Aller au contenu

J'angoisse de passer au Tubeless , vos avis


Serge NAVETAT
 Share

Messages recommandés

Ne vous etes vous jamais posé la question : "comment etre sur qu'il reste bien du liquide ?"

Etant donné que je continu à perdre encore un peu en pression (bon rien à voir avec les 1ers jours mais bon ca fait chier quand meme) j'ai voulu en avoir le coeur net !

Je ne voulais pas défaire les tringles pour eviter les emmerdes, alors j'ai simplement procédé à l'inverse lors de l'ajout du liquide au montage.

C'est a dire que j'ai viré l'obus, mis la valve en bas, introduit le tuyau de la seringue par la valve, et aspiré le liquide. Et là miracle il en restait encore beaucoup ! J'en avais mis 40ml il en restait plus de 30ml (avec beaucoup de bulles donc difficile de quantifier précisément)...

Plutot rassurant ! 😃

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

merci à vous 2 pour vos commentaires.

Non mes pneus sont encore neufs et vierges de tout percing. Si je perds de la pression c'est uniquement par rapport au montage (voir pages précédentes).

Après la sortie de ce matin (75km), j'ai perdu entre 500g et 1 bar... je suis juste curieux de savoir si ma sortie etait plus longue j'aurais perdu d'avantage ou non.. Ma seule crainte est de descendre en dessous de la pression minimale du pneu, à savoir 6bars...

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ne t’inquiètes pas pour descendre jusqu'en dessous les 4 bars avec ton poids plume (65kg) en roulent sur les pneus 23 mm.😄

Moi étant 95 kg je gonfle mes Fusion 5 à 6,5 et 7 bar sur une jante de 13C.

<<D'ailleurs je ne m’inquiète pas pour les pertes de pressions en revenant de mes sorties.🙄 >>

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il n'y a pas de solution miracle pour les pneus… Le tubeless est un bon compromis néanmoins, surtout maintenant que l'offre ne se limite plus au seul Hutchinson.

Ce weekend, joueur, je suis allé faire une sortir type gravel avec un vélo de route, de nuit… les piste empruntées étaient un peu moins bonnes que ce qu'on m'avait vendu, c'était vraiment limite avec le vélo de route… Bien sur j'ai crevé (descente de nuit avec juste une frontale sur un piste caillouteuses) mais sans conséquences puisque le préventif a fait son usage (NB : 4 crevaisons sur les deux roues) sans que j'ai ni à m'arrêter ni à regonfler.

Mon expérience au bout de six mois avec les tubeless :

- ça demande un peu de précaution au montage, notamment quand on monte et qu'on perce les ruban.

- Pour les rubans, faire un peu plus de deux tours (trois épaisseurs au niveau de la valve). 

- faire le trou proprement à l'aide d'une vrille (ou une vis à bois). Au début j'ai fait "à l'arrache" en trouant comme un bourrin avec la valve et j'ai eu un problème de fuite au niveau de la valve (le scotch s'est mal déchiré)

- je monte généralement les pneus une première fois (sans préventif), pour voir si tout se passe bien. Sur les trois paires de roues que j'ai en tubeless, il n'y a alors pas de fuite manifeste.

- j'utilise la pince BBB, ça permet de ne pas forcer du tout pour le montage (je n'ai pas encore monté de GP5000, mais avec Schwalbe et Vittoria, aucun problème). Je mets bien le pneu au fond de la gorge coté opposé à la valve et ça se passe super bien.

- pour le gonflage, j'ai une pompe classique. Je suis monté jusqu'à 8.5b pour claquer certains pneus.

- une fois, l'essai sans préventif effectué, je démonte une tringle, je verse le préventif, je remonte, je gonfle et tout se passe bien.

- pour le nettoyage du préventif, pour moi ça s'est très bien passé avec un peu d'eau.

J'ai une espèce de malédiction depuis le début de l'épidémie de Covid (crevaison + déjantage boyau, pneu à chambre déchiré sur un nid de poule, pneu à chambre qui explose à l'arrèt). Le tubeless n'ont pas été épargné puisque j'en suis à plusieurs crevaisons… mais pour les tubeless je suis au courant de la crevaison car un peu de préventif suinte avant qu'il ne colmate complètement.

Avec le confort et le rendement en plus… pour ma part je suis convaincu

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

3000 bornes ça ne me satisfait pas du tout vu le prix des pneus, surtout que j'ai crevé 3 fois alors qu'avec les Tubetypes je n'ai pas eu une crevaison depuis 2010 à 6000 bornes par an.

Tu peux feuilleter l'article complet sur la page de mon blog et voir les photos des Continental grand prix après 5000Km pas une entaille alors que les Mavic sont entaillés de partout.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je prends ton lien, déjà vu par ailleurs, avec des pincettes.

Déjà en ne gonflant pas trop les yksion on réduit le risque de crevaison. J'ai testé. A l'avant il tient plutôt bien. C'est aussi un pneu typé cyclosport, donc l'endurance n'est pas son point fort.

Quand à l'article sur la permutation, c'est exactement la pratique dont je ne vois pas l'intérêt, à part les emmerdes, du temps perdu, et un effet placebo.

Certains le font aussi sur leur voiture, je n'y vois aucun intérêt non plus. Et ce n'est même pas préconisé par les manufacturiers

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Concernant les Yksion, la permutation est même carrément dangereuse dans la mesure où le pneu à un sens de rotation différent à l'avant et à l'arrière. Donc une usure différente.

Quand à la durée du pneu, cela dépend de tellement de facteurs qu'il est pratiquement impossible d'en tirer des conclusions d'un utilisateur à un autre. Je n'ai jamais pu dépasser les 1500 km avec des Conti 4 seasons. Est-ce pour autant un mauvais pneu ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Share





×
×
  • Créer...