FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Autres Handisport • ça vous dit un petit feuilleton triathlètique?

Retour au forum Autres > Handisport Bas de page

envoyé le 15/03/2013 20:57

et voilààààààà

 

"-Youyouyouyouyouyouyouyouyouyouyouyouyouuuuuuuuuuuuu!!!!!!!! super! c'est super! vas y Momo! t'es génial! c'est tout bon maintenant. Je courre le tour avec toi. Youyouyouyouyouyouyouyouyouyouyouyouyouuuuuuuuuuuuu!!!!!!!!

 

 -Tu cries toujours comme ça en courant?

 

 -Putain, te fous pas de ma gueule, bordel. T'as fait un truc de dingue, je te jure. Attention, devant! fauteuil! Euh... weelchair! at right please, at right! Weelchair,! weelchair!

 

 -J'étais bien dans le tour d'avant. Quant tu m'as dit que j'avais tout le temps j'ai pas cherché à forcer, et puis y a plein de triathlètes qui m'ont encouragé.

 

 -T'as mis vingt minutes de moins que le tour d'avant, et là... ouf!.... je, je te jure que tu roule...ouf!

 

 -Je ralentis un peu sinon je vais devoir te réanimer à l'arriver. Les spectateurs vont croire que c'est moi qui t'accompagne.

 

 -Non vas y...ouf... je t'accompagne encore jusque la route où je t'avais attendu en vélo.

 

 -Tu fais l'arrivée avec moi.

 

 Oui, oui... Wouaouh...ouf.. putain tu me tue, Momo,. Please....ouf...at right...ouf...at right...ouf...weelchair, weelchair..."

 

 Momo fonce sur la longue ligne droite. Il va vraiment vite à présent. les triathlètes doublés le félicitent. La galère des trois heures passées commence à se transformer en grande fête. Je file vers l'arrivée en coupant par le parc pour l'attendre à l'entrée du labyrinthe où chaque participant peux savourer le bonheur de courir ses dernières foulées entre les tribunes montées pour l'occasion, souvent accompagnés de leurs proches; conjoint, amis, quelquefois un enfants dans chaque bras. Je frémis à chaque arrivée, les larmes pas très loin des yeux en applaudissant à tout rompre jusqu'à l'arrivée de Momo.

 

En le quittant tout à l'heure je me suis demandé à quelle vitesse il pouvait bien boucler ce dernier tour, si bien que je tend le cou à l'arrivée de chaque nouveau participant pour voir si ça n'est pas Momo. En face de moi deux types sont en train de préparer une chope de bière d'un demi litre pour leur pote qui arrive maintenant et se l'enfile durant les deux cents dernier mètres à la santé des spectateurs. Un autre mec à préparé un drapeau de l'Australie et le dépose sur les épaules de sa femme qui lève triomphalement les bras en pénétrant dans l'aire d'arrivée. En d'autres circonstances j'aurai vu dans cette scène une manifestation de patriotisme mal placée mais là ça devenait simplement une femme et un homme qui vivaient un truc extraordinaire à l'autre bout de la terre et qui, par ce bout de tissus se rapprochaient d'où ils venaient. En levant ce drapeau, ils partageaient simplement leur aventure. Une maman veux à toute force que sa petite fille aille dans les bras de son papa pour passer la ligne d'arrivée avec lui mais elle hurle, terrorisée par les applaudissements du public. Un triathète à fait tout le marathon déguisé en superman et arrive complètement cuit en titubant sous un tonnerre d'applaudissements. Au loin j’aperçois passer la fille déguisée en escargot ; il lui reste un tour à couvrir.

 

Et Momo arrive, un immense sourire accroché à ses oreilles, la roue avant de son fauteuil de course levée pour mieux négocier le quart de tour serré de l'entrée du labyrinthe. Il déclenche une véritable ovation.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/03/2013 11:48

 

On se serre dans les bras. Je prends des photos. Simo recule pour améliorer le cadrage dans l'entrée de l'aire d'arrivée et nous terminons ensemble cette entreprise de folie.

 

"T'es génial Momo, t'es génial! tu l'as fait bordel!" Je lui dit en lui mettant des grandes claques dans le dos. Momo ne réponds pas. Il se marre. Il est en train de franchir une nouvelle limite; celle de l'extension de son sourire. Un dernier arrêt sous la ligne d'arrivée; J'encourage le public avec mes bras à la manière d'un chef d'orchestre, à applaudir et à crier encore plus fort. Un journaliste prends des photos puis Momo s'extrait à grand peine de son fauteuil avant de s'allonger une nouvelle fois sur le sol. On l'aide à se pousser un peu pour ne pas gêner l'arrivée des autres concurrents. il se laisse faire et ne bouge plus.

 

"-He's all right? he needs something?

 

 -No; i don't thing. He is only very, very, very tired.

 

 -Jean-Luc, s'il te plait: va me chercher les vêtements dans le parc à vélo, et ma prothèse aussi.

 

 -J'y vais.

 

 -Je bouge pas.

 

 -Tu pourrai?

 

 -Non, je crois pas."

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 17/03/2013 09:05

 

Une femme qui vient d'en terminer se dirige vers Momo.

 

"-Mohamed? ça va? bravo! c'est vraiment super. je veux te dire; c'est grâce à toi que j'ai terminé. Je voulais abandonner et puis je t'ai vu par terre à coté du fauteuil dans le deuxième tour, et quand t'es remonté pour continuer je me suis dit qu'il fallait que je continue moi aussi, que c'était rien, moi, à coté de toi. j'ai l'impression que je pourrai toujours finir à présent.

 

 "Merci, merci beaucoup. Mais c'était vraiment dur, hein?

 

 Je sais pas comment tu as fait. C'est magnifique!"

 

D'autres triathlètes viennent le voir pour lui dire un peu la même chose; qu'il ont trouver la force de continuer en le voyant puiser au fond de ses ressources. En marchant jusqu'au parc je me dis que moi aussi l'exemple de Momo va me stimuler pour m'accrocher à mes projets. C'est vraiment un journée spéciale.

 

Au parc à vélo je rassemble les affaires et prends les fringues ainsi que la prothèse de Momo. La jolie commissaire m'aperçoit.

 

"-Il a réussit à terminer?

 

 -Oui; dernier tour en trois quart d'heure.

 

 -Wouaah!

 

 -Il est cuit. Je lui rapporte ses affaires.

 

 -ça fait quatre heures qu'il est cuit, non?

 

 -Oui... disons..il est vraiment à point ce coup ci."

 

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/03/2013 13:28

 

 

Momo s'habille à grand peine. La hanche lui fait mal à chaque mouvement. Il réussit quand même à se mettre debout et à marcher un peu.

 

"-Il y a un jacuzzi, j'aimerai bien y aller.

 

-Pas de problème, il n'y a que 1300 concurrents d'arrivés, il y a sûrement de la place.

 

-Ouais, t'as raison mais j'aimerai bien essayer quand même.

 

-On y va. Je prends ton fauteuil. T'as qu'a mettre les affaires dedans."

 

Evidemment le jacuzzi est inaccessible, et puis, il faut bien dire que rejoindre des triathlètes suant, crasseux et agglutinés dans une baignoire à bulle n'est pas vraiment le rêve de Simo. Au triathlon de Gérardmer il avait été pris en mains par deux ostéopathes durant deux heures et s'était réveillé le lendemain sans aucune douleur ni courbature. Je doute qu'il bénéficie de la même prise en charge ici.

 

-On va manger? j'ai droit à un repas. Toi aussi, tu es mon accompagnateur.

 

-Ok, je commence à avoir sérieusement la dalle. C'est long treize heures. T'aurais pu aller un peu plus vite.

 

-T'as rien mangé de la journée?

 

-Une brioche et tes restes de banane. Je met le fauteuil dans le coin, j'arrive."

 

L'intendance est remarquablement organisée. Il n'y a aucune file d'attente. C'est bien pour Simo qui ne tient plus la station debout immobile. Je met à profit mes qualités d'ancien barman pour porter les entrée, plats, fromages et desserts jusqu'à la table où Momo s'est installé. Personne ne discute beaucoup. Les estomacs ont besoin de refaire les niveau. C'est un espèce de temps indispensable extrait au reste de la journée.

 

Ce réajustement calorique effectué, la journée triathlétique reprends son cours. L'Organisateur de la course nous rejoins et serre Momo dans ses bras pour sa performance.

 

"Tu vois Mohamed; tu l'as fait. Je suis vraiment content pour toi. C'est magnifique. Tu es heureux?

 

-Vraiment, oui; Merci beaucoup de m'avoir permis de participer, et puis merci pour toute l'organisation, pour moi c'était la chose la plus incroyable de ce triathlon; tous ces bénévoles.

 

-Si tu veux revenir, Mohamed, tu nous revoie un mail. Il faut que je te quitte. On m'attends un peu partout. (il s'adresse à moi) Merci d'avoir assister Mohamed."

 

Je remercie à mon tour. Je n'arrive pas à ne pas lui en vouloir pour le tour de circuit en béquille imposé à Simo et qui l'a tellement démolis, mais sans lui Simo n'aurait pas fait son Ironmann.

 

Sur le chemin nous conduisant une dernière fois vers le parc à vélos Simo est interpelé un bonne demi douzaine de fois.

 

Hello! Mohamed, congratulation! It's amazing... Bravo, vous m'avez aidé à terminer... Mohamed, t'es arrivé? je t'ai vu remonter sur ton fauteuil dans le deuxième tour, ton courage; c'est magnifique.

 

Il y a des gens de tout pays qui viennent le voir ainsi. Momo a déjà les ailes qui repoussent.

 

"- L'année prochaine je veux faire Hawaï.

 

-Comment tu vas t'inscrire? il faut que tu te fasses inviter.

 

-On demandera à l'organisateur d'ici, et puis je veux aller aux états unis pendant deux ou trois ans pour faire rien que du triathlon; en Californie, à San Diégo. Pendant mon stage cette année je me suis fait plein d'amis partout."

 

On boucle les affaires. on salue une dernière fois les gens du parc. Je remercie la commissaire. Elle aussi est épuisée par la journée. Elle félicite Simo, lui souhaite bonne chance pour la suite..

 

"-Bon, et bien, au revoir.

 

-Au revoir, c'était une bonne journée, un peu longue quand même.

 

-Très longue, rigole Momo.

 

-A une prochaine fois peut-être."

 

Et c'est tout. On quitte le parc pour diriger nos pas vers le parking où nous attendent Nadia et Médhi. On remonte directement vers l'hôtel.

 

Et entrant dans la chambre Simo soupire.

 

"-Putain! j'ai même pas fait mes prières aujourd'hui.

 

-T'aurais pu. En plus ça t'aurait reposé et étiré le dos."

 

Simo installe son tapis. Je m'enferme dans la salle de bain avant de préparer mes affaires pour le lendemain. A cinq heures je dois reprendre mon vélo pour repartir chez moi. Je laisse la place à Simo qui se glisse avec délices dans l'eau brûlante.

 

"Wouaouh, c'est génial!!"

 

Vers onze heure et demie, Médhi viens lui faire un massage. Cinq minutes après Simo dort comme un bébé.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/03/2013 14:18

 

 

Quatre heure quarante cinq; le portable n'a pas le temps de sonner. Je m'extrait silencieusement des couvertures. Momo dort profondément. Doucement j'ouvre la porte pour sortir mon vélo. Me prépare du thé et remballe mes dernières affaires dans le sac à dos. Simo ouvre un œil au moment où je sort.

 

" Tu t'en vas? Excuses moi, je me lèves pas; J'ai trop mal à la jambe.

 

- oui, reste couché. T'es partis jusqu'a midi au moins. Quand tu te réveilleras j'aurai presque quitté l'Allemagne.

 

-Bonne route. Salue Dominique et les enfants.

 

-Merci. Profite bien des deux derniers jours ici.

 

-A bientôt.

 

-A bientôt. Salut Momo."

 

Je sors de l'hôtel sans me faire voir. Dehors le jour commence à faire pâlir les étoiles.

 

L'Utliberg est silencieux.

Mon vélo glisse sans bruit vers le centre de Zurich puis je me dirige rapidement vers le Nord de la ville en direction de Baden avant de franchir le Rhin.

Il fait beau et frais.

La forêt noire est magnifique.

Le vélo monte tout seul.

 

Je me sens léger comme un papillon.

 

 

                                                                      FIN

 

 

Lorsque j'ai connu Simo, il ne savait pas faire de vélo.

L'année qui a suivit cet Ironman il a été sélectionné pour les championnats du monde de triathlon à Budapest grâce à son tître de champion d’Afrique.

J'ai lancé sur Internet (dont ce forum) une collecte pour lui offrir un vrai vélo de pro et lui ai offert mes roues Zipp 303. Il a reçu le vélo à son hôtel, 48h avant l'épreuve. Il a fini 4ème.

 

Lors d'un stage à San Diégo, la Mèque du tritahlon, il a rencontré Ru Chen, une jeune apprentie prothésiste chinoise, née à Hawaï, étudiant au Canada.

 

Ils se sont mariés.

 

En 2011, Mohamed et Ru se sont rendus à Pékin, la ville natale des parents de Ru, pour participer aux championnats du monde. Ils étaient 11 dans la catégorie des amputés fémoraux.

Mohamed est devenu vice champion du monde sous les yeux de sa femme. A l'arrivée il n'a rien trouvé de mieux à dire que: "J'aurai ma revanche!"

 

Ru et Simo viennent d'avoir un bébé. Ils vivent en Californie.

 

Mon histoire est terminée.............

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/03/2013 17:37

Je sais bien que c'est con mais j'ai été voir tous les jours si il y avait des réactions à mon post.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/03/2013 20:41

Je sais bien que c'est con mais j'ai été voir tous les jours si il y avait des réactions à mon post.

Salut Jean-Luc

Il me semble que je t'avais livré le fond de ma pensée smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/04/2013 22:24

Ouiii!!! bon, je vais me contenter de ce commentaire. Quelques nouvelles fraîches de Mohamed: il vient d'arriver à Ouarzazate pour prendre part au marathon des sables: entre 25 et 80 km/j durant 6 jours dans le désert avec sa prothèse. A suivre....

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/04/2013 16:45

Ouiii!!! bon, je vais me contenter de ce commentaire. Quelques nouvelles fraîches de Mohamed: il vient d'arriver à Ouarzazate pour prendre part au marathon des sables: entre 25 et 80 km/j durant 6 jours dans le désert avec sa prothèse. A suivre....

Quel tort de ne pas aller plus souvent visiter les autres rubriques du forum !

Quel récit magnifique et superbement écrit, merci ! Voilà un homme qui parvient à s'accomplir, en dépit de tout ce que sa naissance et son parcours de vie ne lui ont pas donné. Milles bravos à Momo pour cet exploit et ce dépassement de soi, et aussi à toi Jean-Luc d'avoir trouvé la motivation pour vivre cette aventure en accompagnateur. J'ai aussi qqs défis en préparation bcp plus modestes, mais je crois que je penserai à Momo dans les moments difficiles, j'espère y trouver une force supplémentaire.

Bonne préparation pour ton périple en 2015.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/03/2014 06:28

Cette nouvelle fait désormais partie d'un bouquin édité aux édition Gérard louis à Nancy, parmi 144 page de photos splendides d'un douzaine de photographes et d'autres aventures associant des personnes handicapées. .

 

Il est vendu entièrement au bénéfice de l'association Entr'Aide pour financer des lames de course comme on peux en voir en athlétisme lors des jeux paralympiques afin d'équiper les enfants amputés qui le peuvent de ce type de matériel.

 

Commande: Association Entr'Aide

                  1735 rue Régina Kricq

                  54200 Toul

au prix de 20 euros plus 3 euros de frais d'envoi

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Autres > Handisport Haut de page

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 25 août 2019
dimanche 08 septembre 2019
dimanche 15 septembre 2019
vendredi 20 septembre 2019
samedi 21 septembre 2019
dimanche 22 septembre 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES