FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • Paris Roubaix challenge

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 30/08/2021 12:07

bonjour à tous 

nous sommes inscrits mon fils et moi à la rando 70 km le samedi , et nous restons le dimanche voir les pros , quel est le meilleur plan pour les voir passer en sachant que nous logeons au centre de Roubaix (hotel Ibis) ...écran géant ,  ambiance ,restauration ? si possible un endroit ou la course est déja bien décantée ...pas le vélodrome .. MERCI  

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 16:12

bonjour à tous 

nous sommes inscrits mon fils et moi à la rando 70 km le samedi , et nous restons le dimanche voir les pros , quel est le meilleur plan pour les voir passer en sachant que nous logeons au centre de Roubaix (hotel Ibis) ...écran géant ,  ambiance ,restauration ? si possible un endroit ou la course est déja bien décantée ...pas le vélodrome .. MERCI  

Bonjour Michel, apparemment cette année la pelouse du vélodrome + écran géant n'est pas proposée.

Pour ma part je suis inscrit sur le 145km. On verra un peu la veille ou aller mais ce sera probablement le secteur du Carrefour de l'Arbre si on peut s'en approcher ou sur le secteur de Mons en Pévèle qui est aussi l'un des plus difficiles.

Nous sommes en Centre ville de Lille donc la distance est à peu près équivalente.

On va croiser le doigts pour que la météo soit à peu près clémente...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 18:00

Bonjour Michel, apparemment cette année la pelouse du vélodrome + écran géant n'est pas proposée.

Pour ma part je suis inscrit sur le 145km. On verra un peu la veille ou aller mais ce sera probablement le secteur du Carrefour de l'Arbre si on peut s'en approcher ou sur le secteur de Mons en Pévèle qui est aussi l'un des plus difficiles.

Nous sommes en Centre ville de Lille donc la distance est à peu près équivalente.

On va croiser le doigts pour que la météo soit à peu près clémente...

Le parcours est  sérieusement raccourci: en 1986 et 87, départ de Villiers St Paul 3h du matin, on avait droit à 250 bornes

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 19:24

bonjour à tous 

nous sommes inscrits mon fils et moi à la rando 70 km le samedi , et nous restons le dimanche voir les pros , quel est le meilleur plan pour les voir passer en sachant que nous logeons au centre de Roubaix (hotel Ibis) ...écran géant ,  ambiance ,restauration ? si possible un endroit ou la course est déja bien décantée ...pas le vélodrome .. MERCI  

Les secteurs pavés sont en fait très rapprochés sur le final. Tu peux facilement voir passer 2 ou 3 fois les coureurs, mais il faut bien étudier le parcours. Je laisse un local t'expliquer cela.

Si tu restes à un endroit, sans hésiter comme déjà suggéré, le Carrefour de l'Arbre. Lieu mythique, où la course se joue souvent. Je n'ai jamais assisté à la course (mais j'ai fait la cyclo) mais j'imagine bien l'ambiance, assez proche je pense de ce qu'on peut rencontrer sur les classiques belges - souvenir ému, pour moi, d'une après-midi passée dans la côte de la Redoute; les coureurs passent vite, mais quelle ambiance!

Si tu veux faire de belles photos, il y a aussi le moulin de Vertain. 

Bon parcours la veille; profite; c'est extra, ces pavés. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 19:39

Les secteurs pavés sont en fait très rapprochés sur le final. Tu peux facilement voir passer 2 ou 3 fois les coureurs, mais il faut bien étudier le parcours. Je laisse un local t'expliquer cela.

Si tu restes à un endroit, sans hésiter comme déjà suggéré, le Carrefour de l'Arbre. Lieu mythique, où la course se joue souvent. Je n'ai jamais assisté à la course (mais j'ai fait la cyclo) mais j'imagine bien l'ambiance, assez proche je pense de ce qu'on peut rencontrer sur les classiques belges - souvenir ému, pour moi, d'une après-midi passée dans la côte de la Redoute; les coureurs passent vite, mais quelle ambiance!

Si tu veux faire de belles photos, il y a aussi le moulin de Vertain. 

Bon parcours la veille; profite; c'est extra, ces pavés. 

En 2008, je suis allé à la braderie de Lille. C'était l'occasion de me rendre sur ce passage mythique qu'est le secteur pavé du carrefour de l'arbre. Ce jour là, il pleuvait. J'y ai fait ces deux photos:

https://www.casimages.com/i/210830075044770190.jpg.html

https://www.casimages.com/i/210830075122849405.jpg.html

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 19:50

En 2008, je suis allé à la braderie de Lille. C'était l'occasion de me rendre sur ce passage mythique qu'est le secteur pavé du carrefour de l'arbre. Ce jour là, il pleuvait. J'y ai fait ces deux photos:

https://www.casimages.com/i/210830075044770190.jpg.html

https://www.casimages.com/i/210830075122849405.jpg.html

J'adore! Merci, Michel. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 19:51
Merci Michel Clémentine..je pense que nous allons nous diriger vers le carrefour de l’arbre..la rando et le séjour c’est le cadeau d’anniversaire de mes enfants..aucune expérience des pavés (sauf les passages piétons de ma région ????)mais beaucoup de cyclos à mon actif...j’ai lu quelques compte rendus ...rouler sur le sommet des pavés..sous gonflage..je suis équipé en Conti 25 ..les réparations ne me font pas peur ..la casse de rayons un peu plus ..mais le but est de profiter sans se prendre la tête...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 30/08/2021 19:58

Merci Michel Clémentine..je pense que nous allons nous diriger vers le carrefour de l’arbre..la rando et le séjour c’est le cadeau d’anniversaire de mes enfants..aucune expérience des pavés (sauf les passages piétons de ma région ????)mais beaucoup de cyclos à mon actif...j’ai lu quelques compte rendus ...rouler sur le sommet des pavés..sous gonflage..je suis équipé en Conti 25 ..les réparations ne me font pas peur ..la casse de rayons un peu plus ..mais le but est de profiter sans se prendre la tête...

J'avais un peu d'appréhension avant d'y aller. Le premier secteur pavé, tu te dis que ça ne va pas être possible. Et puis tu t'habitues et tu y prends goût.

Sous gonflé, c'est essentiel; pense aussi à doubler la guidoline. Personnellement, j'avais des ampoules au bout du 2ème secteur - il est vrai que je ne suis absolument pas manuelle, ceci expliquant sans doute cela. 

J'avais dû faire réparer mon vélo à un ravito: le guidon pas assez serré qui ne tenait plus bien. A part cela, que du plaisir. Et l'entrée dans le vélodrome... à faire une fois dans sa vie de cyclo. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/08/2021 09:00

Merci Michel Clémentine..je pense que nous allons nous diriger vers le carrefour de l’arbre..la rando et le séjour c’est le cadeau d’anniversaire de mes enfants..aucune expérience des pavés (sauf les passages piétons de ma région ????)mais beaucoup de cyclos à mon actif...j’ai lu quelques compte rendus ...rouler sur le sommet des pavés..sous gonflage..je suis équipé en Conti 25 ..les réparations ne me font pas peur ..la casse de rayons un peu plus ..mais le but est de profiter sans se prendre la tête...

Idéalement, plutôt que de sous-gonfler ses pneus habituels, ce qui augmente le risque de crevaison (surtout par pincement pour les pneus à chambre à air), il faudrait monter des pneus de plus grande section pour l'occasion. Logiquement, la pression à mettre dans ces pneus-là est moindre, le gain en confort est là, sans le risque supplémentaire de crevaison.

Les pros n'hésitent pas à monter des boyaux de 27 ou 28 mm de section, voire plus. Pour ma part, n'ayant jamais fait Paris-Roubaix mais mangeant des pavés à chaque sortie ou presque chez moi en Belgique (parfois sur des secteurs dignes du Carrefour de l'Arbre, à en juger par les photos), je garantis ne jamais regretter d'avoir des pneus de 30 mm de section sur ma bécane.

(Oui, je sais, ce n'est pas toujours possible de monter des pneus de plus grande section sur certains vélos. Mais il faut idéalement monter le plus gros que permette la bécane. Surveiller alors s'il y a suffisamment d'espace entre pneus et bases, étriers de freins — s'ils sont à patins — et fourche.)

Autre chose, si le secteur pavé est plat ou en descente, ne pas hésiter (si les circonstances et la forme le rendent possible) de prendre de la vitesse avant de l'aborder : plus on va vite, mieux on « saute » d'un pavé à un autre.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/08/2021 10:33

En 2008, je suis allé à la braderie de Lille. C'était l'occasion de me rendre sur ce passage mythique qu'est le secteur pavé du carrefour de l'arbre. Ce jour là, il pleuvait. J'y ai fait ces deux photos:

https://www.casimages.com/i/210830075044770190.jpg.html

https://www.casimages.com/i/210830075122849405.jpg.html

ho,ho, c'est pas beau...smiley laughing

Bon pour le matériel, pour l'instant j'ai prévu le Nevi Titane avec des roues montées en 32 rayons et pneus tubeless IRC 28mm (maximum permis sans touche les bases) , mais je ne m'interdis pas de partir avec le Scott Addict et des pneus plus gros...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/08/2021 17:10

Merci Michel Clémentine..je pense que nous allons nous diriger vers le carrefour de l’arbre..la rando et le séjour c’est le cadeau d’anniversaire de mes enfants..aucune expérience des pavés (sauf les passages piétons de ma région ????)mais beaucoup de cyclos à mon actif...j’ai lu quelques compte rendus ...rouler sur le sommet des pavés..sous gonflage..je suis équipé en Conti 25 ..les réparations ne me font pas peur ..la casse de rayons un peu plus ..mais le but est de profiter sans se prendre la tête...

Première et unique expérience en avril 2019, pour accompagner un camarade de club qui en était à sa 5° participation.

Sur le 175, avec tous les secteurs pavés, idem sans aucune expérience des pavés avant de me lancer dans cette aventure. Pas vraiment d'entrainement de fond avant l'épreuve (environ 800km et c'est tout, en travaillant surtout la force).

Matériel utilisé : mon Peugeot Alu datant de 20 ans, roues Mavic Ksyrium Equipe alu avec pneus Vittoria Rubino Pro Graphene 2.0 monté en 25 (le maxi autorisé par mon cadre), vraie double guidoline.

Je suis un gros gabarit (poids à l'époque >95kg), gonflage à 8,5 bars.

Le départ très frais le matin et libre, mais ça rentre vite sur un petit groupe pour faire les premières dizaines de kilomètres avant le premier secteur pavé. Et là, ça surprend de débouler à plus de 30km/h sur ces secteurs, et à moins d'être très costaud, tu ne tiens pas cette vitesse sur tous et très longtemps.Comme Clémentine l'a indiqué, tu te dis à la sortie du premier que 53km comme ça ce plus, ça va être compliqué.

Ampoules sur les zones d'appui dès la sortie du 3° secteur, explosées au secteur suivant, donc difficile de tenir le guidon autrement qu'en "pince". Tant mieux car c'est plutôt conseillé au final, tout en élargissant la zone de contact de la main. Mais il est nécessaire d'avoir de bons avant-bras.
Une seule crevaison à déplorer au 5° secteur, à l'avant, et je ne sais trop comment ...

Sinon que dire, la difficulté au final, c'est de tenir le centre du pavé le plus possible et avec la vitesse la plus élevée possible. Physiquement, ça secoue et mentalement c'est aussi éprouvant car le risque de chute est permanent (du reste, il l'est au bord aussi compte tenu des débords des pavés irréguliers). J'avoue avoir eu une certaine émotion, voire appréhension avant la trouée d'Arenberg. D'abord parce que c'est mythique, visuellement quand tu arrives, mais aussi parce qu'une fois dedans, tu comprends pourquoi Paris Roubaix est un vrai "enfer". Là, vraiment, c'est de la survie car il y a du monde avec des vitesses très très très disparates par rapport à d'autres secteurs, et c'est tellement irrégulier qu'il est impossible de tenir une ligne en appuyant. Mais quel bonheur d'en sortir et de l'avoir passé. Les autres, Carrefour de l'Arbre, Mons etc sont difficiles car ils se trouvent au bout ou presque, mais techniquement pas aussi éprouvant (je trouve).

Quel plaisir enfin de débouler sur le Vélodrome pour le demi-tour de piste ! J'ai fini explosé physiquement, mais tellement heureux d'être allé au bout.

Concernant l'attitude à avoir, il y a deux stratégies :
- soit rouler fort sur le plat entre les secteurs et gérer les secteurs à sa main
- soit rouler tranquillement dans les roues de ceux qui le veulent entre les secteurs, et lâcher tout ce qui est possible lors du passage dans ceux-ci pour les passer en puissance, ce qui évite les rebonds etc ...

J'avais opté pour la première, ce qui n'est à mon avis pas la bonne solution. Mais je ne me refais pas, j'aime bien être en groupe.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/08/2021 17:26

Première et unique expérience en avril 2019, pour accompagner un camarade de club qui en était à sa 5° participation.

Sur le 175, avec tous les secteurs pavés, idem sans aucune expérience des pavés avant de me lancer dans cette aventure. Pas vraiment d'entrainement de fond avant l'épreuve (environ 800km et c'est tout, en travaillant surtout la force).

Matériel utilisé : mon Peugeot Alu datant de 20 ans, roues Mavic Ksyrium Equipe alu avec pneus Vittoria Rubino Pro Graphene 2.0 monté en 25 (le maxi autorisé par mon cadre), vraie double guidoline.

Je suis un gros gabarit (poids à l'époque >95kg), gonflage à 8,5 bars.

Le départ très frais le matin et libre, mais ça rentre vite sur un petit groupe pour faire les premières dizaines de kilomètres avant le premier secteur pavé. Et là, ça surprend de débouler à plus de 30km/h sur ces secteurs, et à moins d'être très costaud, tu ne tiens pas cette vitesse sur tous et très longtemps.Comme Clémentine l'a indiqué, tu te dis à la sortie du premier que 53km comme ça ce plus, ça va être compliqué.

Ampoules sur les zones d'appui dès la sortie du 3° secteur, explosées au secteur suivant, donc difficile de tenir le guidon autrement qu'en "pince". Tant mieux car c'est plutôt conseillé au final, tout en élargissant la zone de contact de la main. Mais il est nécessaire d'avoir de bons avant-bras.
Une seule crevaison à déplorer au 5° secteur, à l'avant, et je ne sais trop comment ...

Sinon que dire, la difficulté au final, c'est de tenir le centre du pavé le plus possible et avec la vitesse la plus élevée possible. Physiquement, ça secoue et mentalement c'est aussi éprouvant car le risque de chute est permanent (du reste, il l'est au bord aussi compte tenu des débords des pavés irréguliers). J'avoue avoir eu une certaine émotion, voire appréhension avant la trouée d'Arenberg. D'abord parce que c'est mythique, visuellement quand tu arrives, mais aussi parce qu'une fois dedans, tu comprends pourquoi Paris Roubaix est un vrai "enfer". Là, vraiment, c'est de la survie car il y a du monde avec des vitesses très très très disparates par rapport à d'autres secteurs, et c'est tellement irrégulier qu'il est impossible de tenir une ligne en appuyant. Mais quel bonheur d'en sortir et de l'avoir passé. Les autres, Carrefour de l'Arbre, Mons etc sont difficiles car ils se trouvent au bout ou presque, mais techniquement pas aussi éprouvant (je trouve).

Quel plaisir enfin de débouler sur le Vélodrome pour le demi-tour de piste ! J'ai fini explosé physiquement, mais tellement heureux d'être allé au bout.

Concernant l'attitude à avoir, il y a deux stratégies :
- soit rouler fort sur le plat entre les secteurs et gérer les secteurs à sa main
- soit rouler tranquillement dans les roues de ceux qui le veulent entre les secteurs, et lâcher tout ce qui est possible lors du passage dans ceux-ci pour les passer en puissance, ce qui évite les rebonds etc ...

J'avais opté pour la première, ce qui n'est à mon avis pas la bonne solution. Mais je ne me refais pas, j'aime bien être en groupe.

Geoffroy, merci du CR et des conseils...

Cette année, les 175km ne sont pas proposés, c'est la boucle de 145km avec la trouée d'Arenberg comme premier secteur pavé (donc "seulement" un peu plus de 30km de secteurs pavés)

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/08/2021 17:33

Geoffroy, merci du CR et des conseils...

Cette année, les 175km ne sont pas proposés, c'est la boucle de 145km avec la trouée d'Arenberg comme premier secteur pavé (donc "seulement" un peu plus de 30km de secteurs pavés)

Avec plaisir, d'autres ont sans doute beaucoup plus d'expérience que moi en la matière mais bon ...

Débuter avec Arenberg, dans un sens c'est bien, car vous allez arriver "frais" physiquement. Cependant la mise au parfum va être rude, c'est tellement particulier de rouler sur des pavés et encore plus sur Arenberg ! Cela donne l'impression que pas un n'est posé comme l'autre. Ils sont tellement usés et disjoints que des itinéraires gravel paraissent plus fréquentables.
Si possible, faites vous la main la veille sur un ou deux secteurs près de votre lieu de séjour. Je ne l'avais pas fait, et je pense que ça vaut le coup malgré tout de tester.

Je ne pouvais pas cette année (au printemps) et je n'ai pas cherché à m'inscrire (si cela était encore possible) pour cet automne, mais j'irai le refaire. C'est un peu comme la montagne, ça vous gagne ... ;)

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 31/08/2021 20:01

Avec plaisir, d'autres ont sans doute beaucoup plus d'expérience que moi en la matière mais bon ...

Débuter avec Arenberg, dans un sens c'est bien, car vous allez arriver "frais" physiquement. Cependant la mise au parfum va être rude, c'est tellement particulier de rouler sur des pavés et encore plus sur Arenberg ! Cela donne l'impression que pas un n'est posé comme l'autre. Ils sont tellement usés et disjoints que des itinéraires gravel paraissent plus fréquentables.
Si possible, faites vous la main la veille sur un ou deux secteurs près de votre lieu de séjour. Je ne l'avais pas fait, et je pense que ça vaut le coup malgré tout de tester.

Je ne pouvais pas cette année (au printemps) et je n'ai pas cherché à m'inscrire (si cela était encore possible) pour cet automne, mais j'irai le refaire. C'est un peu comme la montagne, ça vous gagne ... ;)

Les douches historique de ROUBAIX ça se mérite ! ! !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/09/2021 12:35

Les douches historique de ROUBAIX ça se mérite ! ! !

Avec la course des femmes le samedi, ça m'étonnerai que l'on ai accès aux douches !!!!!!

????????????????????

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 01/09/2021 15:00

Avec plaisir, d'autres ont sans doute beaucoup plus d'expérience que moi en la matière mais bon ...

Débuter avec Arenberg, dans un sens c'est bien, car vous allez arriver "frais" physiquement. Cependant la mise au parfum va être rude, c'est tellement particulier de rouler sur des pavés et encore plus sur Arenberg ! Cela donne l'impression que pas un n'est posé comme l'autre. Ils sont tellement usés et disjoints que des itinéraires gravel paraissent plus fréquentables.
Si possible, faites vous la main la veille sur un ou deux secteurs près de votre lieu de séjour. Je ne l'avais pas fait, et je pense que ça vaut le coup malgré tout de tester.

Je ne pouvais pas cette année (au printemps) et je n'ai pas cherché à m'inscrire (si cela était encore possible) pour cet automne, mais j'irai le refaire. C'est un peu comme la montagne, ça vous gagne ... ;)

Si possible, faites vous la main la veille sur un ou deux secteurs près de votre lieu de séjour.

On atterrit tôt le vendredi et les secteurs de l'arbre et de Mons-en-Pevele sont près de l'aéroport donc c'est prévu.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 03/09/2021 18:41

Première et unique expérience en avril 2019, pour accompagner un camarade de club qui en était à sa 5° participation.

Sur le 175, avec tous les secteurs pavés, idem sans aucune expérience des pavés avant de me lancer dans cette aventure. Pas vraiment d'entrainement de fond avant l'épreuve (environ 800km et c'est tout, en travaillant surtout la force).

Matériel utilisé : mon Peugeot Alu datant de 20 ans, roues Mavic Ksyrium Equipe alu avec pneus Vittoria Rubino Pro Graphene 2.0 monté en 25 (le maxi autorisé par mon cadre), vraie double guidoline.

Je suis un gros gabarit (poids à l'époque >95kg), gonflage à 8,5 bars.

Le départ très frais le matin et libre, mais ça rentre vite sur un petit groupe pour faire les premières dizaines de kilomètres avant le premier secteur pavé. Et là, ça surprend de débouler à plus de 30km/h sur ces secteurs, et à moins d'être très costaud, tu ne tiens pas cette vitesse sur tous et très longtemps.Comme Clémentine l'a indiqué, tu te dis à la sortie du premier que 53km comme ça ce plus, ça va être compliqué.

Ampoules sur les zones d'appui dès la sortie du 3° secteur, explosées au secteur suivant, donc difficile de tenir le guidon autrement qu'en "pince". Tant mieux car c'est plutôt conseillé au final, tout en élargissant la zone de contact de la main. Mais il est nécessaire d'avoir de bons avant-bras.
Une seule crevaison à déplorer au 5° secteur, à l'avant, et je ne sais trop comment ...

Sinon que dire, la difficulté au final, c'est de tenir le centre du pavé le plus possible et avec la vitesse la plus élevée possible. Physiquement, ça secoue et mentalement c'est aussi éprouvant car le risque de chute est permanent (du reste, il l'est au bord aussi compte tenu des débords des pavés irréguliers). J'avoue avoir eu une certaine émotion, voire appréhension avant la trouée d'Arenberg. D'abord parce que c'est mythique, visuellement quand tu arrives, mais aussi parce qu'une fois dedans, tu comprends pourquoi Paris Roubaix est un vrai "enfer". Là, vraiment, c'est de la survie car il y a du monde avec des vitesses très très très disparates par rapport à d'autres secteurs, et c'est tellement irrégulier qu'il est impossible de tenir une ligne en appuyant. Mais quel bonheur d'en sortir et de l'avoir passé. Les autres, Carrefour de l'Arbre, Mons etc sont difficiles car ils se trouvent au bout ou presque, mais techniquement pas aussi éprouvant (je trouve).

Quel plaisir enfin de débouler sur le Vélodrome pour le demi-tour de piste ! J'ai fini explosé physiquement, mais tellement heureux d'être allé au bout.

Concernant l'attitude à avoir, il y a deux stratégies :
- soit rouler fort sur le plat entre les secteurs et gérer les secteurs à sa main
- soit rouler tranquillement dans les roues de ceux qui le veulent entre les secteurs, et lâcher tout ce qui est possible lors du passage dans ceux-ci pour les passer en puissance, ce qui évite les rebonds etc ...

J'avais opté pour la première, ce qui n'est à mon avis pas la bonne solution. Mais je ne me refais pas, j'aime bien être en groupe.

merci pour ton compte rendu trés explicite ..je ne fais que la rando 70 km ...je devrais "souffrir" moins longtemps ...je suis équipé en conti gp 5000 en 25 , je me pose la question d'acheter des 28 mais est ce que cela en vaut vraiment la peine ! je fais 76 kg que me conseilles tu en gonflage ? 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 03/09/2021 18:41

Première et unique expérience en avril 2019, pour accompagner un camarade de club qui en était à sa 5° participation.

Sur le 175, avec tous les secteurs pavés, idem sans aucune expérience des pavés avant de me lancer dans cette aventure. Pas vraiment d'entrainement de fond avant l'épreuve (environ 800km et c'est tout, en travaillant surtout la force).

Matériel utilisé : mon Peugeot Alu datant de 20 ans, roues Mavic Ksyrium Equipe alu avec pneus Vittoria Rubino Pro Graphene 2.0 monté en 25 (le maxi autorisé par mon cadre), vraie double guidoline.

Je suis un gros gabarit (poids à l'époque >95kg), gonflage à 8,5 bars.

Le départ très frais le matin et libre, mais ça rentre vite sur un petit groupe pour faire les premières dizaines de kilomètres avant le premier secteur pavé. Et là, ça surprend de débouler à plus de 30km/h sur ces secteurs, et à moins d'être très costaud, tu ne tiens pas cette vitesse sur tous et très longtemps.Comme Clémentine l'a indiqué, tu te dis à la sortie du premier que 53km comme ça ce plus, ça va être compliqué.

Ampoules sur les zones d'appui dès la sortie du 3° secteur, explosées au secteur suivant, donc difficile de tenir le guidon autrement qu'en "pince". Tant mieux car c'est plutôt conseillé au final, tout en élargissant la zone de contact de la main. Mais il est nécessaire d'avoir de bons avant-bras.
Une seule crevaison à déplorer au 5° secteur, à l'avant, et je ne sais trop comment ...

Sinon que dire, la difficulté au final, c'est de tenir le centre du pavé le plus possible et avec la vitesse la plus élevée possible. Physiquement, ça secoue et mentalement c'est aussi éprouvant car le risque de chute est permanent (du reste, il l'est au bord aussi compte tenu des débords des pavés irréguliers). J'avoue avoir eu une certaine émotion, voire appréhension avant la trouée d'Arenberg. D'abord parce que c'est mythique, visuellement quand tu arrives, mais aussi parce qu'une fois dedans, tu comprends pourquoi Paris Roubaix est un vrai "enfer". Là, vraiment, c'est de la survie car il y a du monde avec des vitesses très très très disparates par rapport à d'autres secteurs, et c'est tellement irrégulier qu'il est impossible de tenir une ligne en appuyant. Mais quel bonheur d'en sortir et de l'avoir passé. Les autres, Carrefour de l'Arbre, Mons etc sont difficiles car ils se trouvent au bout ou presque, mais techniquement pas aussi éprouvant (je trouve).

Quel plaisir enfin de débouler sur le Vélodrome pour le demi-tour de piste ! J'ai fini explosé physiquement, mais tellement heureux d'être allé au bout.

Concernant l'attitude à avoir, il y a deux stratégies :
- soit rouler fort sur le plat entre les secteurs et gérer les secteurs à sa main
- soit rouler tranquillement dans les roues de ceux qui le veulent entre les secteurs, et lâcher tout ce qui est possible lors du passage dans ceux-ci pour les passer en puissance, ce qui évite les rebonds etc ...

J'avais opté pour la première, ce qui n'est à mon avis pas la bonne solution. Mais je ne me refais pas, j'aime bien être en groupe.

merci pour ton compte rendu trés explicite ..je ne fais que la rando 70 km ...je devrais "souffrir" moins longtemps ...je suis équipé en conti gp 5000 en 25 , je me pose la question d'acheter des 28 mais est ce que cela en vaut vraiment la peine ! je fais 76 kg que me conseilles tu en gonflage ? 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/09/2021 12:38

merci pour ton compte rendu trés explicite ..je ne fais que la rando 70 km ...je devrais "souffrir" moins longtemps ...je suis équipé en conti gp 5000 en 25 , je me pose la question d'acheter des 28 mais est ce que cela en vaut vraiment la peine ! je fais 76 kg que me conseilles tu en gonflage ? 

 

Franchement, acheter des pneus en 28 juste pour l'épreuve, à titre personnel je ne le ferai pas forcément. Confort supplémentaire certes, mais s'il s'agit d'un seule utilisation, je pense que ça n'est financièrement pas "rentable".
Concernant la pression, à mon avis dans ton cas autour de 6,5.

J'ai omis un détail important : prévoyez des portes bidons qui tiennent vraiment bien les bidons. Vous allez me dire : pourquoi, tous les modèles le font ! Bah non pas sur les pavés... Le nombre de bidons qui jonchent le bas côté dès les premiers secteurs en est la preuve. ;)

Et puis la "souffrance" est relative, un vrai plaisir d'aller au bout malgré tout. Il faut en profiter même si physiquement, ce n'est pas une promenade de santé, évidemment.

Bonne route et pavés !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/09/2021 16:33

Franchement, acheter des pneus en 28 juste pour l'épreuve, à titre personnel je ne le ferai pas forcément. Confort supplémentaire certes, mais s'il s'agit d'un seule utilisation, je pense que ça n'est financièrement pas "rentable".
Concernant la pression, à mon avis dans ton cas autour de 6,5.

J'ai omis un détail important : prévoyez des portes bidons qui tiennent vraiment bien les bidons. Vous allez me dire : pourquoi, tous les modèles le font ! Bah non pas sur les pavés... Le nombre de bidons qui jonchent le bas côté dès les premiers secteurs en est la preuve. ;)

Et puis la "souffrance" est relative, un vrai plaisir d'aller au bout malgré tout. Il faut en profiter même si physiquement, ce n'est pas une promenade de santé, évidemment.

Bonne route et pavés !

Bon... on est presque prêts...

Finalement le choix s'est arrêté sur le Scott Addict avec des Tubeless Challenge Strada Bianca en 30mm...

On va peut être avoir une fenêtre météo...

Yapluka

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/09/2021 16:41

Bon... on est presque prêts...

Finalement le choix s'est arrêté sur le Scott Addict avec des Tubeless Challenge Strada Bianca en 30mm...

On va peut être avoir une fenêtre météo...

Yapluka

Matériel au poil, cela ne devrait pas pêcher de ce côté là. Et pas de raison que ça soit le cas pour le reste.

La pluie potentiellement prévue la nuit risque de rendre cela un peu plus sport surtout Arenberg ... Mais si déjà il ne pleut pas le reste de la journée, cela sera moins désagréable.

Bon courage et amuses toi bien !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/09/2021 16:44

Matériel au poil, cela ne devrait pas pêcher de ce côté là. Et pas de raison que ça soit le cas pour le reste.

La pluie potentiellement prévue la nuit risque de rendre cela un peu plus sport surtout Arenberg ... Mais si déjà il ne pleut pas le reste de la journée, cela sera moins désagréable.

Bon courage et amuses toi bien !

Et donc cette année prévu un Paris-Roubaix d'automne et l'an prochain un Paris-Roubaix de printemps pour voir si c'est vraiment mieux un vrai Paris-Roubaix qu'un Paris-Roubaix qui n'est pas vraiment Paris-Roubaix...

ET pour le coup il sera peut être couplé avec un Tour des Flandres...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 28/09/2021 17:05

Et donc cette année prévu un Paris-Roubaix d'automne et l'an prochain un Paris-Roubaix de printemps pour voir si c'est vraiment mieux un vrai Paris-Roubaix qu'un Paris-Roubaix qui n'est pas vraiment Paris-Roubaix...

ET pour le coup il sera peut être couplé avec un Tour des Flandres...

L'idée est à peu près la même pour 2022, avec Flandres et Roubaix si je peux prendre les jours nécessaires.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 29/09/2021 17:08

L'idée est à peu près la même pour 2022, avec Flandres et Roubaix si je peux prendre les jours nécessaires.

C'est mort pour Flandres + Roubaix en 2022... il va y avoir l'Amstel entre les deux...

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

INSCRIPTION EN LIGNE