FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • EDT 2019

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 23/10/2018 22:01

Ha bon, 

Les deux épreuves empruntaient les mêmes routes?

Parce que si le parcours est celui annoncé. La descente du Grand Cucheron mène ... au pied de la descente du Glandon là où passe la Marmotte.

L'année dernière, la date était identique mais dans le même coin des Alpes malgré tout.

Là, en plus d'une superposition de date, on aura aussi une superposition des parcours à un endroit.

Donc je n'y crois pas trop.

 

Je parlais des dates.

Je n'ai pas de boule de cristal pour connaître le parcours de l'étape du tour.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 00:06

Je parlais des dates.

Je n'ai pas de boule de cristal pour connaître le parcours de l'étape du tour.

Tu as pourtant une boule de cristal pour les dates.

Visiblement ça décale au 21 ;)

Réponse dans 2 jours.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 00:55

Tu as pourtant une boule de cristal pour les dates.

Visiblement ça décale au 21 ;)

Réponse dans 2 jours.

Je parlais de l'année dernière, où les deux épreuves sont tombées le même jour.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 07:23

Je parlais de l'année dernière, où les deux épreuves sont tombées le même jour.

Ouep mais avec des parcours distants ;)

 

Si les hypothèses de parcours d'ici sont vérifiées, ça deviendrait compliqué de tout mettre le même jour :)

 

La marmotte annonce un taux de remplissage de 50% dès le lendemain de l'ouverture, bluff ou pas bluff?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 11:48

Ouep mais avec des parcours distants ;)

 

Si les hypothèses de parcours d'ici sont vérifiées, ça deviendrait compliqué de tout mettre le même jour :)

 

La marmotte annonce un taux de remplissage de 50% dès le lendemain de l'ouverture, bluff ou pas bluff?

Pas bluff.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 12:01

Bonjour Alain, Je ne suis pas invité à la présentation du Tour 2019 et je regrette que l'EDT soit à nouveau dans les Alpes si cela se confirme. Je n'irai qu'une fois dans les Alpes durant l'été 2019 car c'est bien loin du Béarn et je n'ai pas encore décidé pour quelle épreuve. Si tout va bien je serai sans doute présent comme tous les ans sur  les cyclos pyrénéennes et j'espère t'y rencontrer ... au moins sur l'Ariégeoise

 

En Ariége il se murmure que l'EDT serait Limoux-Foix (Prat d'Albis). Je ne sais pas si c'est un fantasme d'ariégeois...

J'espère à moitié que ce ne sera pas le cas, sinon il va falloir que je la fasse (Ariège oblige) et comme d'une part j'ai une dent contre l'EDT et que d'autre part le final Port de Lers, Mur de Péguère, Prat d'Albis fait vraiment peur...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 13:48

En Ariége il se murmure que l'EDT serait Limoux-Foix (Prat d'Albis). Je ne sais pas si c'est un fantasme d'ariégeois...

J'espère à moitié que ce ne sera pas le cas, sinon il va falloir que je la fasse (Ariège oblige) et comme d'une part j'ai une dent contre l'EDT et que d'autre part le final Port de Lers, Mur de Péguère, Prat d'Albis fait vraiment peur...

C'est à Albertville.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/10/2018 22:32

voilà , logement réservé à la bathie ( 7 km d ' albertville )  et j ' ai galéré pour trouver ....

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 08:33

voilà , logement réservé à la bathie ( 7 km d ' albertville )  et j ' ai galéré pour trouver ....

En même temps les proprios sont concentrés sur l’hiver, l’été est encore loin.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 08:41

voilà , logement réservé à la bathie ( 7 km d ' albertville )  et j ' ai galéré pour trouver ....

Moi c'est la raison pour laquelle je ne ferai pas l'EDT cette année. Trop compliqué de trouver un logement sur albertville. Et l'arrivée étant déjà éloignée de 30 kms du départ... on verra pour la prochaine édition.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 08:41

Moi c'est fait j'ai trouvé mon logement pas très loin à Cevins mais il a fallu cravacher

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 08:43

 

Tour de France: une finale vertigineuse

 

En exclusivité pour la presse belge, nous avons découvert les deux dernières étapes alpestres du Tour 2019.

Le principe, presque figé, du contre-la-montre inscrit le dernier samedi sera provisoirement rangé au placard par les organisateurs. Dans un souci permanent d’innovation, par une volonté de surprendre, d’émouvoir, de supprimer les codes trop rapidement gérés par les coureurs, le Tour 2019 vivra, en théorie, une finale vertigineuse, dessinée entre les vallées de la Maurienne et de la Tarentaise. Ou entre les vallées de l’Arc et de l’Isère comme l’indiquent les riverains, très pointus sur les appellations.

Deux étapes, courtes, pour rompre avec la succession de longs cols et d’interminables respirations dans la plaine, un peu à l’image de ce qui avait été fait cette année vers la Rosière ou le Grand Bornand. Courtes mais absolument incomparables, car l’ivresse des cimes exprimera toute sa rareté, comme l’oxygène lorsque le corps s’élève au-delà de son pré carré.

Le col de l’Iseran, toit du Tour 2019

Rare, comme le col de l’Iseran, théâtre colossal de cette étape du vendredi 26 juillet. Pour y accéder, et tenter d’éviter un maximum la route à quatre voies de la vallée de la Maurienne, Thierry Gouvenou et ses collaborateurs ont déniché des alternatives, en rompant la monotonie de la route principale via la montée d’Aussois puis le col de la Madeleine, mais pas celui qu’on connaît généralement, un autre, plus léger, qui mène au somptueux village de Bonneval-sur-Arc, niché à 1.791 mètres d’altitude. Au départ de Saint-Jean-de-Maurienne (586 mètres), la route ne cessera donc de monter, par paliers progressifs.

«  Bonneval, situé après 72 kilomètres de course, sera une sorte de Bourg-d’Oisans, avec l’équivalent d’une Alpe d’Huez à se farcir derrière, sauf que Bonneval se situe à la même altitude… que l’Alpe d’Huez !  », se réjouit Christian Prudhomme, le patron du Tour.

Bonneval mérite en tout cas un arrêt pour le suiveur, subjugué par la beauté pure d’un village classé parmi les plus beaux de France. Entre les derniers alpages où paissent les brebis, les maisons ont conservé leur structure d’autrefois. La mairie a interdit les antennes et autres paraboles sur les toits pour respecter la légitimité des bâtiments édifiés à la pierre de taille liée par la chaux. Les voitures ne sont pas les bienvenues à l’intérieur des ruelles où la vie semble s’être arrêtée, ce que démentent les fumets dégagés par les cuisines d’auberges, modestes, où on s’assied sur des bancs à la lueur d’une lampe ancestrale.

Bonneval, c’est l’ultime signe de vie du versant sud de l’Iseran, le plus dur pour les cyclistes, soit une montée de 12,9 km à 7,5 %. La nature rejoint le sublime, au fil de l’ascension, somptueuse, vertigineuse surtout, car peu de garde-fous coupent les parois où, par endroits, on ne distingue pas le fond du précipice. L’irrégularité de la montée se conjugue avec la raréfaction de l’oxygène et, à propos de rareté, on s’interroge du coup sur celle du col de l’Iseran (NDLR : on ne dit pas col d’Iseran) dans l’histoire du Tour. Sept passages, une absence de 30 ans entre 1963 et 1992 et plus rien depuis 2007 avec la victoire de Popovych à Briançon.

«  Il y a plusieurs raisons  », explique Christian Prudhomme. «  La principale, c’est l’éloignement par rapport à notre terrain de jeu habituel dans les Alpes. Nous sommes ici à la frontière italienne, le col de l’Iseran peut nous conduire vers Aoste où le Tour est déjà arrivé à plusieurs reprises. Il fallait donc trouver une arrivée dans une station, afin de ne pas perdre le bénéfice de la montée de l’Iseran. Or, les stations « classiques », dans la région, ont beaucoup évolué. Les parkings y sont majoritairement souterrains alors que nous avons de plus en plus besoin d’espace en surface.  »

Le col de l’Iseran, dont le sommet pointe à 2.770 mètres est le plus haut col routier des Alpes françaises, il va sans dire qu’il sera le « toit du Tour 2019 ». La station pouvant offrir une solution d’arrivée sera donc Tignes, après une descente affolante via les Brévières sur des chemins où les cascadeurs se régaleront, on pense déjà à Julian Alaphilippe par exemple. La montée vers Tignes, en revanche (2.113 mètres) est moins spectaculaire mais dans l’addition de la journée, selon le rythme qui sera imposé par les meilleurs au cours des 123 kilomètres qui n’accorderont aucune respiration, elle s’ajoutera à la souffrance.

Tignes, c’est une seule arrivée dans l’histoire de la Grande Boucle, pour les raisons évoquées par Christian Prudhomme. Tout sera mis en ordre pour juillet 2019 car la station est un véritable chantier, alors que la saison hivernale n’a pas encore débuté. Une seule arrivée, donc, celle du tricheur récidiviste Michael Rasmussen (2007), dont le souvenir a sans doute éprouvé les besoins des organisateurs par rapport à son attractivité…

 

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 08:44
Val Thorens pour la deuxième fois seulement

Lors de la première, en 1994, Marco Pantani, bien que blessé, réalisa un retour étoursissant.

La tartiflette de Tignes aura tôt fait de s’ébrouer dans les méandres de la digestion qu’il faudra remettre le couvert le lendemain, car les nauséeux vivront un moment pathétique entre Albertville et Val Thorens (131 km), théâtre de la dernière étape dans les Alpes.

Un ultime devoir pas piqué des hannetons afin de débroussailler, s’il le faut encore, les derniers verdicts. Entre montées et descentes à couper le souffle, cette étape du 27 juillet ne tolérera aucune défaillance, aucune chute, voire aucun souci technique car les espaces de transition seront aussi rares que les champs de blé dans ce décor d’un autre temps. Depuis la cité olympique d’Albertville, l’idée consiste une nouvelle fois à rompre l’interminable monotonie de la N90, plus connue sous le nom de « Tarentaise ». Les coureurs quitteront la nationale pour monter vers Beaufort, qui n’est pas pour rien dans l’histoire des grands cols.

La rareté, nous l’avons déjà signalé par ailleurs est réellement le fil rouge de ce parcours savoyard. Epicure ne s’y était du reste pas trompé en décrétant parmi ses formules que le « mythe naît de la rareté ». Pas sûr, hormis Guillaume Martin, que les coureurs penseront au philosophe grec lorsqu’ils aborderont pour débuter le terrible Cormet de Roselend, dont l’âpreté, l’irrégularité et la dangerosité mettront directement les concurrents dans le vif du sujet. Au bas de la descente, un bref retour sur la quatre voies à Bourg-Saint-Maurice conduira ensuite les coureurs vers Mâcot puis Notre-Dame-du-Pré, sur une route magnifique jamais explorée par le Tour, via la côte de Longefoy. De ce point de vue, par beau temps, on peut distinguer parfaitement le dessin de la Tarentaise et de la Maurienne, encerclées par le massif, presque hautain, des Alpes franco-italiennes.

Le clou du spectacle, qui nécessitera une ou plusieurs reconnaissances se situera dans la descente de Notre-Dame-du-Pré, une sorte de piste noire mais à vélo, avec virages masqués, réduction de chaussée, et soubresauts incessants. Une plongée qui évoque celle du col du Chat, où Richie Porte avait failli se tuer en 2017. «  Beaucoup pourraient y perdre et surtout y gagner du temps, estime Thierry Gouvenou, le directeur des compétitions. Et ils auront peu le loisir de se refaire car après avoir rejoint la vallée à Moûtiers, on montera directement vers le final.  »

La plus haute station d’Europe

En effet, des 539 mètres d’altitude à Moûtiers aux 2.365 recensés sur la ligne d’arrivée de Val Thorens, il y a… 33,4 kilomètres à 5,5 % de moyenne, un supplice en fin de Tour, un ultime devoir qui frise la correctionnelle. La station sise au-dessus des Menuires est visible de loin, par ses pistes qui régaleront les skieurs dans quelques semaines. On n’en dira pas autant pour les coureurs du Tour qui n’ont visité la plus haute station d’Europe qu’une seule fois, en 1994. Les plus anciens ne se souviennent sans doute pas du nom du vainqueur, le Colombien Nelson Rodriguez mais certainement de l’exploit réalisé par Marco Pantani, victime d’une lourde chute en début d’étape dans le Glandon. Blessé au genou, le nez en sang, il refusa d’abandonner et signa un retour étourdissant dans la montée de Val Thorens pour échouer à la 3e place d’un Tour gagné depuis longtemps par Miguel Indurain.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 12:53

Ça y est c'est officiel encore les alpes avec Alberville/Val thorens

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 13:00

Bonne nouvelle ! En plus avec un passage par Saint Martin de Belleville où j'ai régulièrement été en vacance dans ma jeunesse avec mes grand parent !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 13:32

étape courte où les descentes vont être un danger

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 13:49

je viens de découvrir l'étape.

ceux qui connaissent le coin confirment les 4300m de D+?

135 kms ça fait léger quand même.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 14:24

Oui, je trouve le choix de cette étape décevant. Et si en plus la descente du 2ème grimpeur est aussi dangereuse qu'annoncée, ça fini de me décider à renoncer...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 14:36

Quels rabats-joie vous faites !! Des décors splendides, du sport en descente, et une montée épique pour finir la tête dans les nuages ! J'en piaffe d'impatience, un régal si la météo est au rendez-vous !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 15:06

J'aurai préféré la madeleine au cornet de roselend moins prestigieux, une étape courte mais rendu dure par son fort dénivelé.Profitez bien mais je ne serai pas là. Serai présent à Embrun le 15 Août. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 15:08

Quels rabats-joie vous faites !! Des décors splendides, du sport en descente, et une montée épique pour finir la tête dans les nuages ! J'en piaffe d'impatience, un régal si la météo est au rendez-vous !

Rabats-joie non je ne trouve pas. Le décor pour moi n'est pas un critère. Sauf exception, quand tu pédales en montagne, c'est souvent hyper jolie, que se soit dans les alpes ou les pyrénées... Donc pas de surprises sur le fait que le décor soit beau.

Les descentes, c'est pour moi l'un des points noir des EDT. A chaque édition que j'ai faite, les types se prenaient pour des champions, à mettre les autres en danger, et pour certains, à finir lamentablement le nez sur le bitume. Donc si en plus la descente est compliquée, ce n'est pas pour moi...

Et on a le droit de ne pas "kiffer" cette étape !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 15:56

Après 135km ça fait peu et 65km de retour pour rejoindre le départ ça fait beaucoup en revanche

Elle sont loin les étapes d'antan style Gap Alpes d'huez 186km 4000m de dénivelé. 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 16:04

Quels rabats-joie vous faites !! Des décors splendides, du sport en descente, et une montée épique pour finir la tête dans les nuages ! J'en piaffe d'impatience, un régal si la météo est au rendez-vous !

Rabats joie? Je ne pense pas. Etre critique ne veut pas dire être rabats joie.

C'est une étape courte et niveau paysages on peut faire bien mieux. Le Lac de Roselend est superbe mais en descente avec 200 gars de chaque côtés on va surtout garder les yeux sur la route.

Pour la tête dans les nuage je ne t'ai pas compris, notamment pour le final. Peux tu préciser?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/10/2018 16:06

Après 135km ça fait peu et 65km de retour pour rejoindre le départ ça fait beaucoup en revanche

Elle sont loin les étapes d'antan style Gap Alpes d'huez 186km 4000m de dénivelé. 

 

Bah l'année dernière, Annecy le Grand Bornand c'est 170 km et 400 D+. Donc c'est pas si loin.

 

Concernant le retour à Albertville, l'avantage c'est qu'avec "seulement" 135 km dans les jambes (dont 60 de montée), les 60 ne paraissent pas impossibles, d'autant plus que la majeure partie est en descente.

 

Ensuite, il reste la question de la gestion de ceux qui veulent descendre alors que d'autres sont encore en train de monter. Une seule route pour accéder en haut de Val Thorens ?

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

KTM

Sport 101 Facebook V4