FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • ETD 2018 prépa,reco,matos,diet, et tout l'toutim.

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 14/07/2018 08:19

Ca me fait bien marrer cette difficulté de cette EDT.

Par rapport à l'année dernière, le différentiel n'est pas énorme. 

Ces dernières années étaient sans saveur en terme de défi proposé. 

Mais si on prend 2012 par exemple, c'était quand même autre chose.

Et on parle de quoi ici ? De cols qui ne dépassent même pas 10 km Même si les pourcentages sont élevés ou très élevés, on y passe quoi, 1h au max. C'est autre chose quand on passe 2 h d'affilé sur un col et qu'on dépasse les 2000 m d'altitude.

Et quelles conditions climatiques pour cette EDT ? Du soleil. Alors oui, il faisait peut être chaud.

Mais demandez si les participants d'Issoire - Saint-Flour n'auraient pas voulu avoir le même soleil quitte à avoir très chaud, ou alors Pau-Hautacam, ou alors Pau-Bagnères-de-Luchon, ou alors...

4000 m de D+, ce n'est pas anodin, c'est dur oui. Mais il y a déjà eu des parcours plus durs par le passé ou des conditions climatiques plus exigeantes.

Bonjour Frédéric ,

La difficulté de cette étape ne vient pas du dénivélé ni de la chaleur ..

Mais plutôt du fait que Glières , Romme voire ( enfin moins ) la Colombière c'était des murs à grimper ..

En ce qui me concerne j'ai participer à 10 étapes sur les 11 dernières ( je n'ai pas fat Annecy - Le Semnoz ) et avec Pau - Luchon ( du surtout au fait du temps ) c'est la plus difficile que j'ai eu à faire ..

Pau - Hautacam n'était pas dure ..

Bon weekend

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/07/2018 09:57

Bonjour Frédéric ,

La difficulté de cette étape ne vient pas du dénivélé ni de la chaleur ..

Mais plutôt du fait que Glières , Romme voire ( enfin moins ) la Colombière c'était des murs à grimper ..

En ce qui me concerne j'ai participer à 10 étapes sur les 11 dernières ( je n'ai pas fat Annecy - Le Semnoz ) et avec Pau - Luchon ( du surtout au fait du temps ) c'est la plus difficile que j'ai eu à faire ..

Pau - Hautacam n'était pas dure ..

Bon weekend

J'ai terminé 4 étapes du Tour, pour moi la plus dure c'était Lourdes/Luz-Ardiden plus de 200 bornes, avec les ascensions de Peyresourde, Aspin, Tourmalet, Luz-Ardiden en 1994

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/07/2018 13:09

Bonjour Frédéric ,

La difficulté de cette étape ne vient pas du dénivélé ni de la chaleur ..

Mais plutôt du fait que Glières , Romme voire ( enfin moins ) la Colombière c'était des murs à grimper ..

En ce qui me concerne j'ai participer à 10 étapes sur les 11 dernières ( je n'ai pas fat Annecy - Le Semnoz ) et avec Pau - Luchon ( du surtout au fait du temps ) c'est la plus difficile que j'ai eu à faire ..

Pau - Hautacam n'était pas dure ..

Bon weekend

Oui peut être des murs, mais des murs de quelques kilomètres, c'est très facile à gérer si on a les développements adaptés. Donc au final c'est un parcours qui se fait très bien. Il suffit de voir le faible taux d'abandon par rapport à certaines années, même si ce n'est pas une preuve absolue car ça dépend du niveau de préparation des inscrits. Pau-Luchon, outre la météo, c'était 200km et 5000m D+, Albertville-La Toussuire pas simple non plus, Foix-Loudenvielle, Pau-Tourmalet (qui avait aussi sa partie de mur avec Marie-Blanque),... ASO repropose depuis 2 ans des parcours long avec dénivelé conséquent, en espérant que ça continue car les EDT à 130 km...bof

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/07/2018 13:13

Oui peut être des murs, mais des murs de quelques kilomètres, c'est très facile à gérer si on a les développements adaptés. Donc au final c'est un parcours qui se fait très bien. Il suffit de voir le faible taux d'abandon par rapport à certaines années, même si ce n'est pas une preuve absolue car ça dépend du niveau de préparation des inscrits. Pau-Luchon, outre la météo, c'était 200km et 5000m D+, Albertville-La Toussuire pas simple non plus, Foix-Loudenvielle, Pau-Tourmalet (qui avait aussi sa partie de mur avec Marie-Blanque),... ASO repropose depuis 2 ans des parcours long avec dénivelé conséquent, en espérant que ça continue car les EDT à 130 km...bof

Tout ce fait Frédéric , il suffit de le faire à son niveau ..

On parle juste de difficulté , c'est pour cela que je dit que cette étape n'était pas facile .Ne compare pas Marie Blanque avec Glières ou Romme ..

Comment la tu trouvé ? tu a mis combien de temps ?

Bon samedi

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/07/2018 13:22

Paul, tu peux peut-être me renseigner: En comparant le classement général et les temps grimpeurs, j'ai constaté que ceux partis des premiers sas ont statistiquement un meilleur temps final que ceux partis plus tard, à temps de grimpée identique. Ainsi, j'ai fini en 7h00 avec 3h00 de montée en partant du sas 7. Beaucoup de petits dossards avec le même classement ont mis 10' de plus dans les cols ou ont fini en 6h45 avec le même temps de montée. Pourquoi? Les premiers partis se sont dépensés inconsidéremment sur le plat? Ceux partis loin y ont au contraire glandé? Personnellement, je n'ai pas arrêté de doubler pendant 7h, sans être gêné, mais je n'ai pas bénéficié de gros pelotons derrière lesquels m'abriter dans les transitions. Est-ce l'explication? D'où ma question pour toi: on a fini exactement dans le même temps, on a grimpé de la même façon à quelques secondes près (et même dans la même seconde dans Romme!), toi dans le sas 0, moi dans le 7. Comment te situais-tu par rapport aux groupes autour de toi? mieux sur le plat ou en montée?
Luc, j'ai beaucoup géré pour ne pas me mettre dans le rouge, dès le départ j'aurai pu rouler beaucoup plus vite. Idem dans la transition après les Gliéres, j'ai voulu en garder, j'ai même perdu 10' aux ravitos terminant 9eme de la catégorie à 3´de la deuxième place je m'en veux. J'ai comparé avec un copain qui termine en 6h30 qui a monté un peu moins vite que moi tous les cols. Sur une cyclo à Aix en Provence j'étais parti trop vite, m'obligeant à attendre un groupe derrière. Il est difficille de trouver le bon dosage. J'aurai peut-être plus apprécier de partir derrière, dans le SAS 0 c'était à fond dès le départ.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/07/2018 23:54

Tout ce fait Frédéric , il suffit de le faire à son niveau ..

On parle juste de difficulté , c'est pour cela que je dit que cette étape n'était pas facile .Ne compare pas Marie Blanque avec Glières ou Romme ..

Comment la tu trouvé ? tu a mis combien de temps ?

Bon samedi

 

Je  craignais cette montée des Glieres mais je ne l'ai pas trouvé si dure car il y a des virages ou l'on peut récupérer. Pour moi Marie Blanque ou Bagargui sont plus difficiles car il n''y à aucun répit.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2018 00:03

Bonjour Frédéric ,

La difficulté de cette étape ne vient pas du dénivélé ni de la chaleur ..

Mais plutôt du fait que Glières , Romme voire ( enfin moins ) la Colombière c'était des murs à grimper ..

En ce qui me concerne j'ai participer à 10 étapes sur les 11 dernières ( je n'ai pas fat Annecy - Le Semnoz ) et avec Pau - Luchon ( du surtout au fait du temps ) c'est la plus difficile que j'ai eu à faire ..

Pau - Hautacam n'était pas dure ..

Bon weekend

J'ai participé au vingt dernières étapes du Tour et je ne classe pas celle de cette année dans les plus difficiles. Foix-Loudenvielle, Albertville-La Toussuire, Pau-Bayonne, Pau-Luchon ... étaient plus longues avec plus de dénivelé 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2018 08:29

Je  craignais cette montée des Glieres mais je ne l'ai pas trouvé si dure car il y a des virages ou l'on peut récupérer. Pour moi Marie Blanque ou Bagargui sont plus difficiles car il n''y à aucun répit.

Pierre la fin des Glières avant la piste en dehors de la forêt et en ligne droite (type Brunissard ...) est dure, physiquement et moralement !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2018 09:48

Pierre la fin des Glières avant la piste en dehors de la forêt et en ligne droite (type Brunissard ...) est dure, physiquement et moralement !

Oui Serge, c'est vrai que cette dernière ligne droite est très raide mais ça vient après un court passage en descente et on sait que c'est la fin des difficultés

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2018 09:19

On peut toujours vouloir comparer la difficulté selon les années. Ca reste quand même subjectif. Certains préfère les cols courts avec des pourcentages assez importants quand d'autres préfères des cols plus longs avec des pourcentages plus abordables. Effectivement, je trouve, mais ce n'est qu'un avis personnel, plus difficile de monter un col de 7 ou 8 % de moyenne pendant 20 kms qu'un col de 7 ou 8 kms à 9 ou 10 % de moyenne. L'effort n'est pas le même. Il n'empêche que ces étapes restent difficiles globalement.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2018 11:37

J'ai vu la question dans l'enquête de satisfaction.

Il serait temps !

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2018 11:46

Super étape ! 1516em malgré mon manque d'expérience dans les cols. 7h02 à l'arrivée ravito compris. 

Vivant à Orléans, je craignais cette étape et finalement tout s'est bien passé ! 

Je me souviendrais longtemps de Romme smiley innocent

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2018 13:36

Merci Philippe Besson pour ton message qui résume parfaitement mon sentiment après cette étape.

Je suis très agacé (pour ne pas dire plus) d'avoir lu ici sur le forum et entendu partout (un vélociste la veille me disais de prévoir des baskets pour les Glières avec un sas 11...) que ça allait être les bouchons, la galère dans la montée des glières. Tout cela m'a bien stressé avant le départ pour au final une montée sans problème, on doublait sans difficultés en s'annonçant !

Pour ma première étape du tour, j'ai trouvé l'organisation au top, oui c'est cher mais je trouve qu'on en a largement pour son argent. Quelques comportements à déplorer: les gens qui jettent leurs gels, ceux qui ont un dossard dans un sas très bien placé sûrement grâce à un tour-opérateur et qu'on voit marcher dès le col de Bluffy, qui savent pas descendre, bref c'est dangereux pour eux et pour les autres, et enfin tous ceux qui avaient un dossard 13, 14 ou 15000, qui tentaient de s'incruster dans les sas situés avant, en gueulant sur les personnes de l'organisation chargées de contrôler les entrées quand ces dernières leur refusait l'accès.

Personnellement je fini en 8 heures, avec des crampes dès le 90ème km, alors que je m'étais hyper économisé dans les deux premiers cols... résultat les deux derniers cols montés tout doucement pour ne pas retrouver les crampes,  j'ai juste oublié de boire entre le lever à 5h du mat et le bas des Glières, donc j'ai pris cher smiley cry

La chaleur ne m'a pas pesé, faut dire que j'avais quelques sorties d'entrainement ces dernières semaines commencées à 10h le matin jusqu'à 16h, avec des cols bien raides entre 12-13h (comme le relais du chat), ça habitue l'organisme... à condition de s'hydrater correctement !!!

Après j'ai eu de la chance, comme beaucoup de cyclistes qui ont vu passer le quad fou, de ne pas avoir été impacté. Le gars a débouché sur la route juste devant moi à la sortie du reposoir, je l'ai vu doubler des cyclistes en roulant comme un malade, j'aurai jamais cru qu'il allait faire toute la route de la Colombière et la descente jusqu'au Grand Bornand comme ça avec les motards aux trousses ! Je pense que c'est un miracle qu'en dehors du cycliste percuté à l'arrivée, il n'y ait eu aucun autre cycliste blessé avec ce quad qui a roulé ainsi sur près de 20 kms !

Pour finir, je dirai que ça vaut le coup de participer, pour ma part je le referai sûrement ! Et bravo à tous ceux qui l'ont finie !!!

 

 

peut-être lancer une chasse à ce connard en quad sur twitter

bravo à l'organisation qui doit gérer tout ça , les cyclos avertis comme ceux qui font juste le pari de participer parce qu'ils ont les moyens financiers,

et toujours des cons pour doubler n'importe comment dans les descentes et jeter leurs déchets !!!!

des caméras aux Glières auraient pu permettre aux commissaires l'exclusion des pollueurs

Belle étape à faire entre copains.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2018 22:05

J'ai participé au vingt dernières étapes du Tour et je ne classe pas celle de cette année dans les plus difficiles. Foix-Loudenvielle, Albertville-La Toussuire, Pau-Bayonne, Pau-Luchon ... étaient plus longues avec plus de dénivelé 

l étape de 1998 Grenoble -les deux Alpes ,avec un kilometrage proche des 200 et surtout avec des cols :Croix de fer un enchainement Telegaphe-Galibler et une montée des deux Alpes ,faisait parttie des épreuves les plus dures.Malgré un systeme de qualification pour pouvoir pretendre le départ,il y a eu la moitié des concurrents qui ont anbandonné.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2018 23:11

l étape de 1998 Grenoble -les deux Alpes ,avec un kilometrage proche des 200 et surtout avec des cols :Croix de fer un enchainement Telegaphe-Galibler et une montée des deux Alpes ,faisait parttie des épreuves les plus dures.Malgré un systeme de qualification pour pouvoir pretendre le départ,il y a eu la moitié des concurrents qui ont anbandonné.

En 1998 j'y étais après la qualif de Mâcon. Je ne l'avais pas trouvée aussi dure malgré la distance. Le final aux 2 Alpes n'est pas très difficile. De toutes les étapes que j'ai réalisées, c'est cette année que j'ai le plus souffert: dans les rampes à fort pourcentage: le final des Glières et le col de Romme qui ne fait pas que quelques km seulement et que j'ai trouvé très long à la vitesse que je l'ai monté. J'aime pourtant grimper mais je préfère les pentes moyennes mêmes si elles sont plus longues. Cette année je manquais aussi un peu d'entrainement, mais je suis enchanté de cette étape où tout était parfait: pas de bouchon, des cyclos du début à la fin, des ravitos très bien organisés, des routes superbes que pour nous, des bénévoles aux petits soins, de nombreux spectateurs qui nous encourageaient. J'ai également trouvé le niveau général des concurrents à la hausse avec la présence de nombreuses féminines. Le final par une belle et large descente est génial et permet de se refaire une petite santé. Après retour au camping: 40 km: de la descente mais aussi des faux-plats avec vent dans le nez.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 17/07/2018 19:32

C'est aujourd'hui.

Si vous avez bien suivi l'étape aujourd'hui, vous avez pu remarquer que le parcours était légèrement différent de celle de l'étape du tour du 08 juillet. 

Aujourd'hui, les coureurs passaient dans le centre de la Roche sur Foron et Bonneville alors que l'étape du tour, on évitait le centre de La Roche en passant par St-Sixt et St-Laurent. Les pros ont évité la petite bosse pour rejoindre St-Sixt.

A l'arrivée au Grand-Bornand, les pros passaient sur le pont au-dessus du Borne en contre bas du Grand-Bornand puis prenaient à droite avec un long plat montant pour atteindre l'arrivée. Pour le coup, c'était + facile pour l'Etape du tour où on atteignait directement l'arrivée au centre du Grand-Bornand. 

Julian Alaphilippe met 04H25 pour faire les 158.5 kms. Même si pour l'étape du tour, il faut ajouter 10 kms supplémentaires, le dernier de l'étape d'aujourd'hui fini en - de 05H00 soit 15 minutes de - que le premier de l'étape du tour 2018.

Cela me laisse rêveur !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 17/07/2018 20:52

Si vous avez bien suivi l'étape aujourd'hui, vous avez pu remarquer que le parcours était légèrement différent de celle de l'étape du tour du 08 juillet. 

Aujourd'hui, les coureurs passaient dans le centre de la Roche sur Foron et Bonneville alors que l'étape du tour, on évitait le centre de La Roche en passant par St-Sixt et St-Laurent. Les pros ont évité la petite bosse pour rejoindre St-Sixt.

A l'arrivée au Grand-Bornand, les pros passaient sur le pont au-dessus du Borne en contre bas du Grand-Bornand puis prenaient à droite avec un long plat montant pour atteindre l'arrivée. Pour le coup, c'était + facile pour l'Etape du tour où on atteignait directement l'arrivée au centre du Grand-Bornand. 

Julian Alaphilippe met 04H25 pour faire les 158.5 kms. Même si pour l'étape du tour, il faut ajouter 10 kms supplémentaires, le dernier de l'étape d'aujourd'hui fini en - de 05H00 soit 15 minutes de - que le premier de l'étape du tour 2018.

Cela me laisse rêveur !!!

Et oui pourtant du canapé on a pas l'impression qu'ils vont si vite que ça ! ???? Un parcours magnifique que celui de cette étape quand même ! 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/07/2018 00:04

Si vous avez bien suivi l'étape aujourd'hui, vous avez pu remarquer que le parcours était légèrement différent de celle de l'étape du tour du 08 juillet. 

Aujourd'hui, les coureurs passaient dans le centre de la Roche sur Foron et Bonneville alors que l'étape du tour, on évitait le centre de La Roche en passant par St-Sixt et St-Laurent. Les pros ont évité la petite bosse pour rejoindre St-Sixt.

A l'arrivée au Grand-Bornand, les pros passaient sur le pont au-dessus du Borne en contre bas du Grand-Bornand puis prenaient à droite avec un long plat montant pour atteindre l'arrivée. Pour le coup, c'était + facile pour l'Etape du tour où on atteignait directement l'arrivée au centre du Grand-Bornand. 

Julian Alaphilippe met 04H25 pour faire les 158.5 kms. Même si pour l'étape du tour, il faut ajouter 10 kms supplémentaires, le dernier de l'étape d'aujourd'hui fini en - de 05H00 soit 15 minutes de - que le premier de l'étape du tour 2018.

Cela me laisse rêveur !!!

4h35 pour julian mais faut pas comparer c'est un autre monde.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/07/2018 09:36

> ... Ils sont génétiquement exceptionnels ...

Et pharmacologiquement aussi ?

Ok, je sors.


Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/07/2018 10:39

C'est vrai que le problème est complexe peut-être consulter un nutritionniste me donnerait quelques pistes, c'est sur que ça m'arrive lorsque je pousse la machine un peu loin, mais mon copain d'entrainement qui est un petit gabarit ne boit que très peu et n'a jamais de crampes.

Fais un bilan sanguin complet déjà. Ca te permettra en premier de savoir où tu en es de manière générale et de prendre des priorités pour orienter ta façon de manger. Notamment avec le cholestérol...

J'ai commencé à en faire au début de l'an 2000 pour voir mon taux d'hématocrite, j'ai eu des bonnes surprises ! ;-)

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 19/07/2018 11:15

sans parler de la performance quotidienne de ces coureurs il faut voir toute la préparation et le suivi à chaque arrivée, en effet si nous avions tous soins et massages à l'arrivée nous aurions une bien meilleure récupération.

Pour moi dans les années 80 les courses c'était : un peu d'entrainement hivernal (gym étirements cross (jogging)) + une sortie vélo le dimanche matin en club, ensuite au printemps ajout d'une sortie en semaine (parfois 2) et les courses clubs de classement début de saison. Vers Pâques les 1eres courses (entre 80 et 100 km) ; mais on pensait rarement à se masser après chaque course ou sortie. On avait le boulot et la famille qui passaient toujours avant.

Lorsque j'ai fait le plus de jours de courses en suivant c'était au mois d'août quand j'avais enfin des km, il m'est arrivé de faire 17 ou 18 courses/mois.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 20/07/2018 15:06

Fais un bilan sanguin complet déjà. Ca te permettra en premier de savoir où tu en es de manière générale et de prendre des priorités pour orienter ta façon de manger. Notamment avec le cholestérol...

J'ai commencé à en faire au début de l'an 2000 pour voir mon taux d'hématocrite, j'ai eu des bonnes surprises ! ;-)

????Je pense qu'il y a erreur sur le destinataire. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/08/2018 18:30

Bon j'avais du mal à le croire mais le dopage est également bien installé dans le milieu des courses à saucissons, je viens d'apprendre que le colombien deuxième de l'étape du tour ne tournait pas à l'eau claire. Triste.

https://mobile.twitter.com/ulif/status/1016673189571846144?s=19

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

INSCRIPTION EN LIGNE