FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • Qui a l'etd acte 2?

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 15/07/2012 19:25

J'ai 4927 m pour 199 km à mon compteur

 

tout pareil à quelques broutilles : 4920m et 198 km (en en ayant déclenché sur la ligne de départ).

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 19:25

Le dernier a mit 19heures? C'est juste impossible non?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 19:34

Et voilà ! Pari tenu. Entre joie, fierté et déjà nostalgie du devoir accompli ! Mais ce ne fut pas si simple d'enchainer cet acte II après l'acte I à 6 jours d'intervalles, avec une semaine de boulot intense entre les deux... Et puis quel Acte II, quelle épreuve, comme si les cieux avaient décidé de tout faire pour nous compliquer la chose !

Mais la tenacité, la folie (un peu si quand même) ont eu raison des conditions climatiques. Que tous ceux qui n'ont pas pu finir, et que je salue au passage, me pardonne d'étaler ma fierté... Je les félicite d'avoir tout essayé. Un grand homme a dit : "le courage, c'est de savoir renoncer". Non je n'ai pas eu le courage de renoncer. Vous avez eu le courage de mettre pied à terre à temps sagement pour que l'irréparable n'arrive pas ! Bravo.

J'ai eu la lacheté de laisser parler mon ego pour aller jusqu'au bout de moi même et me prouver, quoi d'ailleurs ? Euh... rien. Je n'ai pas pris le grand plaisir que j'avais pris dimanche dernier, au lieu de ça, j'ai pris le stress et la peur de la chute, j'ai grelotté comme tous dans les descentes, et les faux-plats. Non je n'ai pas pris de plaisir. Je me suis enfermé dans mon exercice sportif, à scruter mon cardio, à mesurer mes temps, à m'alimenter quand et où il fallait... Vanité peut-être, que sais-je ? 

J'avais commencé cette journée par un optimisme béa, en faisant confiance à dame météo, qui avait prédit un temps calme. Pau, 15 degrés, je ne prends pas le coupe-vent, juste des manchettes. Grossière erreur !

Départ dans le deuxième sas, rapide, mais route sèche. En à peine plus d'une heure à vive allure nous sommes à Laruns au pied de l'Aubisque à presque 35km/h. Pour le moment, c'est idéal !

Et puis l'ascension de l'Aubisque se passe sans encombre jusqu'à Gourette, je ne m'enflamme pas, mais je monte plus vite que la Madeleine la semaine dernière. Est-ce l'effet du deuxième sas, mais j'ai la sensation de me faire moins doubler. L'analyse de mon ascension me montrera que c'est parce que je monte incroyablement plus vite (>1000m/h). A partir de Gourette le froid, l'humidité puis le brouillard et enfin la pluie nous accompagnent sur la partie finale dont j'avais un peu sous-estimé la difficulté (ma dernière visite ici date de plusieurs années).

L'enfer commence alors ! La route est gorgée d'eau et sans aucune visibilité, la route en balcon qui descend en direction du Soulor est une patinoire. Au premier passage canadien, le concurrent qui me précède se retrouve par terre !

La courte remontée sur le Soulor ne me permet pas de me réchauffer et c'est parti pour la longue descente vers Argeles. Je suis trempé, congelé, tout tremble, même après Arrens Marsous où nous retrouvons une route sèche, je suis scotché et n'avance plus. Ravitaillement copieux impératif à Argeles. Gentillesse des bénévoles, ils sont trois autour de moi pour m'embuquer, me cajoler. Pas le temps de trainer, il faut se remettre en route. Et on m'annonce du soleil derrière le Tourmalet ! J'en rêve déjà en espérant comme la semaine dernière que par magie les nuages vont se déchirer...

Hélas en direction du Tourmalet, le brouillard semble bien accroché à mi-pente. On verra bien ! Un petit paquet se reforme après le ravito en direction de Luz. Ca roule un peu trop vite à mon gout, car les muscles sont engourdis par le froid, mais je préfère faire l'effort pour rester au contact et ne pas me retrouver seul pour remonter l'interminable vallée, où on est toujours en prise. Luz, c'est parti pour la deuxième ascension, la plus sévère de la journée. C'est la quatrième fois en un mois que je grimpe ce versant. Je sais parfaitement comment je dois le gérer : en dedans jusqu'à Barèges, après il y a 2 km très durs avant le parking de la station de ski. Ensuite la nouvelle route offre un certain répis, il y a même un léger replat. Et puis c'est le final soutenu d'abord et ses 2 derniers redoutables kilomètres où on ne passe qu'en serrant les dents. La pluie fouette mon visage. J'aperçois la webcam sommitale et je fais un grand geste de la main créant l'ilarité les courageux spectateurs, mouillés comme nous, et gelés plus que nous !

Descente dantesque... Je me surprends tout de même à prendre des risques, je connais chaque virage par coeur et dans le brouillard je sais où prendre de la vitesse sans me mettre en danger. Merci une fois de plus mon choix jante alu + pneu. Je n'envie pas les malchanceux en boyaux tétanisés au bord de la route en train de réparer... In-ter-mi-na-ble descente. J'ai l'impression d'avoir plus froid que 2 semaines plus tôt lors de la Pyrénéenne où pourtant nous avions eu pluie et neige mêlées au sommet. Mais je suis moins couvert !

Ravitaillement impératif à Ste Marie où un bénévole veut me forcer à aller me réchauffer sous la tente ! Je n'arrive pas à m'arrêter de grelotter, je ne peux pas articuler une parole. Je sais qu'en repartant je vais pouvoir me réchauffer rapidement. Hum, les longs faux-plats et quelques raidards avant Payolle n'y suffiront pas. Le coeur ne veut pas monter tant que je n'aurai pas retrouvé mes calories. Et le brouillard et la pluie sont de retour. Non je n'aurai pas réussi à retrouver mon rythme avant le col d'Aspin. Ce n'est qu'une impression, facheuse, car je perds un peu le moral... Je crains une baisse de régime dans le final. Le dépouillement de mon ascension démentira cette impression puisque je suis encore au dessus de 950m/h, limite haute de mes capacités.

Je ne peux profiter de la magnifique descente du col d'Aspin dont j'aime -par temps sec- les épingles sinueuses... Il faut rester vigilant et anticiper chaque courbe avec doigté. Les prises d'angle doivent rester limitées. Tel le funambule sur son fil, nous glissons adroitement dans un équilibre totalement précaire, et fort heureusement, sans encombre  jusqu'au pied.

Arreau, pied de la dernière difficulté. 18 km au but, sommet du Peyresourde. Je retrouve l'énergie et le mental. Il doit faire moins froid, ou je m'y suis habitué. Je n'y pense plus. Nous sommes un petit paquet de 3-4 à se relayer à régime modéré avant d'attaquer les pentes plus sévères à 8 km du sommet. Je n'aime pas cette ascension, où on devine sans jamais voir l'objectif du col. La route large apparait faussement facile. Certaines pentes sont pourtant sévères, comme le rappellent les panneaux d'indication kilométrique. C'est mon point fort, le final, je me décide à tout donner. Le coeur monte, je reprends confiance, et le souvenir de l'ascension de la Toussuire dimanche dernier me galvanise. J'appuie, d'abord en souplesse 34x25, puis je me risque à me violenter un peu en tombant une dent tout en maintenant ma cadence de confort de 70t/mn. Je suis à bloc, maintenant je ne gère plus, je me fais enfin ce plaisir. Ce sont 8 km de grand bonheur que je m'offre, il faut bien ça, et je bascule au sommet euphorique. Une folle descente m'attend. J'en connais parfaitement chaque recoin. 5 km sous le sommet la route est sèche, le compteur indique 75km/h dans les longues lignes droites, je me fais là aussi ce petit plaisir.

Luchon, les barrières, les spectateurs massés qui nous acclament. Nous sommes trois, tels trois échappés, nous nous prenons au jeu d'un sprint fou. Je me fais distancé par le plus frais, mais je m'offre le second ! Ce n'était que pour la 263ème place au classement !

Bilan : 289/4400 à l'acte I, 263/3800 à l'acte II, j'attends avec impatience le classement du challenge Madone !

 

Sympa le compte rendu.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 19:37

Pour ma 1ère participation à l'EDT, j'en ais chier comme tout le monde. J'ai particulièrement horreur du froid et de l'humidité. Les descentes de l'Aubisque et du Tourmalet ont été stressante avec la flotte et le froid, ma vitesse de pointe a été de 40 km/h dans ces 2 portions, mains gelées je me suis fait doublé par plein de gars. Je suis pas super bon descendeur en plus donc là pour le coup j'en ais bavé.

Honnêtement il me tardait d'attaquer les montées pour me réchauffer, et j'ai franchement apprécier les 4 ascensions. Je connais le Tourmalet et l'Aspin, mais pas Aubisque et Peyressourde. J'ai trouvé ces 2 montées superbes et particulièrement l'Aubisque que j'ai bien aimé, Peyressourde aussi mais j'ai eu plus de mal avec les crampes sur les 2 dernières bornes.

Comme pas mal de monde je pense, j'ai été pas loin d'abandonner 2 où 3 fois et surtout à Argelès Gazost. Mais j'ai appelé ma copine et entendre sa voix me rassurer, me remonter le moral, et limite m’engueuler de pas abandonner, ça c'est le meilleur des remontants. Y'avait une belle banderole dans l'Aspin et ben y'a pas de doute avoir le soutien des siens c'est bien ça le plus beau.

Je me suis dit plusieurs fois aussi, que j'attendais tellement cette course, que je la prépare depuis tellement longtemps, 7 longs mois pour abandonner, non c'était pas possible de finir comme ça malgré les conditions.

Finalement je la termine, au courage, lessivé par ces crampes et ce froid. C'est la 1ère fois que je fais 200 bornes et plus de 5000 m de D+. Je dois vraiment apprendre à descendre mieux dans le froid ou sur le sec, parce que c'est dommage de perdre plein de places en descente alors que je double beaucoup en montée. Ma foi je vois que je tiens le coup un parcours dur et que j'aime la grimpette. Je me classe 1630 ème en 9h50m53s et 788 ème en 4h08m38s sur le challenge des grimpeurs.

Pour une 1ère je suis content, je reviendrai surement sur les prochaines, d'ailleurs j'en espère une dans les Alpes du sud car, c'est à domicile et il fait beau et chaud en principe ^^.

Enfin mention spéciale à tous les bénévoles qui font un travail énorme et qui ont été là toute la journée pour nous soutenir et nous ravitailler, vraiment bravo.

C'était ta copine la banderole "j'ai mis de l'amour dans tes bidons"? J'ai trouvé ça marrant!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 19:39

Ciao Emile,

Pas pu vous voir hier, toi , JP et Eric car je suis arrivée à 17h30, mais j'ai fait un bout de chemin avec Pierre Gadiou (entre ARREAU et le dernier ravito que j'ai zappé: j'étais mieux à ce moment la: désolé Pierre je ne t'ai pas attendu à l'arrivée j'étais frigorifié...)

Super classement pour toi, Eris et JP!! je fini 2008 en 10h12 (4h46 de montée et 9h39 de roulage) mais je me suis arrété 2 grosse fois 10min à cause hypothermie (merci les pompiers à Argelès qui m'ont donné une couverture de survie bien utile pour la suite)

Sonia était à Argeles avec la femme d'Eric, elles t'on vu passé vers 10h30 un quart d'heure après Eric (je suis arrivé la 20min après, complètement gelé et trempé, j'en ai cassé un petit morceau de dent tellement ça claquait fortsmiley tongue-out)

Sinon,bien trop froid et trempé dans les 2 premières descentes (comme tout le monde je crois...), et dire que j'avais tout laissé à Pau le matin pour ne garder qu'un coupe vent d'été smiley surprised(A Optimisme quand tu nous tiens!!)

Bon, bref Etape un peu de guerrier (surtout dans la descente du Soulor et du Tourmalet en fait)

Pour le reste: un Tourmalet un peu en dedans (récup après ce premier coup de froid) et 2 descentes plaisantes (Les 2 dernières évidemment ==> sur la totalité je ne me suis fais doublé que 2 fois en descente (preuve que ça va beaucoup mieux de ce coté la): pour moi qui voulais le faire en 10h, et bien c'est presque fait, je suis quand même assez content d'être arrivé au bout en bon état (juste quelques petites crampes dans les descentes mais rien de méchant)

Pour l'organisation moi je dis très bien (je dois dire que le repas du soir je m'en fiche un peu après 10h00 moi je rentre au chaudsmiley wink)

A bientôt (je suis à Luchon pendant 4 jours, si je bouge vers PAU je te téléphone)

Recupères bien

Michel

Salut Michel,

Cela m'a fait plaisir de te revoir et de faire un bout de chemin avec toi. Cela m'a aidé à passer plus facilement l'approche du Peyresourde que j'ai finalement mieux grimpé que je ne le craignais (49 minutes). A 3 minutes, on a les mêmes temps sur les ascensions (4h49 pour moi) mais si tu descends moins vite qu'Emile, tu descends plus vite que moi ...

Pierre

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 20:10

C'était ta copine la banderole "j'ai mis de l'amour dans tes bidons"? J'ai trouvé ça marrant!

Salut ..

C'était la banderolle sur l'aspin ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 21:23

C'était ta copine la banderole "j'ai mis de l'amour dans tes bidons"? J'ai trouvé ça marrant!

Non c'était pas ma copine ^^, elle m'attendait à Luchon, mais je l'ai appelé à Argelès et effectivement entendre le soutien des proches ça donne des ailes !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 22:06

Salut Michel,

Cela m'a fait plaisir de te revoir et de faire un bout de chemin avec toi. Cela m'a aidé à passer plus facilement l'approche du Peyresourde que j'ai finalement mieux grimpé que je ne le craignais (49 minutes). A 3 minutes, on a les mêmes temps sur les ascensions (4h49 pour moi) mais si tu descends moins vite qu'Emile, tu descends plus vite que moi ...

Pierre

Bonsoir Pierre,

Moi aussi cela m'a fait réellement plaisir de rouler un bout de chemin avec toi, à 2 cela semble moins long et ça m'a remonté le moral pour me convaicre que c'était réellement possible de finir, Peyresourde est "sourd" mais en étant calme il s'est bien passé. Pour les descentes, franchement je n'ai jamais eu peur (juste très froid) et cette année je me suis retrouvé après diverses chutes il y a une dixaine d'année.

Franchement après l'Immortelle je me suis dit: fais le sinon tu vas le regretter, mais fait le "cool", sauf la meteo c'est ce que j'ai fais ==> mon premier 5000 et mon premier 200 le même jour ça n'était pas possible de refuser, d'autant que je connaissais le paysagesmiley wink (c'est pas hier qu'on l'aurra vu, domage...)

A bientôt

Michel

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 15/07/2012 22:51

En tout pour ma part, je suis étonné comme je suis en FORME après une telle épreuve. J'ai juste fait une siète de 1/4 quart d'heure cette aprem en regardant le TDF. J'avais d'ailleurs hésité à me rendre à Foix pour y assister mais les conditions n'étaient pas non plus terrible là-bas.

En fait j'ai juste une légère douleur à l'épaule gauche. J'ai fait 60 kms avant de vélo en mode récup et 30 min de rameur mais aucune douleur ni fatigue que de la pèche !!! Je pense que j'aurai pu faire l'Antonin Magne avec un peu plus de volonté mais ça aurait été difficile à gérer (nettoyage du vélo et des habits,...).

Aussi, je tenais à remercier les spectateurs venus nous soutenir, ils étaient presque autant qu'à une vrai étape du Tour de France sauf qu’au lieu de durer 30 s ils ont pu en profiter (je pense) pendant plusieurs heures.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2012 09:57

Salut,

après avoir fait la Vaujany sous la pluie il y a quelques semaines je m'étais juré de ne pas faire l'Etape sous la pluie... loupé !!

Après avoir scruté la météo vendredi je décide de partir avec manchettes, veste sans manches + kway. Avec un dossard 7552 je pars dans l'avant dernier sas, la place de départ était impressionnante avec tout ce monde, ambiance trés sympa. Départ tranquille, les jambes sont moyennes alors j'ai hâte d'arriver dans les premières pentes pour confirmer ou infirmer mes sensations. Première bosse tout va bien mais je scrute le ciel et cela n'annonce rien de bon.

Les premiers lacets de l'Aubisque se montent à un bon rythme cela me rassure car je remonte sans cesse d'autres concurrents. La pluie débute, pas grave ça monte donc j'ai chaud en plus certains spectateurs annoncent le soleil en haut du col (grand naïf que je suis). Arrivé en haut, ça pique, je remonte les manchettes, ferme toutes les écoutilles et enfile mon kway mais au bout d'1km je suis glacé. Ayant horreur de descendre sous la pluie je perds un max de temps avec une sale hâte que ça remonte ! Dans la vallée je me réchauffe enfin avec l'espoir que le reste du parcours se fera sur le sec (surtout les descentes !).

Le Tourmalet se profile, je continue ma progression comme dans l'Aubisque en doublant pas mal de gens. Les derniers kms sont costauds mais ça va. Et après regalère dans la descente, debout sur les freins, le passage à la Mongie avec la route pleine de terre ne me rassure pas et je pense à mon mariage dans 3 semaines en me disant que je n'ai pas intérêt à tomber... Grand ouf en arrivant à Ste Marie de Campan, mes parents m'attendent avec des vêtements secs et chauds, l'arrêt est long car je tremble de partout. A partir de là je suis confiant dans mes chances d'aller au bout. Aspin s'avale bien, descente tranquille puis je tire un groupe dans la vallée jusqu'à Peyresourde. Un peu trop sûr de moi j'oublie de bien manger ce que je vais payer cash dans l'ascension, coeur bloqué à 140 pulses impossible d'appuyer plus fort. Patience jusqu'au sommet car ensuite c'est gagné. Je me fais plaisir dans la partie sèche de la descente, l'émotion me gagne à la pancarte 5km et j'écrase les pédales dans le dernier km, quel bonheur !

Bilan 916e en 9h08, temps d'ascension 3h50. Objectif atteint avec une place dans les 1000 compte tenu de mon dossard. Un grand regret : ne pas avoir pu profiter des paysages !!!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2012 10:02

Bonjour à tous,

Pour ma part l'étape s'est résumée en un seul mot : gérer. 731eme, satisfait vu la préparation et les conditions climatiques. Participant habituel de l'étape (15 participations) je trouve que certains points au niveau de l'organisation sont en déclins depuis ces trois dernières années. Au niveau du village départ, plus petit, moins convivial, je plainds les stands de produits locaux à l'exterieur ils ont du trouver le temps long. Un manque de signalisation du village départ, et surtout de la place de verdun, pour le départ nous avons tourné en voiture dans Pau pendant 10 minutes avant de se décider de se garer et j'ai cherché en vélo dans Pau avant de pouvoir localiser enfin le départ. Et pour terminer sur les points négatifs je trouve le sac remis à l'arrivée vraiement lamentable pour une telle épreuve avec un engagement à ce tarif. En contre partie un grand merci à l'ensemble des bénévoles dont certains sur les bords de routes dans les montées ou les descentes des cols avec de telles conditions plantés toute la journée. Et les sept derniers kilomètres ou j'ai enfin pris du plaisir dans la descente sur sol sec.

Et pour terminer, un bonjour à Emile Arbes que j'ai eu la chance et l'honneur de renconter et d'échanger quelques mots avec lui au pied du peyresourde.

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2012 14:46

Bonjour à tous,

Pour ma part l'étape s'est résumée en un seul mot : gérer. 731eme, satisfait vu la préparation et les conditions climatiques. Participant habituel de l'étape (15 participations) je trouve que certains points au niveau de l'organisation sont en déclins depuis ces trois dernières années. Au niveau du village départ, plus petit, moins convivial, je plainds les stands de produits locaux à l'exterieur ils ont du trouver le temps long. Un manque de signalisation du village départ, et surtout de la place de verdun, pour le départ nous avons tourné en voiture dans Pau pendant 10 minutes avant de se décider de se garer et j'ai cherché en vélo dans Pau avant de pouvoir localiser enfin le départ. Et pour terminer sur les points négatifs je trouve le sac remis à l'arrivée vraiement lamentable pour une telle épreuve avec un engagement à ce tarif. En contre partie un grand merci à l'ensemble des bénévoles dont certains sur les bords de routes dans les montées ou les descentes des cols avec de telles conditions plantés toute la journée. Et les sept derniers kilomètres ou j'ai enfin pris du plaisir dans la descente sur sol sec.

Et pour terminer, un bonjour à Emile Arbes que j'ai eu la chance et l'honneur de renconter et d'échanger quelques mots avec lui au pied du peyresourde.

 

 

Bonjour Jean Marie,

Merci, et c'est toujours un plaisir de pouvoir discuter dans ses moments là et de faire connaissance.

Je te rejoins concernant la gentillesse, la reconnaissance et le dévouement des bénévoles, dans les Pyrénées on sait accueillir smiley wink.

Félicitations.

A l'année prochaine.

Amicalement.

Emile

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 16/07/2012 22:16

Bonjour Jean Marie,

Merci, et c'est toujours un plaisir de pouvoir discuter dans ses moments là et de faire connaissance.

Je te rejoins concernant la gentillesse, la reconnaissance et le dévouement des bénévoles, dans les Pyrénées on sait accueillir smiley wink.

Félicitations.

A l'année prochaine.

Amicalement.

Emile

Bonjour,

Sur la route, j'ai discuté avec beaucoup d'anglais. C'est un peu l'année de l'Angleterre : Wiggins, les JO, alors les Pyrénées ont su se montrer accueillantes en leur proposant une météo qui leur convienne smiley smile.

J'étais quand même un peu malheureux pour ceux qui découvraient le parcours : ils n'ont pas pu jouir du paysage, notamment la descente de l'Aubisque et la vue sur le cirque du Litor, ou les lacets du Tourmalet vus d'en haut, la vue à l'Aspin, avec le Pic du midi dans le dos, et la vue sur la vallée d'Arreau en bas... dommage.

J'ai aussi apprécié la gentillesse des bénévoles, le public dans le bas des vallées, et, quoi qu'on en dise l'organisation : descendre Soulor, Tourmalet, Aspin route fermée, c'est le pied, même route mouillée.

A l'année prochaine peut-être.

Adichats,

Vincent

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 17/07/2012 23:06

Salut a tous.

effectivement les conditions météo pas top mais je me dis que toutes les sorties faites les jours de grand froid ou de pluie du printemps  m’auront servi de préparation  pour cette EDT. Bien-sur les descentes étaient rendues difficiles par la pluie et le brouillard. Sympa la partie du parcours effectuée avec Ludovic.

Pour le résultat je suis 399 en 8h27 dans mes objectifs.

@+ guillaume

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/07/2012 07:42

Oui salut Guillaume, j'avais bien tenté de rejoindre après l'Aubisque mais disons que les ravitaillements étaient trop tentant et j'avais un peu trop peiné en descente, j'aime pas être dépassé par des "missiles". Tu m'as grillé de 20 min et tu ne devais être qu'à un quart d'heure devant moi compte tenu que tu étais parti un sas plutard que moi, c'est pas énorme sur 200 km, si j'avais su... Je ne pense pas non plus que j'aurais monté l'Aubisque aussi vite si je ne t'avais pas suivi. Mais bon, je m'améliore parceque même si j'étais complétement à la ramasse dans Peyeresourde, je n'étais pas arrêté dans les montées sauf une fois au Tourmalet pour un petit ravitaillement (6 arrêts dans ce même col à la Pyrénéenne l'année dernière !!!). Tu as également fini à la seconde prés par rapport à Mathias (celui de l'intersport de Rodez), mais je ne pense pas que vous vous êtes croisés car lui était parti avec le premier sas smiley mad.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/07/2012 07:51

Je viens de m'apercevoir qu'il n'y avait visiblement que 4696 partants ? Pourtant il me semble que nous étions bien plus sur la place du départ.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 18/07/2012 12:09

Je viens de m'apercevoir qu'il n'y avait visiblement que 4696 partants ? Pourtant il me semble que nous étions bien plus sur la place du départ.

Salut Ludovic, je pensais te revoir dans la descente étant donné que je ne suis pas au top dans cet exercice smiley wink. Les conditions météo pas évidentes ont dues quelque peu niveler les niveaux. J'ai dépassé Pauline dans Barèges et elle avait l'air un peu à la peine. Tu fais quand même un bon temps vu le nombre de cyclos que tu as dans les pattes! Moi aussi je trouve bizarre le nombre de participants, la place était bien pleine, sauf le dernier sas qui était vide, je pensais que nous étions au moins 8000 et c'est ce que la femme au micro annonçait????

à bientôt sur une prochaine cyclo!

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 19/07/2012 08:16

Salut Guillaume,

 

Je serais à la Lily Bergaud dimanche, ce n'est pas trop loin de chez toi et tu n'as par conséquent aucune excuse pour ne pas venir !

 

Quant à moi, j'avais dépassé Pauline 50 m avant le sommet du Tourmalet... et dans la descente parceque je mettais arrêté au somment pour enfiler le coupe vent (j'avais encore en tête la mésaventure de la Pyrénéenne...)

 

smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 19/07/2012 15:13

Salut Ludovic, je pensais te revoir dans la descente étant donné que je ne suis pas au top dans cet exercice smiley wink. Les conditions météo pas évidentes ont dues quelque peu niveler les niveaux. J'ai dépassé Pauline dans Barèges et elle avait l'air un peu à la peine. Tu fais quand même un bon temps vu le nombre de cyclos que tu as dans les pattes! Moi aussi je trouve bizarre le nombre de participants, la place était bien pleine, sauf le dernier sas qui était vide, je pensais que nous étions au moins 8000 et c'est ce que la femme au micro annonçait????

à bientôt sur une prochaine cyclo!

 

 

Salut Guillaume,

Bravo pour ta performance !

8000 inscriptions, 6000 retraits de dossards mais seulement 4700 partant effectifs. Ca fait beaucoup de déchets à chaque étape !!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 19/07/2012 16:36

Salut Guillaume,

Bravo pour ta performance !

8000 inscriptions, 6000 retraits de dossards mais seulement 4700 partant effectifs. Ca fait beaucoup de déchets à chaque étape !!

Salut et merci!

Effectivement cela fait beaucoup de déchets, la météo a dû jouer un peu, à croire que le vélo ne se pratique que quand il fait beau!!!Bien équiper ce n'était pas insurmontable!

@+

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 19/07/2012 16:46

Salut Guillaume,

 

Je serais à la Lily Bergaud dimanche, ce n'est pas trop loin de chez toi et tu n'as par conséquent aucune excuse pour ne pas venir !

 

Quant à moi, j'avais dépassé Pauline 50 m avant le sommet du Tourmalet... et dans la descente parceque je mettais arrêté au somment pour enfiler le coupe vent (j'avais encore en tête la mésaventure de la Pyrénéenne...)

 

smiley wink

Pas de Lily Bergaud pour moi, prochaine cylo la Monté de L’Aigoual le 5 Août (27 km)

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

INSCRIPTION EN LIGNE