Aller au contenu

Rouler en groupe ou en solo?


Messages recommandés

Salut à tous les passionés

Constatant que le mode de sortie est souvent tjs identique, à savoir en groupe ou bien en solo, il serait intéressant d'avoir les avis des uns et des autres su les raisons qui nous conduisent soit à rouler majoritairement en solo ou au contraire en groupe.

Personnellement je me lance sur le sujet:

ayant toujours aimé la confrontation avec d'autres dans le sport, sans doute parce que j'aime bien les contacts humains,, que j'y trouve des éléments de comparaisons intéressants pour ma pratique et que d'une manière générale les autres m'apportent beaucoup, je roule à 90% avec d'autres, et j'y trouve beaucoup de satisfaction, quand bien même je ne serai pas prêt à partir en vacances avec n'importe qui, mais dans l'exercice sportif du vélo c'est extremement profitable dès lors qu'on parvient à trouver un groupe qui permet de se sublimer physiquement.

And you?

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai fait parti d'un club pendant plusieurs années et beaucoup travaillaient dans la même entreprise avec des horaires qui pouvaient être adaptés et ce n'était pas le même cas pour moi, Ex : les mercredi le départ à Ugine à 13h30 perso je sortais du Taf à 13h, je devais rentrer chez moi à 17km le temps de prendre la douche, sauter dans mon bleu de vélo et rejoindre les gars qui gueulaient car j'arrivais à la bourre.

Idem les Week-ends, la plupart étaient célibataires ou pour certains roulaient en couple ( pas dans le même groupe de niveau ) départ les samedis à 13h pour rentrer à 18h en été, ma femme a fini par gueuler et je ne lui donne pas tord car l'été je part le matin à la fraiche de très bonne heure 6h ça ne me dérange pas et jusqu'à 12h j'abat des km et je passe l'AM avec elle.

Maintenant depuis des années je roule seul sans contrainte d'horaire, je passe les week-ends avec mon épouse.

Depuis 2 ans à la retraite, en hiver je roule 2-3 fois semaine les Am et en quand les jours rallonges et les températures agréables que le matin. J'évite si possible les samedis et jamais le dimanche car les pique-niques c'est sacrés.

Un de mes anciens collègues vient juste de passer en retraite et il a repris le vélo, donc une fois par semaine je sort avec lui et ça me fait de la compagnie, on discute et je me sens moins seul mais je ne suis pas intéressé pour rouler à nouveau en groupe. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, je roule à 99 % seul. Quand je roule avec quelqu'un, c'est une rencontre de parcours et généralement ce n'est pas très longtemps. Je n'ai aucun esprit de compétition mais j'ai  toujours aimé le sport. J'ai repris le vélo il y a 12 ans après 2 infars afn de me faire du bien. Suite à ces problèmes, je roule en écoutant mes sensations pour ne pas risquer un autre incident cardiaque. La présence d'autre cycliste incite à pousser un peu plus ce qui, pour moi, n'est pas toujours indiqué. A l'heure actuelle, je suis en rémission d'un cancer du poumon mais pour arriver à ce résultat, on m'a enlevé 1/2  poumon droit. Ceci entraîne un manque de capacité respiratoire (surtout que du côté gauche ça ne fonctionne qu'à 60 %) et donc une obligation de rouler à mon rythme. Heureusement, j'aime rouler seul, avec de la bonne zik dans les oreilles et je prends plaisir sur mes sorties ce qui est le principal à mes yeux. Et puis, je me plains pas, 1000 km depuis le 01/01 avec lobectomie le 17/11, je trouve que c'est pas mal. Même les médecins me regardent bizarre 😄.

  • Like 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, Bruno GUILLEVIC a dit :

Salut à tous les passionés

Constatant que le mode de sortie est souvent tjs identique, à savoir en groupe ou bien en solo, il serait intéressant d'avoir les avis des uns et des autres su les raisons qui nous conduisent soit à rouler majoritairement en solo ou au contraire en groupe.

Personnellement je me lance sur le sujet:

ayant toujours aimé la confrontation avec d'autres dans le sport, sans doute parce que j'aime bien les contacts humains,, que j'y trouve des éléments de comparaisons intéressants pour ma pratique et que d'une manière générale les autres m'apportent beaucoup, je roule à 90% avec d'autres, et j'y trouve beaucoup de satisfaction, quand bien même je ne serai pas prêt à partir en vacances avec n'importe qui, mais dans l'exercice sportif du vélo c'est extremement profitable dès lors qu'on parvient à trouver un groupe qui permet de se sublimer physiquement.

And you?

Bon sujet ! 

perso j'arrive a me sublimer seul ou en groupe  .....j'aime les 2 l'avantage seul c'est que tu gère mieux ton effort , en groupe tu a tendance ou tu est obligé de suivre ce qui peu te mettre dans le rouge avant la fin de la sortie mais il est vrai que le groupe te fait parfois te surpasser ..... bon cela fait 3 ans que je ne roule plus en club mais avec quelques copains rarement + de 4 souvent a 2 et ça me vas bien selon le ou les copains c'est cool ou a fond comme avec Gérome du forum ....je dirais que je roule 75% seul et 25% avec quelqu'un , récemment j'ai était doublé par un groupe de triathlète j'ai roulé 4-5km a  +/-40km/h avec c'était sympa j' adore tomber sur des groupes au hasard , dimanche c'était un groupe jeune de 14-15 ans encadré par un copain j'ai fait 20km avec allure correct sans faire la course et on a bien tchatché  ..... 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce sont des témoignages très intéressants, cela met en évidence la multiplicité des types de plaisir qu'on peut prendre sur un vélo.  Rouler régulièrement avec un groupe nécessite un minimum de  convergence tant du point de vue physique que de caractères. En ce moment je suis très bien avec mon groupe du club mais il est vrai que cela n'a pas toujours été le cas. Dans le passé j'ai quitté un club où je n'arrivais pas à trouver le bon équilibre. On s'est retrouvé alors à deux à rouler et c'était préférable.

J'aime bien aussi rouler seul mais j'ai toujours  ressenti la nécessité de rouler en groupe (de niveau homogène un minimum) non pas pour bavarder ou discuter mais plutôt pour apprécier la notion d'effort collectif dans les passages de relais tournants et la solidarité dans l'effort. J'aime beaucoup les sensations éprouvées en collant les roues et tournant harmonieusement en file montante /descendante..

En montagne toutefois je préfère rouler seul, il est de toutes façons très difficile de conserver le même rythme à plusieurs.      

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 21 heures, Vincent MATAGNE a dit :

Pour ma part, je roule à 99 % seul. Quand je roule avec quelqu'un, c'est une rencontre de parcours et généralement ce n'est pas très longtemps. Je n'ai aucun esprit de compétition mais j'ai  toujours aimé le sport. J'ai repris le vélo il y a 12 ans après 2 infars afn de me faire du bien. Suite à ces problèmes, je roule en écoutant mes sensations pour ne pas risquer un autre incident cardiaque. La présence d'autre cycliste incite à pousser un peu plus ce qui, pour moi, n'est pas toujours indiqué. A l'heure actuelle, je suis en rémission d'un cancer du poumon mais pour arriver à ce résultat, on m'a enlevé 1/2  poumon droit. Ceci entraîne un manque de capacité respiratoire (surtout que du côté gauche ça ne fonctionne qu'à 60 %) et donc une obligation de rouler à mon rythme. Heureusement, j'aime rouler seul, avec de la bonne zik dans les oreilles et je prends plaisir sur mes sorties ce qui est le principal à mes yeux. Et puis, je me plains pas, 1000 km depuis le 01/01 avec lobectomie le 17/11, je trouve que c'est pas mal. Même les médecins me regardent bizarre 😄.

 

Bonjour Vincent.

Je sors du sujet pour dire chapeau bas.  Je crois pouvoir apprécier la performance de faire du vélo dans ces conditions.  En effet, ma femme a fait deux pneumothorax et a toujours une partie d'un poumon décollé.  Elle a 51% de capacité respiratoire pour le moment.  Et c'est pour elle la galère tous les jours même dans une vie sédentaire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 22 heures, Vincent MATAGNE a dit :

Pour ma part, je roule à 99 % seul. Quand je roule avec quelqu'un, c'est une rencontre de parcours et généralement ce n'est pas très longtemps. Je n'ai aucun esprit de compétition mais j'ai  toujours aimé le sport. J'ai repris le vélo il y a 12 ans après 2 infars afn de me faire du bien. Suite à ces problèmes, je roule en écoutant mes sensations pour ne pas risquer un autre incident cardiaque. La présence d'autre cycliste incite à pousser un peu plus ce qui, pour moi, n'est pas toujours indiqué. A l'heure actuelle, je suis en rémission d'un cancer du poumon mais pour arriver à ce résultat, on m'a enlevé 1/2  poumon droit. Ceci entraîne un manque de capacité respiratoire (surtout que du côté gauche ça ne fonctionne qu'à 60 %) et donc une obligation de rouler à mon rythme. Heureusement, j'aime rouler seul, avec de la bonne zik dans les oreilles et je prends plaisir sur mes sorties ce qui est le principal à mes yeux. Et puis, je me plains pas, 1000 km depuis le 01/01 avec lobectomie le 17/11, je trouve que c'est pas mal. Même les médecins me regardent bizarre 😄.

Salut Vincent, tu n'as pas été épargné par les "tracas", et ce que tu réalises à vélo notamment témoigne d'une solide force de caractère et d'un moral de fer. Alors bravo et évidemment rouler seul est de loin préférable à des sorties à plusieurs.

Dans le club où je roule deux gars qui ont pas mal de soucis de santé qui altèrent leurs capacités se sont tournés vers le VAE (débridé) pour continuer à rouler avec les copains. Ils n'envisageaient pas de rouler seuls ayant toujours roulé en groupe avec leurs potes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Rouler et bouger  font partie de ma thérapie et ça me va bien, je n'ai que ça à faire. Rouler à sa main n'est pas contraignant pour moi et pour les jours de mauvais temps, j'ai pris un abonnement en salle de sport. Comme projet, j'ai envie de faire un 1/2 tour de France en bikepacking par les routes eurovélo. Mais avant cela, j'estime qu'il me faudra au moins 1 an avant de retrouver un semblant de forme pour la distance. Je reste en musculaire car je roule seul sinon ce serait impossible pour le moment mais ça reste dans les possibles d'ici quelques années. Merci pour les encouragements 🙂

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

j adore la confrontation ,je dirai presque hélas , dès que je vois un vélo au loin devant , je ne sais pas ce qui me prends , je veux savoir qui c 'est , pour au moins dire bonjour , ....donc ça monte dans les tours et j aime ça , en général c 'est quand je suis seul , les groupes j aime aussi , pour parler avec les copains pendant 20 km ....puis ça me démange , les potes me disent "ne met pas le feu jp" mais ils aiment aussi   .dimanche passé , nous avons rattrapé un groupe de 7-8 gars , des beaux vélo et des beaux maillots d équipe DOUAI  et surtout l air affuté ,mais qui roulaient a 32 -35 , nous sommes passés devant et ils se sont énervés j ai entendu la descente de pignons  je me suis dit ouille ça va chauffer , et oui ,45  50 km/h faux plat montant  j ai lâché  au bout de 500m  parce que pris 5m au départ de l accélération  ,un peu plus loin ils ont ralenti  je suis revenu  et un m 'a dit  1 ère caté  , j avais vu et compris , mais quelle pied j avais pris , c 'est ça mon plaisir  en vélo 

le samedi j ai fait aussi une sortie de 60 bornes a 25 , avec un copain  en soin kiné pour son genou , après opération , j 'étais content aussi   tout me plait a vélo

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Bruno GUILLEVIC a dit :

Dans le club où je roule deux gars qui ont pas mal de soucis de santé qui altèrent leurs capacités se sont tournés vers le VAE (débridé) pour continuer à rouler avec les copains.

Le débridage d'un VAE étant interdit, je me demandais dans quelles mesures la responsabilité d'un président de club pourrait être engagée en cas de pépins ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 13 minutes, James JEAU a dit :

Le débridage d'un VAE étant interdit, je me demandais dans quelles mesures la responsabilité d'un président de club pourrait être engagée en cas de pépins ?

Si le règlement dudit club l'interdit et que le président est sensé la faire respecter, on peut très bien aller chercher partiellement sa responsabilité civile voire pénale.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

il y a 49 minutes, Philippe MONTAGNAC a dit :

Si le règlement dudit club l'interdit et que le président est sensé la faire respecter, on peut très bien aller chercher partiellement sa responsabilité civile voire pénale.

 

 

 

 

il y a une heure, James JEAU a dit :

Le débridage d'un VAE étant interdit, je me demandais dans quelles mesures la responsabilité d'un président de club pourrait être engagée en cas de pépins ?

 Dabs le système associatif et contrairement à une coyance bien établie, ce n'est jamais la responsabilité individuelle du président qui est en jeu mais uniquement celle du club en tant que personne morale. Le président ne sera que le représentant du club devant les juridictions.

Il est certain que quelque soit le réglement du club, qu'il interdise les  VAE débridés en sorties club ou non, c'est bien le propriétaire du VAE qui sera responsable, de même qu'un membre contrevenant aux règles du code de la route par exemple sera responsable personnellement mais évidemment pas son club.

Pour ce qui est des  VAE le débridage n'est pas interdit par la loi, mais  si ce débridage n'est pas suivi d'une immatriculation comme cyclomoteur, alors il y a infraction et entre autres pas de couverture d'assurance en cas de pépins. On trouve une floppée de kit de débridages sur internet pour pas cher et tous les VAE route que je vois peuvent rouler à beaucoup plus que 25kmh avec assistance en marche.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci pour la réponse sur la responsabilité.

Par contre, pour ce que j'en ai lu, je maintiens que le débridage est interdit, point.

Assurance, casque et immatriculation c'est pour les VAE, ou plutôt SPEEDBIKE, avec assistance 45 km/h.

Si je fais erreur, un lien vers une source, serait bienvenue. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Depuis déjà plusieurs années, j'ai une nette préférence pour rouler seul avec pour raisons principales le fait de pouvoir choisir

-le moment où j'ai envie de rouler ,que je choisis très souvent suivant l'aspect du ciel (gris ou ensoleillé) , la force du vent , c'est à dire suivant la météo annoncée ..(alors qu'en groupe , c'est tel jour et telle heure , même si le temps est très maussade avec risque de pluie) 

-l'allure que j'ai envie d'adopter et la distance plus ou moins longue , suivant ma forme ..

-le parcours (avec ou sans dénivelé) , là aussi, suivant comment je me sens..

- les moments où j'ai envie de faire une petite pause  , pour m'alimenter tranquillement , pour prendre plaisir à admirer un joli point de vue , éventuellement pour faire une photo .. bref, pour apprécier un peu ce qui nous entoure , car pour moi la pratique du vélo ne doit pas être uniquement un moment d'effort physique effectué le plus rapidement possible .. apprécier la nature , c'est également important et ca fait du bien , surtout dans le monde stressant dans lequel vivent beaucoup d'entre nous tous les jours ..

et puis au niveau sécurité , je me sens beaucoup mieux à rouler seul , bien placé à droite de la route , plutôt qu'à plusieurs où l'espace occupé par le groupe est beaucoup plus important (avec des situations parfois très dangereuses à mes yeux) ..

Maintenant , s'il m'arrive éventuellement de rouler à plusieurs , alors mon choix sera de 5 à 6 membres au maximum , mais pas plus ..  

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je roule le plus souvent seul car j'aime partir pour la journée entière et c'est une habitude ou une possibilité que n'ont pas les amis.

J'apprécie tout de même d'être en petit groupe, max 6 personnes, pour des sorties plus courtes.

 

Par contre je n'aime vraiment pas être en peloton, je suis constamment stressé dans ce cas. Pourtant je sais rouler en groupe depuis longtemps ayant été en club plusieurs années dans mon adolescence, mais nous avions presque constamment une voiture derrière nous à l'époque pour protéger le peloton. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je roule seul quasiment tout le temps. Question d'habitude, en grande partie : j'ai toujours pratiqué le vélo ainsi. Qui plus est, j'apprécie la liberté que cela procure. Pas de compromis à faire avec des camarades de sortie, d'autant que mon type de parcours préféré est assez atypique dans la région où je vis actuellement (environs de Bruxelles) : le moins roulant possible et le plus vallonné possible. Un héritage de mes origines montagnardes.

 

Il m'arrive quand même, très occasionnellement, de sortir en (petit) groupe, et alors le type d'itinéraire peut varier sans que j'y trouve à redire. Mais il faut absolument que l'ambiance me convienne. Dès que je sens un peu trop d'agressivité ou que le manque de convivialité se fait sentir, je fuis. Ce n'est pas moi qui m'intègrerai à un groupe où on laisse volontairement derrière qui ont crevé ou qui n'arrivent pas à suivre, par exemple. De même que je ne supporte pas d'être dans un groupe irrespectueux vis-à-vis des autres usagers de la route.

  • Like 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, Bruno GUILLEVIC a dit :

 

 

 

 

 

 Dabs le système associatif et contrairement à une coyance bien établie, ce n'est jamais la responsabilité individuelle du président qui est en jeu mais uniquement celle du club en tant que personne morale. Le président ne sera que le représentant du club devant les juridictions.

Il est certain que quelque soit le réglement du club, qu'il interdise les  VAE débridés en sorties club ou non, c'est bien le propriétaire du VAE qui sera responsable, de même qu'un membre contrevenant aux règles du code de la route par exemple sera responsable personnellement mais évidemment pas son club.

Pour ce qui est des  VAE le débridage n'est pas interdit par la loi, mais  si ce débridage n'est pas suivi d'une immatriculation comme cyclomoteur, alors il y a infraction et entre autres pas de couverture d'assurance en cas de pépins. On trouve une floppée de kit de débridages sur internet pour pas cher et tous les VAE route que je vois peuvent rouler à beaucoup plus que 25kmh avec assistance en marche.

A partir du moment où le président d'une association dispose du pouvoir de faire cesser une infraction ou un manquement à une règle de sécurité ou de prudence dont il a connaissance (valable également pour les membres du bureau, secrétaire, trésorier...), le juge ira chercher sa responsabilité délictuelle comme pour n'importe quel individu. Ce serait le cas pour un accident mortel ou des dommages corporels graves. Voir les conclusions "en creux" de la Cour de Cassation, chambre criminelle 18 juin 2013 pour un manquement constitutif de délit par un président d'association.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je rebondis sur ce que viens d'écrire Franck, et qui me correspond parfaitement.

Je suis passé à une pratique quasiment exclusivement individuelle, après des années en club, pour les raisons suivantes:

Trop de fois le groupe laisse tomber ses adeptes les plus faibles, pour la raison invoquée plus haut qui est que la confrontation stimule le dépassement de soi (en fait en utilisant le groupe "physiquement" avec l'aspiration et "psychologiquement" avec justement la stimulation du groupe). De fait on se concentre sur la confrontation parfois (et on tente de "tenir" ou de "partir devant pour en remontrer"), et ou laisse derrière ceux qui ne suivent pas sans ce retourner: la course quoi !!:)

Cela à ses avantages parfois (maintenir un niveau physique "haut") mais à terme cela devient l'unique mode d'usage du vélo dans ces groupes (vieillissant par ailleurs), il arrive donc un temps (en fait cela est progressif) ou l'on ne peut plus ou ne veut plus être toujours dans cette "stimulation sportive permanente".

Pour moi le déclic n'a pas été brutal, mais suite à mes différentes chutes et handicaps j'ai vraiment lâché les groupes et clubs progressivement (même si je suivais toujours, mais en me retournant plus souvent quand les plus faibles lâchaient ==> et à force de faire le yoyo pour toujours essayé de les ramener ben...).

Ma pratique à donc beaucoup variée par la suite (sportive, longue distance, vélo taf, vélo "nez dans le vent";..), sans oublier les randos en très petits groupes sans objectifs sportifs mais avec un caractère plus contemplatif ou de défi (fort dénivelée, recouverte d'une nouvelle région montagneuse...)

Paradoxalement (ou pas...), mon niveau global est meilleur, je peux suivre des groupes bien plus rapides qu'avant (1 ou 2 fois par ans, groupes attrapés par hasard: sportifs à l'entrainement, premier groupes des club de Poitiers...), et mes km sont plutôt de 12000 15000/ans alors qu'en club je plafonnai à 8000-9000.

Bref, rouler seul me plais mais pour être tout à fais honnête, un groupe qui roule à 40km/h de temps en temps j'aime bien, comme une "sucrerie" pour se rappeler l'aspect purement sportif et jouissif que revêt le vélo "rapide en groupe" parfois.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 36 minutes, Philippe MONTAGNAC a dit :

A partir du moment où le président d'une association dispose du pouvoir de faire cesser une infraction ou un manquement à une règle de sécurité ou de prudence dont il a connaissance (valable également pour les membres du bureau, secrétaire, trésorier...), le juge ira chercher sa responsabilité délictuelle comme pour n'importe quel individu. Ce serait le cas pour un accident mortel ou des dommages corporels graves. Voir les conclusions "en creux" de la Cour de Cassation, chambre criminelle 18 juin 2013 pour un manquement constitutif de délit par un président d'association.

Tout à fait exact la responsabilité d'un président et (ou) responsable d'asso peut etre engagée dès lors que celui-ci a personnellement commis une faute ayant entrainé des conséquences dommageables. En général c'est bien souvent l'asso elle même qui se retourne contre le responsable en question pour dégager sa propre responsabilité de personne morale. dans les faits, on constate que les responsables mis en cause par le juge le sont pour des manquements graves à l'organisation même de l'asso et de ses activités ou des fautes pénales personnelles (agression, vol, détournements, .... )

 

Au cas précis  du VAE débridé au cours d'une sortie, il y a fort peu de chance qu' un responsable soit mis en cause dans la mesure où il n'aurait évidemment pas encouragé lui même publiquement ce type d'utilisation. Tout comme si un groupe aurait provoqué un accident pour infraction au code de la route par exemple, la responsabilité du club peut évidemment être engagée si son réglement et ses statuts ne sont pas sufisamment précis sur ce point. mais les dirigeants (bureau, comité de direction, ....) ne seront jamais directement et personnellement mis en cause par le juge. Ils seront éventuellement convoqués comme représentant de l'asso personne morale.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 32 minutes, Michel DUBIN a dit :

Je rebondis sur ce que viens d'écrire Franck, et qui me correspond parfaitement.

Je suis passé à une pratique quasiment exclusivement individuelle, après des années en club, pour les raisons suivantes:

Trop de fois le groupe laisse tomber ses adeptes les plus faibles, pour la raison invoquée plus haut qui est que la confrontation stimule le dépassement de soi (en fait en utilisant le groupe "physiquement" avec l'aspiration et "psychologiquement" avec justement la stimulation du groupe). De fait on se concentre sur la confrontation parfois (et on tente de "tenir" ou de "partir devant pour en remontrer"), et ou laisse derrière ceux qui ne suivent pas sans ce retourner: la course quoi !!:)

Cela à ses avantages parfois (maintenir un niveau physique "haut") mais à terme cela devient l'unique mode d'usage du vélo dans ces groupes (vieillissant par ailleurs), il arrive donc un temps (en fait cela est progressif) ou l'on ne peut plus ou ne veut plus être toujours dans cette "stimulation sportive permanente".

Pour moi le déclic n'a pas été brutal, mais suite à mes différentes chutes et handicaps j'ai vraiment lâché les groupes et clubs progressivement (même si je suivais toujours, mais en me retournant plus souvent quand les plus faibles lâchaient ==> et à force de faire le yoyo pour toujours essayé de les ramener ben...).

Ma pratique à donc beaucoup variée par la suite (sportive, longue distance, vélo taf, vélo "nez dans le vent";..), sans oublier les randos en très petits groupes sans objectifs sportifs mais avec un caractère plus contemplatif ou de défi (fort dénivelée, recouverte d'une nouvelle région montagneuse...)

Paradoxalement (ou pas...), mon niveau global est meilleur, je peux suivre des groupes bien plus rapides qu'avant (1 ou 2 fois par ans, groupes attrapés par hasard: sportifs à l'entrainement, premier groupes des club de Poitiers...), et mes km sont plutôt de 12000 15000/ans alors qu'en club je plafonnai à 8000-9000.

Bref, rouler seul me plais mais pour être tout à fais honnête, un groupe qui roule à 40km/h de temps en temps j'aime bien, comme une "sucrerie" pour se rappeler l'aspect purement sportif et jouissif que revêt le vélo "rapide en groupe" parfois.

+200% Mich ' ........j'ai  un pote qui roule dans un groupe trés fort a un moment il n'y allait plus car cela flinguait a tous vas et il c'est retrouvé larguer en ramenant des mecs attardés ...... 

Perso j'ai pratiqué dans 3 clubs et ça pétait toujours a un moment ou l'autre ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Share





×
×
  • Créer...