FLASHS

Pros

Interview de Romain Seigle

Publié le 10/03/2019 08:00

Issu du VTT et tout juste âgé de 24 ans, le Viennois Romain Seigle effectue sa seconde saison chez les professionnels au sein de l'équipe Groupama-FDJ. Entretien avec celui qui termine 27ème de ses premiers Strade Bianche.

Qu’est-ce que ça fait de se retrouver avec des grands noms comme ça ?

Ça fait plaisir ! Je suis content de ma journée. Déjà le weekend dernier j’ai bien marché donc c’est bien, ça continue sur la lancée. Quand je tourne la tête à 20 km de l’arrivée et que je vois les coureurs qui sont dans mon groupe, je suis content, ce sont des grands champions. Après, c’est toujours décevant de craquer dans le dernier secteur mais je ne pouvais pas aller bien plus loin aujourd’hui. J’étais à fond, ça roulait vite pour moi, c’est déjà bien. 

Personne ne peut bluffer sur une course comme ça..?

Non non ! Là c’est à la pédale tout le long, ça a roulé très vite toute la journée. Je suis à ma place. C’est bête de craquer, mais c’est comme ça et c’est déjà bien pour moi.

L'équipe Groupama-FDJ à la reconnaissance des Strade BiancheL'équipe Groupama-FDJ à la reconnaissance des Strade Bianche | © Groupama-FDJ

Tu sais ce qu’il te manque et ce qu’il te reste à faire pour l’année prochaine ?

Oui voilà ! Après c’est encourageant, ce n’est que ma deuxième saison et aller faire une course comme ça, c’est déjà beau. 

Le VTT ça aide sur un parcours de la sorte pour arriver à s’en sortir sur certains passages ? 

Oui ! Autant le VTT que le cyclo-cross, ça n’aide pas forcément à aller beaucoup plus vite puisque de toute façon on ne peut pas tourner plus vite que ce qui est possible mais on se sent plus à l’aise, on a moins peur et ça, c’est de l’énergie de gagnée.

C’est excellent pour la confiance une course comme celle-là ?

Oui complètement ! Faut que ça continue comme cela maintenant !

En action dans les En action dans les "routes blanches" | © Sirotti

Tu la mets définitivement dans tes courses mythiques ? Dans le top 3 avec Paris-Roubaix et le tour des Flandres ?

Ouais (rires) ! Surtout les classiques Ardennaises je dirai.

Tu utilises quoi comme braquet au jour d’aujourd’hui sur des courses comme celle-ci ?

Aujourd’hui, en petit braquet j’avais un 39-30 et un 53-11.

Et en terme de pression ?

Autour de 6, à peu près.

Tu as vu beaucoup de crevaisons avec un temps sec comme ça ou pas tellement ?

Il y en a eu pas mal oui. Pour ma part, j’ai crevé à l’entrée du second secteur mais dans l’équipe je ne sais pas s’il y en a eu d’autres. En revanche, j’ai vu pas mal de coureurs arrêtés pendant la course. 

Où est-ce que tu auras le plus mal demain ? 

Je pense partout ! On va essayer de récupérer ce soir et on verra demain.. Ce sera déjà une nouvelle journée.

Pour récupérer, il faut rouler petit plateau la moitié de la semaine ?

Oui presque (rires) ! D’ailleurs ça va faire mal, il va falloir un petit temps avant de récupérer.

Au départ du CLM du Tour de la ProvenceAu départ du CLM du Tour de la Provence | © Kim Caritoux

Quels sont les prochains rendez-vous ?

Là j’ai quelques week-ends sans course et après je vais retourner sur les coupes de France et ensuite Pays Basque, Ardennaises.

KTM

Sport 101 Facebook V4