Aller au contenu

Dossard EDT 2018


Invité
 Share

Messages recommandés

Les bénévoles ne laissent pas entrer dans un SAS inférieur. Supérieur je suppose que oui (comme déjà dit).

Une connaissance m'a rapporté avoir trafiqué sa plaque de cadre (je ne sais plus exactement comment) pour avoir un numéro différent, et du coup avoir pu partir dans un meilleur SAS. Il ne m'a pas dit avoir été sanctionné sur son temps. Ceci dit, je ne cautionne pas cette pratique.

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Allez dans un SAS inférieur, tout dépend des éditions et des bénévoles. Je me souviens qu'à Pau, en 2014, ils avaient été assez strict là dessus. Par contre en 2015, à st jean de Maurienne, les bénévoles ne vérifiaient rien. Beaucoup ont pu allez dans des SAS inférieur. Après franchement, entre le 3 ou le 7, c'est pareil. A partir du moment où tu ne joues pas une place, ça ne change rien. Autant partir d'un SAS inférieur si tu veux être avec ton pote; C'est juste critique sur les 2 - 3 derniers SAS à cause de la voiture balaie...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les sas ont pour fonction de fluidifier la "course". A part le sas 1 qu comporte aussi les invités, le niveau va décrescendo. Cela évite de trop bouchonner et de bloquer derrière ceux qui meilleurs.

C'est pour cela que lors de l'inscription il est demandé le classement aux EDT précédentes et sur d'autres cyclosportives.

Si tu n'as jamais porté de dossard, même s tu es costaud, tu te retrouve derrière.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est assez paradoxal l'EDT. 

Avant le départ, la majorité de ceux qui n'ont pas le niveau pour la terminer ne la trouvent pas aussi dure que ce qu'elle parait, tandis que la majorité de ceux qui sont capable de la terminer la trouvent plus dure qu'elle ne semble

Après le départ c'est l'inverse. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Y'a du mépris dans tes paroles benoit... Combien d'abandons ou de types qui ont des crampes lors d'un marathon ? Chacun se lance le défi qu'il souhaite. L'EDT n'est pas une cyclosportive comme les autres. Elle vend du rêve et ça attire beaucoup plus de coureurs d'un niveau moyen. Le mec qui fait ça en 10h a autant de mérite que celui qui met 5h. Moi je suis pas un grand cycliste (entre 3 et 4000 bornes par an). Mais je kiffe l'EDT. Pour y avoir participer 3 fois, je trouve qu'elle a un parfum particulier par rapport aux autres. Certains ne seront pas d'accord avec moi mais chacun son point de vue. Et je me fout de mettre 5 ou 10h. C'est juste un grand bonheur de terminer. Et je compte bien y retourner dès que mon genou me laissera tranquille...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le problème est le même pour les marathons de grandes capitales. Ca n'est pas ceux qui se lancent un défi personnel le problème dont il parle.

Ce sont les gens qui s'y inscrivent sans avoir l'entrainement adapté. En CaP il y a les mêmes. Ils font 3 séances d'entrainement, survolent un programme de fractionné dans un magazine, achètent des running à 150 € et s'inscrivent au marathon de Paris sans commencer par par tenter des 10 km puis des semis sans nom l'année suivant pour s'habituer à gérer des courses avec ravito. 

C'est bien de vouloir aller sentir le parfum particulier d'une grande épreuve mais ca ne sert à rien d'y aller avec un rhume et le nez bouché. 

On a le droit de faire une défaillance le jours J, d'avoir un pépin quelconque mais quand 3 000 personnes se pointent sans avoir la capacité de terminer et marchent sur toute la largeur de la route au premier col c'est pas sympa pour ceux qui s'y prennent sérieusement. 

C'est la société qui veut qu'on se mette des défis grandiose parce que sinon on a peur d'avoir l'air de rien quand on les raconte aux autres. La vérité c'est que quand on dit boucler le BRM 200 de Trifouilly-les-Oies avec un groupe de FFCT de 55 ans on passe déjà pour un champion au près des non cyclistes. 

Un col de 10 ou 20 km ca ne change rien, c'est toujours 10 ou 20 de trop pour les non cyclistes à qui on le raconte. Je pense que ce que Benoit critique en premier c'est ce "culte du Finisher". Après il se croit au dessus du lot en terme de vélo et a une tendance à l'arrogance. A ce jeu là il sait très bien qu'il y a des mecs bien meilleurs que lui et qui ne la ramène pas mais il a besoin d'exister aussi. Visiblement être un anonyme de cat 1 ou 2 ne lui convient pas. 

Ceux qui terminent l'EDT à bout de force ont plus de mérite que ceux qui la gagne mais ceux qui abandonne car ils ont surestimé leur forces, ne se connaissent pas et ont brûlé des étapes c'est du gâchis, pour eux comme pour les autres. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On est bien d'accord.

J'étais le premier à gueuler en 2013 dans le semnoz avec une 1/2 route pour aller au sommet et des gars qui marchaient ou étaient avachis dans le fossé. C'était même dangereux. C'est bien pour ça qu'il faudrait déjà faire respecter les sas de départs. Y'a trop de gars qui veulent partir dans les premiers sas et qui gênent les autres ensuite. Maintenant, on sait aussi que malheureusement, comme tu le dis, beaucoup se surestiment.

C'est d'ailleurs pour ça que je ne comprends pas le choix de cette étape. Puisque ASO veut faire du chiffre avec 15 000 inscrits, il faut mettre l'étape en conséquence... Là on a des forts pourcentage sur des petites routes... Il y aura de gros bouchons, c'est inévitable ! ASO peut tout à fait choisir une étape difficile mais avec des routes suffisamment larges pour limiter les bouchons... comme celle de l'alpe d'huez...

Bref, on aura toujours des types qui se lanceront des défis en pensant qu'un mois d'entrainement suffira. Ca ça ne changera pas. Dès lors, il est peut-être de la responsabilité des organisateurs de proposer un parcours plus adapté pour limiter les problèmes... et que la majorité des participants prennent un maximum de plaisir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est épatant ce déferlement anti-EDT, et désolant. J'ai plus l'impression que l'EDT est l'alibi pour taper et casser ASO qui passe pour un capitaliste qui ne pense qu'à s'engraisser sur le dos des amateurs de sport.

Et à coté de cela rien, nada, contre "La Marmotte". Pourtant cette cyclo draine autant de participants, coute plus chère, n'a pas toute la logistique ASO, et ne se déroule pas sur routes privatisées, donc dans de moins bonnes conditions de sécurité.

Affligeant, et triste...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Share





×
×
  • Créer...