FLASHS

Pros

Interview de Michel Gros, agent de coureurs

Publié le 09/04/2009 14:17

Interview de Michel Gros : "agent de coureurs dans le cyclisme, ça n'a rien à voir avec le même métier dans le football."
Interview de Michel Gros, agent de coureurs : "agent de coureurs dans le cyclisme, ça n'a rien à voir avec le même métier dans le football."

Une fois par mois, Vélo 101 vous invite à découvrir, par le biais d'une interview, l'un des multiples métiers cyclistes gravitant autour des coureurs. Vous avez découvert Julien Jurdie dans son rôle de directeur sportif en janvier, Thierry Viaene dans celui de mécanicien en février, Vincent Villérius dans celui d'entraîneur en mars. Rencontre ce mois-ci avec Michel Gros. Coureur indépendant dans les années 60, directeur sportif du VC Lyon-Vaulx-en-Velin puis d'équipes professionnelles comme Festina et Jean Delatour, le Lyonnais s'est reconverti dans le métier d'agent de coureurs.
Michel, comment êtes-vous devenu agent de coureurs ?
"Je suis devenu agent de coureurs en 2003. Puis cette fonction a été régularisée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports en 2005 avec un examen. Nous sommes maintenant officiellement reconnus, alors qu'avant nous pratiquions un peu de façon sauvage. Depuis 2005, il existe un examen pour les gens qui veulent devenir agents."

Vous avez donc transité du métier de directeur sportif à celui d'agent directement ?
"En 2002, j'étais directeur sportif chez Jean Delatour. J'étais arrivé à l'âge de la retraite et je comptais arrêter. Pendant le Tour de France, j'avais été contacté lors d'une journée de repos à Bordeaux par une société de management. Je n'avais pas donné suite dans l'immédiat mais après quelques mois de retraite, ça commençait à me démanger. J'ai donc repris contact avec eux et c'est comme ça que je suis devenu agent, d'abord avec Panathénées puis en créant ma propre société."

Vous travaillez donc désormais à votre compte ?
"J'ai toujours une relation avec une autre agence, mais seulement pour certains coureurs."

Combien de coureurs gérez-vous aujourd'hui ?
"En gestion de carrière, on va dire à peu près vingt-cinq coureurs. Je gère notamment Christophe Moreau, Cyril Dessel, Maxime Bouet... Mais aussi des coureurs étrangers comme Nicolas Roche, Simon Gerrans, Jeremy Hunt. Qu'ils soient en contrat avec des équipes françaises ou des équipes étrangères."

Des coureurs de diverses équipes, ça ne crée par de conflit d'intérêt ?
"Non. Toutes les équipes du peloton, tous les directeurs sportifs qui sont pour la plupart d'anciens collègues, sont des gens avec qui je discute."

Etes-vous beaucoup à pratiquer ce métier en France ?
"Non, nous ne sommes par énormément. A être vraiment présents en France, nous ne sommes pas nombreux à part la société Panathénées. On ressent peu la présence des agents pour le moment. D'autres ont passé l'examen mais je pense qu'ils ont relativement peu de coureurs pour l'instant."

Rien à voir avec le football...
"Ce ne sont pas les mêmes salaires, pas les mêmes enjeux financiers. Ca n'a rien à voir."

Comment êtes-vous rémunéré ?
"Nous sommes rémunérés sur les montants des contrats négociés avec les équipes. Je m'occupe aussi de la tournée des critériums pour le compte des coureurs. Je ne peux pas vous communiquer mon pourcentage, c'est une chose secrète ! Dans tous les cas, c'est beaucoup moins que les chiffres que j'ai entendus et ça n'excède pas 5 %."

Etes-vous satisfait de l'orientation que vous avez prise ?
"Bien sûr, moi ça me va très bien. Je n'ai pas non plus l'ambition d'avoir cinquante coureurs à m'occuper donc ça me va très bien. Vingt-cinq, c'est déjà pas mal. C'est fluctuant selon les années car il est évident qu'il y a quelques coureurs qui malheureusement, par les temps qui courent, ne retrouvent pas d'emploi."

Des coureurs, mais aussi des équipes qui ne retrouvent pas de repreneurs, cela peut-il vous arriver d'entrer en contact avec des entreprises intéressées par le vélo ?
"Ca peut arriver, ça m'est arrivé d'ailleurs de faire des projets de budget d'équipe professionnelle. Mais aujourd'hui, il y a peu de chance que je revienne à ma fonction de directeur sportif."

Propos recueillis à Saint-Raphaël le 21 février 2009.

Instagram Vélo101

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 16 décembre 2018
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019
dimanche 10 mars 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES

Sportour déc-janv19
Fenioux déc18-janv19