FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Autres Vélo urbain • Accidentologie liée au vélo urbain

Retour au forum Autres > Vélo urbain Bas de page

envoyé le 23/11/2011 13:20

Bonjour,

Dans le cadre d'un projet sur une analyse des riques du vélo droit, je dois réaliser une accidentologie sur celui-ci.

Afin de mener au mieux cette étude, pourriez-vous décrire des situations d'accidents que vous auriez vécu ou vu en donnant un maximum d'informations.

(circonstance exacte, typologie du vélo, conditions météorologiques, heure de la journée, type de conflit (vélo-vélo, vélo-voiture, vélo-bus, vélo-tramway), dommage du pilote....).

En espérant avoir un grand nombre de réponse de votre part.

Merci d'avance

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2011 19:50

Bonjour,

Dans le cadre d'un projet sur une analyse des riques du vélo droit, je dois réaliser une accidentologie sur celui-ci.

Afin de mener au mieux cette étude, pourriez-vous décrire des situations d'accidents que vous auriez vécu ou vu en donnant un maximum d'informations.

(circonstance exacte, typologie du vélo, conditions météorologiques, heure de la journée, type de conflit (vélo-vélo, vélo-voiture, vélo-bus, vélo-tramway), dommage du pilote....).

En espérant avoir un grand nombre de réponse de votre part.

Merci d'avance

dans le velo urbain il n'y pas que le velo "droit" !!!!

pratiquant le velo taf je circule en fixie  bon les accidents sont aussi en parti lié au pratiquants , pas d'éclairage, non respect du code de la route (passage au feu rouge).

voili voila

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2011 07:37
Bonjour, Pour moi le velo en ville, c'est de rouler vite et doubler par la gauche, si non tu te fai serrer tout le temps sur les trottoirs. Donc pas de velo de vile mais un vel de course!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 26/01/2012 19:03

Bonjour,

Dans le cadre d'un projet sur une analyse des riques du vélo droit, je dois réaliser une accidentologie sur celui-ci.

Afin de mener au mieux cette étude, pourriez-vous décrire des situations d'accidents que vous auriez vécu ou vu en donnant un maximum d'informations.

(circonstance exacte, typologie du vélo, conditions météorologiques, heure de la journée, type de conflit (vélo-vélo, vélo-voiture, vélo-bus, vélo-tramway), dommage du pilote....).

En espérant avoir un grand nombre de réponse de votre part.

Merci d'avance

le vélo droit qu'est-ce que c'est  ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 27/01/2012 17:38

Le nouveau projet de loi en faveur de l'usage du velo..Le fameux plan national vélo.

 

Quelques chiffres intéressants sur l’accidentologie et autres.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Plan_national_velo-2.pdf

 

Bonne lecture.

 

Sportyvement.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2012 10:18

Bonjour,

Dans le cadre d'un projet sur une analyse des riques du vélo droit, je dois réaliser une accidentologie sur celui-ci.

Afin de mener au mieux cette étude, pourriez-vous décrire des situations d'accidents que vous auriez vécu ou vu en donnant un maximum d'informations.

(circonstance exacte, typologie du vélo, conditions météorologiques, heure de la journée, type de conflit (vélo-vélo, vélo-voiture, vélo-bus, vélo-tramway), dommage du pilote....).

En espérant avoir un grand nombre de réponse de votre part.

Merci d'avance

Ce que je redoute le plus : les aménagements faits dans le but de ralentir les automobilistes . Ce ne sont que des pièges à vélos : Rétrécissements avec un terre-plein central , coussins berlinois , suppression d'une voie avec passage alterné .  Les voitures forcent le passage , ignorent complètement les cyclistes et les obligent à céder en toutes circonstances .. 

Je roule exclusivement en pèriode d'embouteillage ( c'est pour cela que je prends un vélo ! ) , aussi je ne prends pas de gros risques puisqu'il n'y a que moi qui roule ! Tous les autres sont à l'arrêt  smiley lol  Je me méfie surtout des piétons qui peuvent traverser en dehors des clous , et surgir entre 2 voitures , notamment quand je double un bus ....

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/05/2012 18:29

Cher Christophe, je vis aussi à Annecy et franchement, malgré quelques stationnements ennuyeux qui condamnent quelques pistes cyclables, force est de constater que la faute incombe en grande partie aux cyclistes, qui ne semblent pas conscients qu'ils doivent respecter le code de la route et qu'ils ne sont pas considérés comme piétons...

Côté automobilistes, pour avoir connu beaucoup de villes, je peux dire que les automobilistes annéciens sont assez sympas. Un petit tour à Lyon ou Paris pourrait en surprendre beaucoup.

 

Au chapitre des conneries cyclistes ultra-fréquentes:

- non respect des feux tricolores (99% des cyclistes)

- circulation sur les trottoirs (90% des cyclistes)

- non respect des cédez le passage / stop (99% des cyclistes)

- le slalom entre les voitures dans les files (à différencier du simple passage à gauche ou à droite des files)

 

Quand on demande aux autos de respecter les cyclistes, il faut commencer par être exemplaire, hors là c'est juste n'importe quoi chez les cyclistes.

Déjà que le vélo peut être dangereux en respectant le code à la route, alors là c'est carrément du suicide organisé. Qu'il soit dans son droit ou en tort, le cycliste se doit d'être prudent, parce qu'il est exposé, donc une fois qu'il est mort, le fait d'avoir raison ou pas devient très secondaire...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 02/05/2012 19:42

Comment être exemplaire quand la politique urbaine est faite uniquement pour les voitures ? et lorsqu'un aménagement  est effectué ( à grands frais ) , c'est pour encore compliquer les choses et transformer une voie , un carrefour , en véritable casse-gueule pour les cyclistes ?

Pour ne pas se faire  prendre à l'un de ces innombrables pièges à cyclistes , il vaut mieux démarrer avant tout le monde et anticiper le passage au vert  pour ne pas se faire coincer plus loin .

 J'ai reçu , un jour , aux urgences , une pauvre femme qui s'était fait rouler dessus par un camion : le camion a tourné en la doublant , et l'a coincée contre le trottoir : fracture du bassin , vessie éclatée , cuisse réduite en bouillie ( plaie par pneumatique ) . Elle est décédée plusieurs jours après .  Donc , forte de cette expèrience ,  je n'hésite pas à démarrer avec un peu d'avance , avec grande prudence , car il faut vérifier qu'un fou ne donne pas un coup d'accélérateur rageur pour passer à l'orange ..  et après avoir vérifié que dans la file derrière moi il n'y a pas une voiture de police !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 13/09/2012 12:05

Les deux chutes que j'ai faites en ville et qui m'ont mené droit à l'hosto (fracture de la main la première fois, rien la deuxième, mais c'était chaud) :

  • Glissade sur un passage piéton sous la pluie, passage placé juste à la fin d'un virage.
  • Portière passager qui s'ouvre devant mon nez. Un automobiliste arrêté au feu avait laissé descendre son passager. Il parait que c'était de ma faute car je doublais à droite. Mais bon, doubler à gauche à un feu...on fait quoi quand il passe au vert, on slalome pour se remettre à droite ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 13/09/2012 14:46

Cher Christophe, je vis aussi à Annecy et franchement, malgré quelques stationnements ennuyeux qui condamnent quelques pistes cyclables, force est de constater que la faute incombe en grande partie aux cyclistes, qui ne semblent pas conscients qu'ils doivent respecter le code de la route et qu'ils ne sont pas considérés comme piétons...

Côté automobilistes, pour avoir connu beaucoup de villes, je peux dire que les automobilistes annéciens sont assez sympas. Un petit tour à Lyon ou Paris pourrait en surprendre beaucoup.

 

Au chapitre des conneries cyclistes ultra-fréquentes:

- non respect des feux tricolores (99% des cyclistes)

- circulation sur les trottoirs (90% des cyclistes)

- non respect des cédez le passage / stop (99% des cyclistes)

- le slalom entre les voitures dans les files (à différencier du simple passage à gauche ou à droite des files)

 

Quand on demande aux autos de respecter les cyclistes, il faut commencer par être exemplaire, hors là c'est juste n'importe quoi chez les cyclistes.

Déjà que le vélo peut être dangereux en respectant le code à la route, alors là c'est carrément du suicide organisé. Qu'il soit dans son droit ou en tort, le cycliste se doit d'être prudent, parce qu'il est exposé, donc une fois qu'il est mort, le fait d'avoir raison ou pas devient très secondaire...

Au chapitre des conneries cyclistes ultra-fréquentes:

- non respect des feux tricolores (99% des cyclistes)

- circulation sur les trottoirs (90% des cyclistes)

- non respect des cédez le passage / stop (99% des cyclistes)

- le slalom entre les voitures dans les files (à différencier du simple passage à gauche ou à droite des files)

 

A part pour les trottoirs c'est vrai .

Tu m'as suivi ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 08/11/2013 08:51

Les deux chutes que j'ai faites en ville et qui m'ont mené droit à l'hosto (fracture de la main la première fois, rien la deuxième, mais c'était chaud) :

  • Glissade sur un passage piéton sous la pluie, passage placé juste à la fin d'un virage.
  • Portière passager qui s'ouvre devant mon nez. Un automobiliste arrêté au feu avait laissé descendre son passager. Il parait que c'était de ma faute car je doublais à droite. Mais bon, doubler à gauche à un feu...on fait quoi quand il passe au vert, on slalome pour se remettre à droite ?
Doubler à droite, c'est interdit par le code de la route, qui s'applique aussi aux cyclistes. Tu as toujours le choix de t'arrêter derrière la voiture qui te précède. Bon, en pratique, c'est quasiment inhumain pour un cycliste, et on perd presque tout l'intêret du vélo urbain. Il n'en demeure pas moins que tu restes en tort de doubler à droite.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 08/11/2013 09:06

Bonjour,

Dans le cadre d'un projet sur une analyse des riques du vélo droit, je dois réaliser une accidentologie sur celui-ci.

Afin de mener au mieux cette étude, pourriez-vous décrire des situations d'accidents que vous auriez vécu ou vu en donnant un maximum d'informations.

(circonstance exacte, typologie du vélo, conditions météorologiques, heure de la journée, type de conflit (vélo-vélo, vélo-voiture, vélo-bus, vélo-tramway), dommage du pilote....).

En espérant avoir un grand nombre de réponse de votre part.

Merci d'avance

Bonjour,

un classement personnel de ce qui conduit à des situations accidentogènes :

de la part des voitures :

1) empiétement intempestif sur la droite de la chaussée: voiture qui sort le nez en sortant d'un stationnement/garage/stop , stationnement double-file, ouverture portières

2) mauvaise évaluation de la vitesse et de la capacité de freinage des vélos: on double un vélo et on tourne à droite 10 mètres plus loin en freinant comme un débile et sans clignotant.

3) connerie profonde: "il faut absolument que j'aille m'arrêter au feu rouge 50m plus loin le plus rapidement possible" même s'il faut que je foute le cycliste dans le décors

4) le non-respect de la distance pour doubler un cycliste notamment pour les cyclistes moins confirmés qui ne gardent pas bien leur ligne

 

 

de la part des piétons :

1) je téléphone et je traverse n'importe où sans regarder

2) je promène mes 2 chiens et mes 5 gosses sur la piste cyclable alors qu'il y une piste piétonne à 3 mètres de là

 

 

de la part des cyclistes :

1) absence d'éclairage / gilets

2) texto / téléphone en roulant .... devenu très fréquent

3) sens interdit

 

 

de la part des aménagements :

1) rétrécissement de voies (terre-pleins centraux, ...)

2) pistes cyclables merdiques (barrières, manque d'entreten, ...) et intermittentes

3) énorme nid de poule / plaque d'égouts manquantes ou affaissées

 

 

Et le code de la route est adapté pour la circulation des voitures/motos, pas des vélos. Il l'est d'autant moins que les 'motorisés' ne le respectent pas.

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 19/11/2013 05:08

Constat à peu près complet. Chez moi les piétons  traversent  hors passage clouté à l'oreille - pas de bruit, pas de voiture, je passe sans regarder -, y compris les mères avec poussette. J'en ai tellement l'habitude que j'arrive à anticiper, sauf une fois sur route enneigée où je suis tombé au freinage - j'étais à 15 km/h à tout casser.

Les voitures : le pire, j'avais une crevaison lente et donc je rentrai pour changer de chambre chez moi avant de repartir. Rue à sens unique large, en pente, voitures garées à droite. Je roulais donc relativement lentement par rapport à mon habitude - 30 km/h - pas de voiture, à gauche pour anticiper ma prochaine rue et pour éviter les portières qui s'ouvrent - cas très fréquent - lorsqu'une voiture garée à droite est sortie de son créneau rapidement pour aller sur la gauche en me coupant la route. Je n'ai évité le choc que parce que j'ai réagi instantanément avec les meilleurs freins du marché. Le comble, la voiture s'est arrêté 200 m plus loin à droite l L'automobiliste - une femme - auquel j'ai immédiatement rappelé son manquement du code m'a dit : " vous avez des freins, non ? " puis " vous n'avez qu'à rouler à la campagne " et en final " de toute façon, les vélos vous nous emmerdez "... Autres accidents évités de justesse, toujours parce que je suis sur le qui-vive et que je freine bien, une rue très large près de chez moi, sens unique, voiture garées en créneau à gauche et piste cyclable (sans le panneau rond qui rend la piste obligatoire) le long de ces voitures (c'est très fréquent et très dangereux) : plusieurs fois des voitures roulant sur ma droite devant moi ont obliqué rapidement et m'ont coupé la route parce qu'elles aperçoivent une place libre ! Soit elles ne regardent pas, soit leur rétroviseur ne permet pas de voir la piste cyclable trois ou quatre mètres en arrière vu la grande largeur de la rue - et les conducteurs ne tournent pas la tête - soit ils sous-estiment la vitesse des vélos. Dans tous les cas, les voitures ne mettent pas de clignotant. Idem sur des routes à plusieurs voies : je roule à droite et souvent une voiture sur la voie de gauche tourne sans prévenir en me coupant la route pour rentrer dans un parking d'usine par exemple. Et en général, si je peux me plaindre je me fais agresser ! J'évite beaucoup d'accident en anticipant - en principe je prévois que l'automobiliste va faire ce qu'il ne devrait pas faire - tourner à droite quant je suis au feu presque à sa hauteur sur sa droite alors qu'il n'a pas mis de clignotant. 75 % des voitures ne préviennent jamais avec leur clignotant - parfois l'automobiliste me voit et au dernier moment il le met - y compris la police municipale ainsi que parfois la police nationale ! Les pistes cyclables : bien que seules une minorité soient obligatoires - celle que j'emprunte près de chez moi n'est jamais nettoyée, jonchée de débris et de feuilles quand ce n'est pas de bouteilles cassées, malgré leur cahier des charges spécifiques - je me fais assez souvent engueuler parce que je n'emprunte pas celles qui sont seulement " conseillées " parce qu'elles sont piégeuses, dans un état lamentable, empruntées par les piétons et encombrées par les voitures et camions, et souvent inaccessibles : je débouche sur une route à sens unique, deux voies et la piste cyclable est à gauche surélevées comme un trottoir, à côté de la voie du tram... Pour y accéder il faut rouler à gauche dans la circulation rapide et attendre un passage clouté où le trottoir s’abaisse... Et quant il y a une voiture garée dessus - très fréquent - il faudrait sauter du trottoir dans la circulation...

Alors, pour sauver ma peau j'adapte sciemment le code : je coupe parfois par les trottoirs ou les passages cloutés - mais j'essaie non seulement de ne pas mettre les piétons en danger, mais plus encore j'essaie de ne pas leur faire peur - je brûle des feux rouges quand il n'y a rien qui vient plutôt que de me faire coincer par des camions ou des automobilistes agressifs... Et j'anticipe, j'anticipe les c... des automobilistes, qui ne me laissent la priorité qu'un fois sur deux, qui sous-estiment systématiquement ma vitesse ou mes distances de freinage quand ils sortent d'un garage, d'un stop, de la gauche... Les rond-points : respecter le code de la route est aussi dangereux que de ne pas les respecter ! ils ne sont tout simplement pas fait pour les vélos. Plus grave, j'en connais un en entrée de ville, qui est pourvu d'une piste cyclable à droite, piste qui naturellement coupe une sortie - la plus empruntée - et le cycliste qui veut prendre la sortie suivante se fait quasi systématiquement couper la route par les voitures ! Une sorte de roulette russe, d'autant que ce Rond-point est en bas d'un col et donc les voitures roulent plutôt trop vite... Dernier point, mais j'oublie certainement des tas d'autres problèmes, aucun automobiliste à mon avis ne connaît la distance minimale qu'il doit laisser entre sa carrosserie et un cycliste - en agglomération comme d'ailleurs hors agglomération - comme il ne connait pas la législation sur les pistes cyclables (je persiste à penser que dans l'état des choses elles sont néfastes car elles laissent à penser que les vélos n'ont rien à faire ailleurs) - et s'il n'y a pas cette distance il passe quant même pensant qu'il a la priorité. J'ai été ainsi frôlé par une auto-école : j'étais sur la droite hors piste cyclable pourrie. Au feu, j'ai été engueuler le moniteur qui n'avait pas repris son élève et il m'a rétorqué que je n'étais pas sur ma piste cyclable : d'un, il ne connaissait pas le code - piste non obligatoire - deux, même dans ce cas où j'aurai été fautif cela ne l'exonérait pas de respecter le code, ni en dernière extrémité de respecter l'usager le plus fragile...  Quant aux cyclistes lambda, actuellement souvent ceux qui empruntent les vélos en libre service, comme le plus souvent ils ne sont ni très sportifs ni très aguerries, que leur vélo n'a pas un bon rendement et donc qu'ils roulent plutôt lentement, ils utilisent très souvent les trottoirs, les espaces entre les trams en sens interdit (!) car ils n'osent pas se mêler à la circulation dans les voies les plus rapides... Ils n'ont peut-être pas tord, parce qu'en plus il y a les trous et autres pièges qui restent des mois, voire des années sur la chaussée : moi, j'ai l'avantage d'avoir des années de VTT derrière mois et une bonne technique d'évitement et d'allégement derrière moi ! Mais un quasi néophyte ? Les municipalités ont rarement le courage d'une vrai politique en faveur du vélo, les cyclistes urbains électeurs sont moins nombreux que les automobilistes.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 02/10/2014 23:09

Salut,


Moi chute tout seul en virage à 30km/h. C'est j'ai l'impression le pneu qui a explosé. En tout cas il était à plat après la chute et éventré. C'était un pneu qui avait passé plusieurs année dans une cave sans doute à plat. Cote cassée.

Ce que je surveille le + :

1) Les motards, pour moi c'est le risque max. Ils doublent à moins de 50cm pour éviter d'avoir à passer la ligne médiane. Ou alors ils doublent en passant la ligne blanche, même s'il y a un vélo en face.

Les motos sur les pistes cyclables

J'ai juste l'impression que pour beaucoup de motos les cyclistes ne comptent pas.

2) Dans les carrefours, je surveille les regards ça évite les blaireaux au téléphone et les angles morts. Du coup je ne trouve pas les carrefours dangereux.

3) Les portières, en particuliers lorsque les pistes cyclables sont le long de places de stationnement

 

Merci pour ton travail,

A+

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 02/10/2014 23:12

Salut,


Moi chute tout seul en virage à 30km/h. C'est j'ai l'impression le pneu qui a explosé. En tout cas il était à plat après la chute et éventré. C'était un pneu qui avait passé plusieurs année dans une cave sans doute à plat. Cote cassée.

Ce que je surveille le + :

1) Les motards, pour moi c'est le risque max. Ils doublent à moins de 50cm pour éviter d'avoir à passer la ligne médiane. Ou alors ils doublent en passant la ligne blanche, même s'il y a un vélo en face.

Les motos sur les pistes cyclables

J'ai juste l'impression que pour beaucoup de motos les cyclistes ne comptent pas.

2) Dans les carrefours, je surveille les regards ça évite les blaireaux au téléphone et les angles morts. Du coup je ne trouve pas les carrefours dangereux.

3) Les portières, en particuliers lorsque les pistes cyclables sont le long de places de stationnement

 

Merci pour ton travail,

A+

J'avais pas vu que le sujet datait de 2011!! smiley surprised

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 03/10/2014 00:56

J'avais pas vu que le sujet datait de 2011!! smiley surprised

T'inquiètes : toujours d'actualité.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 03/10/2014 05:56

Constat à peu près complet. Chez moi les piétons  traversent  hors passage clouté à l'oreille - pas de bruit, pas de voiture, je passe sans regarder -, y compris les mères avec poussette. J'en ai tellement l'habitude que j'arrive à anticiper, sauf une fois sur route enneigée où je suis tombé au freinage - j'étais à 15 km/h à tout casser.

Les voitures : le pire, j'avais une crevaison lente et donc je rentrai pour changer de chambre chez moi avant de repartir. Rue à sens unique large, en pente, voitures garées à droite. Je roulais donc relativement lentement par rapport à mon habitude - 30 km/h - pas de voiture, à gauche pour anticiper ma prochaine rue et pour éviter les portières qui s'ouvrent - cas très fréquent - lorsqu'une voiture garée à droite est sortie de son créneau rapidement pour aller sur la gauche en me coupant la route. Je n'ai évité le choc que parce que j'ai réagi instantanément avec les meilleurs freins du marché. Le comble, la voiture s'est arrêté 200 m plus loin à droite l L'automobiliste - une femme - auquel j'ai immédiatement rappelé son manquement du code m'a dit : " vous avez des freins, non ? " puis " vous n'avez qu'à rouler à la campagne " et en final " de toute façon, les vélos vous nous emmerdez "... Autres accidents évités de justesse, toujours parce que je suis sur le qui-vive et que je freine bien, une rue très large près de chez moi, sens unique, voiture garées en créneau à gauche et piste cyclable (sans le panneau rond qui rend la piste obligatoire) le long de ces voitures (c'est très fréquent et très dangereux) : plusieurs fois des voitures roulant sur ma droite devant moi ont obliqué rapidement et m'ont coupé la route parce qu'elles aperçoivent une place libre ! Soit elles ne regardent pas, soit leur rétroviseur ne permet pas de voir la piste cyclable trois ou quatre mètres en arrière vu la grande largeur de la rue - et les conducteurs ne tournent pas la tête - soit ils sous-estiment la vitesse des vélos. Dans tous les cas, les voitures ne mettent pas de clignotant. Idem sur des routes à plusieurs voies : je roule à droite et souvent une voiture sur la voie de gauche tourne sans prévenir en me coupant la route pour rentrer dans un parking d'usine par exemple. Et en général, si je peux me plaindre je me fais agresser ! J'évite beaucoup d'accident en anticipant - en principe je prévois que l'automobiliste va faire ce qu'il ne devrait pas faire - tourner à droite quant je suis au feu presque à sa hauteur sur sa droite alors qu'il n'a pas mis de clignotant. 75 % des voitures ne préviennent jamais avec leur clignotant - parfois l'automobiliste me voit et au dernier moment il le met - y compris la police municipale ainsi que parfois la police nationale ! Les pistes cyclables : bien que seules une minorité soient obligatoires - celle que j'emprunte près de chez moi n'est jamais nettoyée, jonchée de débris et de feuilles quand ce n'est pas de bouteilles cassées, malgré leur cahier des charges spécifiques - je me fais assez souvent engueuler parce que je n'emprunte pas celles qui sont seulement " conseillées " parce qu'elles sont piégeuses, dans un état lamentable, empruntées par les piétons et encombrées par les voitures et camions, et souvent inaccessibles : je débouche sur une route à sens unique, deux voies et la piste cyclable est à gauche surélevées comme un trottoir, à côté de la voie du tram... Pour y accéder il faut rouler à gauche dans la circulation rapide et attendre un passage clouté où le trottoir s’abaisse... Et quant il y a une voiture garée dessus - très fréquent - il faudrait sauter du trottoir dans la circulation...

Alors, pour sauver ma peau j'adapte sciemment le code : je coupe parfois par les trottoirs ou les passages cloutés - mais j'essaie non seulement de ne pas mettre les piétons en danger, mais plus encore j'essaie de ne pas leur faire peur - je brûle des feux rouges quand il n'y a rien qui vient plutôt que de me faire coincer par des camions ou des automobilistes agressifs... Et j'anticipe, j'anticipe les c... des automobilistes, qui ne me laissent la priorité qu'un fois sur deux, qui sous-estiment systématiquement ma vitesse ou mes distances de freinage quand ils sortent d'un garage, d'un stop, de la gauche... Les rond-points : respecter le code de la route est aussi dangereux que de ne pas les respecter ! ils ne sont tout simplement pas fait pour les vélos. Plus grave, j'en connais un en entrée de ville, qui est pourvu d'une piste cyclable à droite, piste qui naturellement coupe une sortie - la plus empruntée - et le cycliste qui veut prendre la sortie suivante se fait quasi systématiquement couper la route par les voitures ! Une sorte de roulette russe, d'autant que ce Rond-point est en bas d'un col et donc les voitures roulent plutôt trop vite... Dernier point, mais j'oublie certainement des tas d'autres problèmes, aucun automobiliste à mon avis ne connaît la distance minimale qu'il doit laisser entre sa carrosserie et un cycliste - en agglomération comme d'ailleurs hors agglomération - comme il ne connait pas la législation sur les pistes cyclables (je persiste à penser que dans l'état des choses elles sont néfastes car elles laissent à penser que les vélos n'ont rien à faire ailleurs) - et s'il n'y a pas cette distance il passe quant même pensant qu'il a la priorité. J'ai été ainsi frôlé par une auto-école : j'étais sur la droite hors piste cyclable pourrie. Au feu, j'ai été engueuler le moniteur qui n'avait pas repris son élève et il m'a rétorqué que je n'étais pas sur ma piste cyclable : d'un, il ne connaissait pas le code - piste non obligatoire - deux, même dans ce cas où j'aurai été fautif cela ne l'exonérait pas de respecter le code, ni en dernière extrémité de respecter l'usager le plus fragile...  Quant aux cyclistes lambda, actuellement souvent ceux qui empruntent les vélos en libre service, comme le plus souvent ils ne sont ni très sportifs ni très aguerries, que leur vélo n'a pas un bon rendement et donc qu'ils roulent plutôt lentement, ils utilisent très souvent les trottoirs, les espaces entre les trams en sens interdit (!) car ils n'osent pas se mêler à la circulation dans les voies les plus rapides... Ils n'ont peut-être pas tord, parce qu'en plus il y a les trous et autres pièges qui restent des mois, voire des années sur la chaussée : moi, j'ai l'avantage d'avoir des années de VTT derrière mois et une bonne technique d'évitement et d'allégement derrière moi ! Mais un quasi néophyte ? Les municipalités ont rarement le courage d'une vrai politique en faveur du vélo, les cyclistes urbains électeurs sont moins nombreux que les automobilistes.

Je pense que tu as très bien décrit la situation.

AMA, les aménagements routiers les plus problématiques sont les "ronds points", très sécurisants pour les automobilistes, hyper dangereux pour les deux-roues.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 03/10/2014 09:28

Salut,


Moi chute tout seul en virage à 30km/h. C'est j'ai l'impression le pneu qui a explosé. En tout cas il était à plat après la chute et éventré. C'était un pneu qui avait passé plusieurs année dans une cave sans doute à plat. Cote cassée.

Ce que je surveille le + :

1) Les motards, pour moi c'est le risque max. Ils doublent à moins de 50cm pour éviter d'avoir à passer la ligne médiane. Ou alors ils doublent en passant la ligne blanche, même s'il y a un vélo en face.

Les motos sur les pistes cyclables

J'ai juste l'impression que pour beaucoup de motos les cyclistes ne comptent pas.

2) Dans les carrefours, je surveille les regards ça évite les blaireaux au téléphone et les angles morts. Du coup je ne trouve pas les carrefours dangereux.

3) Les portières, en particuliers lorsque les pistes cyclables sont le long de places de stationnement

 

Merci pour ton travail,

A+

"3) Les portières, en particuliers lorsque les pistes cyclables sont le long de places de stationnement"

Piste ou pas, comme la distance de sécurité en ville est de 1m minimum pour une voiture doublant un vélo, à contrario, quand je suis en vélo, je passe à 1m des voitures en stationnement. J'ai des copains qui se sont retrouvés à l'hôpital grâce à des portières, alors je fais très attention.

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Autres > Vélo urbain Haut de page

KTM

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 28 avril 2019
mercredi 01 mai 2019
samedi 04 mai 2019
dimanche 05 mai 2019
mercredi 08 mai 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES