FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Autres Vélo urbain • Atelier-Vélo: une bonne idée?

Retour au forum Autres > Vélo urbain Bas de page

envoyé le 16/12/2011 11:20

J'aime cette démarche citoyenne qui est de partager le savoir au sein d'Ateliers-Vélo et d'apprendre la technique pour que cela ne soit plus un frein à la pratique. Cette démarche est résumée par ce terme: "La mécanique du partage".  

Apparemment Lyon et Grenoble ont été les 1ères villes où se sont développés ces ateliers. J'ai appris qu'à Marseille, il y avait également des lieux d'échange.

Si à Brest il s'en créait un, je serai prêt à adhérer à cette démarche. 

Mais je me pose quelques questions:

- Membre d'un club cyclosportif mais me déplaçant également en ville à vélo (car j'habite au centre), j'ai l'occasion de rouler et de discuter avec des cyclos. Aux arrêts, parfois l'échange est sympa (ne serait-ce qu'un "bonjour"), à d'autres moments très froids, voir dédaignieux. Encore plus quand je porte les couleurs du club et l'équipement route. Je dois apparaître pour ces personnes comme le symbole d'un sport de "has been" ou de dopés ???

- D'autre part, il y a un écart entre l'usager urbain, qui y voit un moyen écolo mais également très pratique de se déplacer à 2 roues (gain de temps, rapidité pour se garer) et les membres de clubs qui voient en le vélo surtout un sport, avec des allures et des déplacements kilométriques qui n'ont rien à voir avec un usage urbain plus mesuré, plus lent.

- De même, lorsque l'on discute matériel vélo avec des usagers urbains, l'échelle de prix n'est pas identique.
Une selle confortable à 150 euros, qui me permet de faire mes 9 000km/an, ce n'est pas pour moi un luxe sachant le nombre d'heures passé dessus. Pour eux, c'est une hérésie de payer un tel prix.C'est vrai que cette passion coûte chère mais la qualité a un prix, non? Et il me semblait évident qu'un vélo 1er prix n'aura pas les mêmes qualités de robustesse et de rendement qu'un vélo moyenne-gamme?

Du coup j'ai parfois l'impression que ce sont 2 mondes qui s'ignorent et qui ne se comprennent pas alors qu'ils utilisent un mode de déplacement identique.

Ces ateliers sont-ils alors des lieux de vrais échanges conviviaux ou finalement assez fermés?
VTT, BMX et VAE sont-ils également les bienvenus?


Bref je souhaite connaître votre expérience personnelle.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/11/2012 18:47

J'aime cette démarche citoyenne qui est de partager le savoir au sein d'Ateliers-Vélo et d'apprendre la technique pour que cela ne soit plus un frein à la pratique. Cette démarche est résumée par ce terme: "La mécanique du partage".  

Apparemment Lyon et Grenoble ont été les 1ères villes où se sont développés ces ateliers. J'ai appris qu'à Marseille, il y avait également des lieux d'échange.

Si à Brest il s'en créait un, je serai prêt à adhérer à cette démarche. 

Mais je me pose quelques questions:

- Membre d'un club cyclosportif mais me déplaçant également en ville à vélo (car j'habite au centre), j'ai l'occasion de rouler et de discuter avec des cyclos. Aux arrêts, parfois l'échange est sympa (ne serait-ce qu'un "bonjour"), à d'autres moments très froids, voir dédaignieux. Encore plus quand je porte les couleurs du club et l'équipement route. Je dois apparaître pour ces personnes comme le symbole d'un sport de "has been" ou de dopés ???

- D'autre part, il y a un écart entre l'usager urbain, qui y voit un moyen écolo mais également très pratique de se déplacer à 2 roues (gain de temps, rapidité pour se garer) et les membres de clubs qui voient en le vélo surtout un sport, avec des allures et des déplacements kilométriques qui n'ont rien à voir avec un usage urbain plus mesuré, plus lent.

- De même, lorsque l'on discute matériel vélo avec des usagers urbains, l'échelle de prix n'est pas identique.
Une selle confortable à 150 euros, qui me permet de faire mes 9 000km/an, ce n'est pas pour moi un luxe sachant le nombre d'heures passé dessus. Pour eux, c'est une hérésie de payer un tel prix.C'est vrai que cette passion coûte chère mais la qualité a un prix, non? Et il me semblait évident qu'un vélo 1er prix n'aura pas les mêmes qualités de robustesse et de rendement qu'un vélo moyenne-gamme?

Du coup j'ai parfois l'impression que ce sont 2 mondes qui s'ignorent et qui ne se comprennent pas alors qu'ils utilisent un mode de déplacement identique.

Ces ateliers sont-ils alors des lieux de vrais échanges conviviaux ou finalement assez fermés?
VTT, BMX et VAE sont-ils également les bienvenus?


Bref je souhaite connaître votre expérience personnelle.

 

J'ai été longtemps un petit randonneur, vite fatigué!!!

Depuis une dizaine d'années, j'ai découvert que rouler en ville à vélo se concrétisait par un incroyable gain de temps. Sans oublier les aspects économie, écologie, convivialité, et même entraide, puisque je libère une place que quelqu'un sera peut-être content de trouver.

En ce qui concerne les ateliers, je sais qu'il en existe aussi un au Havre. (association SABINE).

Mon sentiment est que c'est bien pour remettre en état des vélos oubliés dans une cave. Et donc favoriser les déplacements à bicyclette.

Mais ensuite, les gens doivent être en mesure d'assumer les coûts extrêmement faibles.

Car ce serait une forme de concurrence déloyale vis à vis des vélocistes, qui, eux, ont des charges et emploient du personnel.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/11/2012 08:01

Justement, il faut "protéger" ceux qui restent, gagnent leur vie de ce travail, et emploient du personnel. Quand leurs affaires marchent, CQFD.

Je précise que je ne défends pas là d'intérêts perso!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/01/2013 21:26

Justement, il faut "protéger" ceux qui restent, gagnent leur vie de ce travail, et emploient du personnel. Quand leurs affaires marchent, CQFD.

Je précise que je ne défends pas là d'intérêts perso!

"

Justement, il faut "protéger" ceux qui restent, gagnent leur vie de ce travail, et emploient du personnel. Quand leurs affaires marchent, CQFD.

Je précise que je ne défends pas là d'intérêts perso!"

 

je suis d'accord mais pas à n'importe quel prix !!!!

 

exemple , sur villeurbanne , un célébre velociste dont le le nom commence par un m me proposait à ma demande, un pédalier FSA gossamer pro à 240 euros ...... quand je l'ai acheté sur internet en allemagne à 99 euros et qu'il est soldé sur la plupart des sites internet aux alentours de 120 euros .

 

alors je veux bien qu'effectivement ils y aient des contraintes économiques de personnel , de fond de commerce, mais là c'est carrément du vol ......

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/01/2013 10:35

Depuis mon 1er message, notre atelier-vélo se développe petit à petit.
2 membres de notre association sont partis se former 15 jours à Lyon.
Formation technique mais aussi administrative.
Car un atelier-vélo permanent (avec des horaires d'ouverture hebdomadaire) demande une organisation précise si on souhaite viabiliser l'initiative.
En 2013, on prévoit un rendez-vous atelier-vélo par mois, histoire de tester les motivations des adhérents et des personnes intéressées par l'initiative.
Il est important de signaler 2 choses:
- la 1ère est que cet atelier-vélo ne se substitue pas à un marchand de cycles. Si quelqu'un souhaite effectuer une réparation, on le conseille mais c'est lui qui répare lui-même.
- la 2ème  est que si la personne n'a pas les pièces mécaniques pour réparer, c'est à elle d'aller chercher les pièces dans un magasin de cycles (il y en a 9 dans ma ville, en comptant le Décath et les 3 Intersport).
Evidemment, entre nous, on a des pièces inutilisées que l'on peut se passer.

D'autre part, grâce à la formation des 2 membres de notre asso, on s'est rendu compte qu'avant toute réparation, il faut faire un diagnostic. Parfois il est préférable de juste récupérer des pièces sur un vélo que d'essayer de le réparer. Car la réparation coûterait plus cher que d'acheter un neuf!

Notre action pour l'usage de tous types de vélos s'accompagne également en 2013 d'actions et d'échanges avec d'autres ateliers-vélos de notre département afin de mutualiser les idées et les compétences.
On est également partant pour la "Fête du vélo" en juin et on organise une bourse aux vélos fin septembre (l'année dernière, notre 1ère bourse avait bien fonctionné).

Bref, nous en sommes encore aux balbutiements mais on a déjà réussi à fédérer un noyau de 15 personnes.
Si on montre que nos actions sensibilisent réellement les citoyens de notre ville, la municipalité est prête à donner un coup de main financier et logistique en 2014 car elle a conscience que "Ne pas savoir réparer son vélo" est un frein à son usage. Et trop de vélos dorment inutilement dans des garages ou dans des caves.

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Autres > Vélo urbain Haut de page