FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • Tilff-Bastogne-Tilff 2019

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 08/06/2019 11:56

       J'en serais aussi mais sur une distance plus modeste....125 km me suffiront ... et je pense remettre ma cassette de tout petit jarret... celle avec le 34....comme je l'ai fais pour lLiege Bastogne Liege.... maintenant que je viens de passer le cap des 60 berges.... pas de honte a balader cette cassette....    En espérant que le méteo se calme un peu...car si il ne pleut pas chez moi (à 20 bornes du sart Tilman)  le vent est fort et par rafale.... Restons optimiste pour demain, selon les prévisions ça doit le faire.... bon amusement à tous...  

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 08/06/2019 18:31

       J'en serais aussi mais sur une distance plus modeste....125 km me suffiront ... et je pense remettre ma cassette de tout petit jarret... celle avec le 34....comme je l'ai fais pour lLiege Bastogne Liege.... maintenant que je viens de passer le cap des 60 berges.... pas de honte a balader cette cassette....    En espérant que le méteo se calme un peu...car si il ne pleut pas chez moi (à 20 bornes du sart Tilman)  le vent est fort et par rafale.... Restons optimiste pour demain, selon les prévisions ça doit le faire.... bon amusement à tous...  

Selon l'IRM, le temps sera sec sur l'ensemble du pays, à l'une ou l'autre averse isolée près. On aura donc de bonnes chances de rester au sec.

Le vent devrait être faible demain. Et de secteur sud, donc on devrait l'avoir dans le dos au retour de Bastogne, mais comme le vent est par nature un grand méchant caractériel dans ces contrées, je ne m'y fie pas trop. smiley undecided

Bonne route à tous !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 08/06/2019 19:39

Selon l'IRM, le temps sera sec sur l'ensemble du pays, à l'une ou l'autre averse isolée près. On aura donc de bonnes chances de rester au sec.

Le vent devrait être faible demain. Et de secteur sud, donc on devrait l'avoir dans le dos au retour de Bastogne, mais comme le vent est par nature un grand méchant caractériel dans ces contrées, je ne m'y fie pas trop. smiley undecided

Bonne route à tous !

Merci pour tes encouragements, Franck !

Selon le site consulté, le vent au retour serait orienté au sud-est... ou au nord-est, mais modéré.

Je vais essayer de ne pas louper une bifurcation et de rester sur mon itinéraire cette fois smiley wink  N'ayant pas réalisé le 220 sur Landen… , je n'ai aucun point de repère sur longue distance et n'ose pas m'attaquer au 250. 

Les horaires de départ et les distances choisies ne nous permettront sans doute pas de nous voir sur le parcours, je devrais attendre vraiment longtemps à Gouvy où Jérémie t'a donné rendez-vous.

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 08/06/2019 20:31

J'espère que le temps va rester sec… normalement oui ! Je pars à 8h30 pour le 168km. Je serai en maillot rouge "Haccourt" sur un S-Works Gris/noir ! On ne sait jamais… estimation 27,5 de moyenne smiley wink Bonne route et surtout du plaisir smiley cool

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 08/06/2019 20:40

J'espère que le temps va rester sec… normalement oui ! Je pars à 8h30 pour le 168km. Je serai en maillot rouge "Haccourt" sur un S-Works Gris/noir ! On ne sait jamais… estimation 27,5 de moyenne smiley wink Bonne route et surtout du plaisir smiley cool

Je pars à 8h30 pour le 168km... estimation 27,5 de moyenne

Avec un départ peu avant 9h00 et une moyenne inférieure à 24, j'ai très peu de chance de t'apercevoir...

Bon amusement et prudence !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 09/06/2019 19:11

Me voici de retour après la longue période d'hydratation après la cyclo smiley cool

Super météo, fraîche par moment mais jamais trop chaude… on est en Belgique aussi !

Du monde mais pas trop comme sur LBL, parcours très agréable avec de beaux points de vue smiley wink

Parti comme prévu à 8h30, mes moments les plus difficiles : Chambralles et La Redoute… il me faut maintenant mettre le 28 pour grimper, alors qu'avant je passais sur du 25 voire 23 par moment… l'âge peut être ???

Voici ma trace pour avoir une idée smiley rolleyes

https://www.strava.com/activities/2436772230

A+

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 09/06/2019 21:39

Me voici de retour après la longue période d'hydratation après la cyclo smiley cool

Super météo, fraîche par moment mais jamais trop chaude… on est en Belgique aussi !

Du monde mais pas trop comme sur LBL, parcours très agréable avec de beaux points de vue smiley wink

Parti comme prévu à 8h30, mes moments les plus difficiles : Chambralles et La Redoute… il me faut maintenant mettre le 28 pour grimper, alors qu'avant je passais sur du 25 voire 23 par moment… l'âge peut être ???

Voici ma trace pour avoir une idée smiley rolleyes

https://www.strava.com/activities/2436772230

A+

avant je passais sur du 25 voire 23 par moment… l'âge peut être ???

En bruxellois : non peut-être !  smiley wink  Quel âge as-tu Thierry ?

J'avais 39x26 (on ne parlait pas encore des pédaliers compacts à cette époque) pour mes premières participations à la Vélomédiane C. Criquielion et 30x29 l'année dernière. Aujourd'hui, c'était 30x32 et je l'ai utilisé sans modération et sans honte malgré les jeunettes  qui me dépassaient comme des avions de chasse smiley surprised

Je deviens un disciple de Franck Pastor. Ma cadence moyenne est de 78 tr/min, périodes de roue libre dans les descentes incluses.

Concernant la rando, j'y ai pris plus de plaisir qu'à la Chouffe Classic (beaucoup de monde, attitude anarchique de certains) et Landen - 3 Ponts - Landen (je me suis trompé sur le parcours et j'ai terminé sous la pluie). Paysages, météo, bonne ambiance : tout était réuni pour me réconcilier avec le Proximus Cycling Challenge.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 09/06/2019 22:08

avant je passais sur du 25 voire 23 par moment… l'âge peut être ???

En bruxellois : non peut-être !  smiley wink  Quel âge as-tu Thierry ?

J'avais 39x26 (on ne parlait pas encore des pédaliers compacts à cette époque) pour mes premières participations à la Vélomédiane C. Criquielion et 30x29 l'année dernière. Aujourd'hui, c'était 30x32 et je l'ai utilisé sans modération et sans honte malgré les jeunettes  qui me dépassaient comme des avions de chasse smiley surprised

Je deviens un disciple de Franck Pastor. Ma cadence moyenne est de 78 tr/min, périodes de roue libre dans les descentes incluses.

Concernant la rando, j'y ai pris plus de plaisir qu'à la Chouffe Classic (beaucoup de monde, attitude anarchique de certains) et Landen - 3 Ponts - Landen (je me suis trompé sur le parcours et j'ai terminé sous la pluie). Paysages, météo, bonne ambiance : tout était réuni pour me réconcilier avec le Proximus Cycling Challenge.

 

C'est le plus important. .. s'amuser, prendre du plaisir smiley wink

Pour mon âge, j'arrive à 55 ans dans 4 mois... mais mon 34-28 m'a fait du bien smiley cool car je mouline en général vers les 90 tours/min

A+

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 09/06/2019 22:12

     Belle meteo en tout cas, j'ai quasi eu le soleil tout le long de ma sortie.... un bien beau parcours ce 125km j'ai beau connaitre la région ,je ne me lasse pas de ces beaux paysages ardennais....

 Pour les braquets....vaut mieux ne pas trop y penser....lorsque j'étais amateur et que j'avais 20ans ,que je pesais 60 kg...on montais l'ancienne Redoute ( il n'y avait pas encore l'autoroute....et on passait certe un peu à l'arrache , en 42x18 .... aujourd'hui  c'etait 34x34....et tout aussi à l'arrache evidement avec 15kg de plus et 3x plus agé. smiley cool... Je me console en me disant que j'ai encore bien de la chance de pouvoir faire ce sport avec plaisir et de m'extasier devant tout ces paysages qui s'offrent à nous....

   Prochaine dose de plaisir....à partir de jeudi sur Malaucene pour faire la Santini grand fondo dimanche prochain et ensuite continuer qq jours à decouvrir cette belle région....smiley tongue-out

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 08:38

Question braquets, j'ai encore une belle longueur d'avance sur vous avec mon 24/34 à l'âge de 47 ans. Et il a bien servi hier sur ce grand parcours de 250 km !

Réveil à 4 h à Bruxelles, départ de chez moi en voiture à 5 h et arrivée au Country-Hall de Liège un peu après 6 h. Trop tôt même pour retirer dossard et plaque de cadre, donc j'en profite pour sortir le vélo du coffre et me préparer. Première contrariété, je m'aperçois que j'ai oublié mes lunettes cyclistes… j'oublie décidément toujours un petit truc lors de ces déplacements ! Enfin bon, ça n'empêche pas de rouler. Dossard et plaque de cadre retirés et installés (épingler ce fichu dossard me prend toujours une plombe !) après une longue file d'attente, il est 6 h 45 quand je prend le départ.

Il fait 8 degrés à ce moment-là, et malgré l'imper, les manchettes et les jambières, j'ai froid à en claquer des dents dans la longue et rapide descente initiale vers Tilff, qu'on grimpera au retour. Puis c'est la seule partie plate conséquente du parcours, entre Tilff et Martinrive, le long de l'Ourthe puis de l'Amblève.

Et là, à Martinrive, on entre en Ardenne et dans le vif du sujet avec la côte de Chambralles, d'emblée une des côtes les plus difficiles du jour. 1550 m à 9,5% de moyenne et passage à 20% : inévitablement ça réchauffe,et le 24/34 chauffe bien aussi ! Peu après, à Harzé, passage sans problème de la côte de Havelange, longue avec ses 3 km, mas régulière et assez peu pentue (5,5%), juste avant le premier ravito.

Ensuite, j'ai le malheur de ressentir à nouveau une douleur au genou gauche, la même que pendant Landen—Trois-Ponts—Landen, qui apparaît dès que mon coup de pédale se désordonne. Ça apparaît souvent lorsqu'il fait froid, ou que la présence d'autres cyclistes fait que je vais inconsciemment plus fort que d'habitude… C'est le cas ici certes mais la cause première est ma jambe gauche plus courte que l'autre, m'a dit mon médecin sportif, qui fait que mon pédalage est disymétrique. En attendant d'y trouver un remède (surépaisseur de semelle, de pédales ou de cales… je le saurai avant peu), ça m'oblige à me concentrer à fond sur mon pédalage pour ne pas ressentir cette douleur, et à ma grande frustration ne pas trop m'attarder sur les somptueux paysages qui m'entourent.

Revenons au parcours. Au sommet de la côte de Havelange, un panneau annonçait quelque chose comme « Prochaine côte à 98 km ». LOL, comme on dit aujourd'hui ! De Havelange à Chevofosse, cette soi-disante «prochaine» côte, la route ne fera que monter et descendre, par des toboggans qui pour n'être pas répertoriés méritaient pourtant de l'être pour certains. Particulièrement de Havelange à Bastogne, où les montées sont souvent longues et certaines pentues.

Du reste, peu après Odeigne et une de ces longues ascensions, on atteint le point culminant du parcours à 640 m, près de la Baraque de Fraiture et ses 650 m qui constituent le point le plus haut de la province du Luxembourg belge. Pour rappel, le point culminant de toute la Belgique est à 694 m (Signal de Botrange, province de Liège).

À Bastogne donc, km 100, où j'arrive un peu avant 12 h, c'est le deuxième ravitaillement. Séance d'étirement pour soulager les articulations, remplissage de bidons (j'en aurai consommé 6 de 50 cl pendant cette journée) et re-départ. Entre Bastogne et Gouvy, km 140, ça continue certes à monter et descendre, mais cette fois-ci sur des chaussées souvent dégradées. Et, au début, sur une route très fréquentée… pas génial de devoir rouler dans des ornières et nids-de-poule à cause du trafic !

Heureusement la vraie campagne revient assez vite et donc le trafic diminue. Passage entre autres par les bourgs de Mageret (de canard, écrit un farceur sur un panneau) et Boeur (de cacahuètes), puis de somptueux paysage ardennais du côté de Tavigny, Cetturu et Brisy.

Peu après la gare de Gouvy, je reconnais à 200 m devant moi un cycliste tout fin en maillot blanc avec un vélo Gravel orange : c'est Jérémie Laplac qui vient comme prévu de descendre du train et qui file vers le 3e ravitaillement, à quelques kilomètres. On s'y retrouve, papote un peu avant de repartir.

Jérémie est à court d'entraînement, mais ça n'empêche que son niveau est toujours impressionnant, et il doit le plus souvent m'attendre dans les montées. Le vent est sensible sur certaines portions roulantes, et c'est bien pratique de pouvoir prendre sa roue à ce moment ! Je lui envie ses roues de 42, car le revêtement est encore catastrophique, sauf du côté de Vielsalm et Recht, où on roule tout à coup sur du billard.

À Malmédy (beaux paysages !) où on retrouve la province de Liège, une longue, très longue portion en faux-plat descendant entrecoupée de quelques remontées mène à la troisième (ha ha) côte répertoriée du parcours : Chevofosse. La côte du viaduc, j'ai envie de l'appeler, elle passe en-dessous puis au dessus d'un énorme viaduc de l'autoroute E42, à la faveur de deux raidards entrecoupés d'un long replat. La route est très étroite, et malheureusement toute une procession de voitures touristiques choisit ce moment pour emprunter cette côte en même temps que nous. Bonjour le stress et les gaz d'échappements… Enfin bon, cette côte franchie, il ne reste plus qu'à débouler sur Stavelot (km 183) et le 4e ravitaillement.

La dernière fois que j'avais fait le grand parcours, en 2017, ce ravito était sur le point de fermer à mon arrivée. Pas cette fois, heureusement, il y a encore du monde et c'est bon signe. Par contre, il est toujours aussi mal placé, quelques centaines de mètres avant la plus grosse difficulté du parcours, la terrible côte d'Amermont. D'abord 2 km très, très pentus, en gros deux «murs» avec un passage à 21% où je roule à 5-6 km/h, entrecoupé d'une très courte redescente, et puis on rejoint l'itinéraire de la Haute-Levée pour les 1500 derniers mètres, en faux-plat montant et venté. Je commence à vraiment sentir mes jambes, la distance se fait maintenant bien sentir.

On redescend sur Francorchamps d'abord, puis Moulin du Ruy, pour affronter la difficulté répertoriée suivante : la côte du Rosier. La plus longue du parcours (4 km), pas très pentue et régulière (5,7 %), c'est une montée où je peux normalement atteindre une vitesse de croisière de 15 km/h par endroits… cette fois, j'ai du mal à aller à dépasser les 10, c'est dire si je suis crevé. Au sommet (km 200), Jérémie (qui y est arrivé longtemps avant moi) doit prendre congé et rentrer chez lui par l'itinéraire le plus cours en raison de ses obligations familiales : le tracé de la rando lui ferait faire un détour assez long.

Me revoilà seul pour faire les derniers 50 km de la journée. Et après une longue descente bien agréable vers La Gleize, et une petite séance de toboggans à Stoumont, c'est une long faux-plat de 20 km qui m'attend entre Targnon et Remouchamps. D'habitude le moral en prend un coup sur ce genre de portion que je déteste entre toutes. Là, par contre, ça va un peu mieux : le genou se fait maintenant presque oublier et les jambes tournent plutôt bien, jusqu'au cinquième et dernier ravitaillement à Remouchamps (km 225).

En 2017, quand j'y étais arrivé, ce ravitaillement-là avait déjà carrément fermé… Cette fois il est encore ouvert, mais il y a très peu de monde. On doit être une dizaine de cyclistes quand même, la plupart du grand parcours mais certains font un des parcours intermédiaires. Il est 18 h, ne reste plus que 25 km et trois côtes pour finir. Mais la première d'entre elles, c'est la Redoute… pas la peine de présenter cette butte qui surplombe Remouchamps. Le 24/34 y chauffe à blanc, mais j'arrive au sommet sans trop de mal. Ensuite régler le Hornay paraît une formalité (mais pas trop vite…) et après la longue descente de Dolembreux, me voilà revenu à Tilff et au pied de la longue côte de l'Hôpital (2500 m) à qui mène à l'arrivée.

Dans cette ultime côte, j'ai la surprise deux rattraper… un tandem et un vélo couché, qui font apparemment route ensemble. Même s'ils ont fait un parcours intermédiaire d'après ce que leurs passagers m'ont dit, faire Chambralles, la Redoute et peut-être même Amermont avec ces engins, il faut du mérite !!

Retour au Country-Hall de Liège vers 19 h 25. Le compteur est en accord avec la distance annoncée au départ : 250 km. 12 h 40 de sortie au total, dont 11 h 39 sur le vélo, soit une moyenne de 21,5 km/h. 83 tours/minutes de fréquence moyenne de pédalage, plutôt basse par rapport à mon habitude. Fatigue aidant, sans doute, et le fait que je profitais au maximum des descentes pour faire de la roue libre et récupérer.

La fermeture du site d'arrivée est censée intervenir à 20 h seulement, mais les préposés plient déjà bagages, notamment ceux du parking vélo que je comptais utiliser. Pas grave, on peut quand même toujours rendre sa plaque de cadre et récupérer la caution de 5 euros qui va avec. Comme sur Landen—Trois-Ponts—Landen, ceux qui aiment ça peuvent toujours prendre une bière, mais les vendeurs de frites et sandwichs sont eux déjà partis, à ma frustration. Mais bon, l'objectif du jour est atteint : à nouveau faire le grand parcours de Tilff-Bastogne-Tilff et terminer dans les délais. smiley smile

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 10:23

Je rectifie une erreur dans mon récit : le panneau indiquant « Prochaine côte : côte de Chevofosse à 98 km » ne se trouvait pas au sommet de la côte de Havelange, mais à celui de la côte de Bonnerue, troisième côte répertoriée, qui se trouvait une quarantaine de km plus loin. Chevofosse était donc la quatrième côte répertoriée du parcours et non la troisième. (En réalité, c'était plutôt la quarantième que la quatrième, mais bon…)

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 10:54

Je rectifie une erreur dans mon récit : le panneau indiquant « Prochaine côte : côte de Chevofosse à 98 km » ne se trouvait pas au sommet de la côte de Havelange, mais à celui de la côte de Bonnerue, troisième côte répertoriée, qui se trouvait une quarantaine de km plus loin. Chevofosse était donc la quatrième côte répertoriée du parcours et non la troisième. (En réalité, c'était plutôt la quarantième que la quatrième, mais bon…)

Un seul mot : bravo !

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 11:33

Me voici de retour après la longue période d'hydratation après la cyclo smiley cool

Super météo, fraîche par moment mais jamais trop chaude… on est en Belgique aussi !

Du monde mais pas trop comme sur LBL, parcours très agréable avec de beaux points de vue smiley wink

Parti comme prévu à 8h30, mes moments les plus difficiles : Chambralles et La Redoute… il me faut maintenant mettre le 28 pour grimper, alors qu'avant je passais sur du 25 voire 23 par moment… l'âge peut être ???

Voici ma trace pour avoir une idée smiley rolleyes

https://www.strava.com/activities/2436772230

A+

Etant un peu un "dinosaure" (pas de compte facebook, pas de gps sur le vélo, …) j'ai dû m'inscrire sur strava pour lire ton lien smiley surprised

Je suppose que les puissances indiquées ne sont pas mesurées mais calculées, parce que certaines valeurs sont incohérentes par rapport aux rythmes cardiaques correspondants.

Sinon, je dirais que tu as plus que de "beaux restes". 28.5 de moyenne sur ce parcours exigeant est tout-à-fait honorable pour un "vieux" de 55 ans smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 14:56

Désolé, je ne savais pas qu'il fallait absolument s'inscrire pour pouvoir consulter le lien !

Merci pour mes beaux restes, aujourd'hui recovery avec le Club (107km) assez plat, fallait pas plus !

Concernant les côtes, Amermont est passée sans soucis, j'ai eu plus de difficultés dans Chambralles et sur le 2ème palier de la Redoute… un groupe de motards dont un en panne dans le raidillon où on frôle les 20%, sympa smiley lol

Je n'ai pas de capteur de puissance, vieille école et donc uniquement les pulses smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 15:35

    Bravo Franck...et pour ton parcours et pour ton résumé...smiley smile

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 16:29

Merci ! 

Tout le monde ici a bien profité de cette journée, à ce que je vois, et a parfaitement mené à terme ses objectifs sur cette rando. smiley smile

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 17:38

Merci ! 

Tout le monde ici a bien profité de cette journée, à ce que je vois, et a parfaitement mené à terme ses objectifs sur cette rando. smiley smile

Belle performance et chouette CR, Franck smiley wink

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 10/06/2019 19:24

Merci ! 

Tout le monde ici a bien profité de cette journée, à ce que je vois, et a parfaitement mené à terme ses objectifs sur cette rando. smiley smile

Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire tes CR qui fourmillent de détails. Tu aurais certainement fait un bon prof de géo smiley surprised

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/06/2019 07:47

Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire tes CR qui fourmillent de détails. Tu aurais certainement fait un bon prof de géo smiley surprised

Dis voir, Thierry, n'était-ce pas la première grande vadrouille avec ton nouveau compagnon ? Quid des sensations et de la position ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/06/2019 08:18

Question braquets, j'ai encore une belle longueur d'avance sur vous avec mon 24/34 à l'âge de 47 ans. Et il a bien servi hier sur ce grand parcours de 250 km !

Réveil à 4 h à Bruxelles, départ de chez moi en voiture à 5 h et arrivée au Country-Hall de Liège un peu après 6 h. Trop tôt même pour retirer dossard et plaque de cadre, donc j'en profite pour sortir le vélo du coffre et me préparer. Première contrariété, je m'aperçois que j'ai oublié mes lunettes cyclistes… j'oublie décidément toujours un petit truc lors de ces déplacements ! Enfin bon, ça n'empêche pas de rouler. Dossard et plaque de cadre retirés et installés (épingler ce fichu dossard me prend toujours une plombe !) après une longue file d'attente, il est 6 h 45 quand je prend le départ.

Il fait 8 degrés à ce moment-là, et malgré l'imper, les manchettes et les jambières, j'ai froid à en claquer des dents dans la longue et rapide descente initiale vers Tilff, qu'on grimpera au retour. Puis c'est la seule partie plate conséquente du parcours, entre Tilff et Martinrive, le long de l'Ourthe puis de l'Amblève.

Et là, à Martinrive, on entre en Ardenne et dans le vif du sujet avec la côte de Chambralles, d'emblée une des côtes les plus difficiles du jour. 1550 m à 9,5% de moyenne et passage à 20% : inévitablement ça réchauffe,et le 24/34 chauffe bien aussi ! Peu après, à Harzé, passage sans problème de la côte de Havelange, longue avec ses 3 km, mas régulière et assez peu pentue (5,5%), juste avant le premier ravito.

Ensuite, j'ai le malheur de ressentir à nouveau une douleur au genou gauche, la même que pendant Landen—Trois-Ponts—Landen, qui apparaît dès que mon coup de pédale se désordonne. Ça apparaît souvent lorsqu'il fait froid, ou que la présence d'autres cyclistes fait que je vais inconsciemment plus fort que d'habitude… C'est le cas ici certes mais la cause première est ma jambe gauche plus courte que l'autre, m'a dit mon médecin sportif, qui fait que mon pédalage est disymétrique. En attendant d'y trouver un remède (surépaisseur de semelle, de pédales ou de cales… je le saurai avant peu), ça m'oblige à me concentrer à fond sur mon pédalage pour ne pas ressentir cette douleur, et à ma grande frustration ne pas trop m'attarder sur les somptueux paysages qui m'entourent.

Revenons au parcours. Au sommet de la côte de Havelange, un panneau annonçait quelque chose comme « Prochaine côte à 98 km ». LOL, comme on dit aujourd'hui ! De Havelange à Chevofosse, cette soi-disante «prochaine» côte, la route ne fera que monter et descendre, par des toboggans qui pour n'être pas répertoriés méritaient pourtant de l'être pour certains. Particulièrement de Havelange à Bastogne, où les montées sont souvent longues et certaines pentues.

Du reste, peu après Odeigne et une de ces longues ascensions, on atteint le point culminant du parcours à 640 m, près de la Baraque de Fraiture et ses 650 m qui constituent le point le plus haut de la province du Luxembourg belge. Pour rappel, le point culminant de toute la Belgique est à 694 m (Signal de Botrange, province de Liège).

À Bastogne donc, km 100, où j'arrive un peu avant 12 h, c'est le deuxième ravitaillement. Séance d'étirement pour soulager les articulations, remplissage de bidons (j'en aurai consommé 6 de 50 cl pendant cette journée) et re-départ. Entre Bastogne et Gouvy, km 140, ça continue certes à monter et descendre, mais cette fois-ci sur des chaussées souvent dégradées. Et, au début, sur une route très fréquentée… pas génial de devoir rouler dans des ornières et nids-de-poule à cause du trafic !

Heureusement la vraie campagne revient assez vite et donc le trafic diminue. Passage entre autres par les bourgs de Mageret (de canard, écrit un farceur sur un panneau) et Boeur (de cacahuètes), puis de somptueux paysage ardennais du côté de Tavigny, Cetturu et Brisy.

Peu après la gare de Gouvy, je reconnais à 200 m devant moi un cycliste tout fin en maillot blanc avec un vélo Gravel orange : c'est Jérémie Laplac qui vient comme prévu de descendre du train et qui file vers le 3e ravitaillement, à quelques kilomètres. On s'y retrouve, papote un peu avant de repartir.

Jérémie est à court d'entraînement, mais ça n'empêche que son niveau est toujours impressionnant, et il doit le plus souvent m'attendre dans les montées. Le vent est sensible sur certaines portions roulantes, et c'est bien pratique de pouvoir prendre sa roue à ce moment ! Je lui envie ses roues de 42, car le revêtement est encore catastrophique, sauf du côté de Vielsalm et Recht, où on roule tout à coup sur du billard.

À Malmédy (beaux paysages !) où on retrouve la province de Liège, une longue, très longue portion en faux-plat descendant entrecoupée de quelques remontées mène à la troisième (ha ha) côte répertoriée du parcours : Chevofosse. La côte du viaduc, j'ai envie de l'appeler, elle passe en-dessous puis au dessus d'un énorme viaduc de l'autoroute E42, à la faveur de deux raidards entrecoupés d'un long replat. La route est très étroite, et malheureusement toute une procession de voitures touristiques choisit ce moment pour emprunter cette côte en même temps que nous. Bonjour le stress et les gaz d'échappements… Enfin bon, cette côte franchie, il ne reste plus qu'à débouler sur Stavelot (km 183) et le 4e ravitaillement.

La dernière fois que j'avais fait le grand parcours, en 2017, ce ravito était sur le point de fermer à mon arrivée. Pas cette fois, heureusement, il y a encore du monde et c'est bon signe. Par contre, il est toujours aussi mal placé, quelques centaines de mètres avant la plus grosse difficulté du parcours, la terrible côte d'Amermont. D'abord 2 km très, très pentus, en gros deux «murs» avec un passage à 21% où je roule à 5-6 km/h, entrecoupé d'une très courte redescente, et puis on rejoint l'itinéraire de la Haute-Levée pour les 1500 derniers mètres, en faux-plat montant et venté. Je commence à vraiment sentir mes jambes, la distance se fait maintenant bien sentir.

On redescend sur Francorchamps d'abord, puis Moulin du Ruy, pour affronter la difficulté répertoriée suivante : la côte du Rosier. La plus longue du parcours (4 km), pas très pentue et régulière (5,7 %), c'est une montée où je peux normalement atteindre une vitesse de croisière de 15 km/h par endroits… cette fois, j'ai du mal à aller à dépasser les 10, c'est dire si je suis crevé. Au sommet (km 200), Jérémie (qui y est arrivé longtemps avant moi) doit prendre congé et rentrer chez lui par l'itinéraire le plus cours en raison de ses obligations familiales : le tracé de la rando lui ferait faire un détour assez long.

Me revoilà seul pour faire les derniers 50 km de la journée. Et après une longue descente bien agréable vers La Gleize, et une petite séance de toboggans à Stoumont, c'est une long faux-plat de 20 km qui m'attend entre Targnon et Remouchamps. D'habitude le moral en prend un coup sur ce genre de portion que je déteste entre toutes. Là, par contre, ça va un peu mieux : le genou se fait maintenant presque oublier et les jambes tournent plutôt bien, jusqu'au cinquième et dernier ravitaillement à Remouchamps (km 225).

En 2017, quand j'y étais arrivé, ce ravitaillement-là avait déjà carrément fermé… Cette fois il est encore ouvert, mais il y a très peu de monde. On doit être une dizaine de cyclistes quand même, la plupart du grand parcours mais certains font un des parcours intermédiaires. Il est 18 h, ne reste plus que 25 km et trois côtes pour finir. Mais la première d'entre elles, c'est la Redoute… pas la peine de présenter cette butte qui surplombe Remouchamps. Le 24/34 y chauffe à blanc, mais j'arrive au sommet sans trop de mal. Ensuite régler le Hornay paraît une formalité (mais pas trop vite…) et après la longue descente de Dolembreux, me voilà revenu à Tilff et au pied de la longue côte de l'Hôpital (2500 m) à qui mène à l'arrivée.

Dans cette ultime côte, j'ai la surprise deux rattraper… un tandem et un vélo couché, qui font apparemment route ensemble. Même s'ils ont fait un parcours intermédiaire d'après ce que leurs passagers m'ont dit, faire Chambralles, la Redoute et peut-être même Amermont avec ces engins, il faut du mérite !!

Retour au Country-Hall de Liège vers 19 h 25. Le compteur est en accord avec la distance annoncée au départ : 250 km. 12 h 40 de sortie au total, dont 11 h 39 sur le vélo, soit une moyenne de 21,5 km/h. 83 tours/minutes de fréquence moyenne de pédalage, plutôt basse par rapport à mon habitude. Fatigue aidant, sans doute, et le fait que je profitais au maximum des descentes pour faire de la roue libre et récupérer.

La fermeture du site d'arrivée est censée intervenir à 20 h seulement, mais les préposés plient déjà bagages, notamment ceux du parking vélo que je comptais utiliser. Pas grave, on peut quand même toujours rendre sa plaque de cadre et récupérer la caution de 5 euros qui va avec. Comme sur Landen—Trois-Ponts—Landen, ceux qui aiment ça peuvent toujours prendre une bière, mais les vendeurs de frites et sandwichs sont eux déjà partis, à ma frustration. Mais bon, l'objectif du jour est atteint : à nouveau faire le grand parcours de Tilff-Bastogne-Tilff et terminer dans les délais. smiley smile

Bravo Franck et super CR ........

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/06/2019 10:44

Bravo Franck et super CR ........

Merci de l'appréciation !

Ceci dit, quand je relis mon récit et que je vois les fautes d'orthographe monstrueuses que j'ai laissé passer… smiley embarassed

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/06/2019 10:49

Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire tes CR qui fourmillent de détails. Tu aurais certainement fait un bon prof de géo smiley surprised

Elle est amusante ta remarque, parce que la semaine dernière je me suis retrouvé à aider une de mes classes à faire leurs révisions de géographie pour leur examen de fin d'année !

Certains (des 5e secondaire pourtant — l'équivalent de la classe de Première en France) n'avaient aucune idée de la location de pays comme la Bulgarie ou la Croatie… Pour l'Estonie ou le Lichtenstein, n'en parlons même pas.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/06/2019 11:09

Bravo Franck et super CR ........

Je ne trouve pas tant de fautes , tu a bien décomposé en paragraphes riches et détaillés  les différentes étapes de ta superbe cyclo  c'est très plaisant a lire c'est le principal  ....

Il y a interet a avoir les bons braquets quand je vois les¨% que tu annonce smiley surprised et le D+ final ....

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 11/06/2019 11:51

Dis voir, Thierry, n'était-ce pas la première grande vadrouille avec ton nouveau compagnon ? Quid des sensations et de la position ?

Tout-à-fait Jérémie smiley lol

Comme expliqué dans mon mail, le cadre est bien rigide et l'attitude en courbes rapides est saine, sans souci. 

Les bases étant plus longues que sur mon plan et suite à notre discussion sur ce sujet chez Michel, je craignais d'être pénalisé dans les côtes, d'autant plus que ce vélo est 700 gr plus lourd que le CKT, mais j'ai fait un meilleur temps que l'année dernière. Ce qui me conforte dans la conviction que la condition du cycliste prime sur les autres critères pour expliquer une performance.

Concernant la position, j'ai dû mettre une potence de 100 au lieu de 90, suite à diverses imprécisions ou erreurs que je t'ai expliquées, mais elle est globalement correcte. Et je qualifierais le confort de "sportif" : l'acier amortit les vibrations sonores mais ça tape quand même pas mal sur les routes dégradées. Direction blindée et précise, haubans courts et costauds... 

Il reste les détails qui font la différence par rapport à la production de série : boîte de pédalier BSA pour la facilité et hauteur de la patte de dérailleur avant centrée autour de 46 dents (fourchette que j'estime entre 50 et 42, je pourrai essayer les plateaux ovales en 46/30 ou mettre de plus petites dentures si mes forces déclinantes l'exigent… le plus tard possible smiley mr-green).

Le bilan est donc plutôt positif, malgré les agacements dont tu connais les raisons. Je reste seulement sur le regret de ne pas avoir pu expérimenter une fourche à déport limité (environ 30 mm au lieu de 45), version "Kérautret light", pour augmenter encore la stabilité à haute vitesse et aussi parce que cela réduirait les petites oscillations sur l'angle lorsque le revêtement est bosselé. Je n'avais pas la patience d'attendre un an et demi pour un Levacon...  

 

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

Campagnolo Juillet

KTM

Sport pulsion astana

Oisans tourisme 1ère semaine

La Drômoise
INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 26 mai 2019
samedi 27 juillet 2019
samedi 03 août 2019
dimanche 04 août 2019
samedi 10 août 2019
samedi 17 août 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES