FLASHS

Pros

Belfort – Chalon-Sur-Saône (230 km) — La Gazette du Tour 2019 #7

Publié le 12/07/2019 12:24

Voici la 7e édition de la Gazette du Tour ! Découvrez-y comment Wiggins a assomé le Tour à Besançon en 2012, quoi déguster en Bresse, de quelle manière on pourrait assister aujourd'hui à la deuxième victoire belge d'affilée...

L’étape du jour : Belfort – Chalon-Sur-Saône (230 km)profil étape 7 tdf 2019profil étape 7 tdf 2019 | © ASO

Un grand trait tracé sur la carte de France, parallèlement à la frontière suisse. Voilà une bonne manière de résumer cette vraie bonne étape de transition qui emmènera les coureurs de Belfort à Chalon-sur-Saône, en constituant le plus long parcours de ce Tour 2019, avec 230 kilomètres au programme.

Les organismes, éprouvés par la journée harassante de la veille, auront sûrement besoin de récupérer quelque peu avant la traversée du Massif Central, ce qui ne devrait pas favoriser le spectacle. Seuls les équipiers des sprinteurs auront gardé des forces lors de cette étape vosgienne sans enjeux pour eux, ce qui promet un sprint massif à Chalon-sur-Saône. En ajoutant à cela une traversée de la Bresse soumise au vent, on en déduit ainsi la quasi-impossibilité de voir un échappé lever les bras en Saône et Loire.

Finalement, l’intérêt de l’étape revient alors à l’essence même du Tour de France, c’est-à-dire de proposer aux téléspectateurs une découverte des splendides plateaux et vignobles de Bourgogne. A défaut de pouvoir vous réjouir du spectacle, profitez donc des paysages !

 

La Grosse Cote du Jour : Jasper Stuyvennull

L’outsider le plus régulier lors des arrivées massives de ce Tour 2019 n’est pourtant pas un sprinteur. 10e à Bruxelles, 8e à Nancy, sans oublier ses places de 3e et 9e à Epernay et Colmar au sein de groupes plus réduits, Jasper Stuyven multiplie les places d’honneur, espérant qu’un jour la chance du vainqueur lui sourira enfin.

Et pourquoi pas, cette saison il a bien été capable de devancer Michael Matthews et Alexander Kristoff lors de la 5e étape du Tour de Suisse, renouvelant l’opération avec l’australien lors de l’étape de Nancy. Adroit sur son vélo et téméraire, le belge n’hésite pas à frotter dans le final agité d’un sprint de la Grande Boucle pour s’élancer le mieux placé possible à l’assaut de la victoire. Si, sans train de la part de son équipe pour lui favoriser cette quête, lever les bras à la régulière paraît encore compliqué, il pourrait en revanche tirer son épingle du jeu si les derniers kilomètres sont tumultueux.

Déjà vainqueur d’une étape de la Vuelta en 2015 ainsi que de Kuurne-Brussel-Kuurne en 2016, le coureur de la Trek-Segafredo peut espérer rajouter cette année une ligne encore plus glorieuse à son palmarès.

 

L’œil sur le dossard 101

Légère contre-performance d’Adam Yates lors de cette ascension de la Planche des Belles Filles. En effet, au plus fort de la pente, le britannique a laissé s’en aller ses plus dangereux rivaux pour le classement général, tels Thibaut Pinot, Gerraint Thomas ou encore Nairo Quintana. Accusant désormais un retard de 35 secondes de retard sur le tenant du titre, le coureur de la Michelton-Scott va devoir batailler dans les massifs pyrénéen et alpin pour ne pas encore trop perdre de distance sur les autres favoris.

Toutefois, le podium est loin d’être perdu pour Adam Yates. Si Gerraint Thomas semble avoir fait une esquisse de démonstration de sa suprématie, sur une déclivité de la route poussée à l’extrême qui ne constitue pas son terrain de prédilection, la particularité de la Planche des Belles Filles par rapport aux montées à venir rend impossible de tirer plus d’enseignements sur les rapports de force entre les différents favoris. Pour cela, Adam Yates devra attendre le Tourmalet pour savoir où il se situe réellement !

 

Le beau geste de la veille : les inscriptions sur la route à l’effigie de Thibaut Pinotmontée pinotmontée pinot | © Alexandre Pasteur

Cette fois, le beau geste de la veille n’est pas celui d’un coureur, mais bien celui de spectateurs, ou plutôt de supporters, ceux de Thibaut Pinot en particulier. En effet, le régional de l’étape a eu l’honneur de voir baptiser l’un des tronçons les plus raides de l’ascension de la Planche des Belles Filles en son nom, avec une véritable « montée Pinot ». Des centaines de mètres de route ont en effet été régulièrement marqués par le nom du franc-comtois écrit à la craie, lui appropriant en quelque sorte le passage. « PINOT, PINOT, PINOT, PINOT », c’est ainsi ce que pouvaient lire les coureurs du Tour sous leur roue, en accord avec le nom qu’ils entendaient être scandé par le public.

Bref, au sommet de la Planche des Belles, la Grande Boucle a pris quelques instants l’allure de match de football, où le maillot domicile était orné du dossard 51.

 

Une Histoire du Maillot Jaune : Besançon 2012 : le jour du coup de massuewiggins besançon 2012wiggins besançon 2012 | © AFP / Pascal Pavani

Au cours de cette 7e étape, les coureurs traverseront le département du Doubs en passant non loin de Besançon où le 9 juillet 2012, Bradley Wiggins et Chris Froome ont écrasés contre-la-montre les meilleurs rouleurs du peloton.

Le classement de cette journée mémorable paraît encore aujourd’hui terrifiant. Wiggins, vainqueur, Froome 2e, reléguant Fabian Cancellara à près d’une minute et Tony Martin à plus de deux minutes. En 41 kilomètres, les deux britanniques du Team Sky venaient de mettre à terre les deux plus grands champions du contre-la-montre que l’histoire du cyclisme ait connu. Les deux premiers aux qualités reconnues mais encore peu connus avaient alors renversés 5 titres de champions du monde du chrono, non sans la manière.

Maillot jaune sur le dos, Bradley Wiggins avait survolé la compétition entre Arc-et-Senans et Besançon, impressionnant par sa force et sa puissance, semblant irrésistible et invincible. Dans un style aérodynamiquement et esthétiquement parfait, le britannique se ravissait presque à toutes les contraintes imposées par les lois de la physique. Au terme de cette véritable démonstration de force, il dévoilait au monde entier un produit made in Team Sky : le rouleur-grimpeur. Solide en montagne et invulnérable contre-la-montre, il était la créature parfaite pour venir à bout des trois semaines de la Grande Boucle, sans jamais être inquiété. Sa succession assurée par Chris Froome puis Gerraint Thomas, il reste le modèle vainqueur de 7 des 8 dernières éditions de la Ronde de Juillet, poussant l’espèce du pur grimpeur à se contenter de la chasse aux points de la montagne.

Alors quand aux alentours de 13h30 les coureurs du Team INEOS, prolongement de la formation Sky, frôleront les portes de Besançon, ils se rappelleront peut-être que là-bas, tout a commencé pour eux.

 

La spécialité du coin : La pôchousepochousepochouse | © cuisine AZ

Recette traditionnelle de la gastronomie bressane, la pôchouse est tout comme la flammeküche un plat originellement pauvre. Sa mise au point remonte ainsi au XVIIe siècle où les bateliers et les pêcheurs récupéraient les poissons d’eau douce des rivières environnantes telles que la Saône pour se nourrir. Mélange de 4 poissons coupés en morceaux (le brochet, la perche, l’anguille et la tanche) baignant dans une sauce de vin blanc local, on aime généralement l’accompagner de met tout aussi bon marché comme les pommes de terre ou les croutons.

On peut aujourd’hui la déguster dans de nombreux restaurants bourguignons ou franc-comtois du bord de Saône ou du Doubs, goûtant ainsi le plat le plus symbolique de la gastronomie locale.

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE