FLASHS

Pros

Benoît Cosnefroy : « Pour des courses plus offensives »

Publié le 01/01/2019 09:00

Le jeune espoir d’AG2R La Mondiale, Benoît Cosnefroy (23 ans), s’est confié sur sa première saison chez les professionnels. Sans oublier, aussi, de se livrer sur la prochaine.

Benoît CosnefroyBenoît Cosnefroy, médaille d'or autour du cou | © AFP

À vingt-trois ans, Benoît Cosnefroy vient de vivre une première saison prometteuse chez les professionnels, sous les couleurs d’AG2R La Mondiale. Le Cherbourgeois en a profité pour se confier sur cette année achevée, tout en évoquant la prochaine saison et en donnant son avis dans le débat sur les oreillettes.

Benoît, cette saison 2018 a surtout été une année d’apprentissage pour vous ?

Effectivement. L’objectif premier était surtout de découvrir le plus de terrains de jeux et de formats de courses possible. C’est ce que j’ai réussi à faire. On peut dire que cette première saison professionnelle a été riche en apprentissage.

Dans quel domaine pensez-vous avoir le plus progressé ?

Sur la gestion d’une course professionnelle, où je n’avais encore aucuns repères. Je sais désormais où me situer dans le peloton. J’ai plus de repères. Et comme je sais maintenant me situer, je peux davantage gérer mes courses. J’ai beaucoup appris sur la gestion et la tactique de course, ce qui était l’une de mes qualités chez les amateurs. Chez les professionnels, j’ai mis un peu de temps à m’adapter, un peu comme quand on débarque en DN1 chez les amateurs. Mais globalement, je suis satisfait, notamment pour les années futures.

Vous êtes onze coureurs à avoir fait la transition depuis le centre de Chambéry Cyclisme Formation. Est-ce un avantage une fois chez les professionnels ?

Quand on arrive chez AG2R La Mondiale, c’est forcément un avantage. Nous avons tous les mêmes bases. Notre leader, Romain Bardet, vient du même centre de formation. La cohésion vient plus naturellement, même si un coureur comme Geoffrey Bouchard, qui vient du CR4C Roanne, s’intègre aussi très bien dans l’équipe. C’est la personnalité du coureur qui fait son intégration. Mais Chambéry est une porte d’accès privilégiée chez les professionnels et notamment chez AG2R La Mondiale.

Cette année, comme vous le disiez tout à l’heure, vous avez pris vos marques. Avez-vous des courses que vous visez la saison prochaine ?

Même si j’ai un début de saison encore « découverte » avec l’Australie au programme, il y a quelques courses que je vais axer pour performer, même si mon calendrier sera plus typé World Tour cette année. Ce sera plus difficile, mais dès que je reviendrais en classe 1, ça sera pour performer. J’ai quelques objectifs dans la tête.

Benoît Cosnefroy #4Benoît Cosnefroy, sous les couleurs d'AG2R La Mondiale | © Benoît Cosnefroy

Cette saison, vous allez rouler pour la marque Eddy Merckx. Qu’est-ce qu’il représente pour vous ?

(Sourire) Eddy Merckx, c’est l’histoire du vélo ! Rouler pour cette marque, tout au long de la saison, c’est forcément valorisant.

Vous qui êtes un coureur offensif, cela vous arrive, parfois, d’être un peu frustré par les tactiques de course à respecter ?

Oui, un peu. C’est pour cela que quand je retournais en classe 1, je prenais plaisir à attaquer en prenant des risques, quitte à perdre. J’aimerais parfois attaquer plus, même si j’aime me préserver pour le final et disputer ce moment décisif. Chez les professionnels, c’est souvent un virage, une bosse, ou une portion qui est décisive. J’adore cette sensation, de disputer un final, mais j’aime bien aussi passer des journées à l’avant. Mais chez les professionnels, ce n’est pas forcément très valorisant. J’aimerais, de temps en temps, que les courses soient plus offensives. Il y a d’ailleurs un débat, en ce moment, pour tendre en ce sens, avec une réduction du nombre de coureurs, sans capteurs puissances, etc. Même si pour moi, ce qui fait vraiment la différence, ce sont les oreillettes. Sans elles, les courses seraient vraiment différentes. Les anciens ne sont plus habitués à courir sans oreillettes. Ce serait un gros bouleversement dans le peloton, mais pour moi, c’est vraiment vers cela qu’il faudrait tendre.

Pour la sécurité, elles sont importantes…

C’est sûr. Mais je pense que l’on peut être directement lié à un commissaire qui ne gère que l’oreillette sécuritaire, sans la relier pour autant à nos directeurs sportifs et à nos coéquipiers. En 2015, j’ai connu une grave chute au Tour du Pays de Savoie qui a failli me coûter vraiment chère. Et s’il y avait eu l’oreillette à ce moment-là, j’aurais su qu’il y avait une voiture en contre sens. Je suis vraiment pour au niveau de la sécurité, mais à mon avis, pour la course, c’est vraiment le débat à entamer pour les redynamiser. Pour le capteur de puissance, je pense que c’est un faux débat. La puissance, on la regarde que très peu en course. Ce n’est pas ça qui va redynamiser les courses.

S’il y avait un grand tour à choisir l’an prochain, évidemment hors Tour de France, entre la Vuelta et le Giro, lequel choisirez-vous ?

La Vuelta, sans hésiter. Pour moi, le Giro arrive un peu trop tôt dans la saison. Les parcours sont très difficiles. Il y a très peu d’ouvertures dans les étapes. Je préfère axer plus sur la Vuelta, un grand tour qui arrive en fin de saison.

À priori, c’est que qui est prévu pour cette saison ?   

De sûr, ce ne sera pas le Giro. Après, je ne sais pas encore lequel je vais faire. Mais il y a de fortes chances que je découvre le Tour d’Espagne cette année.

Beaucoup de coureurs ont des liserés sur leur maillot dans votre équipe. Vous êtes champion du monde espoir et cela ne se voit pas sur le vôtre. Est-ce un regret qu’il n’y ait pas une signature ?

Non, parce que chez les professionnels, on est quand même beaucoup à être distingué, que ce soit champion d’Europe, champion du monde ou champion national, en junior, en espoir ou même en cadet. Je trouve que les liserés doivent rester un graal. Un Peter Sagan, avec des liserés, ça, c’est un vrai champion du monde professionnel. Il ne faut pas dénaturer ça.

Benoît Cosnefroy #2Benoît Cosnefroy | © AG2R La Mondiale

KTM

Sport 101 Facebook V4