FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • Supergranfondo Galibier Izoard

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 06/11/2017 18:10

J'ai bien l'impression que mes propos ont été mal interprétés, je le répète le Galibier c'est roulant, mais ca ne veut pas dire facile, cette année j'ai grimpé 13 fois le Galibier par Valloire depuis le jour d'ouverture, mon record perso est bien loin des pros, je n'ai jamais fait mieux que 59min30, ca me fait une vitesse moyenne de 17.8km/h, il y a un paquet de cols que je fait beaucoup moins vite avec plus de watts.

Sur Stava le KOM est Barguil 48'30"

13ème Polveroni 56'07

le 43ème est en 59'31"

Après on trouve encore Elissonde, Lutsenko, Ledanois, De gendt, Geschke, Bouet, Simon.

Tu es bien modeste sur tes performances et capacités

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 18:25

J'ai bien l'impression que mes propos ont été mal interprétés, je le répète le Galibier c'est roulant, mais ca ne veut pas dire facile, cette année j'ai grimpé 13 fois le Galibier par Valloire depuis le jour d'ouverture, mon record perso est bien loin des pros, je n'ai jamais fait mieux que 59min30, ca me fait une vitesse moyenne de 17.8km/h, il y a un paquet de cols que je fait beaucoup moins vite avec plus de watts.

A Valloire t'es déjà à 1401m (AU PONT SUR LA RIVIèRE, point le plus bas en descendant du Télégraphe)

au sommet c'est 2642 ou 2646 m.

Altitude moyenne 2021 m, tu perds dans les 8% de puissance par rapport à une ascension à moins de 1500m.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 19:44

Sur Stava le KOM est Barguil 48'30"

13ème Polveroni 56'07

le 43ème est en 59'31"

Après on trouve encore Elissonde, Lutsenko, Ledanois, De gendt, Geschke, Bouet, Simon.

Tu es bien modeste sur tes performances et capacités

Si ca peut vous faire plaisir, je vais vous le dire : le galibier est pas roulant du tout est TRÈS TRÈS pentu !!!

On n'a pas le droit d'avoir un avis sur ce forum sans se faire clasher.

Puis-ce que tu as l'air d'aimer les chiffres Georges IGOR, je fait 1m65 pour 54kg, je suis donc un grimpeur, et j'ai un FTP de 290w et j'ai fait mon PR du Galibier à 263w de moyenne. Aussi, j'habite et travaille à Valloire une partie de l'année.

Maintenant si on parlait de cyclosportives plutôt que de parler pour rien dire ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 19:59

Si ca peut vous faire plaisir, je vais vous le dire : le galibier est pas roulant du tout est TRÈS TRÈS pentu !!!

On n'a pas le droit d'avoir un avis sur ce forum sans se faire clasher.

Puis-ce que tu as l'air d'aimer les chiffres Georges IGOR, je fait 1m65 pour 54kg, je suis donc un grimpeur, et j'ai un FTP de 290w et j'ai fait mon PR du Galibier à 263w de moyenne. Aussi, j'habite et travaille à Valloire une partie de l'année.

Maintenant si on parlait de cyclosportives plutôt que de parler pour rien dire ?

Si tu habites à Valloire une partie de l'année, cette cyclo est donc un must pour toi et ce serait bête de la louper.

Moi je l'ai faite en 99; c'est une très belle cyclo, le col le plus dur dans cet enchainement est l'Izoard, le Galibier au retour n'est pas très long. Par contre dans le Lautaret il faut s'appliquer à rouler le plus régulièrement possible et le mieux c'est de trouver des compagnons pour se relayer entre Briançon et minimum le Monetier.

La gestion des fortes variations de températures est très importante. Si devait pleuvoir, je n'y prendrais pas le départ, altitude moyenne élevée oblige.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 21:05

Si ca peut vous faire plaisir, je vais vous le dire : le galibier est pas roulant du tout est TRÈS TRÈS pentu !!!

On n'a pas le droit d'avoir un avis sur ce forum sans se faire clasher.

Puis-ce que tu as l'air d'aimer les chiffres Georges IGOR, je fait 1m65 pour 54kg, je suis donc un grimpeur, et j'ai un FTP de 290w et j'ai fait mon PR du Galibier à 263w de moyenne. Aussi, j'habite et travaille à Valloire une partie de l'année.

Maintenant si on parlait de cyclosportives plutôt que de parler pour rien dire ?

J'ai fait le Galibier cet été. Et quand j'au lu ton temps j'ai voulu vérifié. Tu bon, et même très bon. Je dis que tu es modeste, et tu t'agace. Il est où le problème? Quand ai je émis un doute sur ton temps?

Et c'est sans doute parce que tu es nettement au dessus de la moyenne que la notion de difficulté n'est pas la même pour toi que pour les autres.

Et dans ces conditions, je ne vois pas pourquoi tu te cache derrière un pseudo. (ce qui est au passage interdit par le règlement du forum. Mais rassure toi, je ne vais pas te dénoncer pour celasmiley wink)

Et je parle aussi de cyclosportive, celle que je fais en particulier.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 21:27

J'ai fait le Galibier cet été. Et quand j'au lu ton temps j'ai voulu vérifié. Tu bon, et même très bon. Je dis que tu es modeste, et tu t'agace. Il est où le problème? Quand ai je émis un doute sur ton temps?

Et c'est sans doute parce que tu es nettement au dessus de la moyenne que la notion de difficulté n'est pas la même pour toi que pour les autres.

Et dans ces conditions, je ne vois pas pourquoi tu te cache derrière un pseudo. (ce qui est au passage interdit par le règlement du forum. Mais rassure toi, je ne vais pas te dénoncer pour celasmiley wink)

Et je parle aussi de cyclosportive, celle que je fais en particulier.

Pour clore ce débat de mon coté, le Galibier est un col difficile quand on y fait la course mais il reste un col ou on peut poser son rythme avec le bon braquet sur une bonne route. 

Ca n'est pas le Zoncolan ou l'Angliru. 

Je suis monté tranquille coté Valloire, à part les 2 derniers km je ne l'ai pas trouvé difficile. Dans le même genre je n'ai trouvé le Glandon difficile qu'à la fin, le début est lui aussi très roulant (coté Mauriennes). 

Ne pense pas qu'en disant ca on essaye de sous entendre une supériorité quelle qu'elle soit. Chacun son niveau et 90 % est de naissance. Personne n'a a être fier de grimper à 20 kmh comme d'avoir honte de grimper à 7 kmh, ils n'ont de toute façon pas fait grand chose pour ca.

J'aime pas les ruptures de pentes, la transition su virage st esteve dans le Ventoux j'ai pas aimé du tout mais une fois trouvé mon rythme ca allait mieux, ca n'était pas roulant pour autant.

Le col des Rosier sur LBL est très très roulant mais ce jour là j'en ais chié comme pas possible.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 22:07

Pour clore ce débat de mon coté, le Galibier est un col difficile quand on y fait la course mais il reste un col ou on peut poser son rythme avec le bon braquet sur une bonne route. 

Ca n'est pas le Zoncolan ou l'Angliru. 

Je suis monté tranquille coté Valloire, à part les 2 derniers km je ne l'ai pas trouvé difficile. Dans le même genre je n'ai trouvé le Glandon difficile qu'à la fin, le début est lui aussi très roulant (coté Mauriennes). 

Ne pense pas qu'en disant ca on essaye de sous entendre une supériorité quelle qu'elle soit. Chacun son niveau et 90 % est de naissance. Personne n'a a être fier de grimper à 20 kmh comme d'avoir honte de grimper à 7 kmh, ils n'ont de toute façon pas fait grand chose pour ca.

J'aime pas les ruptures de pentes, la transition su virage st esteve dans le Ventoux j'ai pas aimé du tout mais une fois trouvé mon rythme ca allait mieux, ca n'était pas roulant pour autant.

Le col des Rosier sur LBL est très très roulant mais ce jour là j'en ais chié comme pas possible.

Tu as raison Simon. Mais un paramètre qui augmente la difficulté de l'Izoard et du Galibier en dehors de leur pente, c'est l'altitude. Au delà de 2000/2200m cela se ressent sensiblement.

Sur le Tourmalet j'ai été  plus dans la douleur, mais à cause d'un problème physique (constipation). Mais je n'ai pas ressenti l'effet "kiss cool" de l'altitude.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 22:14

Tu as raison Simon. Mais un paramètre qui augmente la difficulté de l'Izoard et du Galibier en dehors de leur pente, c'est l'altitude. Au delà de 2000/2200m cela se ressent sensiblement.

Sur le Tourmalet j'ai été  plus dans la douleur, mais à cause d'un problème physique (constipation). Mais je n'ai pas ressenti l'effet "kiss cool" de l'altitude.

ca on est d'accord. La difficulté principale du Galibier, comme le Glandon, c'est que les plus fort % sont à la fin et à + 2 200 m.

La seule montée qui a eu raison de moi à ce jour c'est Val Thorens au départ de Moutier par la route secondaire. Montée très longue et irrégulière, arrivée assez élevée et surtout tentée à froid descendu depuis les Ménuires et après 3 jours à grimper autour de Maurienne (Glandon, Croix de Fer, Telegraphe, Galibier, Mont Vernier, Chaussy et Mollard)

j'ai abandonné aux ménuires mêmes si la seconde moitié était "roulante" Je retenterais bien un jour elle est très jolie surtout en contournant la route principale qui est une vraie autoroute !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 22:54

Et de vécu selon à quel moment et dans quelles conditions on aborde tel ou tel col, cela modifie radicalement le ressenti et son appréciation, pour jauger la différence de difficulté entre deux cols, il faut abstraction de sa propre sensibilité en essayant de rester le plus objectif possible. Néanmoins ce qui accroît généralement réellement la difficulté d'un col, c'est son revêtement. Pour cela on peut souvent dire que les cols des Alpes sont "roulants" cela ne fait pas pour autant quelque chose de facile, mais pour un même % tu galères moins sur un revêtement d'autoroute. 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 23:14

La longueur d'un col est difficile si tu n'as pas su gérer sa longueur. Cela arrive si tu as été présomptueux, par manque de connaissance de ta personne, ou du parcours.

Mais l'altitude joue aussi. Je me souviens avoir lu la reco du Galibier avant de la faire. Il était écrit : "A Plan Lachat on passe les 2000m et les effets de l'altitude se font sentir". Lorsque je le monte à l'occasion de l'EDT, j'arrive à Plan Lahat, et tout va bien. intérieurement je me dis "cette histoire d'altitude est bien exagérée". Et d'ub coup à 2200m cela devient difficile. Je parviens à maintenir mon rythme, à mon train, mais je me sens comme un poisson hors de l'eau, qui cherche à respirer. Et le dernier km est à 10%; Ce n'est pas facile, mais comme tu sais que tu as fais le plus dur et le plus long, ça passe relativement bien, si tu as un minimum de tête.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 23:50

Si ca peut vous faire plaisir, je vais vous le dire : le galibier est pas roulant du tout est TRÈS TRÈS pentu !!!

On n'a pas le droit d'avoir un avis sur ce forum sans se faire clasher.

Puis-ce que tu as l'air d'aimer les chiffres Georges IGOR, je fait 1m65 pour 54kg, je suis donc un grimpeur, et j'ai un FTP de 290w et j'ai fait mon PR du Galibier à 263w de moyenne. Aussi, j'habite et travaille à Valloire une partie de l'année.

Maintenant si on parlait de cyclosportives plutôt que de parler pour rien dire ?

Je voulais quand même voir si tes valeurs étaient cohérentes.

En prenant 64 kg pour ton poids total, vélo inclus, une densité de l'air de 0,95 g/cm^3, un SCx de 0,35 m^2 et un point de départ à 1401 m pour une arrivée à 2644 m,

je trouve en utilisant le programme de Compton sur analyticcycling.com

et compte-tenu de 2,5% de perte de transmission

une puissance moyenne de 254 Watts, pas trop loin de tes 263 W ( quel appareil?).

J'ai fait un 12 octobre l'ascension depuis St Michel avec mon Powertap et mes valeurs mesurées tombaient pile-poil sur le calcul selon ce programme ( qui me donne bien sûr les mêmes résultats que mes calculs "faits main").

Les sources d'incertitude les plus importantes sont

- ton poids réel

- ton altitude exacte de départ

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 06/11/2017 23:53

Si tu habites à Valloire une partie de l'année, cette cyclo est donc un must pour toi et ce serait bête de la louper.

Moi je l'ai faite en 99; c'est une très belle cyclo, le col le plus dur dans cet enchainement est l'Izoard, le Galibier au retour n'est pas très long. Par contre dans le Lautaret il faut s'appliquer à rouler le plus régulièrement possible et le mieux c'est de trouver des compagnons pour se relayer entre Briançon et minimum le Monetier.

La gestion des fortes variations de températures est très importante. Si devait pleuvoir, je n'y prendrais pas le départ, altitude moyenne élevée oblige.

"La gestion des fortes variations de températures est très importante. Si devait pleuvoir, je n'y prendrais pas le départ, altitude moyenne élevée oblige."

J'ai failli abandonner lors de mon unique participation à la Marmotte en 2001 en raison de la météo que j'ai sous-estimée : canicule les jours précédents, ciel couvert à mon lever le jour "J", pluie au départ, 4°C au sommet du Galibier. J'étais en cuissard court, manchettes et K-Way... Impossible de descendre à plus de 30 km/h à cause des tremblements de tout mon corps qui se transmettaient dans la direction.

Dans la même épreuve l'année dernière (ou en 2015 ?), températures torrides, décès d'un cyclo victime d'insolation et de déshydratation.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 00:21

"La gestion des fortes variations de températures est très importante. Si devait pleuvoir, je n'y prendrais pas le départ, altitude moyenne élevée oblige."

J'ai failli abandonner lors de mon unique participation à la Marmotte en 2001 en raison de la météo que j'ai sous-estimée : canicule les jours précédents, ciel couvert à mon lever le jour "J", pluie au départ, 4°C au sommet du Galibier. J'étais en cuissard court, manchettes et K-Way... Impossible de descendre à plus de 30 km/h à cause des tremblements de tout mon corps qui se transmettaient dans la direction.

Dans la même épreuve l'année dernière (ou en 2015 ?), températures torrides, décès d'un cyclo victime d'insolation et de déshydratation.

Si ça peut te consoler, l'Otztaler radmarathon 2003 était pire smiley mr-green

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 00:33

Si ça peut te consoler, l'Otztaler radmarathon 2003 était pire smiley mr-green

Je ne cherchais pas à me plaindre, c'était pour appuyer les recommandations d'Eric smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 07:46

"La gestion des fortes variations de températures est très importante. Si devait pleuvoir, je n'y prendrais pas le départ, altitude moyenne élevée oblige."

J'ai failli abandonner lors de mon unique participation à la Marmotte en 2001 en raison de la météo que j'ai sous-estimée : canicule les jours précédents, ciel couvert à mon lever le jour "J", pluie au départ, 4°C au sommet du Galibier. J'étais en cuissard court, manchettes et K-Way... Impossible de descendre à plus de 30 km/h à cause des tremblements de tout mon corps qui se transmettaient dans la direction.

Dans la même épreuve l'année dernière (ou en 2015 ?), températures torrides, décès d'un cyclo victime d'insolation et de déshydratation.

L'année où Brochard gagne la Marmotte en 92 sous la pluie et le froid un copain m'avait raconté la vision d'apocalypse qu'il avait eu en haut de la Croix de Fer : des cars attendaient les cyclistes qui s'entassaient avec leurs vélos pour redescendre sur Boug d'Oisans.

En 97 j'avais eu plus de chance : il avait plu toute la veille et même pendant la nuit; à l'époque il n'y avait pas de vêtements techniques comme maintenant; j'avais donc pris un maillot à longue manches en plus et un singlet en Windstopper + longs gants. Je n'ai pas eu de pluie mais dans le Galibier il faisait tout blanc, en haut un vent terrible les ravitailleurs en grosse doudoune, la descente du col a été un peu spéciale, mes dents jouant des castagnettessmiley mr-green.Par contre dans l'Alpe la température était idéalesmiley smile.

Cette fois là aussi dans un tunnel mal éclairé un cyclo à pris sa roue dans mon pied, j'ai entendu un vacarme assourdissant derrière moi, je ne me suis pas arrêté, on n'y voyait absolument rien!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 09:10

L'année où Brochard gagne la Marmotte en 92 sous la pluie et le froid un copain m'avait raconté la vision d'apocalypse qu'il avait eu en haut de la Croix de Fer : des cars attendaient les cyclistes qui s'entassaient avec leurs vélos pour redescendre sur Boug d'Oisans.

En 97 j'avais eu plus de chance : il avait plu toute la veille et même pendant la nuit; à l'époque il n'y avait pas de vêtements techniques comme maintenant; j'avais donc pris un maillot à longue manches en plus et un singlet en Windstopper + longs gants. Je n'ai pas eu de pluie mais dans le Galibier il faisait tout blanc, en haut un vent terrible les ravitailleurs en grosse doudoune, la descente du col a été un peu spéciale, mes dents jouant des castagnettessmiley mr-green.Par contre dans l'Alpe la température était idéalesmiley smile.

Cette fois là aussi dans un tunnel mal éclairé un cyclo à pris sa roue dans mon pied, j'ai entendu un vacarme assourdissant derrière moi, je ne me suis pas arrêté, on n'y voyait absolument rien!

92 : j'ai fait confiance à la météo : je suis resté chez moi.

2002 : j'ai trouvé que j'avais assez donné l'année précédente et je suis resté à l'hôtel, y'avait l'ascension de l'Alpe le lendemain pour se consoler.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 09:31

92 : j'ai fait confiance à la météo : je suis resté chez moi.

2002 : j'ai trouvé que j'avais assez donné l'année précédente et je suis resté à l'hôtel, y'avait l'ascension de l'Alpe le lendemain pour se consoler.

J'ai déjà posté à ce sujet mais en 81 il y a eu un BRA "impossible". Parfois il faut savoir rester modeste, c'est toujours la montagne qui a le dernier mot.

http://tignon.andre.free.fr/report.php?id=22

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 12:20

J'ai déjà posté à ce sujet mais en 81 il y a eu un BRA "impossible". Parfois il faut savoir rester modeste, c'est toujours la montagne qui a le dernier mot.

http://tignon.andre.free.fr/report.php?id=22

 

En 2011 aussi, lors du BRA 200 cyclos exfiltrés du Galibier suite à une tempête de neige. Une semaine auparavant lros de l'EDT je n'avais même pas mis le coupe-vent pour descendre tellement il faisait bon

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 07/11/2017 14:32

J'ai déjà posté à ce sujet mais en 81 il y a eu un BRA "impossible". Parfois il faut savoir rester modeste, c'est toujours la montagne qui a le dernier mot.

http://tignon.andre.free.fr/report.php?id=22

 

Impressionnant!

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 09/11/2017 14:55

J'ai bien l'impression que mes propos ont été mal interprétés, je le répète le Galibier c'est roulant, mais ca ne veut pas dire facile, cette année j'ai grimpé 13 fois le Galibier par Valloire depuis le jour d'ouverture, mon record perso est bien loin des pros, je n'ai jamais fait mieux que 59min30, ca me fait une vitesse moyenne de 17.8km/h, il y a un paquet de cols que je fait beaucoup moins vite avec plus de watts.

Pour en revenir au sujet, tu serais une bonne cylindrée, car s'envoyer le Galibier depuis Valloire en moins d'1 h, il faut le faire.

Alors sachez que comme pour l'Alpe d'Huez, Valloire proposait aussi un temps une course de côte le lendemain de l'épreuve, donc 1 fois le Galibier et également le Télégraphe l'année suivante, et puis plus rien. Le Galibier avait retenu une 20aine de soldats, et seuls 2 ont fait moins d'une heure, alors..... Bien entendu on pourrait dire qu'ils avaient les 193 bornes de la veille dans les pattes, mais comme c'est un parcours roulant, pas d'excuse et en plus avec une bonne nuit de repos.

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

Sport 101 Facebook V4

Sea Otter

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 24 mars 2019
dimanche 07 avril 2019
samedi 13 avril 2019
dimanche 14 avril 2019
lundi 22 avril 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES