Aux Bosses de Provence, tu fais "dans les 300". Et bien bravo, mais qu'est ce que cela veut dire ? Un peu dommage de faire 6000 km par an, pour faire une cyclo de 93 km. Sur le parcours de 164 km tu ferais "dans les 200". Quant aux relais et en ce qui me concerne, désolé mais moi je ne prends aucun relai avant la séparation des différents parcours. Car après la séparation du petit, moyen et grand parcours, tu ne retrouves pas grand monde sur le grand parcours (de moins en moins d'ailleurs), et là le chemin est encore long. Lance toi sur les grand parcours et commence à faire vraiment du cyclosport, avec une philosophie plus cool. 😉
  4. Euh, comment dire... Ce n'est pas autorisé par le règlement...même si ce genre d'annonces sur internet trouve preneur. Toutes les personnes qui veulent récupérer une centaine d'euros en revendant leur dossard devraient y réfléchir à deux fois car elles seront reconnues responsables si la personne à qui elles ont vendues le dossard est responsable d'un accident... Personnellement, pour récupérer 115 euros, je ne prendrais pas ce risque. Et si j'étais à la recherche d'un dossard, je prendrais mon mal en patience en attendant l'année prochaine en essayant d'être plus prévoyant et de m'y prendre dès l'ouverture des inscriptions. En attendant, il y a plein d'autres beaux défis à faire.
  5. granfondo de 125 km ... ! appellation un peu pompeuse... A quand des ultras à 140 km ?
  6. Oui 2020, une EDT dans la région de Nice, ça serait sympa et ça changerait
  7. Ah, je vois beaucoup de gens déçu... Pourtant, 4600 m de D+, ça fait longtemps que ça n'était pas arrivé. Et c'est tant mieux que le challenge soit un peu plus motivant que ces dernières années plutôt fades en terme de défi proposé.
  8. C'est toujours fascinant ces raccourcis sur les km "10000 km/an il doit se balader le gars" Dis-moi combien de km tu fais je te dirais qui tu es :) 10000 km/an à 26 km/h de moyenne c'est pas pareil que 10000 km/an à 30 km/h de moyenne 10000 km/an dans les Landes, c'est pas pareil que 10000 km/an dans le Mercantour. Pour ce que j'ai pu lire sur l'AVM, lorsqu'on est préparé un minimum, la plus grosse difficulté c'est surtout de ne pas avoir de départ privilégié par rapport à ceux qui font des distances bien moindres et donc une perte de temps qui peut être importante au début pour les barrières horaires.
  9. Il faut arrêter avec les facilités de transport, les capacités hôtelières, ... et tout le tintouin. Ne pas essayer de se torturer les méninges pour inventer un théorème de localisation de l'EDT en fonction de variables qui sont non significatives. Quel que soit le lieu dans les Pyrénées ou dans les Alpes, il est toujours possible de se déplacer (on est au 21° siècle) et de se loger. Ceux qui en doutent iront jeter un coup d'oeil à l'historique des EDT et des lieux de départ.
  10. Alors là, moi je dis bravo pour le coup de poker... Juste une question bête comme ça, c'est normal d'avoir pu trouver une chambre d'hôtel facilement si l'EDT avait lieu à Tarbes ? Il y a aussi beaucoup d'organisateurs qui annoncent le 14 juillet comme date... Enfin comme l'annulation ne coûte rien, ça ne coûte rien d'attendre, mais sûr à 100% que ça ne donnera rien.
  11. Ah bon, pourquoi pas possible des étapes de 180 km et 4000m D+ ? Cette année on n'était pas très loin. Et la Marmotte avec 5000 m D+, ils attirent bien 10000 cyclos en limitant le nombre d'inscrits non ?
  12. Abordable au plus grand nombre... Il suffit de s'entraîner en conséquence... Sinon il y a plein de cyclosportives qui ne demandent qu'à accueillir des participants, avec plein de distances, dénivelé différents. Il faut que l' EDT propose des parcours qui sortent de l'ordinaire et des autres cyclosportives, comme c'était le cas avant. Sinon si c'est pour faire des parcours par exemple de 140km et 3000m de dénivelé, quel intérêt ?
  13. Ah bon ? Et sur la Haute Route Pyrénées ou la Marmotte Pyrénées, il n'y a pas de bénévoles ou associations qui travaillent pour rien pour des sociétés privées ?
  14. Cela n'a rien a voir avec les capacités hôtelières. Il faut des collectivités qui veuillent bien accueillir l'EDT, car au-delà des retombées indirectes, ça coûte de l'argent à la ville qui reçoit. Et les Alpes sont un plus centrales en Europe pour accueillir un maximum de participants.
  15. Est-ce que ASO se soucie vraiment des capacités hôtelières ? Et puis il y a des solutions, il suffit de se rappeler de Foix-Loudenvielle. Que la collectivité qui accueille l' EDT demande aux habitants ceux qui veulent bien accueillir des cyclistes, comme si c'était des chambres d'hôtes. Ça avait très bien marché à Foix, mais pas reproduit depuis sauf erreur malheureusement.
  16. Oui peut être des murs, mais des murs de quelques kilomètres, c'est très facile à gérer si on a les développements adaptés. Donc au final c'est un parcours qui se fait très bien. Il suffit de voir le faible taux d'abandon par rapport à certaines années, même si ce n'est pas une preuve absolue car ça dépend du niveau de préparation des inscrits. Pau-Luchon, outre la météo, c'était 200km et 5000m D+, Albertville-La Toussuire pas simple non plus, Foix-Loudenvielle, Pau-Tourmalet (qui avait aussi sa partie de mur avec Marie-Blanque),... ASO repropose depuis 2 ans des parcours long avec dénivelé conséquent, en espérant que ça continue car les EDT à 130 km...bof
  17. Ca me fait bien marrer cette difficulté de cette EDT. Par rapport à l'année dernière, le différentiel n'est pas énorme. Ces dernières années étaient sans saveur en terme de défi proposé. Mais si on prend 2012 par exemple, c'était quand même autre chose. Et on parle de quoi ici ? De cols qui ne dépassent même pas 10 km Même si les pourcentages sont élevés ou très élevés, on y passe quoi, 1h au max. C'est autre chose quand on passe 2 h d'affilé sur un col et qu'on dépasse les 2000 m d'altitude. Et quelles conditions climatiques pour cette EDT ? Du soleil. Alors oui, il faisait peut être chaud. Mais demandez si les participants d'Issoire - Saint-Flour n'auraient pas voulu avoir le même soleil quitte à avoir très chaud, ou alors Pau-Hautacam, ou alors Pau-Bagnères-de-Luchon, ou alors... 4000 m de D+, ce n'est pas anodin, c'est dur oui. Mais il y a déjà eu des parcours plus durs par le passé ou des conditions climatiques plus exigeantes.
  18. Je ne vous donne pas de leçon, c'est juste que je comprends pas. Quelqu'un du forum pourras peut-être m'éclairer en quoi ce col de la Biche est si spécifique pour nécessiter absolument de se débarrasser d'un tube de gel à son pied ? Je n'ai pas bien compris si c'est à cause du col de la Biche ou à la présence d'un secteur chrono et de se délester de 10 g ;) Désolé, mais je n'ai pas compris non plus Monsieur Igor, en quoi il y a impossibilité de remettre le gel dans une poche, puisque une poche est dédiée à ça. Et si on veut rouler propre, on peut prendre ses précautions avec un petit nécessaire sur le tube horizontal. Je ne donne pas de leçon, je donne juste mont point de vue, et pour moi ce genre de comportement, n'en vous déplaise, c'est du mépris envers les bénévoles qui à la base ne sont pas là pour ramasser les détritus des cyclistes.
  19. Non je ne connais pas le col de la Biche, mais je ne sais pas s'il y a un rapport avec les déchets. Pour le risque de salir quelque chose dans ma poche, j'ai 3 poches dans mon maillot cycliste (comme beaucoup de maillots), donc ça permet de choisir la poche où on remet le gel si on ne veut pas risque de salir un objet.
  20. Désolé mais j'ai du mal à comprendre. C'est quoi le handicap de garder le tube de gel dans sa poche. Soit on le laisse dans une poubelle à un ravito, soit on le garde dans sa poche jusqu'à l'arrivée. Ce n'est pas égoïste d'interpeller la jeune fille du chrono pour lui jeter ses déchets (allez, tiens ramasse !) ? Bien sûr qu'elle ne va pas dire non ! Et si 200 cyclistes font la même chose auprès de la même personne, vous imaginez ? Sur l'EDT, au plateau des Glières, des panneaux partout "espace naturel sensible". Et juste après le passage en gravel, face au ravito, le route pleine de déchets avec des cyclistes qui s'en débarrassent devant le regard de pompiers médusés.
  21. Présent aussi sur la XXL, histoire de sortir un peu du sud-est.
  22. Bonjour, A question générale, réponse générale. Tout le monde n'est pas égal pour le temps de récupération, donc ça dépend comment tu récupères. Ca dépend aussi de ton activité en dehors du vélo, plutôt physique ou plutôt cool. Journées chargées ou normales. Temps de sommeil court ou normal. Un des meilleurs entrainement est le sommeil et qualité du sommeil. En bref, le personne qui te donnera la meilleure réponse, ce ne sont pas les autres, c'est toi, car c'est toi qui est sensé le mieux te connaître !
  23. Oui il y a de très belles épreuves qui ne rencontrent pas le succès qu'elles méritent, et c'est dommage. C'est sûr que ça fait toujours mieux de dire autour de soi j'ai fait l'étape du tour ou la marmotte (ouah, le galibier et l'alpe d'huez !), plutôt que d'autres cyclos moins connues, et pourtant tout aussi dures en D+. Outre la com (un site web est un minimum, certaines cyclos n'en n'ont même pas ; facebook peut être bien en complément), la date est aussi importante : concurrence directe le même week-end ou concurrence indirecte si des cyclos ont lieu le week-end précédent ou week-end suivant. Si on parle spécifique de la Pierre Jacques, le dernier week-end de juillet doit enlever pas mal de concurrents potentiels avec le chassé-croisé des vacanciers juilletistes et aoutiens. Pour les prestations cadeaux, bof, je ne pense pas que ça puisse être une raison. Des cadeaux souvent peu utiles. La mode aujourd'hui est aux maillots cyclistes. J'en ai une cinquantaine dans l'armoire. Inutile. La participation à un challenge peut contribuer à attirer du monde. Y-a-t-il une explication purement rationnelle ? Pourquoi des cyclos ont réussi à devenir incontournables comme l'ariégeoise par exemple, alors que d'autres équivalentes non ? La communication et l'implication du département et offices de tourisme autour d'une épreuve peut aussi être porteur.
  24. En même temps, est-il forcément utile de le savoir 8 mois avant ? Il y z quelques années, on avait peu d'infos sur toutes les cyclos avant fin décembre. Maintenant déjà des septembre, tout le monde veut connaître le calendrier de l'année suivante. Quell est l'impact ur l'entraînement ? Aucun je crois... La qualité de l'organisation ne se juge pas à la publication 8 mois avant de la date et des parcours, mais surtout le jour J de l'épreuve
  25. C'est chouette ça, pour l'EDT faut juste faire du D+ en juin, donc rien avant. Je vais bien me reposer cette année 😆
×
×
  • Créer...