Aller au contenu

Philippe SAGOLS

Membre
  • Compteur de contenus

    24
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Philippe SAGOLS

  1. Bonjour, tu as raison, Jean-Louis! Je roule en tubeless depuis 2009, j'ai crevé deux fois, crevaisons réparées sans m'arrêter grâce au préventif; j'en suis arrivé à ne plus emporter de matériel pour changer ou réparer! Je roule 8000 km par an, dans un confort total car on peut baisser la pression sur un tubeless (je mets 6kg). J'ai beaucoup roulé en boyaux, mais trop de contraintes, j'ai aussi souvent crevé en boyaux, éclaté ou déjanter, mais c'était il y a longtemps, les boyaux ont peut-être fait des progrès... Mais pour qui cherche la sécurité, la fiabilité, la simplification et le confort, vive le tubeless!
  2. Bonjour, j'ai toujours monté du Campagnolo sur mes vélos depuis des dizaines d'années. Voulant adopter un groupe 11 vitesses, j'ai finalement choisi un Ultégra qui présente plusieurs avantages: - plus grand choix de cassettes (je voulais un 32 dents pour monter certains cols de mes Pyrénées, exemple: le col de Banyuls et ses 18 %). Je remarque que la cassette Centaur 12 x 30 a disparu du catalogue 2015, on n'a donc plus que du 29 chez Campa. - plus grand choix de plateaux (on trouve même un 46 dents pour ceux que ça intéresse). - leviers réglables par vis, en profondeur (pour les petites mains, c'est un sacré avantage, Campa ne le propose pas). - dérailleur avant plus efficace (bras de levier plus long, Campa ne le propose que sur le Chorus et le Record). - ouverture de l'étrier bien mieux pensée chez Shimano (petit levier sur l'étrier), alors que Campa propose l'ouverture sur le levier, ce qui provoque l'éloignement de celui-ci lorsqu'on roule, c'est très handicapant pour les petites mains et absolument pas ergonomique. - enfin pour avoir tester les deux, le freinage Shimano est supérieur au Campa depuis que la conception de l'étrier a été revue. Voici les raisons qui m'ont poussé à monter l'Ultégra et je ne le regrette pas.
  3. Après plus de 30 ans de fidélité à Campa, je m'apprête à monter un Ultégra 6800. Pourquoi? La gamme 2015 chez Campa prévoit la suppression du Centaur 10 (c'était mon groupe), plus de cassette 12 x 30 au catalogue. D'autre part, j'ai toujours déploré le fait qu'on ne puisse pas règler la garde des leviers (chez Shimano, on peut la régler sur 1 cm, ce qui est intéressant), et aussi l'impossibilité de détendre l'étrier de frein à l'aide du petit levier (chez Campa, on détend au levier, ce qui est une aberration, car ça éloigne le levier du cintre et rend impossible la préhension pour les petites mains). Par ailleurs, la gamme de braquets est devenue plus étendue chez Shimano: j'ai commandé mon 6800 avec un 46 x 34 et une 11 x 32. Pour un vieux comme moi qui fait beaucoup de montagne, c'est l'idéal, on n'a pas l'équivalent chez Campa. Voilà, je monterai bientôt le 6800 à la place du Centaur Red, et je verrai bien si j'ai fait le bon choix.
  4. Bonjour Cédric, moi aussi j'ai grimpé le Tourmalet ce jour-là. Le site du photographe est: studio-roche.e-monsite.com. Pour changer de sujet, je trouve consternant cette bande d'immatures qui s'accaparent tous les sujets de Vélo 101. Oui c'était mieux avant, il y avait des confrontations riches, des débats techniques, des intervenants confirmés. Il est grand temps qu'un modérateur fasse le ménage.
  5. Des trois systèmes existants sur le marché (Campa, Shimano et Sram), il serait intéressant de savoir lequel permet d'avoir les leviers de freins les plus rapprochés pour un même cintre et un même réglage sur ce cintre.
  6. Je sais Franck ça finira bien par m'arriver! (et là, je penserai à toi...) Mais pour l'instant, j'en suis à 35000 bornes en tubeless, 2 crevaisons réparées grâce au produit sans m'arrêter, le bilan est largement positif pour moi! Je ne prends rien du tout pour réparer, c'est mon choix. Pour ceux qui redoutent, je leur conseille un sachet de rustines tubeless, 3 démonte-pneus, un petit tube de colle à rustines et une bonbonne de CO2, le tout dans une sacoche de selle. Cela permet d'avoir un kit à encombrement réduit.
  7. Salut Nicolas! Comme expliqué par plusieurs intervenants, tu injectes 30ml de produit, personnellement je mets du préventif Hutchinson qui tient longtemps et qui m'a sauvé deux fois (crevaison réparées sans devoir m'arrêter). J'ai continué mes sorties, le pneu étant définitivement traité par le produit. Pour la pression, je mets 5,5 (je pèse 67 kg) et c'est très bien pour moi. Je fais des sorties jusqu'à 160 bornes avec un ou plusieurs cols dans mes Pyrénées, donc pour moi, sécurité et surtout confort, priment sur le rendement. Franchement quand tu es rincé après plusieurs ascensions, il vaut mieux rentrer avec un vélo souple, plutôt qu'avec une trique gonflée à 8kg. J'ai été coursier pendant 10 ans et là je raisonnais à l'inverse! Le tubeless c'est le pneu parfait pour le cyclo adepte des longs efforts. Quant à pincer avec des tubeless gonflés à 5,5, ça ne m'est jamais arrivé; les flancs des tubeless sont plus rigides, c'est ce qui permet une pression moindre.
  8. Igor, je préfère largement me baser sur ma propre expérience que croire les magazines spécialisés! Qu'ils apprécient ou non mes commentaires est le dernier de mes soucis! Je me répète: sur mes shamal, je n'ai jamais eu le moindre problème pour monter mes tubeless hutchinson 25 avec ma pompe à pied. Sur le devenir du tubeless, l'avenir nous dira si le procédé s'implantera définitivement. Pour ma part, j'ai fait mon choix et quand je descends mes cols des Pyrénées, c'est en toute sécurité et en tout confort, et ça... j'achète!!
  9. Deux contre-vérités: la difficulté de montage et le poids. J'ai des campa shamal tubeless, excellentes roues et les tubeless sont très faciles à monter: j'enduis les jantes de liquide de vaisselle à l'aide d'une éponge, je place le pneu correctement (en commençant par la valve et en prenant soin de placer les flancs dans la gorge) et quelques coups de pompe à pied, ça marche à tous les coups. Ceux qui prétendent le contraire sont des personnes qui n'ont pas testé ou qui ne savent pas faire. Pour le poids, lisez donc le message intéressant de Christine qui a posté dans le sujet "Roues American Classic": elle utilise des roues tubeless à 1190 g la paire , chaussées de pneus Hutchinson Atom à 240 g. Les arguments des anti concernant le poids et la contrainte de montage tombent. Il faut aussi noter que le tubeless en est à ses débuts, la technique va évoluer et on arrivera à un système bien plus performant que le boyau ou le pneu traditionnel. Il faudra faire des progrès sur la réparation, pourquoi pas réparer le pneu par l'extérieur, sans démonter... Il ne restera alors que la brouette pour utiliser les antiques chambre à air qui sont assurément un élément d'insécurité (qui n'a pas éclaté avec des boyaux ou des pneus?). Enfin , les gars, arrêtez vos chicaillas, on aime tous le vélo, on est tous pour l'amélioration des techniques, développez vos arguments basés sur l'expérience et non des "je pense que...", dans le respect de nos contradicteurs et toujours avec la volonté d'être constructifs...
  10. Bonsoir Franck, comme je le dis dans mon message, je n'ai crevé que deux fois en cinq ans, incidents réparés sans que j'aie besoin de m'arrêter. Depuis, je ne prends plus rien (avant j'avais un kit classique de réparation pour pneus). J'accepte le risque, ma petite femme est toujours prompte à me récupérer au cas où! Bon, dimanche j'ai fait 155 bornes (Aubisque, Soulor) en tubeless gonflés à 5,5 (Mais quel confort, Christian!), mon fils m'accompagnait lui aussi en tubeless et c'est passé nickel!
  11. Le tubeless est une vraie révolution pour la route! Mon expérience: depuis cinq ans, deux crevaisons rebouchées par le préventif sans m'arrêter. Un confort unique: je roule sur des fusion 25 gonflés à 5,5. Je ne prends plus rien pour réparer, ni chambre ni pompe ni rustine. J'ai connu le boyau et ses inconvénients (collage, réparation, centrage, rechange), le pneu et ses inconvénients (éclatement, pincement des chambres), le tubeless résout tous ces problèmes. Je ne changerais pour rien au monde.
  12. Merci pour ton retour et vive le tubeless! Où as-tu acheté tes Fusion 25? On ne les trouve pas sur les sites les plus connus...
  13. Bonjour, et vive le tubeless: je l'ai adopté il y a 5 ans (je parcours entre 6 et 7000 km par an). J'ai crevé deux fois, le préventif a colmaté le trou immédiatement avec peu de perte de pression et j'ai fini mes sorties sans m'arrêter! Du coup, je n'emporte plus de matériel de rechange (pompe, chambre ou pire boyau, autant de poids gagné). J'ai couru 10 ans en boyaux, 25 ans de cyclos en pneus, il m'est arrivé d'éclater dans des descentes. Franchement, le tubeless, c'est hyper sécurisant (surtout dans les descentes de mes cols pyrénéens), je ne reviendrai pas en arrière. Le tubeless c'est l'avenir; aux USA, la demande est très importante. Les constructeurs étendent leur offre et Mavic et Michelin prennent du retard, ils s'en mordront les pneus bientôt. Certains pros s'entraînent sur tubeless et d'après ce que je sais, ils sont très satisfaits. J'ai testé les Fusion 3 et les Schwalbe Ultremo. Les Allemands sont plus souples et les Français plus endurants. On annonce les nouveaux Schwalbe One comme exceptionnels, il faudra essayer. J'ai quand même une préférence pour les Hutchinson, car c'est français, je pense à nos emplois et à nos jeunes! NB c'est qui ce Legrand qui émet des avis négatifs sans argumenter, et ce sur beaucoup de sujets? Je lui signale que le seul engin à conserver des chambres à air, c'est la brouette! Lorsque les voitures ont adopté le tubeless, cela a considérablement fait baisser le nombre d'accidents provoqués par éclatement. J'ai connu, il y a quelques années, Vélo 101 avec des forumers aux avis autrement affûtés. Triste époque.
  14. Le tubeless est un plus. Les fabricants s'y mettent les uns après les autres. Cette année Schwalbe, Michelin travaille enfin dessus, l'offre de roues est de plus en plus étendue. C'est certain, c'est l'avenir! Mon expérience (j'ai 250 000 bornes depuis 40 ans que je roule, 10 ans de courses en boyaux, puis des pneus, puis les tubeless). Le tubeless est très confortable. Je gonfle à 6 kg et les aspérités du revêtement sont gommées. En cinq ans, je n'ai pas crevé une seule fois et je me sens en sécurité totale dans les descentes des cols de mes Pyrénées. Je ne reviendrai pas en arrière, je ne veux plus connaître les galères de montage des boyaux, ni les éclatements soudains des chambres à air (surtout en latex), ça m'est arrivé plusieurs fois. Pour conclure, je reconnais un rendement supérieur au boyau, mais comme je recherche le confort et la sécurité avant tout, je roule en tubeless.
  15. Bonjour, il ne s'agit pas d'opposer le boyau au tubeless, comme je disais dans mon message, il y a un choix à faire en fonction de ce qu'on recherche. Le boyau et les roues carbone s'adressent à un compétiteur (moi aussi je les aurais utilisés quand je courais), le tubeless aux cyclistes qui privilégient confort et sécurité. Je préfère descendre les cols de mes Pyrénées en tubeless, je le répète: je n'ai plus crevé depuis cinq ans. Laurent, sois un peu plus ouvert sur les nouveaux concepts: oui le tubeless est très confortable, à condition de respecter la bonne pression (pour moi qui pèse 66 kg, je mets 6kg); Tu évoques les "certains qui sont prêts à sentir n'importe quoi et à qui on fait avaler les mensonges nécessaires..." Sache que j'ai 250 000 bornes au compteur dont dix ans de compétitions et je n'ai besoin de personne pour sentir si un train roulant est confortable ou pas. Pour les crevaisons hypothétiques, je prends une fiole de préventif, la clé plastique qui permet de dévisser la valve et une cartouche de CO2. Mais je ne m'en suis jamais servi. Une seule fois, j'ai dû téléphoner pour qu'on vienne me chercher, c'était il y a longtemps et j'avais crevé deux fois ... avec des boyaux! Une autre fois, en course, j'ai fini à l'hôpital, j'avais déjanté suite à l'échauffement de la jante qui avait fait tourner le boyau dans une longue descente de col. Franchement, le tubeless apporte un plus sur le plan de la sécurité. Mais je suis d'accord pour dire que le boyau a plus de rendement lorsqu'on veut aller vite et j'imagine qu'avec des roues carbone les sensations doivent être encore meilleures. A chacun de choisir...
  16. Bonjour, j'utilise le tubeless depuis sa sortie, à peu près cinq ans. J'attendais ce concept depuis longtemps car avec la brouette, le vélo était le dernier engin à roues avec chambre à air. Bilan: plus une seule crevaison, du confort et une grande sécurité dans les descentes, bref, tout ce que je recherchais. Finis éclatements, pincements et réparations! A la fin de l'époque du boyau (j'ai roulé 20 ans avec) dans les années 90, le pneu nous avait libérés des contraintes d'un système que beaucoup trouvait archaïque. Tout le monde était passé au pneu, même les pros! Finis les collages salissants, les réparations de couturière, les 300 g de surpoids du boyau de rechange qu'on pliait toujours avec difficultés, etc... Cela paraissait un progrès... Aujourd'hui le boyau revient en odeur se sainteté, uniquement pour s'accoupler aux roues carbone. A mon avis, il faut bien réfléchir à ce qu'on attend de son train roulant: rendement / performance pour le boyau, mais avec les inconvénients ci-dessus, ou sécurité / simplification / confort pour le tubeless. Moi, j'ai fait mon choix: roues Shamal et tubeless Intensive Hutchinson en 25, je ne prends rien pour les crevaisons puisque je ne crève plus (300 g de gagnés), je mets du prévéntif et roule ma poule! Le tubeless évoluera dans l'avenir, de plus en plus de marques s'y mettent (roues Américan Classic à 1300 g la paire, Schwalbe, Bontrager, Maxxis, etc...). C'est plus timoré côté français: que font Mavic et Michelin? Ils risquent de rater le train! Une dernière remarque: je n'ai aucun problème pour monter mes tubeless avec une pompe d'atelier, c'est juste un coup à prendre.
  17. Julien, il ne faut pas raisonner comme cela, ça bloque tout progrès. Regarde le vélo de René Vietto dans les années trente: les dérailleurs sont un véritable usine à gaz! Certains pros à l'époque ne voulaient pas en entendre parler et disaient que ça n'avait aucun avenir: tu vois bien ce que toutes ces années d'études, de réflexions pour améliorer le système ont donné: en fait, le résultat, c'est ce que tu utilises! L'avenir n'est pas dans le dérailleur, mais dans une boîte de vitesses intégrée. Certains en sont convaincu: les cycles Vagabonde propose des vélos de route avec le moyeu Rolhoff, assez répandu en Allemagne et beaucoup plus simple que la gestion des dérailleurs. Je persiste à croire que le mécanisme serait mieux placé dans le boîtier que dans le moyeu qui de fait est plus lourd.
  18. Entièrement d'accord avec Michel, mais il faudrait même aller plus loin avec le système Rolhoff placé dans la boîte de pédalier, ce qui permettrait d'avoir une roue arrière à un seul pignon, donc plus légère, équilibrée, que des avantages! Et finis ces dérailleurs archaïques, lourds, anti-mécaniques, etc... Alors amis ingénieurs, on se met au travail?
  19. Pour ma part, je suis pleinement satisfait. J'utilise le tubeless depuis 3 ans et je ne vois que des avantages: sécurité, confort, fiabilité. Je n'ai pas crevé une seule fois depuis que je les ai, j'ai fait l'étape du tour sans matériel de réparation ,juste avec du préventif, je n'emporte qu'une bombe de réparation au cas où... Je pense que c'est l'avenir. Les réfractaires sont peut-être comme les pros des années trente qui ne voulaient pas entendre parler du dérailleur et laissaient cette invention aux cyclos! Il y aura des progrès dans l'avenir, c'est sûr. Je pense aussi que les coursiers recherchent plus le rendement et pour eux le boyau répondra certainement mieux à leurs attentes. En fait le tubeless vise un public plus tranquille.
  20. Bonjour, je suis passé en tubeless il y a trois ans, après un éclatement de chambre dans une descente et une belle frayeur. Il y a plus longtemps, quand je courais j'avais connu une telle mésaventure avec des boyaux, à 85 à l'heure, un tout droit, le fossé et l'hôpital. Depuis que j'ai adopté le tubeless, je n'ai pas crevé une seule fois, je roule en emportant simplement une bombe, et j'ai fait l'étape du tour avec du préventif et rien d'autre. Alors selon moi, les avantages du tubeless sont nombreux: sécurité, tranquillité, robustesse et grand confort (je mets 6 à l'avant et 6,5 à l'arrière). Pour le montage, rien de plus facile, une pompe à pied suffit, mais il vaut mieux apprendre avec un habitué au début. Un intervenant dit ne pas voir les avantages. Je crois que le tubeless s'adresse avant tout à un public qui recherche la sécurité et le confort (un vieux comme moi, un cyclo). Je ne changerai pour rien au monde. Je me rappelle quand on avait abandonné les boyaux, tout le monde se réjouissait de la fin des galères de collage, des boyaux pliés sous la selle, des séances de couture, des changements de tube sur le bord de la route! Restent les réparations éventuelles, mais là, les fabricants feront certainement des progrès... Alors vive le tubeless, c'est l'avenir!
  21. Merci pour ta réponse, mon vélociste prétend avoir changé ce roulement pour réaliser le montage. Apparemment le pédalier tourne bien, mais n'ayant pas terminé le montage du vélo, je n'ai pas encore roulé avec. Finalement la question est: est-ce que le montage adaptateurs Ultra en changeant un roulement et pédalier Power est possible?
  22. Oui, je sais. Mais il existe deux références d'adaptateurs (ultra ou power) et mon vélociste a monté des adaptateurs ultra torque pour mon pédalier power torque. Je me demande si ça va fonctionner correctement. Ne fallait-il pas plutôt monter des adaptateurs power torque?
  23. Bonjour, sur mon cadre time en BB 30, mon vélociste a monté des adaptateurs Ultra Torque avec un pédalier Centaur Power Torque. Je m'adresse aux connaisseurs, pensez-vous que ce montage peut fonctionner sans soucis? (Lui me dit que c'est pareil.) Merci.
  24. Bonjour, je suis d'accord avec tous ces commentaires: Adam est un incompétent notoire, il est nul, ne comprend rien au vélo, gâche le plaisir du téléspectateur. Son phrasé est inaudible, tant dans la forme que dans le fond. Il faut le virer urgemment. Je crois malgré tout qu'il existe une espèce de mafia France 2, car entre Holtz, Adam et Bilalian, quelle belle brochette! Mais comment fait Jalabert pour le supporter? J'avais mis un commentaire sur le forum de France 2 "Qui pour remplacer Adam", cette discussion a été supprimée!
×
×
  • Créer...