Aller au contenu

Compétition et sécurité :


Jérémie LAPLAC
 Share

Messages recommandés

Ce qui est triste dans cette succession de chutes c'est l'absence de réaction de l'UCI.

Lors du tour de Pologne, l'UCI n'a guère attendu pour dédouaner les organisateurs et disqualifier Groenewegen. Pour le Lombardie, l'UCI tance les organisateurs pour la voiture entrée sur le parcours mais pas un mot sur la chute de RE. Pompom sur le Dauphiné, absence totale de réactions !

Cette volonté de regarder ailleurs quand les problèmes sont là est assez pathétique.

Les instances du cyclisme que ce soit au niveau français ou international ont clairement choisi de privilégier leurs institutions au détriment de la pratique du vélo !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le problème est le même que pour l'accident Groenewegen-Jakobsen, les gens ont tendance à réagir plus en fonction des conséquences que de l'évènement lui-même

Si Evenepoel chute sans basculer par dessus le muret et se relève, personne ne vient parler des dangers du parcours

Laisser un véhicule entrer sur une route qui est censée être fermée, c'est quelque chose de très grave et très dangereux dans l'absolu, qu'il y ait accident ou non

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

et parfois j'ai des doutes sur la qualité des boyaux ou pneus (????),


Très juste , j'ai souvent l'impression , comme dans le cas Sivakov que les boyaux sont en cause ,pas le coureur.

J'ai souvenance d'un propos d'un DS (conversation directe ) qui se plaignait de la qualité d'une marque et que l'équipe était obligée de chausser .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Guillaume, qu'il y ait des problèmes de sécurité à tous les niveaux lors des courses, et ce quels qu'ils soient, relèvent de la responsabilité des organisateurs et de l'instance qui valide l'organisation.

Il y a des commissaires UCI sur chaque course dont l'un des rôles est de vérifier la sécurité du parcours. S'ils sont défaillants, c'est l'UCI qui est responsable.

Tu vois, comme moi, des bottes de paille installées, parfois en surnombre, sur certaines courses. Même si dans le cas de la chute de RE cela aurait été une protection précaire, cela aurait signifié que la protection des coureurs avait été prise en compte.

Alors je ne crois pas à une simple réaction émotionnelle mais à un vrai problème systémique.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est exprimé peut-être de façon excessive, j'en conviens, mais, tout à coup, je me mets à la place des parents de ce garçon de 20 ans.

Il y a un côté peu acceptable. Quel sport mettrait à ce point la vie d'un jeune de 20 ans en jeu.

C'est un coup à trembler à chaque course !

Même si, naturellement, il a sa part de responsabilité.

Je pense qu'il faut trouver des solutions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Autre question, pour mettre un jeton dans la machine disc vs patin, les pros ne vont-ils pas plus vite aujourd'hui en descente qu'il y a quelques années grâce aux nouvelles technologies et, pour certains, à leur passé de Vttistes ?

Tu y vas un peu fort, Philippe. Ne faudrait-il pas aussi interdire aux coureurs de s'entraîner pour réduire leur vitesse ?

Qu'il ait des patins ou des disques, ou que sa technique ait progressé grâce à la pratique du vtt, le cycliste reste conscient de ses limites. Descendre un col mal revêtu avec des freins peu efficients lors du premier Tour de France n'était pas moins dangereux qu'aujourd'hui et le risque de basculer de l'autre côté d'un parapet également présent.

Le danger principal des courses, c'est le souhait d'arriver le premier parce qu'il incite à adopter des comportements imprudents 😲

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je viens de faire la descente de Sormano sur Google Maps Streetview (un outil que j'utilise régulièrement pour voyager "virtuellement" 😉)

Même si on s'en rend forcément mieux compte "en vrai", je n'ai pas eu le sentiment qu'elle soit beaucoup plus dangereuse que d'autres

A l'endroit où est tombé Evenepoel, la difficulté c'est que c'est un freinage en appui (ceux qui suivent les sports motorisés comprendront aisément), c'est-à-dire qu'il y a une courbe à droite juste avant le virage serré à gauche sur le pont. Dans ce cas, on part généralement à la faute parce qu'on a pris trop rapidement la courbe précédente, du coup sur le virage à gauche suivant on perd le contrôle du vélo, c'est probablement ce qui est arrivé à Remco

Quelqu'un a parlé de l'avancée du muret, c'est effectivement le cas une dizaine de mètres après le début du muret, mais il ne faut pas avoir de chance pour venir buter exactement ici (dans ce genre de chute la fatalité est un paramètre important, ça peut se jouer à quelques centimètres). Et est-ce que s'il avait heurté le muret 2 mètres avant il ne serait pas passé par dessus le muret, franchement je n'en suis pas sûr

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"Tu vois, comme moi, des bottes de paille installées, parfois en surnombre, sur certaines courses. Même si dans le cas de la chute de RE cela aurait été une protection précaire, cela aurait signifié que la protection des coureurs avait été prise en compte."

 

Honnêtement Philippe, est-ce que tu penses que des bottes de paille à cet endroit empêcheraient un coureur qui part à la faute de basculer par dessus le mur ? Franchement je ne pense pas que ça changerait quoi que ce soit

Des filets de protection oui, mais à cet endroit là je ne vois pas comment on pourrait les accrocher

Par contre, sécuriser tous les carrefours pour empêcher une voiture d'entrer sur le parcours, c'est techniquement beaucoup plus facile

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Quelqu'un a parlé de l'avancée du muret

C'est moi... Je vois la chose sous un autre angle!! Ce n'est pas l'endroit ou il aurait pu heurtér le muret qui me parait important... c'est l'analyse de la largeur disponible qu' a l'usager avant d'aborder le pont. On voit distinctement le dit muret  en recul de la chaussée d'au moins 1m et plutot davantage( env. 1,3m), et 8 à 10m plus loin, un retour, en angle droit en plus, du dit muret contre la chaussée.... et le pauvre Remco est allé s'ecraser contre ce retour, que je qualifie -sans me tromper- de meurtrier. 

Si la largeur vue au debut du pont s'etait prolongée sur toute la longueur de celui-ci, il n'y aurait eu aucun problème et puis c'est tout.

On peut argumenter :"Mais les autres sont passés" Oui, MAIS c'est des "vieux", je veux dire qu'ils avaient deja couru cette course, et eux, ils connaissaient..... 

Voilà une difference.... importante. Remco, c'etait son premier, et legerement en retard, et surtout trompé par la largeur disponible au début du pont, il est tombé dans ce piege

Un truc pareil, un tel retrecissement, c'est " mortel"; Et personne dans le service routier n"a vu une telle anomalie??

J'ouvre une parenthese. On n'a rien à dire nous non plus. par ex. l'accident de Millas, le car partagé en deux par le train avec des gosses decedés. Tout le monde a ouvert le parapluie, pour que la faute retombe sur la conductrice du car; Mais pas du tout. Le departement avait amenagé le debouché, pufff, une grosse connerie. Il fallait deplacer le debouché de ce chemin, env 50m AVANT la VF, ainsi le car etant perpendiculaire à la VF, avait toute la visibiilté sur la voie ferrée...... Un truc simple, personne ne le voit, il faut des usines à gaz...!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Share





×
×
  • Créer...