FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Autres Billets d'humeur • Les nouvelles energies

Retour au forum Autres > Billets d'humeur Bas de page

envoyé le 22/03/2018 11:35

Ceux qui sont réticents au financement des énergies renouvelables devraient réfléchir à ceci:

L’année 2017 a été la plus coûteuse jamais observée en ce qui concerne les incidents météorologiques et climatiques extrêmes. Et la situation ne s’arrange pas : « 2018 a débuté par des situations désastreuses » dans ce domaine, a affirmé jeudi l’ONU à Genève.
Depuis début janvier, « l’Arctique a enregistré des températures anormalement élevées », a souligné le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) Petteri Taalas. Et ce, « alors que les zones très peuplées de l’hémisphère Nord étaient aux prises avec un froid glacial et des tempêtes hivernales dévastatrices ».


320 milliards de dollars
Dans sa Déclaration sur l’état du climat mondial en 2017 publiée avant la Journée météorologique mondiale vendredi, l’OMM compile des données de nombreuses institutions. Début janvier, les pertes totales liées à des catastrophes en 2017 avaient été évaluées à plus de 320 milliards de dollars. En prenant en compte l’augmentation générale des prix, cette enveloppe est la plus importante jamais observée.

Source: Journal Le Soir

C'est évident mais comme c'est foutu ... à quoi ça sert de se casser la tête face à quelque chose d'inéluctable ? Ce qui n'empêche pas de faire ce qu'on peut dans son coin.

Hulot disait hier que tout le monde se fichait de l'effondrement de la biodiversité.

Eh bien, et à l'échelle mondiale, tout le monde se fiche du changement climatique. Certains avec de bonnes raisons ; ils ont d'autres priorités. Nos dirigeants ont de moins bonnes raisons mais ils s'en fichent quand même et c'est pas les affirmations des uns ou des autres qui y changent quoi que ce soit.

C'est Chirac qui avait raison : "notre planète brûle et nous regardons ailleurs". Ça ne change pas et ça ne changera jamais.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/03/2018 12:22

C'est évident mais comme c'est foutu ... à quoi ça sert de se casser la tête face à quelque chose d'inéluctable ? Ce qui n'empêche pas de faire ce qu'on peut dans son coin.

Hulot disait hier que tout le monde se fichait de l'effondrement de la biodiversité.

Eh bien, et à l'échelle mondiale, tout le monde se fiche du changement climatique. Certains avec de bonnes raisons ; ils ont d'autres priorités. Nos dirigeants ont de moins bonnes raisons mais ils s'en fichent quand même et c'est pas les affirmations des uns ou des autres qui y changent quoi que ce soit.

C'est Chirac qui avait raison : "notre planète brûle et nous regardons ailleurs". Ça ne change pas et ça ne changera jamais.

Certains avec de bonnes raisons ; ils ont d'autres priorités.

Disons que ceux qui s'en fichent, on les trouve en majorité parmi ceux qui savent très bien qu'ils ne seront pas concernés vu leur âge et que cela n’affectera pas, avant leur décès, leurs priorités que sont la hauteur de leur compte en banque et leur petit confort.

Ceux-là, foncièrement égoïstes, ne sont pas disposés à faire la moindre concession pour assurer un monde meilleur pour les générations à venir.  On le voit déjà avec leur opposition aux éoliennes. La maxime: "après moi, le déluge" leur va très bien.

Heureusement que contrairement à ce que tu crois, tout le monde ne s'en fiche pas.

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 22/03/2018 12:37

Certains avec de bonnes raisons ; ils ont d'autres priorités.

Disons que ceux qui s'en fichent, on les trouve en majorité parmi ceux qui savent très bien qu'ils ne seront pas concernés vu leur âge et que cela n’affectera pas, avant leur décès, leurs priorités que sont la hauteur de leur compte en banque et leur petit confort.

Ceux-là, foncièrement égoïstes, ne sont pas disposés à faire la moindre concession pour assurer un monde meilleur pour les générations à venir.  On le voit déjà avec leur opposition aux éoliennes. La maxime: "après moi, le déluge" leur va très bien.

Heureusement que contrairement à ce que tu crois, tout le monde ne s'en fiche pas.

 

 

En tout cas, ceux que je connais, moi, par exemple, c'est pas "après moi le déluge". Vive mes petits-enfants et les enfants en général.

Si. "tout le monde s'en fiche".

Prenons l'exemple de mon député. Ce qui compte c'est son fond de commerce, c'est à dire bouseux et culs terreux du coin.

Il ne prend pas position contre les techniques agricoles criminelles ... trop soucieux de ne pas se les mettre à dos.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/03/2018 09:08

En tout cas ta sensibilité sur le sujet ne t'empêche pas de privilégier l'avion et la voiture pour tes déplacements. Ecolo ma non troppo smiley smile

T'as raison. Mais il y a plusieurs choses à dire. D'abord quelle est la fiabilité du train ? Pas brillante.

Et, pour la voiture, ça me préoccupe. Je fais 2 fois 20000 km par an, en local avec une twingo ; en longs voyages avec une plus grosse voiture. C'est beaucoup trop et nul doute que je retournerai en ville un jour.

Lorsqu'on a 3 petits-enfants, dont on s'occupe compte tenu des emplois du temps des parents, ce avec plaisir -ça n'est nullement une contrainte pesante- on est même quasi taxi !

On ne reviendra pas à la voiture tirée par des chevaux !

Tiens ça me fait penser à une anecdote marrante.

J'ai un oncle -il vit encore à près de 100 ans- soit complètement fou, soit visionnaire.

Dans les années 60 il s'est présenté à la députation. Son programme comportait la chose suivante : "organiser en ville les transports de marchandises via des voitures tirées par des chevaux ; le but étant d'abord de ne pas se laisser perdre le patrimoine génétique des chevaux de trait" !!!! Il a été battu ... peut-être 0,5 % des voix !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/03/2018 14:06

T'as raison. Mais il y a plusieurs choses à dire. D'abord quelle est la fiabilité du train ? Pas brillante.

Et, pour la voiture, ça me préoccupe. Je fais 2 fois 20000 km par an, en local avec une twingo ; en longs voyages avec une plus grosse voiture. C'est beaucoup trop et nul doute que je retournerai en ville un jour.

Lorsqu'on a 3 petits-enfants, dont on s'occupe compte tenu des emplois du temps des parents, ce avec plaisir -ça n'est nullement une contrainte pesante- on est même quasi taxi !

On ne reviendra pas à la voiture tirée par des chevaux !

Tiens ça me fait penser à une anecdote marrante.

J'ai un oncle -il vit encore à près de 100 ans- soit complètement fou, soit visionnaire.

Dans les années 60 il s'est présenté à la députation. Son programme comportait la chose suivante : "organiser en ville les transports de marchandises via des voitures tirées par des chevaux ; le but étant d'abord de ne pas se laisser perdre le patrimoine génétique des chevaux de trait" !!!! Il a été battu ... peut-être 0,5 % des voix !!!

D'abord quelle est la fiabilité du train ?

C'est primordiale pour un retraité comme toi d'être à 15mn près?

A moins que tu ne sois victime des réseaux sociaux qui exagèrent la réalité et ne voient que les aspects négatifs.

C'est comme hier ta jouissance de voir les "casqués" pris à parti par des sauvages. Je te signale juste que les "casqués" intervenaient parce que ces sauvages vandalisaient des commerces, des assurances et des banques.

mais me semble t il, tu as travailler dans les banques. Aurais tu été contrarié de voir débouler les "casqués" pour protéger ton lieu de travail?


Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/03/2018 17:33

D'abord quelle est la fiabilité du train ?

C'est primordiale pour un retraité comme toi d'être à 15mn près?

A moins que tu ne sois victime des réseaux sociaux qui exagèrent la réalité et ne voient que les aspects négatifs.

C'est comme hier ta jouissance de voir les "casqués" pris à parti par des sauvages. Je te signale juste que les "casqués" intervenaient parce que ces sauvages vandalisaient des commerces, des assurances et des banques.

mais me semble t il, tu as travailler dans les banques. Aurais tu été contrarié de voir débouler les "casqués" pour protéger ton lieu de travail?


15 minutes, c'est 15 minutes. Si tu as une correspondance à prendre, si tu as un RV à 10h30 c'est pas 10h45. Ça compte, même pour un retraité.

Je ne crois pas qu'il y ait exagération sur les aspects négatifs. Il suffit de voir les transports en commun parisiens. C'est l'enfer.

Alors Brest/Paris c'est l'avion. Ou si je veux flâner c'est la voiture avec la possibilité de visiter tel château en route ou de déjeuner chez tel recommandé du guide rouge.

Mieux !!! Je connais quelqu'un qui a quart de place pour lui et sa famille ! Il fait comme moi : avion ou voiture !

Après, mes chers "casqués" ... je ne fais qu'observer (je serais un excellent journaliste) et j'aime la cohérence.

Moi, je m'en fiche. Il y a un cadre, je joue dedans, et, parfois, je m'en échappe si ça m'arrange et si c'est mon intérêt ; donc que constatè je :

Qu'il est logique lorsqu'on se revendique anti capitaliste de casser les symboles du capitalisme. C'est pas moi en l'occurrence qui suis anti capitaliste donc je n'ai besoin ni de casser des vitrines, ni de casser les sbires protecteurs à casques. Ces derniers d'ailleurs m'amusent. Je suis convaincu que nombre d'entre eux ne sont pas contents voire anti capitalistes ... et que font ils ... ils balancent des gaz !!! sur ceux qui, d'une certaine façon, les défendent sur le plan politique !!! Donc le jeu m'amuse et me rappelle mes jeunes années de mai 68. Même si, comme presque tous de cette génération, je suis l'incarnation du parfait bobo.

Tout ça est comique et bien incohérent !

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/03/2018 11:37

Certains avec de bonnes raisons ; ils ont d'autres priorités.

Disons que ceux qui s'en fichent, on les trouve en majorité parmi ceux qui savent très bien qu'ils ne seront pas concernés vu leur âge et que cela n’affectera pas, avant leur décès, leurs priorités que sont la hauteur de leur compte en banque et leur petit confort.

Ceux-là, foncièrement égoïstes, ne sont pas disposés à faire la moindre concession pour assurer un monde meilleur pour les générations à venir.  On le voit déjà avec leur opposition aux éoliennes. La maxime: "après moi, le déluge" leur va très bien.

Heureusement que contrairement à ce que tu crois, tout le monde ne s'en fiche pas.

 

 

Parce que d'après toi, être contre les éoliennes,c'est être égoiste?

N'importe quoi !!!

C'est exactement le contraire,j'exècre les éoliennes (même si je n'en ai pas près de chez moi) non seulement parce qu'elles sont un non sens écologique et économique qui favorise conflits d'intérêts,magouilles et corruption.

Mais surtout parce qu'elles défigurent définitivement des milliers d'hectares de paysages et que je suis choqué de l'enlaidissement exponentiel de notre pays.

Donc les égoïstes,c'est plutôt des gens comme toi qui veulent les imposer à tout prix par idéologie ou cupidité à des populations qui n'en veulent pas.

En étant utopiste,je suis sur que si on imposait un devoir d'exemplarité aux politicards, promoteurs,décideurs, de ces engins si esthétiques en les obligeant à vivre à côté,la question serait très vite évacuée.

Les nuisances,c'est bon pour la plèbe,mais certainement pas pour les élites !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/03/2018 12:33

Moi je veux bien mais alors ne vient pas prétendre que l'environnement - et en particulier le réchauffement climatique - est une préoccupation majeure pour toi. Tes actes racontent tout autre chose. Mais bon,  face à la perspective de perdre 15' (voire de rater une correspondance à l'occasion), que peut bien peser l'écologie ? smiley tongue-out

Admettons mais y a t il beaucoup de personnes agissant autrement dans le monde à commencer par les dirigeants !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/03/2018 12:48

Parce que d'après toi, être contre les éoliennes,c'est être égoiste?

N'importe quoi !!!

C'est exactement le contraire,j'exècre les éoliennes (même si je n'en ai pas près de chez moi) non seulement parce qu'elles sont un non sens écologique et économique qui favorise conflits d'intérêts,magouilles et corruption.

Mais surtout parce qu'elles défigurent définitivement des milliers d'hectares de paysages et que je suis choqué de l'enlaidissement exponentiel de notre pays.

Donc les égoïstes,c'est plutôt des gens comme toi qui veulent les imposer à tout prix par idéologie ou cupidité à des populations qui n'en veulent pas.

En étant utopiste,je suis sur que si on imposait un devoir d'exemplarité aux politicards, promoteurs,décideurs, de ces engins si esthétiques en les obligeant à vivre à côté,la question serait très vite évacuée.

Les nuisances,c'est bon pour la plèbe,mais certainement pas pour les élites !!!

non seulement parce qu'elles sont un non sens écologique et économique

Sur ce point, c'est totalement faux. Et je l'ai déjà montré avec ce qui se fait en Belgique. De plus, on n'en est qu'au début et les technologies et le rendement ne feront que s'améliorer.


Donc les égoïstes,c'est plutôt des gens comme toi qui veulent les imposer à tout prix par idéologie ou cupidité à des populations qui n'en veulent pas.

Je ne veux pas les imposer à tout prix et n'importe où. Certainement pas par idéologie et encore moins par cupidité. Je n'ai aucun intérêt dans les éoliennes. Cependant, je trouve stupide que certains s'y opposent pour des motifs très souvent futiles.


En étant utopiste,je suis sur que si on imposait un devoir d'exemplarité aux politicards, promoteurs,décideurs, de ces engins si esthétiques en les obligeant à vivre à côté,la question serait très vite évacuée.

Mais qui est finalement dérangé par l'implantation d'éoliennes off-shore à 12 km des côtes, le long d'autoroutes et de voies de chemin de fer  ? Je pense que ces élites, comme tu dis, doivent avoir de splendides résidences principales et secondaires en bord de mer (comme notre ami BV ?). Ce n'est en aucune façon mon cas et avoir une éolienne près de chez moi, qui respecte les règles urbanistiques, ne me dérangerait certainement pas. 

Quant à la question de l'esthétique d'une éolienne, c'est relatif. Chacun a son propre point de vue sur la question. Comme je l'ai déjà dit, les stations de ski déforment bien plus les paysages montagneux et personne ne crie au scandale car cela rapporte pas mal d'argent aux populations locales.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/03/2018 13:03

Admettons mais y a t il beaucoup de personnes agissant autrement dans le monde à commencer par les dirigeants !

Tout-à-fait Bernard ! "L'enfer, c'est les autres", c'est bien connu...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/03/2018 14:34

non seulement parce qu'elles sont un non sens écologique et économique

Sur ce point, c'est totalement faux. Et je l'ai déjà montré avec ce qui se fait en Belgique. De plus, on n'en est qu'au début et les technologies et le rendement ne feront que s'améliorer.


Donc les égoïstes,c'est plutôt des gens comme toi qui veulent les imposer à tout prix par idéologie ou cupidité à des populations qui n'en veulent pas.

Je ne veux pas les imposer à tout prix et n'importe où. Certainement pas par idéologie et encore moins par cupidité. Je n'ai aucun intérêt dans les éoliennes. Cependant, je trouve stupide que certains s'y opposent pour des motifs très souvent futiles.


En étant utopiste,je suis sur que si on imposait un devoir d'exemplarité aux politicards, promoteurs,décideurs, de ces engins si esthétiques en les obligeant à vivre à côté,la question serait très vite évacuée.

Mais qui est finalement dérangé par l'implantation d'éoliennes off-shore à 12 km des côtes, le long d'autoroutes et de voies de chemin de fer  ? Je pense que ces élites, comme tu dis, doivent avoir de splendides résidences principales et secondaires en bord de mer (comme notre ami BV ?). Ce n'est en aucune façon mon cas et avoir une éolienne près de chez moi, qui respecte les règles urbanistiques, ne me dérangerait certainement pas. 

Quant à la question de l'esthétique d'une éolienne, c'est relatif. Chacun a son propre point de vue sur la question. Comme je l'ai déjà dit, les stations de ski déforment bien plus les paysages montagneux et personne ne crie au scandale car cela rapporte pas mal d'argent aux populations locales.

Bon,beaucoup de choses:

Sur la rentabilité de l'éolien qui est une énergie intermittente,subventionnée, avec EDF qui est obligé de racheter la production à des coûts bien au dessus du marché,plus les frais de maintenance, etc... c'est loin d'être prouvé!

Pour l'aspect visuel,je peux te rejoindre (en prenant sur moi) si elles sont installées en plaine le long d'autres mochetés comme voies de chemin de fer ou autoroute.

Par contre en terrain vallonné ou moyenne montagne qui offrent des points de vue superbes,ça devrait être interdit

Pour l'off-shore,ok,si on ne les voit pas depuis la côte,cela dit,il semblerait qu'elles posent des problèmes aux pêcheurs.

Pour l'esthétique,en ce qui me concerne ce n'est pas subjectif,ce sont des horreurs tout comme peuvent l'être une installation de Jeff Koons ou le rap De NTM entre autres.

Comment peut-on s'extasier devant des engins qui pour les dernières générations font 200m? C'est un véritable viol de la nature,un "naturicide" et une industrialisation abjecte de la campagne.

On est à des années lumières des bucoliques moulins à vent d'Alphonse Daudet.

Je suis d'accord sur la laideur de certaines stations de ski,je suis né près de La Mongie qui est la station la plus moche des Pyrénées donc je ne te contredirai pas sur ce point.Tu pourrais même rajouter les stations balnéaires bétonnées,les entrées de villes dégueulasses,la lèpre pavillonnaire,etc,etc...

Mais c'est justement parce que la France s'enlaidit de jours en jours dans une quasi indifférence qu'il n'est pas utile d'en rajouter une couche avec "tes" engins source de conflits permanents.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 27/03/2018 16:35

Bon,beaucoup de choses:

Sur la rentabilité de l'éolien qui est une énergie intermittente,subventionnée, avec EDF qui est obligé de racheter la production à des coûts bien au dessus du marché,plus les frais de maintenance, etc... c'est loin d'être prouvé!

Pour l'aspect visuel,je peux te rejoindre (en prenant sur moi) si elles sont installées en plaine le long d'autres mochetés comme voies de chemin de fer ou autoroute.

Par contre en terrain vallonné ou moyenne montagne qui offrent des points de vue superbes,ça devrait être interdit

Pour l'off-shore,ok,si on ne les voit pas depuis la côte,cela dit,il semblerait qu'elles posent des problèmes aux pêcheurs.

Pour l'esthétique,en ce qui me concerne ce n'est pas subjectif,ce sont des horreurs tout comme peuvent l'être une installation de Jeff Koons ou le rap De NTM entre autres.

Comment peut-on s'extasier devant des engins qui pour les dernières générations font 200m? C'est un véritable viol de la nature,un "naturicide" et une industrialisation abjecte de la campagne.

On est à des années lumières des bucoliques moulins à vent d'Alphonse Daudet.

Je suis d'accord sur la laideur de certaines stations de ski,je suis né près de La Mongie qui est la station la plus moche des Pyrénées donc je ne te contredirai pas sur ce point.Tu pourrais même rajouter les stations balnéaires bétonnées,les entrées de villes dégueulasses,la lèpre pavillonnaire,etc,etc...

Mais c'est justement parce que la France s'enlaidit de jours en jours dans une quasi indifférence qu'il n'est pas utile d'en rajouter une couche avec "tes" engins source de conflits permanents.

 

Sur la rentabilité de l'éolien qui est une énergie intermittente,subventionnée, avec EDF qui est obligé de racheter la production à des coûts bien au dessus du marché,plus les frais de maintenance.

Toutes les formes d'énergie sont en fait subventionnées. J'ai été surpris et étonné d'apprendre (on en parle peu) que même les énergies fossiles sont subventionnées.

Je suis abonné à La Recherche et il y a un petit texte sur l'énergie en bas de page 21, du numéro de mars 2018. Il fait référence à un article publié dans la très sérieuse revue "Nature".

J. Jewell et al. Nature, 554, 229,2018

https://www.nature.com/articles/nature25467

L'article conclut que l'arrêt des subventions au fossile ne conduirait qu'à une baisse de 0,5 à 2 milliards de tonnes de CO2 d'ici 2030, bien loin des objectifs de réduction, qui s'élèvent de 4 à 8 milliards de tonnes de CO2 par an. Mais ce n'est pas la question de la réduction du CO2 qui m'interpelle, mais le fait que ces énergies qui engendrent des bénéfices énormes sont encore subventionnées à l'heure actuelle. Alors pourquoi critiquer les subventions aux énergies renouvelables ? Je trouve normal que toute nouvelle idée en matière de production d'énergie doit recevoir une aide au départ de son développement. La plus subventionnée est certainement celle concernant la fusion nucléaire (subventions que je trouve normal, même si l'avenir de cette source d'énergie est encore très lointaine, voire même incertaine).

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 27/03/2018 21:03

Sur la rentabilité de l'éolien qui est une énergie intermittente,subventionnée, avec EDF qui est obligé de racheter la production à des coûts bien au dessus du marché,plus les frais de maintenance.

Toutes les formes d'énergie sont en fait subventionnées. J'ai été surpris et étonné d'apprendre (on en parle peu) que même les énergies fossiles sont subventionnées.

Je suis abonné à La Recherche et il y a un petit texte sur l'énergie en bas de page 21, du numéro de mars 2018. Il fait référence à un article publié dans la très sérieuse revue "Nature".

J. Jewell et al. Nature, 554, 229,2018

https://www.nature.com/articles/nature25467

L'article conclut que l'arrêt des subventions au fossile ne conduirait qu'à une baisse de 0,5 à 2 milliards de tonnes de CO2 d'ici 2030, bien loin des objectifs de réduction, qui s'élèvent de 4 à 8 milliards de tonnes de CO2 par an. Mais ce n'est pas la question de la réduction du CO2 qui m'interpelle, mais le fait que ces énergies qui engendrent des bénéfices énormes sont encore subventionnées à l'heure actuelle. Alors pourquoi critiquer les subventions aux énergies renouvelables ? Je trouve normal que toute nouvelle idée en matière de production d'énergie doit recevoir une aide au départ de son développement. La plus subventionnée est certainement celle concernant la fusion nucléaire (subventions que je trouve normal, même si l'avenir de cette source d'énergie est encore très lointaine, voire même incertaine).

Et en France c'est le nucléaire qui subventionne le renouvelable

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/03/2018 12:08

Justement, si la priorité est de lutter contre le réchauffement climatique c'est à cette aulne qu'il faut évaluer les politiques de subvention. Or, au moins en France, les fortes subventions attribuées aux énergies renouvelables ne semblent pas si intéressante. Je me permet de remettre en lien un article du blog de Sylvestre Huet, justement sur cette question : http://huet.blog.lemonde.fr/2018/02/22/politique-climatique-erreur-francaise-fraude-des-mots/

 

En résumé, en terme de lutte contre le réchauffement : 5 milliards d'euros pour rien.

Et la solution c'est quoi ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/03/2018 20:28

Si tu t'es donné la peine de lire ce billet de blog, les deux secteurs les plus émetteurs de carbone - qui sont aussi ceux qui ont le plus augmenté leurs émissions - sont le transport et le bâtiment (suivis de l'agriculture). C'est donc logiquement sur ces secteurs qu'il faut faire porter les efforts.

 

Pour en revenir sur les subventions aux énergies renouvelables (en France) :

"En 2017, ces chiffres [des subventions] grimpent à près de 9 milliards dont 5,6 pour ces deux modes de production [éolien et solaire] certes très peu émetteurs de CO2 mais dont l’intermittence suppose des moyens de productions complémentaires, en back up, qui seront pour l’essentiel… du gaz.

Si l’on se penche sur les objectifs d’ici 2028, détaillés ici, on découvre le pot au roses : l’ensemble du secteur production d’énergie se voit fixé l’objectif… de ne pas diminuer ses émissions, calées à 55 MTeCO2 sur l’ensemble de la période 2015-2028.

Autrement dit, le gouvernement et les députés qui ont voté cette Stratégie consacrent la majorité des dépenses destinées à diminuer les émissions de GES à un secteur dont ils n’attendent strictement rien dans les dix ans qui viennent pour contribuer à la baisse des émissions du pays."

" ...productions complémentaires, en back up,..."
Putain, ça faut le faire : utiliser une expression anglaise pour faire un pléonasme, au cas où ces crétins de français ne connaitraient pas leur langue mais auraient une meilleure connaissance de l'anglais smiley rolleyessmiley rolleyessmiley rolleyes

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/03/2018 20:50

Ce n'est pas un pléonasme mais je suis d'accord sur un point : il n'était pas utile de parler de complémentarité dans ce contexte. Backup suffit et est plus précis.

Je suis de l'avis exactement contraire.

Mais bon, tu as peut-être oublié tes maths du collège smiley lol

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/03/2018 22:05

" ...productions complémentaires, en back up,..."
Putain, ça faut le faire : utiliser une expression anglaise pour faire un pléonasme, au cas où ces crétins de français ne connaitraient pas leur langue mais auraient une meilleure connaissance de l'anglais smiley rolleyessmiley rolleyessmiley rolleyes

Ce n'est effectivement pas un pléonasme,il suffisait simplement d'écrire "en soutien",mais c'est tellement plus snob et branché d'utiliser un  énième putain d'anglicisme .

Quant à ces "crétins de français",tu ne crois pas si bien dire,ils ne connaissent pas leur langue et ils s'en foutent pas mal.

Pardon pour la digression...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/04/2018 12:24

Ce n'est pas un pléonasme mais je suis d'accord sur un point : il n'était pas utile de parler de complémentarité dans ce contexte. Backup suffit et est plus précis.

En fait "back-up" est incorrect dans ce cas, puisque la bonne traduction française du terme dans ce contexte serait "de secours", c-à-d. source utilisée quand les sources principales ne sont pas disponibles.

Mais dans le cas du solaire et de l'éolien, compte-tenu des discontinuités dans leur disponibilité, une source de secours est totalement inadéquate, il faut absolument une source complémentaire, gaz par exemple. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/04/2018 18:20

Si tu t'es donné la peine de lire ce billet de blog, les deux secteurs les plus émetteurs de carbone - qui sont aussi ceux qui ont le plus augmenté leurs émissions - sont le transport et le bâtiment (suivis de l'agriculture). C'est donc logiquement sur ces secteurs qu'il faut faire porter les efforts.

 

Pour en revenir sur les subventions aux énergies renouvelables (en France) :

"En 2017, ces chiffres [des subventions] grimpent à près de 9 milliards dont 5,6 pour ces deux modes de production [éolien et solaire] certes très peu émetteurs de CO2 mais dont l’intermittence suppose des moyens de productions complémentaires, en back up, qui seront pour l’essentiel… du gaz.

Si l’on se penche sur les objectifs d’ici 2028, détaillés ici, on découvre le pot au roses : l’ensemble du secteur production d’énergie se voit fixé l’objectif… de ne pas diminuer ses émissions, calées à 55 MTeCO2 sur l’ensemble de la période 2015-2028.

Autrement dit, le gouvernement et les députés qui ont voté cette Stratégie consacrent la majorité des dépenses destinées à diminuer les émissions de GES à un secteur dont ils n’attendent strictement rien dans les dix ans qui viennent pour contribuer à la baisse des émissions du pays."

Bien sûr que j'ai lu le billet du blog, même plusieurs fois. Il n'est pas anormal que la France ait vu ses émissions de gaz à effet de serre augmenter. Car la production d'électricité y est depuis très longtemps assurée par le nucléaire. Ses centrales sont amorties depuis longtemps et permettent au consommateur de bénéficier d’un coût de l’électricité à bas prix (n’oublions pas que le nucléaire a également été subsidié). Donc mettre aujourd'hui de l'énergie renouvelable en France, en plus du nucléaire, ne doit pratiquement pas changer beaucoup son  bilan carbone. Rien d’étonnant à cela. Comme expliqué dans le billet, la diminution du prix des énergies fossiles est, pour une bonne part, la cause de cette augmentation des gaz à effet de serre en France. Il ne faut pas oublier que les énergies fossiles sont également subventionnées (j’y reviendrai). 

Comme le dit très bien un des interlocuteurs dans le débat : La fraude des mots c’est mignon tout plein, mais l’utilisez aussi en laissant penser que la raison pour laquelle on remplace les centrales nucléaires par de l’éolien et du solaire c’est pour limiter les émissions de carbone. Il vise l’auteur du blog qui n’est pourtant pas un climato-sceptique mais un grand pourfendeur des thèses de Claude Allègre.  C’est d’ailleurs très amusant de lire aussi le débat de ce blog. Il y en a même un qui se réjouit du billet de l’auteur tout en soulignant ouvertement son climato-scepticisme. 

Cette parenthèse étant faite, la France est l'exception nucléaire. Donc on comprend très bien que le lobby nucléaire en France est puissant (tout comme celui des énergies fossiles). Si l'on sort de son petit pré carré et que l'on regarde plus loin que le bout de son nez, c'est-à-dire, au niveau mondial, la production d'électricité est loin d'être majoritairement dominé par le nucléaire, mais par les énergies fossiles. Je ne suis pas un anti-nucléaire et le débat n’est pas d’opposer le nucléaire aux énergies renouvelables, ce que le lobby du nucléaire se charge de faire en dénigrant les dernières.

Développer les énergies renouvelables doit être également pris en considération pour le futur. En effet, les centrales nucléaires françaises (les autres aussi d’ailleurs) ne sont pas éternelles, les réserves d’uranium non plus et le coût du combustible nucléaire évoluera également, plus que probablement à la hausse. Tous ces éléments sont passés sous silence. D’ici 2050, même en prolongeant certaines centrales, il faudra bien en remplacer parmi les plus anciennes. Donc ce blog fait implicitement l’hypothèse que le nucléaire restera toujours la seule solution  pour produire de l’électricité à bas prix. On peut se demander ce que fera la France le jour où elle devra supporter le coût du démantèlement de certaines de ces centrales pour les remplacer par de nouvelles. Il n’est donc pas idiot d’investir aujourd'hui dans la recherche d’autres alternatives.  Cela crée de l’emploi (Alstom, firme française, construit des éoliennes pour le Danemark) et de nombreuses spin-offs voient le jour. Si l’on néglige ce secteur de recherche et développement, les États-Unis (la Californie ne suit pas la politique rétrograde de Trump) et la Chine s’en chargent déjà. Ne pas chercher, c’est ne pas trouver.

Passer au tout nucléaire dans le monde entier pourrait être une alternative pour les dizaines d’années à venir, mais c’est oublier, entre autres choses, que c’est une  technologie de pointe et qu’il faudra former des experts locaux, avec tous les risques que cela comporterait dans certains pays.

les deux secteurs les plus émetteurs de carbone - qui sont aussi ceux qui ont le plus augmenté leurs émissions - sont le transport et le bâtiment (suivis de l'agriculture). C'est donc logiquement sur ces secteurs qu'il faut faire porter les efforts.

C’est évident. Donc la solution porte à la fois sur le développement des énergies renouvelables ET sur la diminution des émissions carbone résultant de l’utilisation des énergies fossiles. Ma question était en fait beaucoup plus large. Car, comment porter ces efforts ? Une étude publiée dans le très sérieux journal  "Nature' (voir mon intervention plus haut) a montré que si l’on arrête de subventionner les énergies fossiles, cela n’aura qu’une incidence mineure sur le bilan carbone. Il faut regarder la situation actuelle et ,en fait, elle est loin d’être réjouissante. Je reprends ce que j’avais déjà écrit dans un autre post :

Les efforts nécessaires pour réduire le réchauffement planétaire global (c’est une moyenne, car les pôles se réchauffent plus vite) et en limiter l’ampleur sous la barre des 2°C  avant 2050 seront considérables. Cette limite de 2°C est un seuil critique au-delà duquel on atteint une transition brutale où les risques deviennent très élevés et qu’il vaut donc mieux ne jamais atteindre. Déjà à partir de 1,5°C, les modèles montrent que les effets ne sont plus linéaires. Il y a un emballement qui provoque des phénomènes irréversibles comme la fonte totale de la calotte glacière du Groenland.  Si l’humanité faisait preuve de sagesse, il faudrait plutôt fixer la barre à 1,5 °C plutôt qu’à 2°C.

Pour ce qui suit j’incite à lire le livre de Jean-Luc Buchalet (un économiste qu’on ne peut pas taxer d’écologiste), le capitalisme et les 7 péchés capitaux, Plon, 2017, et particulièrement le chapitre 5.

On ne peut être que pessimiste car au cours des cinq dernières années, la donne a changé concernant l’estimation des ressources en énergie fossile.  Il reste plus d’or noir que prévu (pétrole, charbon, pétrole et gaz de schiste) ! Cette abondance inattendue favorise la chute du prix du baril de pétrole. A cause d’avancées dans les techniques de forage, on peut exploiter les ressources pétrolières en eaux profondes, dans les sables bitumeux, et même dans l’Arctique.  Les réserves en gaz de schiste sont abondantes et le rendement financier de son exploitation est, sur le long terme, plus favorable que celui du pétrole conventionnel. Le pic pétrolier, c’est-à-dire le moment où la production d’un champ pétrolier stagne avant de diminuer à cause de l’épuisement de la source,  est remis à plus tard puisqu’une plus grande réserve en énergie fossile est disponible qui va permettre d’alimenter sans problème le marché jusqu’en 2050, au moins. Les pays du Golfe n’ont rien vu venir. Ils ne peuvent plus à eux seuls fixer le prix du baril. Le prix du baril  a bien chuté sous les 50 $, mais le pétrole de schiste américain, facile à exploiter, a remarquablement bien résisté. D’après les économistes, il est probable que le prix du baril ne remontera pas au-delà de 60$ puisque toute remontée entraînera une accélération de l’exploitation du pétrole de schiste.

Le problème est donc le suivant : si, d’ici 20 à 30 ans on sort du tout pétrole pour des raisons d’ordre climatique, les pays producteurs d’énergie fossile vont brader le prix de leur combustible avant que celui-ci ne perde la totalité de sa valeur ! Donc autant rentabiliser aujourd’hui des réserves qui ne seront jamais exploitées  et tant pis pour la planète et l’environnement (l’extraction du gaz et du pétrole de schiste étant particulièrement polluant pour l’environnement).

https://vimeo.com/236562019

En fait c’est ce qui ce passe déjà aujourd’hui. Le prix des énergies fossiles est très bas.  Instaurer de nouvelles taxes sur ces énergies sera électoralement très difficile.

Donc la solution est très difficile à définir et il faudra un courage politique certain pour faire accepter que, si l’on veut limiter les dérèglements climatiques en-dessous du deuil critique, il faudra en payer le prix. Si on ne le fait pas maintenant, ce sera une politique à très courte vue et on laissera une facture beaucoup plus élevée aux générations futures.

Je vais terminer par l’exemple du Danemark :

Alors qu’en 1972, le Danemark était un des pays de l’OCDE les plus dépendants du pétrole (92% de sa consommation énergétique totale), il est maintenant devenu un des pays européens dont la part d’énergie renouvelable dans le mix électrique est le plus élevé.

Le Danemark est aussi en tête du classement du bonheur en Europe Faut-il en conclure que les éoliennes et le prix plus élevé de l’électricité ne les rendent pas malheureux ? smiley mr-green

Même si, à cause des énergies fossiles, le Danemark rejette encore aujourd’hui un peu plus de gaz à effet de serre que la moyenne européenne, il faut noter que son bilan carbone est en baisse depuis 1990 (tables 6 et 7).

https://ens.dk/sites/ens.dk/files/Statistik/foreloebig_energistatistik_2016_eng.pdf

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/04/2018 21:25

Évidemment que ce billet ne vaut que pour la France (c'est bien pour ça que j'ai à chaque fois précisé "en France") et n'est pas extrapolable aux autres pays. D'une part avec la prédominance du nucléaire en ce qui concerne la production d'électricité et d'autre part - et c'est encore plus évident - parce que cette politique de subvention ne concerne que la France).

En ce qui concerne le coût du démantèlement des centrales nucléaire, son provisionnement est prévu. Tu poses la question de l'avenir ? Parier sur les énergies renouvelables est, à ce jour de la spéculation. Ce sera peut-être la solution, peut-être pas. Pour les pays très dépendants des énergies fossiles pour l'électricité, cela à du sens, nous sommes d'accord. En France, beaucoup moins. C'est un simple fait, corroboré par ce plan "anti carbone", qui prévoit des milliards de subventions dans un secteur sans rien en attendre en échange en terme de baisse d'émission.

Cela ne remet pas en cause pour autant une forte subvention de l'éolien en Belgique (par exemple).

Ceci étant, je t'invite à tempérer quelque peu ton enthousiasme concernant les énergies renouvelables qui sauveront (peut-être) le monde. Voici une vidéo d'un précurseur (pour le p'tits jeunes et les non français, il s'agit de René Dumont, qui fut candidat écologiste à l'élection présidentielle dans les années 60-70). L'interview doit avoir environ 40 ans. La comparaison avec les États-Unis en étonnera plus d'un, rétrospectivement. C'est vraiment cruel*.

Bref, enjoy** : https://youtu.be/pBPbyUmeDAc?t=646 smiley mr-green

Plus sérieusement, le nucléaire a fait ses preuves en terme de bilan carbone (et heureusement pour la planète que les écolos n'ont pas eu gain de cause sur le sujet). Les énergies renouvelables, cela reste à prouver.

A titre d'illustration, un état des lieux des rejets de carbone par habitant en Europe en 2015 : https://www.touteleurope.eu/actualite/les-emissions-de-co2-en-europe.html

* Je passe pudiquement sur la première partie mais si cela tente des courageux, R. Dumont y fait l'éloge de la société chinoise, non hiérarchique, modèle dont nous devrions nous inspirer (oui oui, la Chine du Mao de la révolution culturelle et du grand bond en avant).

** spéciale dédicace aux amis du français (pour ma part je suis bas breton )

Parier sur les énergies renouvelables est, à ce jour de la spéculation.

Plus sérieusement, le nucléaire a fait ses preuves en terme de bilan carbone (et heureusement pour la planète que les écolos n'ont pas eu gain de cause sur le sujet). Les énergies renouvelables, cela reste à prouver.

En fait, tu recentres à nouveau le débat nucléaire versus renouvelable alors que le vrai problème est ailleurs. Donc, pour toi, le nucléaire reste la seule solution d'avenir pour la France puisque tu y prônes le statu quo. Moi je veux bien, sauf que la population Belge, Italienne, Espagnole,... n'est peut-être pas majoritairement  disposée à avoir une quantité de réacteurs nucléaires à ses frontières. De plus, je crains pour la France (tant pis pour vous), un retard technologique en matière d'énergies alternatives.

Si tu veux vraiment centrer le débat sur une confrontation nucléaire- renouvelable, on peut en discuter car le nucléaire a aussi fait ses preuves qu'il avait aussi quelques "petits inconvénients" et des coûts cachés. Je n'ai pas un enthousiasme débordant ni pour le renouvelable, ni pour le nucléaire. Je ne défends aucune chapelle. Je suis simplement pragmatique. 

Le nucléaire a cette "chance" de pouvoir se déclarer "vert", ce qui lui permet de cacher ses autres défauts et de se présenter en sauveur des changements climatiques alors que certains - disons incidents pour être gentil - ont prouvé qu'il n'était pas le meilleur ami de l'environnement. Maintenant, il se rachète bonne conscience en surfant sur la vague verte.

J'irai voir tes liens un autre jour mais je suppose que si tu veux me démontrer que la France rejette le moins de CO2 par habitant, je le savais déjà, ce qui est évident puisqu'elle a tout misé sur le nucléaire. Ce qui se passe aujourd’hui n'est cependant pas une garantie pour l'avenir. Au début du  siècle précédent, un navire réputé insubmersible, possédant une double coque, avait quitté le port de Southampton. On connaît la suite....smiley mr-green


Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/04/2018 22:17

Parier sur les énergies renouvelables est, à ce jour de la spéculation.

Plus sérieusement, le nucléaire a fait ses preuves en terme de bilan carbone (et heureusement pour la planète que les écolos n'ont pas eu gain de cause sur le sujet). Les énergies renouvelables, cela reste à prouver.

En fait, tu recentres à nouveau le débat nucléaire versus renouvelable alors que le vrai problème est ailleurs. Donc, pour toi, le nucléaire reste la seule solution d'avenir pour la France puisque tu y prônes le statu quo. Moi je veux bien, sauf que la population Belge, Italienne, Espagnole,... n'est peut-être pas majoritairement  disposée à avoir une quantité de réacteurs nucléaires à ses frontières. De plus, je crains pour la France (tant pis pour vous), un retard technologique en matière d'énergies alternatives.

Si tu veux vraiment centrer le débat sur une confrontation nucléaire- renouvelable, on peut en discuter car le nucléaire a aussi fait ses preuves qu'il avait aussi quelques "petits inconvénients" et des coûts cachés. Je n'ai pas un enthousiasme débordant ni pour le renouvelable, ni pour le nucléaire. Je ne défends aucune chapelle. Je suis simplement pragmatique. 

Le nucléaire a cette "chance" de pouvoir se déclarer "vert", ce qui lui permet de cacher ses autres défauts et de se présenter en sauveur des changements climatiques alors que certains - disons incidents pour être gentil - ont prouvé qu'il n'était pas le meilleur ami de l'environnement. Maintenant, il se rachète bonne conscience en surfant sur la vague verte.

J'irai voir tes liens un autre jour mais je suppose que si tu veux me démontrer que la France rejette le moins de CO2 par habitant, je le savais déjà, ce qui est évident puisqu'elle a tout misé sur le nucléaire. Ce qui se passe aujourd’hui n'est cependant pas une garantie pour l'avenir. Au début du  siècle précédent, un navire réputé insubmersible, possédant une double coque, avait quitté le port de Southampton. On connaît la suite....smiley mr-green


Je te recommande le lien sur René Dumont, très intéressant. Il ne va pas vraiment dans le sens de B. Lambert.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/04/2018 22:48

Je ne tiens pas spécialement à opposer nucléaire et renouvelable mais tu t'es largement épanché sur le sujet dans ton message précédent, c'est tout.

Concernant le retard sur les technologies du renouvelables, bien malin celui qui saura lire l'avenir. Trois éléments de réflexions :

  • Jusqu'à il y a quelques années, l'Allemagne était montrée comme la championne industrielle du panneau solaire. Bosch avait ainsi investi dans une usine française, reconverti pour produire des panneaux. En quelques années, cette industrie a été balayée par les chinois
  • Les ruptures technologiques sont difficile à prévoir. Pour prendre un exemple célèbre, s'il avait fallut investir (au sens moderne) dans les télécommunications, l'argent serait allé pour construire des super sémaphores ou pour étudier les pigeons voyageurs. Un obscur physicien comme Maxwell, avec ses équations sur les ondes (qui ont permis l'essor de la radio etc.) n'aurait eu aucune chance. Les technologies productrice d'ENR d'aujourd'hui pourraient bien être les sémaphores d'hier
  • Enfin, il faut rappeler que l'innovation est coûteuse et que copier est bien plus efficace.

" ...Enfin, il faut rappeler que l'innovation est coûteuse et que copier est bien plus efficace.... "

Erreur monumentale.

Je vais prendre un seul exemple, celui de l'URSS.

A l'époque monstrueuse de Brejnev, la caste dirigeante était obnubilée par les USA en particulier, mais pas que.

Elle n'avait aucune confiance en ses propres scientifiques qui pourtant étaient peut-être les meilleurs de la planète.

Résultat, plutôt que de leur attribuer les crédits nécessaires pour faire leurs recherches, ils ont préféré investir ds le KGB et copier aussi bien la navette US que le Concorde, avec les résultats désastreux que l'on connaît.

(Evidemment il ne s'agit là que de petits exemples, mais copier n'est pas créer)

Mais à qq chose parfois malheur est bon car cela a permis que l'URSS s'effondre sous son propre poids et à Reagan & Co de s'en attribuer les mérites  smiley mr-green

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 02/04/2018 11:49

Surtout le passage ou l'on apprend que les États-Unis vont tout déchirer car ils investissent massivement dans le solaire (dans les années 70, rappelons le) smiley lol

 

Sinon évidemment qu'il ne va pas dans mon sens, c'est un écologiste anti-nucléaire fan de micro production à partir de mini chutes d'eau, d'éoliennes sans pales tirant partis du moindre courant d'air et de voitures volantes. Heu, non, pour le dernier point je m'égare smiley lol

https://www.technologyreview.com/s/603497/10-breakthrough-technologies-2017-hot-solar-cells/

Une des dix innovations technologiques révolutionnaires du futur selon le MIT (développée aux Etats-Unis smiley lol)

https://www.france-science.org/10-innovations-technologiques.html

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 02/04/2018 15:13

ça sent le roussi..... avant de cramer....!!car une fois le processus du rechauffement enclanché plus rien ne pourra l'arreter...

Deja lorsque la calotte du pole Nord aura fondu, l'energie solaire ne sera pas reflechi par la glace, mais absorbée par l'ocean.... le permafrost degelera libérant un gaz (me rappelle plus lequel!!) etant bien plus à effet de serre que le Co2, dont acceleration du rechauffement etc..etc... La chaudiere sera lancée, et on ne pourra plus l'arreter, elle s'auto-alimentera

Ce qui veut dire que c'est aujourd'hui que l'on doit freiner des 4 fers, et de façon efficace....

Comme j'ai un doute sérieux pour qu'il y ait une volonté commune, ça parait foutu....!!! On peut supposer que dans 200, voire 300 ans.... l'espece humaine va chanceler....

Il est vrai que nous sommes trop nombreux..... Mais ça va s'eclaircir.........!!!

Voici le lien du "roussi"...

https://actu.orange.fr/societe/environnement/meme-un-rechauffement-de-2-c-aura-une-incidence-importante-CNT0000010YPrE.html

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 02/04/2018 15:31

Bien sûr que j'ai lu le billet du blog, même plusieurs fois. Il n'est pas anormal que la France ait vu ses émissions de gaz à effet de serre augmenter. Car la production d'électricité y est depuis très longtemps assurée par le nucléaire. Ses centrales sont amorties depuis longtemps et permettent au consommateur de bénéficier d’un coût de l’électricité à bas prix (n’oublions pas que le nucléaire a également été subsidié). Donc mettre aujourd'hui de l'énergie renouvelable en France, en plus du nucléaire, ne doit pratiquement pas changer beaucoup son  bilan carbone. Rien d’étonnant à cela. Comme expliqué dans le billet, la diminution du prix des énergies fossiles est, pour une bonne part, la cause de cette augmentation des gaz à effet de serre en France. Il ne faut pas oublier que les énergies fossiles sont également subventionnées (j’y reviendrai). 

Comme le dit très bien un des interlocuteurs dans le débat : La fraude des mots c’est mignon tout plein, mais l’utilisez aussi en laissant penser que la raison pour laquelle on remplace les centrales nucléaires par de l’éolien et du solaire c’est pour limiter les émissions de carbone. Il vise l’auteur du blog qui n’est pourtant pas un climato-sceptique mais un grand pourfendeur des thèses de Claude Allègre.  C’est d’ailleurs très amusant de lire aussi le débat de ce blog. Il y en a même un qui se réjouit du billet de l’auteur tout en soulignant ouvertement son climato-scepticisme. 

Cette parenthèse étant faite, la France est l'exception nucléaire. Donc on comprend très bien que le lobby nucléaire en France est puissant (tout comme celui des énergies fossiles). Si l'on sort de son petit pré carré et que l'on regarde plus loin que le bout de son nez, c'est-à-dire, au niveau mondial, la production d'électricité est loin d'être majoritairement dominé par le nucléaire, mais par les énergies fossiles. Je ne suis pas un anti-nucléaire et le débat n’est pas d’opposer le nucléaire aux énergies renouvelables, ce que le lobby du nucléaire se charge de faire en dénigrant les dernières.

Développer les énergies renouvelables doit être également pris en considération pour le futur. En effet, les centrales nucléaires françaises (les autres aussi d’ailleurs) ne sont pas éternelles, les réserves d’uranium non plus et le coût du combustible nucléaire évoluera également, plus que probablement à la hausse. Tous ces éléments sont passés sous silence. D’ici 2050, même en prolongeant certaines centrales, il faudra bien en remplacer parmi les plus anciennes. Donc ce blog fait implicitement l’hypothèse que le nucléaire restera toujours la seule solution  pour produire de l’électricité à bas prix. On peut se demander ce que fera la France le jour où elle devra supporter le coût du démantèlement de certaines de ces centrales pour les remplacer par de nouvelles. Il n’est donc pas idiot d’investir aujourd'hui dans la recherche d’autres alternatives.  Cela crée de l’emploi (Alstom, firme française, construit des éoliennes pour le Danemark) et de nombreuses spin-offs voient le jour. Si l’on néglige ce secteur de recherche et développement, les États-Unis (la Californie ne suit pas la politique rétrograde de Trump) et la Chine s’en chargent déjà. Ne pas chercher, c’est ne pas trouver.

Passer au tout nucléaire dans le monde entier pourrait être une alternative pour les dizaines d’années à venir, mais c’est oublier, entre autres choses, que c’est une  technologie de pointe et qu’il faudra former des experts locaux, avec tous les risques que cela comporterait dans certains pays.

les deux secteurs les plus émetteurs de carbone - qui sont aussi ceux qui ont le plus augmenté leurs émissions - sont le transport et le bâtiment (suivis de l'agriculture). C'est donc logiquement sur ces secteurs qu'il faut faire porter les efforts.

C’est évident. Donc la solution porte à la fois sur le développement des énergies renouvelables ET sur la diminution des émissions carbone résultant de l’utilisation des énergies fossiles. Ma question était en fait beaucoup plus large. Car, comment porter ces efforts ? Une étude publiée dans le très sérieux journal  "Nature' (voir mon intervention plus haut) a montré que si l’on arrête de subventionner les énergies fossiles, cela n’aura qu’une incidence mineure sur le bilan carbone. Il faut regarder la situation actuelle et ,en fait, elle est loin d’être réjouissante. Je reprends ce que j’avais déjà écrit dans un autre post :

Les efforts nécessaires pour réduire le réchauffement planétaire global (c’est une moyenne, car les pôles se réchauffent plus vite) et en limiter l’ampleur sous la barre des 2°C  avant 2050 seront considérables. Cette limite de 2°C est un seuil critique au-delà duquel on atteint une transition brutale où les risques deviennent très élevés et qu’il vaut donc mieux ne jamais atteindre. Déjà à partir de 1,5°C, les modèles montrent que les effets ne sont plus linéaires. Il y a un emballement qui provoque des phénomènes irréversibles comme la fonte totale de la calotte glacière du Groenland.  Si l’humanité faisait preuve de sagesse, il faudrait plutôt fixer la barre à 1,5 °C plutôt qu’à 2°C.

Pour ce qui suit j’incite à lire le livre de Jean-Luc Buchalet (un économiste qu’on ne peut pas taxer d’écologiste), le capitalisme et les 7 péchés capitaux, Plon, 2017, et particulièrement le chapitre 5.

On ne peut être que pessimiste car au cours des cinq dernières années, la donne a changé concernant l’estimation des ressources en énergie fossile.  Il reste plus d’or noir que prévu (pétrole, charbon, pétrole et gaz de schiste) ! Cette abondance inattendue favorise la chute du prix du baril de pétrole. A cause d’avancées dans les techniques de forage, on peut exploiter les ressources pétrolières en eaux profondes, dans les sables bitumeux, et même dans l’Arctique.  Les réserves en gaz de schiste sont abondantes et le rendement financier de son exploitation est, sur le long terme, plus favorable que celui du pétrole conventionnel. Le pic pétrolier, c’est-à-dire le moment où la production d’un champ pétrolier stagne avant de diminuer à cause de l’épuisement de la source,  est remis à plus tard puisqu’une plus grande réserve en énergie fossile est disponible qui va permettre d’alimenter sans problème le marché jusqu’en 2050, au moins. Les pays du Golfe n’ont rien vu venir. Ils ne peuvent plus à eux seuls fixer le prix du baril. Le prix du baril  a bien chuté sous les 50 $, mais le pétrole de schiste américain, facile à exploiter, a remarquablement bien résisté. D’après les économistes, il est probable que le prix du baril ne remontera pas au-delà de 60$ puisque toute remontée entraînera une accélération de l’exploitation du pétrole de schiste.

Le problème est donc le suivant : si, d’ici 20 à 30 ans on sort du tout pétrole pour des raisons d’ordre climatique, les pays producteurs d’énergie fossile vont brader le prix de leur combustible avant que celui-ci ne perde la totalité de sa valeur ! Donc autant rentabiliser aujourd’hui des réserves qui ne seront jamais exploitées  et tant pis pour la planète et l’environnement (l’extraction du gaz et du pétrole de schiste étant particulièrement polluant pour l’environnement).

https://vimeo.com/236562019

En fait c’est ce qui ce passe déjà aujourd’hui. Le prix des énergies fossiles est très bas.  Instaurer de nouvelles taxes sur ces énergies sera électoralement très difficile.

Donc la solution est très difficile à définir et il faudra un courage politique certain pour faire accepter que, si l’on veut limiter les dérèglements climatiques en-dessous du deuil critique, il faudra en payer le prix. Si on ne le fait pas maintenant, ce sera une politique à très courte vue et on laissera une facture beaucoup plus élevée aux générations futures.

Je vais terminer par l’exemple du Danemark :

Alors qu’en 1972, le Danemark était un des pays de l’OCDE les plus dépendants du pétrole (92% de sa consommation énergétique totale), il est maintenant devenu un des pays européens dont la part d’énergie renouvelable dans le mix électrique est le plus élevé.

Le Danemark est aussi en tête du classement du bonheur en Europe Faut-il en conclure que les éoliennes et le prix plus élevé de l’électricité ne les rendent pas malheureux ? smiley mr-green

Même si, à cause des énergies fossiles, le Danemark rejette encore aujourd’hui un peu plus de gaz à effet de serre que la moyenne européenne, il faut noter que son bilan carbone est en baisse depuis 1990 (tables 6 et 7).

https://ens.dk/sites/ens.dk/files/Statistik/foreloebig_energistatistik_2016_eng.pdf

 

Tu nous fais un cours magistral! C'est bien... 

Quelques remarques, Alstom firme française?? Plus tout à fait!! n'a -t-elle pas ete racheté par "general électric" ?? Peut etre pas en totalité, mais...!!

on laissera une facture beaucoup plus élevée aux générations futures.

Comme ces générations ne pourront pas les payer, elles vont devoir "s'accomoder"....... comme elles pourront..... avant l'extinction progressive...!!! C'est quasi obligatoire devant la fournaise que va devenir la planete Terre... Extinction de toute vie.

Pour les dinosaures, c'est une meteorite.... Actuellement , ce sera un rechauffement  détruisant les conditions nécessaires à la vie....

On peut me traiter de "pessimiste".... Je crains plutôt que ça soit du réalisme...!!

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Autres > Billets d'humeur Haut de page

Sport 101 Facebook V4

KTM