FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Entraînement / Santé • La montée du Ventoux

Retour au forum Route > Entraînement / Santé Bas de page

envoyé le 04/05/2015 11:07

Voilà c'est fait, la montée du Ventoux par Bedoin.

Le temps était assez idéal pour la saison : temps ensoleillé et pas trop de vent (uniquement sur la partie dégagée après le chalet Reynard)

la montée représente 21.6 km d'ascension avec une pente moyenne à 7.5%. Attention cette moyenne est à prendre avec des pincettes car en réalité lorsque l'on sort de Bedoin, la pente moyenne est faible jusqu'au virage de St-Estève, à partir de ce moment la pente ne faiblit jamais sauf sur 100m juste avant le chalet Reynard.

Niveau matériel et équipement, j'ai utilisé mon Vélo Bianchi Sempre Pro avec des jantes à boyau artisanale équivalente à des Campa Bora et transmission shima ultegra 50/34 devant et 12/27 à l'arrière. A la pesée Vélo + mon poids + le bidon de 600ml + les 2/3 bricoles d'équipement genre téléphone, j'étais au total à 73kg.

Ma performance est une montée à 15.8km/h de moyenne qui me fait un temps précis de 1h22min03s pour grimper le géant de Provence. Niveau sensation, j'étais dans une bonne forme, j'ai doublé pas mal de monde mais aucun ne m'a doublé et bizarrement je n'ai pas fini "rincer", j'ai fait une montée à mon rythme en étant 70% assis et 30% en danseuse, j'ai utilisé principalement un braquet de 34devant et 21/23 derrière (j'avais le 25 et le 27 de secours).

Pour progresser mon temps, j'ai remarqué quelques lacunes dans ma montée : j'aurais pu aller plus vite sur la première partie jusqu'au virage de Saint-Estève où j'aurais pu mettre une ou deux dents de moins derrière, ne pas avoir suffisamment relancer sur le léger replat juste avant le Chalet Reynard, et aussi par manque de repère je gardais un peu d'énergie sous la pédale pour ne jamais me mettre dans le rouge.

Il y a donc possibilité de réaliser un meilleur chrono peut-être légèrement au dessus des 16km/h de moyenne.

Je garde donc un excellent souvenir de cette ascension et il est certains que je retenterais pour améliorer mon chrono.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 13:34

Du temps de ma splendeur,41 ans, je l'avais monté par Bedoin, temps pris au virage de St Esteve , "ou débute l'enfer, en 1h44 mn.

J'étais bien cramé .

88 kg pour le pilote, 1m92, 2 bidons pleins, 2 gel et 3 barres.

J'avais utilisé sur la majorité le 39x25.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 13:56

Du temps de ma splendeur,41 ans, je l'avais monté par Bedoin, temps pris au virage de St Esteve , "ou débute l'enfer, en 1h44 mn.

J'étais bien cramé .

88 kg pour le pilote, 1m92, 2 bidons pleins, 2 gel et 3 barres.

J'avais utilisé sur la majorité le 39x25.

 

Ah oui très beau gabarie, pour ma part le chrono débute à Bedoin au niveau du panneau. Par contre comme ravitaillement je n'avais que le bidon, je n'ai pas pris de gel ni de barre.   

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 13:58

Ah oui très beau gabarie, pour ma part le chrono débute à Bedoin au niveau du panneau. Par contre comme ravitaillement je n'avais que le bidon, je n'ai pas pris de gel ni de barre.   

Une grosse fringale entre le chalet et le sommet.

300 gr de bonbons Haribo acheté chez le vendeur ambulant au sommet.

Descente par SAult et les gorges pour rentrer sur CArpentras

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 13:58

Ah oui très beau gabarie, pour ma part le chrono débute à Bedoin au niveau du panneau. Par contre comme ravitaillement je n'avais que le bidon, je n'ai pas pris de gel ni de barre.   

Une grosse fringale entre le chalet et le sommet.

300 gr de bonbons Haribo acheté chez le vendeur ambulant au sommet.

Descente par SAult et les gorges pour rentrer sur CArpentras

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 14:12

Une grosse fringale entre le chalet et le sommet.

300 gr de bonbons Haribo acheté chez le vendeur ambulant au sommet.

Descente par SAult et les gorges pour rentrer sur CArpentras

 

Sympa les gorges de la Nesque, très joli comme coin. Je les ai également faites mais sur un autre parcours, par contre faudra que je les refasse à une autre période de l'année car là j'ai pas eu trop de chance, c'était couvert et il y avait pas mal de vent donc je n'ai pas pu totalement bien en profité.

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 15:01

Tu monte plus vite que certains pros et tu veut nous faire croire ton histoire

 

  1. 2009 : 58:48 Lance Armstrong 21,94 km/h 
  2. Donc tu monte plus vite que notre Lance Armstrong en 2009

Il ne nous dit pas tout le bougre--------il chevauche un BH ULTRALIGHT smiley lol

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 15:47

Tu monte plus vite que certains pros et tu veut nous faire croire ton histoire

 

  1. 2009 : 58:48 Lance Armstrong 21,94 km/h 
  2. Donc tu monte plus vite que notre Lance Armstrong en 2009

Eric, tu fais semblant de le prendre au premier degré ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 18:57

Voilà c'est fait, la montée du Ventoux par Bedoin.

Le temps était assez idéal pour la saison : temps ensoleillé et pas trop de vent (uniquement sur la partie dégagée après le chalet Reynard)

la montée représente 21.6 km d'ascension avec une pente moyenne à 7.5%. Attention cette moyenne est à prendre avec des pincettes car en réalité lorsque l'on sort de Bedoin, la pente moyenne est faible jusqu'au virage de St-Estève, à partir de ce moment la pente ne faiblit jamais sauf sur 100m juste avant le chalet Reynard.

Niveau matériel et équipement, j'ai utilisé mon Vélo Bianchi Sempre Pro avec des jantes à boyau artisanale équivalente à des Campa Bora et transmission shima ultegra 50/34 devant et 12/27 à l'arrière. A la pesée Vélo + mon poids + le bidon de 600ml + les 2/3 bricoles d'équipement genre téléphone, j'étais au total à 73kg.

Ma performance est une montée à 15.8km/h de moyenne qui me fait un temps précis de 1h22min03s pour grimper le géant de Provence. Niveau sensation, j'étais dans une bonne forme, j'ai doublé pas mal de monde mais aucun ne m'a doublé et bizarrement je n'ai pas fini "rincer", j'ai fait une montée à mon rythme en étant 70% assis et 30% en danseuse, j'ai utilisé principalement un braquet de 34devant et 21/23 derrière (j'avais le 25 et le 27 de secours).

Pour progresser mon temps, j'ai remarqué quelques lacunes dans ma montée : j'aurais pu aller plus vite sur la première partie jusqu'au virage de Saint-Estève où j'aurais pu mettre une ou deux dents de moins derrière, ne pas avoir suffisamment relancer sur le léger replat juste avant le Chalet Reynard, et aussi par manque de repère je gardais un peu d'énergie sous la pédale pour ne jamais me mettre dans le rouge.

Il y a donc possibilité de réaliser un meilleur chrono peut-être légèrement au dessus des 16km/h de moyenne.

Je garde donc un excellent souvenir de cette ascension et il est certains que je retenterais pour améliorer mon chrono.

 

Salut Julien,

1h22 c'est un super temps !

A titre indicatif, les cadors du peloton cyclosportif atteignent le sommet en 1h05/1h10, le record de l'ascension étant pour moi détenu par David Moncoutié en 58'30".

En ce qui concerne les différents moyens d'améliorer ton temps, je trouve ton analyse plutôt bonne. A titre indicatif toujours et à mon très modeste niveau, après une première montée réalisée comme toi un peu "en dedans" (1h46) je suis parvenu à améliorer mon temps de 11 minutes deux mois plus tard (1h35) dans un état de forme sensiblement identique mais en abordant la montée différemment.

Je crois avoir gagné un peu de temps sur chacun des 3 segments suivants :

- entre Bédoin et le virage de St Estève, en mettant 2 voire 3 dents de moins : à mon avis, c'est à cet endroit qu'il est le plus facile d'améliorer son chrono, le but étant d'arriver au virage à une intensité cardiaque élevée sans s'être mis dans le rouge (mais cela signifie aussi brûler du carburant sur ces 4-5 premiers km et donc devoir se ravitailler plus haut)

- à l'approche du chalet Reynard et dans les 2 kilomètres qui suivent : en gros, relancer dès le S qui précède l'adoucissement de la pente avant le chalet, et maintenir un tempo élevé sur cette partie qui reste autour de 6/7% (alors que la première fois on a plutôt tendance à vouloir se refaire la cerise en craignant la suite...)

- dans la partie finale, cela dépend beaucoup du vent et de ce qu'il te reste dans les soquettes, la dernière fois j'ai calé dans les 2 derniers km alors que je pensais qu'1h30 était atteignable, mais je pense que la différence peut se faire ici et qu'elle se fait (aussi, surtout) au mental.

Pour ça, il faut parvenir à "gérer" la forêt et bien se ravitailler (barre ou gel) juste avant le chalet. La dernière fois, j'ai essayé de passer la forêt avec une dent de plus, sur certains passages plus "roulants" j'ai peut-être gagné un km/h de plus sans m'asphyxier, mais à la fin ce sont les jambes qui m'ont lâché, donc quant à savoir si c'est la bonne stratégie, je ne sais pas...

En tout cas une chose est sûre, si je réessaie d'améliorer mon temps cette année, ce sera en abordant la partie finale différemment (mentalement et du point de vue des conditions climatiques, de la durée de l'effort à produire...)

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 21:23

Voilà c'est fait, la montée du Ventoux par Bedoin.

Le temps était assez idéal pour la saison : temps ensoleillé et pas trop de vent (uniquement sur la partie dégagée après le chalet Reynard)

la montée représente 21.6 km d'ascension avec une pente moyenne à 7.5%. Attention cette moyenne est à prendre avec des pincettes car en réalité lorsque l'on sort de Bedoin, la pente moyenne est faible jusqu'au virage de St-Estève, à partir de ce moment la pente ne faiblit jamais sauf sur 100m juste avant le chalet Reynard.

Niveau matériel et équipement, j'ai utilisé mon Vélo Bianchi Sempre Pro avec des jantes à boyau artisanale équivalente à des Campa Bora et transmission shima ultegra 50/34 devant et 12/27 à l'arrière. A la pesée Vélo + mon poids + le bidon de 600ml + les 2/3 bricoles d'équipement genre téléphone, j'étais au total à 73kg.

Ma performance est une montée à 15.8km/h de moyenne qui me fait un temps précis de 1h22min03s pour grimper le géant de Provence. Niveau sensation, j'étais dans une bonne forme, j'ai doublé pas mal de monde mais aucun ne m'a doublé et bizarrement je n'ai pas fini "rincer", j'ai fait une montée à mon rythme en étant 70% assis et 30% en danseuse, j'ai utilisé principalement un braquet de 34devant et 21/23 derrière (j'avais le 25 et le 27 de secours).

Pour progresser mon temps, j'ai remarqué quelques lacunes dans ma montée : j'aurais pu aller plus vite sur la première partie jusqu'au virage de Saint-Estève où j'aurais pu mettre une ou deux dents de moins derrière, ne pas avoir suffisamment relancer sur le léger replat juste avant le Chalet Reynard, et aussi par manque de repère je gardais un peu d'énergie sous la pédale pour ne jamais me mettre dans le rouge.

Il y a donc possibilité de réaliser un meilleur chrono peut-être légèrement au dessus des 16km/h de moyenne.

Je garde donc un excellent souvenir de cette ascension et il est certains que je retenterais pour améliorer mon chrono.

 

Bravo ! Belle performance !

Ce n'est pas là plus ou moins le temps que mettent les bons rouleurs du peloton pro ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 04/05/2015 21:27

Salut Julien,

1h22 c'est un super temps !

A titre indicatif, les cadors du peloton cyclosportif atteignent le sommet en 1h05/1h10, le record de l'ascension étant pour moi détenu par David Moncoutié en 58'30".

En ce qui concerne les différents moyens d'améliorer ton temps, je trouve ton analyse plutôt bonne. A titre indicatif toujours et à mon très modeste niveau, après une première montée réalisée comme toi un peu "en dedans" (1h46) je suis parvenu à améliorer mon temps de 11 minutes deux mois plus tard (1h35) dans un état de forme sensiblement identique mais en abordant la montée différemment.

Je crois avoir gagné un peu de temps sur chacun des 3 segments suivants :

- entre Bédoin et le virage de St Estève, en mettant 2 voire 3 dents de moins : à mon avis, c'est à cet endroit qu'il est le plus facile d'améliorer son chrono, le but étant d'arriver au virage à une intensité cardiaque élevée sans s'être mis dans le rouge (mais cela signifie aussi brûler du carburant sur ces 4-5 premiers km et donc devoir se ravitailler plus haut)

- à l'approche du chalet Reynard et dans les 2 kilomètres qui suivent : en gros, relancer dès le S qui précède l'adoucissement de la pente avant le chalet, et maintenir un tempo élevé sur cette partie qui reste autour de 6/7% (alors que la première fois on a plutôt tendance à vouloir se refaire la cerise en craignant la suite...)

- dans la partie finale, cela dépend beaucoup du vent et de ce qu'il te reste dans les soquettes, la dernière fois j'ai calé dans les 2 derniers km alors que je pensais qu'1h30 était atteignable, mais je pense que la différence peut se faire ici et qu'elle se fait (aussi, surtout) au mental.

Pour ça, il faut parvenir à "gérer" la forêt et bien se ravitailler (barre ou gel) juste avant le chalet. La dernière fois, j'ai essayé de passer la forêt avec une dent de plus, sur certains passages plus "roulants" j'ai peut-être gagné un km/h de plus sans m'asphyxier, mais à la fin ce sont les jambes qui m'ont lâché, donc quant à savoir si c'est la bonne stratégie, je ne sais pas...

En tout cas une chose est sûre, si je réessaie d'améliorer mon temps cette année, ce sera en abordant la partie finale différemment (mentalement et du point de vue des conditions climatiques, de la durée de l'effort à produire...)

Salut Frédéric,

Merci pour ton avis.

Je suis également d'accord avec toi sur les passages sur lesquels on peut gagner du temps.

Après il faut également des bonnes conditions climatiques au niveau du vent car là-haut lorsque ça souffle les derniers km peuvent paraître interminables.

Enfin je ne pense pas que je pourrais gagner encore énormément de temps peut-être descendre sous les 1h20 pour être dans une tranche de 1h15/1h20 ce qui serait déjà pas mal.

Le prochaine fois que je le tenterais, je ferais également une approche différente, essayer de faire un plus de km et de côte pour avoir un meilleur coup de pédale typé "montagne" même si j'ai déjà un bon profil de grimpeur à mon modeste niveau.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 07:27

Bonjour, 

2h10 pour moi en juin 2014... j'ai une petite marge de progression, j'y retourne cette année le 24 mai pour tenter les "CINGLES"...? à suivre!

Bonne route

Sportivement

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 09:11

Il ne nous dit pas tout le bougre--------il chevauche un BH ULTRALIGHT smiley lol

Moi nouveau sur le forum, je vois partout le BH ULTRALIGHT de Didier smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 09:25

Bravo ! Belle performance !

Ce n'est pas là plus ou moins le temps que mettent les bons rouleurs du peloton pro ?

Bonjour,

Merci ça fait plaisir d'avoir des messages d'encouragement.

Après en comparaison des pros, les meilleurs le montent entre 55min et 1h00 (le record c'est Mayo avec 23km/h de moyenne), les coureurs styles coéquipiers de luxe pour la montagne baroudeur, ils le montent entre 1h00 et 1h10, et enfin les rouleurs et sprinteurs (le gruppetto) ça doit être entre 1h15 et 1h25.

Donc je me situe juste derrière le niveau du Gruppetto et il faut savoir que moi avant de monter le Ventoux j'avais fait 1h d'échauffement sur du plat alors que les pros souvent ils se sont tapés 150/200 km avant.

Moi c'était surtout un coup d'essai, j'avais fait juste une reconnaissance en voiture avec la famille 2/3 jours avant donc en terme de repère j'étais un peu juste, je suis sur que si je devais le refaire j'aurais une approche un peu différente : comme je le dis un peu plus haut, la première partie jusqu'au virage de Saint-Estève il y a moyen de la faire avec une ou deux dents de moins, ensuite la partie dans la forêt j'étais principalement sur du 34/23 et mon erreur et de n'avoir pas suffisamment relancé sur la petite partie qui mène au chalet Reynard : sur cette portion en descendant sur du 34/19 et en se mettant en danseuse pour bien relancé il y a moyen de grappiller du temps. Et enfin il y a ces fameux trois derniers km où là j'ai pris un vent de face assez pénalisant, là c'est pareil je choisirais une autre période de l'année où il y a moins de vent car ça fait également perdre beaucoup de temps.

Quoi qu'il en soit, ce fut une bonne expérience et elle confirme ce que je pensais : à mon modeste niveau je suis plus un grimpeur que puncheur, rouleur et encore moins sprinteur. Déjà dans les différentes régions (Yvelines, Nord-Pas de Calais et Charente Maritime) où je passe la plupart de mon temps à rouler, j'essaye dans mes parcours d'incorporer un maximum de côte et plus elles sont longues mieux c'est car c'est là où je me sens le plus à l'aise.  

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 09:43

Grimper le Ventoux en passant au cours d'une sortie, et le grimper spécifiquement pour le monter vite je ne sais pas combien cela peut faire d'écart, peut-être pas tant que ça finalement, mais cela doit se jouer tout de même en quelques minutes possible, mais grappiller des minutes sur une seule montée même longue n'est jamais aisé et encore moins garantis. Il faudrait s'entrainer vers cet objectif pour vraiment savoir ce qu'on vaut. Après la météo joue forcément, toujours, il faudrait le faire par vent neutre pour ne pas être exagérément avantagé ni défavorisé.

Oui je suis d'accord, monter uniquement le Ventoux où le faire pendant une sortie doit un peu changer la donne. Pour ma part j'avais fait 1h avant sur du plat histoire de s'échauffer un peu et d'arriver à Bedoin.

Après en dehors des courses, j'avais cet objectif de grimper le Ventoux depuis cet hiver et j'ai adapté un peu mes entraînements pour arriver dans une bonne forme physique. J'avais dans un coin de ma tête comme objectif de le grimper en 1h30. Niveau poids, je n'avais pas trop de souci à me faire, les fêtes de noël + nouvel an se sont déroulés sans trop d'abus, j'avais 2kg de trop à la sortie des fêtes et sans trop d'effort au bout d'un mois je les avais perdus. Niveau entraînement j'ai d'abord fait beaucoup de foncier (normal avec les courses toute l'année, il faut avoir de la caisse) et vers Mars/Avril j'ai fait du spécifique force et hyper vélocité principalement sur Home-trainer car la semaine nous n'avions pas eu de super temps. Ce n'est que fin Mars début Avril que j'ai pu reprendre le vélo taf et suivant l'état de forme je me suis imposé un peu de rab sur mes parcours en faisant des petits détours avec une ou deux côtes à faire.

   

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 14:43

Moi nouveau sur le forum, je vois partout le BH ULTRALIGHT de Didier smiley wink

BH Ultralight, c'est parce qu'il le vend... smiley rolleyes LOL

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 14:59

Tu monte plus vite que certains pros et tu veut nous faire croire ton histoire

 

  1. 2009 : 58:48 Lance Armstrong 21,94 km/h 
  2. Donc tu monte plus vite que notre Lance Armstrong en 2009

+1 smiley lol PDR quel gogo !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 15:25

Bonjour, 

2h10 pour moi en juin 2014... j'ai une petite marge de progression, j'y retourne cette année le 24 mai pour tenter les "CINGLES"...? à suivre!

Bonne route

Sportivement

 

 

"Les CINGLES" ça m'a l'air sympa, surtout les trois ascensions par les trois faces à faire dans la journée.

Après niveau organisation, sécurité et tout, je ne connais pas trop.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 17:22

Moi nouveau sur le forum, je vois partout le BH ULTRALIGHT de Didier smiley wink

Normal,je l'AIME smiley kiss

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 20:06

Voilà c'est fait, la montée du Ventoux par Bedoin.

Le temps était assez idéal pour la saison : temps ensoleillé et pas trop de vent (uniquement sur la partie dégagée après le chalet Reynard)

la montée représente 21.6 km d'ascension avec une pente moyenne à 7.5%. Attention cette moyenne est à prendre avec des pincettes car en réalité lorsque l'on sort de Bedoin, la pente moyenne est faible jusqu'au virage de St-Estève, à partir de ce moment la pente ne faiblit jamais sauf sur 100m juste avant le chalet Reynard.

Niveau matériel et équipement, j'ai utilisé mon Vélo Bianchi Sempre Pro avec des jantes à boyau artisanale équivalente à des Campa Bora et transmission shima ultegra 50/34 devant et 12/27 à l'arrière. A la pesée Vélo + mon poids + le bidon de 600ml + les 2/3 bricoles d'équipement genre téléphone, j'étais au total à 73kg.

Ma performance est une montée à 15.8km/h de moyenne qui me fait un temps précis de 1h22min03s pour grimper le géant de Provence. Niveau sensation, j'étais dans une bonne forme, j'ai doublé pas mal de monde mais aucun ne m'a doublé et bizarrement je n'ai pas fini "rincer", j'ai fait une montée à mon rythme en étant 70% assis et 30% en danseuse, j'ai utilisé principalement un braquet de 34devant et 21/23 derrière (j'avais le 25 et le 27 de secours).

Pour progresser mon temps, j'ai remarqué quelques lacunes dans ma montée : j'aurais pu aller plus vite sur la première partie jusqu'au virage de Saint-Estève où j'aurais pu mettre une ou deux dents de moins derrière, ne pas avoir suffisamment relancer sur le léger replat juste avant le Chalet Reynard, et aussi par manque de repère je gardais un peu d'énergie sous la pédale pour ne jamais me mettre dans le rouge.

Il y a donc possibilité de réaliser un meilleur chrono peut-être légèrement au dessus des 16km/h de moyenne.

Je garde donc un excellent souvenir de cette ascension et il est certains que je retenterais pour améliorer mon chrono.

 

Salut.

Belle performance! Pour gagner  des minutes ca va être dur!!! Essaie peut être avec des braquets plus souples en osant, dans le dur et surtout les 2 derniers km, mettre le 25 voir le 27.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 20:23

" alors que les pros souvent ils se sont tapés 150/200 km avant. "

Oui et plus est tous les jours dans le cadre de courses par étape et les plus relevées qui soient, ce n'est pas comme s'ils faisaient une "cyclo" le dimanche après avoir fais du jus pendant une semaine. En réalité dans les meilleures conditions pour nous on est à peine plus rapide que le grupetto qui se contente de rouler pour rentrer dans les délais entre malades, convalescents et sprinteurs qui attendent des journées qui correspondent à leur métier. Pour moi le Ventoux à ma main c'était 1h30, je n'ai aucune idée de combien on peut gratter en montant "à fond" Je pense peut-être pas autant qu'on pourrait imaginer à moins d'avoir un entrainement très spécifique et l'objectif ciblé. Reste à voir dans quelle proportion on peut monter "à fond" ... Moi la montagne je n'ai jamais su/envie/su faire à fond. Par contre elle me plait, la montagne je peux grimper "toute la journée" sans pénibilité. 

 

Salut

 

Pour ce qui est des pros, je pense que la plus grosse différence est de savoir non pas âpres combien de km dans l'étape, mais plutôt âpres combien d'étapes.

 

Escalader le Ventoux âpres 5 étapes ou 15 étapes, là pour le coup, ca fait la différence.

 

Sur l'étape, même âpres 150 km, ils ont été suffisamment abrités dans le peloton et, généralement, le début d'étape se fait vent dans le dos; ils abordent le pied du Ventoux (sortie de Bedoin) "relativement" frais.

 

Sur une montée sèche, je pense que les meilleur grimpeur (Froom, Contador...) ne gagneraient pas plus d'une à 2 min sur la base d'une montée à 58 ou 59 min (me rappelle plus le temps de Jean François quand il avait escaladé en chrono).

 

Pour le gruppetto, j'avais relevé sur strava des temps au delà de 1h20, mais pas sur que tous ceux du grupetto puissent monter réellement plus vite!!!

 

Perso, 47 ans et 85 kg l’été dernier, 1h d’échauffement autour de Bédoin puis1h40 sur 39X27, pas au meilleur de ma forme, pense pouvoir gagner 5 min, mais pas plus.

 

Mon fils ainé, junior 2 et 86 kg, 1h19 su 39X27.

 

Mon deuxième fils, minime 2 et 72 kg, 1h29 sur 39X27.

 

Le temps (la météo) était parfait !

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 20:58

 

Salut

 

Pour ce qui est des pros, je pense que la plus grosse différence est de savoir non pas âpres combien de km dans l'étape, mais plutôt âpres combien d'étapes.

 

Escalader le Ventoux âpres 5 étapes ou 15 étapes, là pour le coup, ca fait la différence.

 

Sur l'étape, même âpres 150 km, ils ont été suffisamment abrités dans le peloton et, généralement, le début d'étape se fait vent dans le dos; ils abordent le pied du Ventoux (sortie de Bedoin) "relativement" frais.

 

Sur une montée sèche, je pense que les meilleur grimpeur (Froom, Contador...) ne gagneraient pas plus d'une à 2 min sur la base d'une montée à 58 ou 59 min (me rappelle plus le temps de Jean François quand il avait escaladé en chrono).

 

Pour le gruppetto, j'avais relevé sur strava des temps au delà de 1h20, mais pas sur que tous ceux du grupetto puissent monter réellement plus vite!!!

 

Perso, 47 ans et 85 kg l’été dernier, 1h d’échauffement autour de Bédoin puis1h40 sur 39X27, pas au meilleur de ma forme, pense pouvoir gagner 5 min, mais pas plus.

 

Mon fils ainé, junior 2 et 86 kg, 1h19 su 39X27.

 

Mon deuxième fils, minime 2 et 72 kg, 1h29 sur 39X27.

 

Le temps (la météo) était parfait !

 

39 x 27 ... le braquet de toute la famille !!! juste la fréquence de pédalage qui change smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 21:12

Bonjour, 

2h10 pour moi en juin 2014... j'ai une petite marge de progression, j'y retourne cette année le 24 mai pour tenter les "CINGLES"...? à suivre!

Bonne route

Sportivement

 

 

C'est bien de se lancer sur un "cinglé du Ventoux"... rien à voir avec une seule ascension !

J'ai réalisé un "Galérien du Ventoux" l'an passé pour ma découverte du mont chauve... mi-août et du vent incroyable au sommet.

J'ai beau arrivé via le chalet Reynard ou par le chalet Liotard... j'ai toujours eu du vent de face (tourbillonnant) !

 

Choisi bien ton point de départ, aussi en fonction de la météo !

Perso j'ai opté pour un départ assez tôt (6h30) par Malaucène, ensuite Bedoin, Sault et Bédoin (Forestière).

La seconde ascension à l'abri du soleil, et sans doute la plus raide. 

A+

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 05/05/2015 22:51

" Pour ce qui est des pros, je pense que la plus grosse différence est de savoir non pas âpres combien de km dans l'étape, mais plutôt âpres combien d'étapes.

 Escalader le Ventoux âpres 5 étapes ou 15 étapes, là pour le coup, ca fait la différence. "

C'est bien cela, les contre-la-montre en côte ne sont pas plus aisés car il faut démarrer à zéro, même avec un peu d'élan, le fait de démarrer arrêté pour un effort assez important demande quelques difficultés pour se caler la musculature et trouver son rythme, à l'inverse d'une étape, tu arrives au pied chaud et bien lancé, finalement les bornes effectuées avant le pied ne sont pas forcément un handicap si tu n'as pas roulé comme un bourricot pendant "150 bornes". Tu as l'exemple de Pantani qui détient le record de l'Alpes D'Huez en arrivant lancé au pied au cours d'une étape, ceux qui l'ont fait en démarrant à zéro quasiment au pied n'ont jamais pu faire mieux.

Pour notre niveau beaucoup plus simple, je pense aussi qu'entre monter à son rythme, et vouloir monter à fond, ce n'est pas sur qu'il y ait une si grande différence que ça hors approche spécifique du problème. 5 minutes peut-être, aucune idée, 5 minutes cela parait peu et en même temps c'est beaucoup, sur 21 km.

Il faudrait que quelqu'un partage son expérience, entre monter le Ventoux une fois à son rythme modéré, et une autre fois dans un esprit contre-la-montre, et comparer la différence de temps, dans des conditions climatiques identiques.

Après on n'est pas tous égaux dans sa capacité d'accélération.

Je ne sais pas si mon expérience est dupplicable ou valable pour d'autres, oui dans la mesure où les deux approches étaient effectivement celles-là, non dans la mesure où mon niveau de base est globalement faible et donc que la possibilité d'améliorer la marque est plus importante par rapport à quelqu'un qui est déjà à un haut niveau de performance :
- première montée à ma main : 1h46, 162 bpm de moyenne ;
- seconde montée en mode CLM, le plus souvent possible à 4 ou 5 puls en dessous du seuil (sauf sur les 2/3 derniers km où j'ai craqué) : 1h35, 171 bpm de moyenne.
Les conditions climatiques étaient semblables mais pas strictement identiques.

Au final ça doit dépendre davantage de la manière dont on aborde la première montée (c'est quoi finalement monter le Ventoux à un rythme "modéré" ou "à sa main" ? :) il y a d'ailleurs de longs passages, notamment dans la forêt, où c'est difficilement envisageable, en tout cas à mon niveau : t'es à fond et tu serres les fesses, point barre !)

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/05/2015 07:29

C'est bien de se lancer sur un "cinglé du Ventoux"... rien à voir avec une seule ascension !

J'ai réalisé un "Galérien du Ventoux" l'an passé pour ma découverte du mont chauve... mi-août et du vent incroyable au sommet.

J'ai beau arrivé via le chalet Reynard ou par le chalet Liotard... j'ai toujours eu du vent de face (tourbillonnant) !

 

Choisi bien ton point de départ, aussi en fonction de la météo !

Perso j'ai opté pour un départ assez tôt (6h30) par Malaucène, ensuite Bedoin, Sault et Bédoin (Forestière).

La seconde ascension à l'abri du soleil, et sans doute la plus raide. 

A+

Bonjour Thierry, félicitations pour ta performance.

Le point de départ et le ravitaillement (voiture), ce sont des détails très important et mon choix n’est pas encore fait:

Direction du vent s’il y en a; la température mini et maxi, détermine le point de départ et l'heure (mais 6h30 c'est tôt!!!)

L’ordre: Bédoin, Malaucène et Sault, serai à difficulté décroissante! Mais le soleil à midi par Malaucène doit faire mal...


 

Pense tu que prévoir en moyenne 2h30 par ascensions me suffirai en sachant que je l’ai fait en 2h10 ( sans être cramée ) en juin 2014

 

 

Sportivement

 

 

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Entraînement / Santé Haut de page

INSCRIPTION EN LIGNE