FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Autres Billets d'humeur • Les nouvelles energies

Retour au forum Autres > Billets d'humeur Bas de page

envoyé le 28/02/2018 15:13

je suis passé assez vite aux ampoules dites "économique". Et c'était un acte militant vu le prix et la durée de vis. pareil pour mettre un variateur sur celle du salon. Avec l'ampoule à incandescence j'en avais un à 15€. Mais il était incompatible avec une ampoule basse consommation. J'ai du en racheter un à plus de 90€smiley surprised Et quand cette ampoule a lâchée, je l'ai remplacée par une LED. Ampoule LED incompatible avec le variateur amsmiley madpoule basse consommation

"...variateur sur celle du salon. Avec l'ampoule à incandescence j'en avais un à 15€ ..."

J'ai un variateur pour un lustre comportant 10 ampoules à incandescence.

Je continue d'utiliser ces ampoules, mais j'utilise d'autres moyens quand le lustre n'est pas indispensable.

Quand je dois l'utiliser, je réduis la tension (sans la mesurer, ce ne serait pas très aisé), sachant qu'une faible réduction de tension multiplie par un facteur très important la durée de vie de mes ampoules.

Je pense qu'il y a plus de 10 ans que je n'ai pas dû monter sur mon échelle pour changer l'une ou l'autre de ces ampoules. Par contre j'ai eu la chance y'a 5 ans env. de trouver en magasin un variateur contenant la pièce défaillante du mien, j'ai simplement remplacé cette pièce.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 15:19

Les peurs comportent souvent une part d'irrationnel. Chacun imagine qu'il a très peu de chance de survivre à un crash aérien au moment de s'installer dans un avion et l'évocation de l'énergie nucléaire fait surgir dans les esprits les images du désastre causé par la bombe d'Hiroshima. De ce point de vue, ton analyse basée sur les statistiques d'accidents est rassurante.

Mais le nucléaire inquiète aussi pour le danger que constituent les déchets radioactifs. On essaie de prendre des "distances" par rapport à eux en les enfermant dans du béton et en "pariant" sur l'avenir... Cette attitude est quand même un peu légère.

"...Mais le nucléaire inquiète aussi pour le danger que constituent les déchets radioactifs ... "

Et c'est pourquoi je suis très agacé que l'on ne parle jamais des moyens de transmuter ces éléments radioactifs les plus problématiques, ceux à vie très longue.

Je suppose que les ingénieurs d'EDF sortent de Supélec et de Polytechnique et qu'ils ne sont pas au courant des recherches pourtant anciennes sur la transmutation qui ont fait leurs preuves en labo.

Peut-être attendent-ils que les chinois viennent nous vendre à prix d'or les licences correspondantes smiley rolleyes ?

PS : cette transmutation coûtera très cher, surtout initialement, mais quand on voit les projections faramineuses sur la facture de CIGEO sur un siècle ce n'est sans doute pas exorbitant.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 16:18

Ces échanges montrent à quel point nous sommes face à des contradictions et des intérêts contradictoires.

Mais ce que je lis ici ce sont des préoccupations françaises élargies à la Belgique. Ce qui est la même chose quoi qu'en pense les "amis" flamingants.

Mais les problèmes sont mondiaux, planétaires.

Là où il faudrait s'entendre l'humanité préfère les conflits.

C'est donc fichu.

On n'y arrivera pas.

Est-ce pour autant angoissant ?

Je ne le crois pas. C'est écrit.

Sans aller chercher dans notre culture judéo-chrétienne ... je vais tenter de retrouver une citation qui me vient à l'esprit.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 16:30

Sitting Bull ou Geronimo :

"Quand le dernier arbre aura été abattu. quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été péché, alors on saura que l'argent ne se mange pas".

C'est absolument fichu.

Il faudrait commencer par aider les enfants de la Goutta mais on préfère les tuer.

Alors vous imaginez bien que les mères n'en ont rien à battre de nos petits soucis.

Tout ça est lié Cop 21 ou pas.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 16:47

"...Mais le nucléaire inquiète aussi pour le danger que constituent les déchets radioactifs ... "

Et c'est pourquoi je suis très agacé que l'on ne parle jamais des moyens de transmuter ces éléments radioactifs les plus problématiques, ceux à vie très longue.

Je suppose que les ingénieurs d'EDF sortent de Supélec et de Polytechnique et qu'ils ne sont pas au courant des recherches pourtant anciennes sur la transmutation qui ont fait leurs preuves en labo.

Peut-être attendent-ils que les chinois viennent nous vendre à prix d'or les licences correspondantes smiley rolleyes ?

PS : cette transmutation coûtera très cher, surtout initialement, mais quand on voit les projections faramineuses sur la facture de CIGEO sur un siècle ce n'est sans doute pas exorbitant.

la difficulté est de transformer ce que l'on fait en labo en outil industriel de production de 1000 MW. Et c'est là que surgissent les difficultés.

Pour remonter plus haut dans le fil, Phoenix fonctionnait très bien et très longtemps. Il faisait 300MW. Super Phoenix avec ses 1200MW a montré de nombreuses difficultés périphériques qui ont émaillé son début de production et qui ont été utilisées pour le tuer.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 16:48

Vous parler de trois tranches de nucléaires nécessaires pour les seuls appareils en veille... Vous rigolez ou quoi!! Imaginez alors si seulement 5% des automobiles etaient électriques.... Ce n'est pas trois tranches qu'il faudrait, mais 10 fois plus!!!

C'est pas de la douce folie, mais de la folie pure...!!! Les voitures électriques, c'est de la connerie en boite, à tous points de vue! Car en plus de devoir, obligatoirement augmenter nos moyens de production, dont de nouveaux EPR qu'on n'est pas capable de construire... a-t-on pensé à ce que l'on va faire de toute la montagne de batteries usagées??? batteries plus volumineuses que celles pour demarrer!!! Aura-t-on les matières premieres pour leur construction???? 

Personne ne parle de ces problèmes!! Non, on lance comme la panacée la "voiture électrique".... Et on s'apercevra, un peu tard, qu'elle presente "autant d'avantages" que le.... surgenerateur!!! Sans commentaires.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 18:18

Vous parler de trois tranches de nucléaires nécessaires pour les seuls appareils en veille... Vous rigolez ou quoi!! Imaginez alors si seulement 5% des automobiles etaient électriques.... Ce n'est pas trois tranches qu'il faudrait, mais 10 fois plus!!!

C'est pas de la douce folie, mais de la folie pure...!!! Les voitures électriques, c'est de la connerie en boite, à tous points de vue! Car en plus de devoir, obligatoirement augmenter nos moyens de production, dont de nouveaux EPR qu'on n'est pas capable de construire... a-t-on pensé à ce que l'on va faire de toute la montagne de batteries usagées??? batteries plus volumineuses que celles pour demarrer!!! Aura-t-on les matières premieres pour leur construction???? 

Personne ne parle de ces problèmes!! Non, on lance comme la panacée la "voiture électrique".... Et on s'apercevra, un peu tard, qu'elle presente "autant d'avantages" que le.... surgenerateur!!! Sans commentaires.

Tes constats sont tout aussi "optimistes" que ceux lus sur le sujet "La nouvelle agriculture" : il faudrait faire marche arrière mais cela paraît inconcevable... Au train où vont les choses, je n'ose imaginer la situation dans seulement un siècle.

 

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 18:42

la difficulté est de transformer ce que l'on fait en labo en outil industriel de production de 1000 MW. Et c'est là que surgissent les difficultés.

Pour remonter plus haut dans le fil, Phoenix fonctionnait très bien et très longtemps. Il faisait 300MW. Super Phoenix avec ses 1200MW a montré de nombreuses difficultés périphériques qui ont émaillé son début de production et qui ont été utilisées pour le tuer.

Je ne parle pas de "brûler" à la Phoenix, mais de bombarder ces éléments à très longue vie par des neutrons produits par bombardement de cibles par des protons d'un accélérateur.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 19:43

Tes constats sont tout aussi "optimistes" que ceux lus sur le sujet "La nouvelle agriculture" : il faudrait faire marche arrière mais cela paraît inconcevable... Au train où vont les choses, je n'ose imaginer la situation dans seulement un siècle.

 

 

 

Il faudrait faire marche arriere lorsqu'on s'engage sur des voies sans issue, et elles sont même pires , elles nous précipitent à notre perte...

La voiture electrique est une de ces voies. Le diesel le devient apres avoir ete montré comme exemplaire!! En attendant l'hydrogene qui semble presenter pas mal d'avantages écologiques, il aurait fallu favoriser deux carburants assez peu polluants, le GPL et l'E85... Bien que les conso sont supérieures de 20%, et difficulte de demarrage par temps froid pour l'E85.

Sinon, l'hybride n'est pas mal....... en attendant mieux

. Au train où vont les choses, je n'ose imaginer la situation dans seulement un siècle.

Bof, on sera plus là. Deja en 2050 la population mondiale sera passée de 7,5 à 9,8 milliards d'individus, ça donnerait environ + 13 milliards en 100ans +les 7 actuels = 20 milliards....!!! Irrealiste.

Economiquement, on va obligatoirement reculer... Quelle energie pour faire fonctionner tout ça?? les ressources de la planete ne sont pas inépuisables (carburants, gaz, electricité, etc..etc...)

Et le dereglement climatique?? terre submergées par la hausse du niveau des océans, hausse des températures, nouvelles maladies, les bactéries etant devenues résistantes au antibios.... La planete va devenir inhabitable pour l'homme... Il va falloir retourner aux cavernes pour se proteger SAUF que si nos aïeux etaient adaptés à ces conditions, l'homme actuels, NON. C'est ainsi.   Un poil pessimiste?? disons réaliste!!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 19:53

Je ne parle pas de "brûler" à la Phoenix, mais de bombarder ces éléments à très longue vie par des neutrons produits par bombardement de cibles par des protons d'un accélérateur.

 

J'avais bien compris. Je rappelais juste avec un exemple assez récent qu'entre le prototype fonctionnel, et le passage au modèle industriel, que le chemin n'était pas aussi évident que cela, et qu'il pouvait être semé d'embuche

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 22:40

Il faudrait faire marche arriere lorsqu'on s'engage sur des voies sans issue, et elles sont même pires , elles nous précipitent à notre perte...

La voiture electrique est une de ces voies. Le diesel le devient apres avoir ete montré comme exemplaire!! En attendant l'hydrogene qui semble presenter pas mal d'avantages écologiques, il aurait fallu favoriser deux carburants assez peu polluants, le GPL et l'E85... Bien que les conso sont supérieures de 20%, et difficulte de demarrage par temps froid pour l'E85.

Sinon, l'hybride n'est pas mal....... en attendant mieux

. Au train où vont les choses, je n'ose imaginer la situation dans seulement un siècle.

Bof, on sera plus là. Deja en 2050 la population mondiale sera passée de 7,5 à 9,8 milliards d'individus, ça donnerait environ + 13 milliards en 100ans +les 7 actuels = 20 milliards....!!! Irrealiste.

Economiquement, on va obligatoirement reculer... Quelle energie pour faire fonctionner tout ça?? les ressources de la planete ne sont pas inépuisables (carburants, gaz, electricité, etc..etc...)

Et le dereglement climatique?? terre submergées par la hausse du niveau des océans, hausse des températures, nouvelles maladies, les bactéries etant devenues résistantes au antibios.... La planete va devenir inhabitable pour l'homme... Il va falloir retourner aux cavernes pour se proteger SAUF que si nos aïeux etaient adaptés à ces conditions, l'homme actuels, NON. C'est ainsi.   Un poil pessimiste?? disons réaliste!!!

Je ne résiste pas au plaisir de recopier ici "l'équation du nénuphar" d'Albert Jacquard, concernant le problème de la croissance :

L’équation du nénuphar illustre bien le phénomène de la croissance dans un milieu fermé. Imaginons un nénuphar planté dans un grand lac qui aurait la propriété héréditaire de produire, chaque jour, un autre nénuphar. Au bout de trente jours, la totalité du lac est couverte et l’espèce meurt étouffée, privée d’espace et de nourriture.

 

Question : Au bout de combien de jours les nénuphars vont-ils couvrir la moitié du lac ? Réponse : non pas 15 jours, comme on pourrait le penser un peu hâtivement, mais bien 29 jours, c’est-à-dire la veille, puisque le double est obtenu chaque jour.

 

Si nous étions l’un de ces nénuphars, à quel moment aurions-nous conscience que l’on s’apprête à manquer d’espace ? Au bout du 24ème jour, 97% de la surface du lac est encore disponible et nous n’imaginons probablement pas la catastrophe qui se prépare et pourtant nous sommes à moins d’une semaine de l’extinction de l’espèce…

 

Et si un nénuphar particulièrement vigilant commençait à s’inquiéter le 27ème jour et lançait un programme de recherche de nouveaux espaces, et que le 29ème jour, trois nouveaux lacs étaient découverts, quadruplant ainsi l’espace disponible ? Et bien, l’espèce disparaîtrait au bout du … 32ème jour !

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/02/2018 23:46

J'avais bien compris. Je rappelais juste avec un exemple assez récent qu'entre le prototype fonctionnel, et le passage au modèle industriel, que le chemin n'était pas aussi évident que cela, et qu'il pouvait être semé d'embuche

" ...le chemin n'était pas aussi évident que cela, et qu'il pouvait être semé d'embuche"

C'est évident, mais quand on voit le budget de CIGEO pour les 100 prochaines années pour une partie de cache-cache qui n'apportera aucune connaissance POSITIVE nouvelle avant un millier d'années, je pense que le lancement européen ou mondial d'un programme de transmutation neutronique pour un budget dix fois moindre sur une 10aine d'années serait largement justifié et aurait l'avantage énorme d'apporter des connaissances nouvelles.

La France en tant que chef de file nucléaire mondial serait bien inspirée de se lancer dans ce défi.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 00:06

Je ne résiste pas au plaisir de recopier ici "l'équation du nénuphar" d'Albert Jacquard, concernant le problème de la croissance :

L’équation du nénuphar illustre bien le phénomène de la croissance dans un milieu fermé. Imaginons un nénuphar planté dans un grand lac qui aurait la propriété héréditaire de produire, chaque jour, un autre nénuphar. Au bout de trente jours, la totalité du lac est couverte et l’espèce meurt étouffée, privée d’espace et de nourriture.

 

Question : Au bout de combien de jours les nénuphars vont-ils couvrir la moitié du lac ? Réponse : non pas 15 jours, comme on pourrait le penser un peu hâtivement, mais bien 29 jours, c’est-à-dire la veille, puisque le double est obtenu chaque jour.

 

Si nous étions l’un de ces nénuphars, à quel moment aurions-nous conscience que l’on s’apprête à manquer d’espace ? Au bout du 24ème jour, 97% de la surface du lac est encore disponible et nous n’imaginons probablement pas la catastrophe qui se prépare et pourtant nous sommes à moins d’une semaine de l’extinction de l’espèce…

 

Et si un nénuphar particulièrement vigilant commençait à s’inquiéter le 27ème jour et lançait un programme de recherche de nouveaux espaces, et que le 29ème jour, trois nouveaux lacs étaient découverts, quadruplant ainsi l’espace disponible ? Et bien, l’espèce disparaîtrait au bout du … 32ème jour !

 

Oui... et Alors???

Et que faire!! Dans la nature, l'equilibre se fait parce que chaque espece est regulée par des prédateurs... L'homme n'en a pas à 1ere vue, si ce n'est les maladies, et surtout lui même!! Les conflits armés ont toujours eliminés des gens, surtout des hommes... N'empêche que la population mondiale a continué à progresser... jusqu'au jour ou se declenchera un conflit nucleaire majeur. Et là, ça va faire mal, tres mal... Les survivants, s'il y en a quelques uns disparaitront quelques années apres, suite à l'irradiation generale en plus de la leur. Va rester quelques tribus vivant au fin fond de quelques forets amazonienne ou autres, et se nourissant de ce qu'ils trouvent par là...

Comme les dinosaures, extinction!!! Ne vont rester que les ..... scorpions qui résistent à tout!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 00:12

Oui... et Alors???

Et que faire!! Dans la nature, l'equilibre se fait parce que chaque espece est regulée par des prédateurs... L'homme n'en a pas à 1ere vue, si ce n'est les maladies, et surtout lui même!! Les conflits armés ont toujours eliminés des gens, surtout des hommes... N'empêche que la population mondiale a continué à progresser... jusqu'au jour ou se declenchera un conflit nucleaire majeur. Et là, ça va faire mal, tres mal... Les survivants, s'il y en a quelques uns disparaitront quelques années apres, suite à l'irradiation generale en plus de la leur. Va rester quelques tribus vivant au fin fond de quelques forets amazonienne ou autres, et se nourissant de ce qu'ils trouvent par là...

Comme les dinosaures, extinction!!! Ne vont rester que les ..... scorpions qui résistent à tout!!

On peut le craindre !

L'aventure humaine n'aura été qu'un bref épisode dans l'histoire de l'univers...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 07:32

Oui... et Alors???

Et que faire!! Dans la nature, l'equilibre se fait parce que chaque espece est regulée par des prédateurs... L'homme n'en a pas à 1ere vue, si ce n'est les maladies, et surtout lui même!! Les conflits armés ont toujours eliminés des gens, surtout des hommes... N'empêche que la population mondiale a continué à progresser... jusqu'au jour ou se declenchera un conflit nucleaire majeur. Et là, ça va faire mal, tres mal... Les survivants, s'il y en a quelques uns disparaitront quelques années apres, suite à l'irradiation generale en plus de la leur. Va rester quelques tribus vivant au fin fond de quelques forets amazonienne ou autres, et se nourissant de ce qu'ils trouvent par là...

Comme les dinosaures, extinction!!! Ne vont rester que les ..... scorpions qui résistent à tout!!

Si on peut le craindre faut-il angoisser ? D'abord c'est écrit.

Ensuite ça ne sert à rien quand on ne peut pas grand chose y faire.

Par ailleurs le pire n'est jamais sûr. Il y aura une fin mais "nul n'en connait la date et l'heure".

En l'an mille la fin des âges était certaine.

Lorsque qu'une épidémie de peste sévissait le tiers ou la moitié d'un village disparaissait. 

Nul doute qu'on pensait à la fin du monde.

Eh puis nous avons une obligation morale : ne pas transmettre à nos enfants le pessimisme. Ça serait criminel et conduirait à des attitudes "à quoi bon".

Pour ma part mes actions sont les suivantes :

1/ Vivre : c'est la quille ... à moi la randonnée, dans de beaux paysages.  

2/ Dépenser pour la qualité en nourriture.

3/ Donner à commencer à mes proches  (les personnes de ma génération y ont intérêt. l'État va globalement tout piquer pour soigner les vieux ; sans compter les risques -existant toujours et partout-- de devaluation des avoirs.)

4/ Gaspiller le moins possible.

5/ Ramasser au moins 3 ou 4 déchets sur la plage chaque jour.

6/ Faire en sorte que les enfants soient gais, non frustrés et, donc, désolé, recevant le meilleur, y compris en Afrique où l'on sait faire la différence entre le beau et le déchet, entre le généreux et le condescendant et y compris en banlieue, n'en déplaise aux imbéciles qui sont encore plus légion que les pauvres !

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 08:53

" ...le chemin n'était pas aussi évident que cela, et qu'il pouvait être semé d'embuche"

C'est évident, mais quand on voit le budget de CIGEO pour les 100 prochaines années pour une partie de cache-cache qui n'apportera aucune connaissance POSITIVE nouvelle avant un millier d'années, je pense que le lancement européen ou mondial d'un programme de transmutation neutronique pour un budget dix fois moindre sur une 10aine d'années serait largement justifié et aurait l'avantage énorme d'apporter des connaissances nouvelles.

La France en tant que chef de file nucléaire mondial serait bien inspirée de se lancer dans ce défi.

La France en tant que chef de file nucléaire mondial serait bien inspirée de se lancer dans ce défi.

malheureusement, une fois de passer à l'action, chaque pays veut être en tête de liste. Pour ITER il y a eu de longues négociation pour décider quel pays l'accueillerait.

Un peu pareil pour Airbus. Il y a plusieurs pays qui construisent et assemblent pour ménager les susceptibilités.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 08:58

Vous parler de trois tranches de nucléaires nécessaires pour les seuls appareils en veille... Vous rigolez ou quoi!! Imaginez alors si seulement 5% des automobiles etaient électriques.... Ce n'est pas trois tranches qu'il faudrait, mais 10 fois plus!!!

C'est pas de la douce folie, mais de la folie pure...!!! Les voitures électriques, c'est de la connerie en boite, à tous points de vue! Car en plus de devoir, obligatoirement augmenter nos moyens de production, dont de nouveaux EPR qu'on n'est pas capable de construire... a-t-on pensé à ce que l'on va faire de toute la montagne de batteries usagées??? batteries plus volumineuses que celles pour demarrer!!! Aura-t-on les matières premieres pour leur construction???? 

Personne ne parle de ces problèmes!! Non, on lance comme la panacée la "voiture électrique".... Et on s'apercevra, un peu tard, qu'elle presente "autant d'avantages" que le.... surgenerateur!!! Sans commentaires.

de nouveaux EPR qu'on n'est pas capable de construire

Le problème est que l'on est avec le nucléaire dans un syndrome psychopatique de la sûreté. Et qu'on empile tellement les couches que cela devient très compliquer à monter et à faire la maintenance. Sur le papier cela fonctionne toujours, mais une fois à l'oeuvre...

Si on mettait 1/100ème des moyens de la sûreté nucléaire dans la médecine et la sécurité routière, il n'y aurait presque plus décès autre que de vieillesse.

Pourtant où est ce qu'il y a le plus de victimes depuis un siècle?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 09:04

Si on peut le craindre faut-il angoisser ? D'abord c'est écrit.

Ensuite ça ne sert à rien quand on ne peut pas grand chose y faire.

Par ailleurs le pire n'est jamais sûr. Il y aura une fin mais "nul n'en connait la date et l'heure".

En l'an mille la fin des âges était certaine.

Lorsque qu'une épidémie de peste sévissait le tiers ou la moitié d'un village disparaissait. 

Nul doute qu'on pensait à la fin du monde.

Eh puis nous avons une obligation morale : ne pas transmettre à nos enfants le pessimisme. Ça serait criminel et conduirait à des attitudes "à quoi bon".

Pour ma part mes actions sont les suivantes :

1/ Vivre : c'est la quille ... à moi la randonnée, dans de beaux paysages.  

2/ Dépenser pour la qualité en nourriture.

3/ Donner à commencer à mes proches  (les personnes de ma génération y ont intérêt. l'État va globalement tout piquer pour soigner les vieux ; sans compter les risques -existant toujours et partout-- de devaluation des avoirs.)

4/ Gaspiller le moins possible.

5/ Ramasser au moins 3 ou 4 déchets sur la plage chaque jour.

6/ Faire en sorte que les enfants soient gais, non frustrés et, donc, désolé, recevant le meilleur, y compris en Afrique où l'on sait faire la différence entre le beau et le déchet, entre le généreux et le condescendant et y compris en banlieue, n'en déplaise aux imbéciles qui sont encore plus légion que les pauvres !

 

 

Si on peut le craindre faut-il angoisser ? D'abord c'est écrit.

Eh puis nous avons une obligation morale : ne pas transmettre à nos enfants le pessimisme.

Puisque c'est écrit, ne faisons rien, nous ne sommes de toutes façons responsables de rien ! Et malgré les signaux inquiétants, restons optimistes !!!

Bravo Nanar, tu es trop fort !

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 09:12

Si on peut le craindre faut-il angoisser ? D'abord c'est écrit.

Eh puis nous avons une obligation morale : ne pas transmettre à nos enfants le pessimisme.

Puisque c'est écrit, ne faisons rien, nous ne sommes de toutes façons responsables de rien ! Et malgré les signaux inquiétants, restons optimistes !!!

Bravo Nanar, tu es trop fort !

 

 

Puisque tu le lis encore, aurais-tu l'amabilité de me signaler ses interventions intéressantes ?

Merci Thierry smiley smile

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 09:19

Puisque tu le lis encore, aurais-tu l'amabilité de me signaler ses interventions intéressantes ?

Merci Thierry smiley smile

Gros travail de tri en perspective : l'intérêt est inversement proportionnel à la quantité smiley cry

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 10:29

La rapacité des dirigeants et actionnaires des multinationales relayée par les politiques affairistes d'une caste de privilégiés ne laisse que peu de place à l'optimisme...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 11:04

C'est la quille, taxi. 

Le problème c'est qu'il vous manque un certain niveau d'excellence et de sens du bonheur.

Un vieil adage tibétain dit : "si le problème que vous rencontrez a une solution inutile de vous inquiéter. S'il n'en a pas vous inquiéter ne changera rien".

Question de culture.

En l'occurrence il ne s'agit pas de ne rien faire. Je fais ce que je peux.

Pas gaspiller, apprécier la vie, donner, apporter sa touche à un environnement de propreté. militer anti glyphosate, considérer les minables donnateurs de déchets aux Africains comme des couillons en psychologie de base ... Etc ... j'en passe.

Le jour où je serai capable de trouver les solutions aux gigantesques problèmes écologiques de la planète je vous ferai signe.

Merci de faire de même.

PS : si vous voulez me faire un cadeau, n'étant ni d'Afrique, ni de banlieue, merci d'éviter les déchets.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/03/2018 14:14

C'est la quille, taxi. 

Le problème c'est qu'il vous manque un certain niveau d'excellence et de sens du bonheur.

Un vieil adage tibétain dit : "si le problème que vous rencontrez a une solution inutile de vous inquiéter. S'il n'en a pas vous inquiéter ne changera rien".

Question de culture.

En l'occurrence il ne s'agit pas de ne rien faire. Je fais ce que je peux.

Pas gaspiller, apprécier la vie, donner, apporter sa touche à un environnement de propreté. militer anti glyphosate, considérer les minables donnateurs de déchets aux Africains comme des couillons en psychologie de base ... Etc ... j'en passe.

Le jour où je serai capable de trouver les solutions aux gigantesques problèmes écologiques de la planète je vous ferai signe.

Merci de faire de même.

PS : si vous voulez me faire un cadeau, n'étant ni d'Afrique, ni de banlieue, merci d'éviter les déchets.

 

PS : si vous voulez me faire un cadeau, n'étant ni d'Afrique, ni de banlieue, merci d'éviter les déchets.

Entre le lisier de porc et toi la Bretagne est en sur-saturation

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/03/2018 12:07

A en lire certains, l'avenir serait de continuer sur la même ligne ? Pétrole, charbon... 

Un peu de sérieux tout de même.

Personne ne parle su solaire, c'est pourtant la seule énergie (avec le vent) inépuisable à notre échelle.

Produire des panneaux aujourd'hui coûte cher, mais on trouvera sans aucun doute des procédés et des matériaux plus simples et économiques.

Par contre, une chose pend au nez de l'humanité, c'est ce qui se passe dans le monde du travail : économies d'échelles, réduction massive d'effectifs.

L'accroissement constant de la population mondiale de ses besoins (réels ou imposés...) rendent à terme le problème insoluble, car tout va manquer, pas seulement l'énergie.

Quand j'aurai le temps, je ferai un résumé du récent rapport du NOAA

Pas nécessaire. Ceci se passe de commentaires.

James Balogh était climato-sceptique. Photographe au "National Geographic", il a photographié pendant plusieurs années le retrait des glaciers. Il livre ici une conférence à Oxford. (environ 20 minutes)

https://www.youtube.com/watch?v=yTDdY1UG7ug

Documentaire en anglais mais celui qui ne comprend pas peut avoir les sous-titres en français (ou toute autre langue). Cliquer sur "paramètres" et sélectionner "sous-titres", "désactiver anglais", "traduire automatiquement" puis "français"

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 14/03/2018 12:52

Quand j'aurai le temps, je ferai un résumé du récent rapport du NOAA

Pas nécessaire. Ceci se passe de commentaires.

James Balogh était climato-sceptique. Photographe au "National Geographic", il a photographié pendant plusieurs années le retrait des glaciers. Il livre ici une conférence à Oxford. (environ 20 minutes)

https://www.youtube.com/watch?v=yTDdY1UG7ug

Documentaire en anglais mais celui qui ne comprend pas peut avoir les sous-titres en français (ou toute autre langue). Cliquer sur "paramètres" et sélectionner "sous-titres", "désactiver anglais", "traduire automatiquement" puis "français"

Par un biais ça me fait penser à Mayotte. Si on ne "soigne" pas en même temps les Comores c'est peine perdue.

Pareil pour le réchauffement : le problème doit être pris dans sa globalité ce qui est impossible, chacun tirant la couverture à soi.

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Autres > Billets d'humeur Haut de page

KTM

abus JUIN

Meribel juin 2019
INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 26 mai 2019
mercredi 12 juin 2019
dimanche 23 juin 2019
vendredi 28 juin 2019
dimanche 30 juin 2019
samedi 06 juillet 2019
dimanche 07 juillet 2019
jeudi 11 juillet 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES