Aller au contenu

Avantage des boyaux ?


Ours
 Share

Messages recommandés

il y a 2 minutes, Thierry GEUMEZ a dit :

Tu relèves le véritable avantage technique des boyaux : le poids inférieur des roues ! C'est le seul qui pourrait me faire hésiter.

 

Pour le reste, et si je renonce à la provocation en évoquant une dimension "religieuse" de ce choix, on peut dire que c'est affaire de tradition ou de recherche esthétique, des arguments parfaitement défendables mais qui relèvent plus des sentiments que de la raison. 

Oui et non.

Moi je ne fais du vélo que depuis 2018 donc la tradition... Comme je l'ai dit je me suis aventuré dans l'expérience boyau pour une question de prix. Tu as quoi pour 400€ en roue carbone / pneus? Et après estvenu l'usage et je ne trouve pas le boyau beaucoup plus contraignant. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bjr, je roule exclusivement en boyaux surtout en montagne pour éviter le déjantage en cas de crevaison, avec les bandes autocollantes, 5' pour monter un boyau de plus je fais beaucoup plus de bornes  10000km à l'arrière pression 6,5, je ne prends qu'une bombe anticrevaison, après avoir essayé plusieurs marques je ne roule qu'avec des Conti pro

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, Francis PARRA a dit :

Bonjour André Massol

Pour décoller les boyaux c'est idem qu'avec la colle. Comme je l'ai écrit, je laisse environ 10 à 12 cm sans bande à l'opposé de la valve ainsi on peut tourner légèrement le boyau et passer un démonte-pneu (plastique sans aspérité pour ne pas abîmer la jante) afin de faciliter le décollement si nécessaire. Avec le vieillissement la colle adhère un peu plus mais de cette façon c'est simple et efficace. Bien sûr, il faut bien appuyer latéralement mais c'est normal et le boyau se décolle aisément.

 

Bonjour Francis ,

tu est entrain de me remettre des doutes sur mon prochain achat ....revenir aux boyaux ou choisir Tubeless ..

J'ai une autre question concernant les bandes ..Lorsque tu décolles le boyau est ce que la bande viens avec ? 

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour André Massol

Non, la bande reste sur la jante, heureusement....

Pour boyau ou tubeless, j'ai les deux, jante avec boyau et jante tubeless de marque différente il est vrai. Dans mon cas, celles à boyau sont plus légères. La différence joue sur le poids mais aussi, il faut savoir qu'avec le tubeless il faut mettre du liquide préventif qui parfois peut ne pas remplir son office en cas de crevaison et donc à placer une chambre pour repartir et d'autre part, de manière courante, il faut remettre du préventif tous les 3 mois environ. Et si il faut remettre une chambre il faut savoir que le pneu est "encrassé" du préventif.

Et au montage d'un tubeless, il faut bien répartir le préventif et s'assurer de l'étanchéité au niveau des tringles.

Quand il y a crevaison réelle le boyau reste en place, ce qui n'est pas obligatoirement le cas avec le tubeless. Mais je reconnais que ce n'est pas courant.

C'est vrai que depuis quelques temps l'orientation marchande se fait vers les tubeless.

Au final, il n'est pas question d'ancien ou de moderne. C'est un choix plutôt personnel avec les obligations et contraintes éventuelles que l'on est prêt à prendre en compte de part et d'autre. En fait on se fait un film d'horreur alors que c'est simplement un divertissement.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 02/05/2022 à 14:36, Francis PARRA a dit :

Bonjour André Massol

Non, la bande reste sur la jante, heureusement....

Pour boyau ou tubeless, j'ai les deux, jante avec boyau et jante tubeless de marque différente il est vrai. Dans mon cas, celles à boyau sont plus légères. La différence joue sur le poids mais aussi, il faut savoir qu'avec le tubeless il faut mettre du liquide préventif qui parfois peut ne pas remplir son office en cas de crevaison et donc à placer une chambre pour repartir et d'autre part, de manière courante, il faut remettre du préventif tous les 3 mois environ. Et si il faut remettre une chambre il faut savoir que le pneu est "encrassé" du préventif.

Et au montage d'un tubeless, il faut bien répartir le préventif et s'assurer de l'étanchéité au niveau des tringles.

Quand il y a crevaison réelle le boyau reste en place, ce qui n'est pas obligatoirement le cas avec le tubeless. Mais je reconnais que ce n'est pas courant.

C'est vrai que depuis quelques temps l'orientation marchande se fait vers les tubeless.

Au final, il n'est pas question d'ancien ou de moderne. C'est un choix plutôt personnel avec les obligations et contraintes éventuelles que l'on est prêt à prendre en compte de part et d'autre. En fait on se fait un film d'horreur alors que c'est simplement un divertissement.

 

Quand il y a crevaison réelle le boyau reste en place... --> euh... ou pas... 

J'ai roulé en boyau gamin, parce qu'il n'y avait que ça... quand j'ai repris le vélo, j'ai acheté des roues à pneus qui m'allaient très bien.

J'ai remis des boyaux au début des années 2010 pour gagner du poids. Je galérais quand même pas mal pour les coller... donc j'ai arrêté... j'ai recommencé en 2019 toujours pour des raisons de poids avec des Mavic Ksyrium SL... avec des bandes Veloflex comme le dit Francis c'est un jeu d'enfant de monter les boyaux et les roues sont toujours un peu moins lourdes.

J'ai néanmoins arrêté pour  plusieurs raisons :

- j'ai pris une très grosse gamelle en déjantant (boyaux collés par un "professionnel" qui étaient mal collés).

- la réparation d'un boyau est pour moi impossible.

- prendre un boyau de rechange prend trop de place.

- le changement de boyaux est assez contraignant et généralement je ne roule pas avec les mêmes pneus en hiver et en été.

- je me suis rendu compte en faisant des essais croisés, que la différence pour une paire de roues identique était imperceptible

Aujourd'hui je suis en tubeless.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme je disais 

 "C'est un choix plutôt personnel avec les obligations et contraintes éventuelles que l'on est prêt à prendre en compte de part et d'autre. En fait on se fait un film d'horreur alors que c'est simplement un divertissement."

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 4 heures, Pierre PLANA a dit :

Quand il y a crevaison réelle le boyau reste en place... --> euh... ou pas... 

J'ai roulé en boyau gamin, parce qu'il n'y avait que ça... quand j'ai repris le vélo, j'ai acheté des roues à pneus qui m'allaient très bien.

J'ai remis des boyaux au début des années 2010 pour gagner du poids. Je galérais quand même pas mal pour les coller... donc j'ai arrêté... j'ai recommencé en 2019 toujours pour des raisons de poids avec des Mavic Ksyrium SL... avec des bandes Veloflex comme le dit Francis c'est un jeu d'enfant de monter les boyaux et les roues sont toujours un peu moins lourdes.

J'ai néanmoins arrêté pour  plusieurs raisons :

- j'ai pris une très grosse gamelle en déjantant (boyaux collés par un "professionnel" qui étaient mal collés).

- la réparation d'un boyau est pour moi impossible.

- prendre un boyau de rechange prend trop de place.

- le changement de boyaux est assez contraignant et généralement je ne roule pas avec les mêmes pneus en hiver et en été.

- je me suis rendu compte en faisant des essais croisés, que la différence pour une paire de roues identique était imperceptible

Aujourd'hui je suis en tubeless.

Pour ce qui est du boyau qui déjante c'est que vraiment le mec qui l'avait monté est un sagouin. L'année dernière j'ai crevé et comme je suis quelqu'un de prévoyant j'étais parti sans boyaux de secours... Un collègue du club m'a donc dépanné. J'ai donc mis son boyau sur ma roue sur le bord de la route (en a peine plus de temps que de changer un chambre à air...) et une fois arrivé chez moi j'ai voulu redémonter le boyau pour le redonner à mon pote. Cette andouille avait mis de la colle sur tout le boyau, j'en ai donc chi... comme un dingue pour le décoller. On ne déjante pas comme ça avec un boyau, même avec celui de secours! 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 18 heures, dams a dit :

Pour ce qui est du boyau qui déjante c'est que vraiment le mec qui l'avait monté est un sagouin. L'année dernière j'ai crevé et comme je suis quelqu'un de prévoyant j'étais parti sans boyaux de secours... Un collègue du club m'a donc dépanné. J'ai donc mis son boyau sur ma roue sur le bord de la route (en a peine plus de temps que de changer un chambre à air...) et une fois arrivé chez moi j'ai voulu redémonter le boyau pour le redonner à mon pote. Cette andouille avait mis de la colle sur tout le boyau, j'en ai donc chi... comme un dingue pour le décoller. On ne déjante pas comme ça avec un boyau, même avec celui de secours! 

oui le trait de colle était on ne peut plus mince... mais bon, il y a d'autres soucis, notamment quand il fait chaud et que tu fais de la montagne, la colle n'aime pas trop... Peut-être je vais encore essayer, maintenant que je suis passé en FAD et que donc les jantes ne chauffent plus...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 44 minutes, Pierre PLANA a dit :

oui le trait de colle était on ne peut plus mince... mais bon, il y a d'autres soucis, notamment quand il fait chaud et que tu fais de la montagne, la colle n'aime pas trop... Peut-être je vais encore essayer, maintenant que je suis passé en FAD et que donc les jantes ne chauffent plus...

Chacun voit midi à sa porte mais de mon coté je fais du col tous les week end dans l'Hérault ou il fait quand même assez chaud et je n'ai jamais eu de soucis. Le seul vrai défaut que je vois aux boyaux c'est qu'une fois que tu as crevé et mis ton boyau de secours en place tu trouves difficilement un mec pour te dépanner si par malchance une 2ème crevaison arrive. On trouve bien plus facilement à se faire dépanner une CAA dans les groupes. Encore faut il rouler en groupe cela dit.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 1 minute, dams a dit :

Chacun voit midi à sa porte mais de mon coté je fais du col tous les week end dans l'Hérault ou il fait quand même assez chaud et je n'ai jamais eu de soucis. Le seul vrai défaut que je vois aux boyaux c'est qu'une fois que tu as crevé et mis ton boyau de secours en place tu trouves difficilement un mec pour te dépanner si par malchance une 2ème crevaison arrive. On trouve bien plus facilement à se faire dépanner une CAA dans les groupes. Encore faut il rouler en groupe cela dit.

il y a des cols dans l'Herault 😉 ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"mais bon, il y a d'autres soucis, notamment quand il fait chaud et que tu fais de la montagne, la colle n'aime pas trop".

Ce problème, et celui des crevaisons lentes (boyau irréparable, car trou impossible à trouver), m'a fait adopter les pneus.

Un boyau qui a roulé sous la pluie et avec  lequel on a du freiner, il n'y a à mes yeux rien de plus moche, et je déteste la "mocheté".

Avec des pneus, un coup d'éponge avec du liquide vaisselle, et le pneu a l'air de sortir du carton.

 

Le plus des roues à boyaux, c'est la jante, plus légère et solide du fait qu' elle n'a pas les rebord qui permettent d' accrocher les pneus.

J'ai des roues Shamal avec des pneus Michelin power service course, les sensations sont vraiment très bonnes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, dams a dit :

Roooooo Fontfroide ça vaut tous les Ventoux du monde!!!

ah, ah, ah, les cyclistes s'enflamment vite... ça me fait penser à un gars dans un magasin de Bordeaux qui m'avait expliqué que en Gironde à la limite de la Dordogne il y avait des côtes de 10km à 5% 🙂

Bon, sur l'Hérault, les contreforts de la montagne Noire sont effectivement escarpés, le col de Fontfroide est un vrai col... bon de là à le comparer au Ventoux... ça c'est un peu de l'enflammade...

 

Je pensais que tu allais me citer le col de la Lusette, puis en vérifiant j'ai vu qu'il était dans le Gard...

 

Je vais passer sur tes routes à l'ascension : on a programmé un périple Foix-Ventoux avec deux étapes qui passent en Hérault : Mazamet-Lodève et Lodève-Meyrues et en tout entre 800 et 900km et autour de 15000 de D+ sur la semaine

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Pierre PLANA a dit :

ah, ah, ah, les cyclistes s'enflamment vite... ça me fait penser à un gars dans un magasin de Bordeaux qui m'avait expliqué que en Gironde à la limite de la Dordogne il y avait des côtes de 10km à 5% 🙂

Bon, sur l'Hérault, les contreforts de la montagne Noire sont effectivement escarpés, le col de Fontfroide est un vrai col... bon de là à le comparer au Ventoux... ça c'est un peu de l'enflammade...

 

Je pensais que tu allais me citer le col de la Lusette, puis en vérifiant j'ai vu qu'il était dans le Gard...

 

Je vais passer sur tes routes à l'ascension : on a programmé un périple Foix-Ventoux avec deux étapes qui passent en Hérault : Mazamet-Lodève et Lodève-Meyrues et en tout entre 800 et 900km et autour de 15000 de D+ sur la semaine

Pfff le Ventoux c'est surfait!!! 😆

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Posté (modifié)
il y a 8 minutes, dams a dit :

Pfff le Ventoux c'est surfait!!! 😆

pour un "gros" comme moi, c'est largement suffisant... et pour avoir quand même un peu bourlingué dans pas mal d'endroits et fait qques cols mythiques dans les Alpes, les Dolomites et accessoirement un peu les Pyrénées, pour moi c'est quand même super dur...parmi les plus durs... et je déteste le coté Malaucène...

Après c'est vrai que la première fois que je l'ai monté, j'étais jeune et beau, c'était un jour où la main de dieu était posée sur mon épaule,  je l'ai monté dans le brouillard et j'étais arrivé en haut en me disant : "ce n'est que ça le Ventoux !!!"

Donc comme le disait Albert : "tout est relatif !!!"

Modifié par Pierre PLANA
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Share





×
×
  • Créer...