FLASHS

Pros

Paris-Nice — D'une émotion à une autre

Publié le 15/03/2014 19:00

Paris-Nice # 7. 24 heures après sa déconvenue dans le mur de Fayence, Tom-Jelte Slagter s'est montré costaud alors que Geraint Thomas a perdu tout espoir de victoire.

Geraint Thomas, l'homme en forme du début de saisonGeraint Thomas, l'homme en forme du début de saison | © Vélo101A 48 heures de l'arrivée finale de ce 72ème Paris-Nice, on ne peut avoir qu'une certitude : les organisateurs ont réussi leur pari. C'était attendu : avant le week-end plus décisif que jamais, les écarts sont minimes. Bien malin est celui qui peut prédire avec certitude qui remportera cette course au soleil qui porte mieux son nom que jamais. Bien sûr, avec ses deux victoires d'étape et grâce aux secondes de bonifications qu'il a glanées, Carlos-Alberto Betancur (Ag2r La Mondiale) part avec une longueur, mais le Colombien reste sous la menace de plusieurs hommes, à commencer par Geraint Thomas (Team Sky). Les prochaines 48 heures s'annoncent compliquées pour le porteur du maillot jaune qui risque d'être attaqué de toute part. Mais ce sont finalement ses adversaires qui seront les perdants du jour, le Gallois en tête.

Bien que les routes du final soient escarpées, les vrais reliefs sont tous placés en début d'étape. Sylvain Chavanel (IAM Cycling) semblait faire du maillot à pois son objectif, mais le Châtelleraudais se fait surprendre par Pim Ligthart (Lotto-Belisol), qui passe en tête au sommet de toutes les difficultés pour prendre un maximum de points. Le Néerlandais n'est pas seul, et il peut compter sur le soutien de Laurent Didier (Trek Factory Racing), initiateur de l'échappée au coup de pistolet, de Florian Guillou (Bretagne-Séché Environnement), Sylvester Szmyd (Movistar Team), Albert Timmer (Giant-Shimano), et Lieuwe Westra (Astana). Six hommes auxquels se joignent rapidement Brice Feillu (Bretagne-Séché Environnement), Mathias Frank (IAM Cycling) et Cyril Lemoine (Cofidis).

Rémy Di Gregorio savoure le plus beau jour de sa carrièreRémy Di Gregorio savoure le plus beau jour de sa carrière | © SirottiL'avantage maximal de 5'35" dont ils disposeront ne pèsera pas bien lourd dans la balance quand la grande chasse sera déclenchée. Car si le parcours de cette étape, tracée dans les Alpes Maritimes, est vallonné, les soixante derniers kilomètres sont propices aux regroupements. Une fois franchie la dernière difficulté, le Team Europcar s'attache à réduire l'écart sur les fuyards (dans lesquels Brice Feillu s'est relevé) pour son leader Bryan Coquard. Les coureurs passent une première fois sur la ligne à Sophia Antipolis et peuvent juger de la difficulté de cette arrivée, où Rémy Di Gregorio avait remporté une étape sous la pluie battante voilà maintenant trois ans.

Ce premier passage laisse peu d'espoirs aux sprinteurs. Le sprint intermédiaire où les costauds se battent pour de précieuses secondes de bonification montre que leur tâche sera ardue avec ce dernier kilomètre pentu et ce circuit usant. D'autant plus usant, que ça roule très vite ! Une belle course de mouvements est alors lancée dans les quarante derniers kilomètres. Ses ambitions de victoire finale et de maillot à pois réduites à néant, Sylvain Chavanel tente de sauver l'honneur avec une victoire d'étape. L'ancien champion de France fait partie d'une échappée à neuf qui anime la fin d'étape, mais qui est finalement revue dans les dix derniers kilomètres.

Tom-Jelte Slagter rebondit après sa déconvenue de la veilleTom-Jelte Slagter rebondit après sa déconvenue de la veille | © ASO/P.PerreveTout se joue donc dans la montée vers Sophia Antipolis, mais tout s'arrêtera bien avant pour Geraint Thomas. Le Gallois chute avec Fränk Schleck (Trek Factory Racing) à 4 kilomètres de l'arrivée. Le leader de substitution du Team Sky peine à se relever. Il laisse filer le peloton et avec lui ses espoirs de victoire finale sur Paris-Nice. Cela lui fait un point commun avec son ex-compagnon de fugue, Tom-Jelte Slagter (Garmin-Sharp). Très à l'aise dans la montée vers Fayence, il était tombé hier à 300 mètres de la ligne, victime d'une défaillance mécanique. Mais la forme affichée est encore bien là. La preuve en est aujourd'hui quand il mène le sprint en costaud sur le faux plat montant final, résistant au retour du champion du Monde, Rui-Alberto Faria Da Costa (Lampre-Merida), 2ème comme hier et du Maillot Jaune, Carlos Betancur.

Demain, la dernière étape autour de Nice (128 km) s'annonce explosive !

Classement 7ème étape :

1. Tom-Jelte Slagter (PBS, Garmin-Sharp) les 195,5 km en 5h00'05" (39,0 km/h)
2. Rui-Alberto Fariaa Da Costa (POR, Lampre-Merida) m.t.
3. Carlos-Alberto Betancur (COL, Ag2r La Mondiale) m.t.
4. José-Joaquin Rojas (ESP, Movistar Team) m.t.
5. Arthur Vichot (FRA, FDJ.fr) m.t.
6. Tony Gallopin (FRA, Lotto-Belisol) m.t.
7. Stephan Denifl (AUT, IAM Cycling) m.t.
8. Zdenek Stybar (TCH, Omega Pharma-Quick Step) m.t.
9. Jakob Fuglsang (DAN, Astana) m.t.
10. Peter Velits (SVQ, BMC Racing Team) m.t.

Classement général :

1. Carlos-Alberto Betancur (COL, Ag2r La Mondiale) en 32h04'49"
2. Rui-Alberto Faria Da Costa (POR, Lampre-Merida) à 14 sec.
3. Zdenek Stybar (TCH, Omega Pharma-Quick Step) à 26 sec.
4. José-Joaquin Rojas (ESP, Movistar Team) à 27 sec.
5. Jakob Fuglsang (DAN, Astana) à 29 sec.
6. Arthur Vichot (FRA, FDJ.fr) à 31 sec.
7. Cyril Gautier (FRA, Team Europcar) à 35 sec.
8. Stefan Denifl (AUT, IAM Cycling) m.t.
9. Peter Velits (SVQ, BMC Racing Team) à 39 sec.
10. Simon Spilak (SLO, Team Katusha) m.t.

Sport 101 Facebook V4

Instagram Vélo101

INSCRIPTION EN LIGNE
dimanche 16 décembre 2018
dimanche 03 février 2019
samedi 09 février 2019
samedi 23 février 2019
samedi 02 mars 2019
samedi 09 mars 2019
dimanche 10 mars 2019

VOIR TOUTES LES EPREUVES

Fenioux déc18-janv19
Sportour déc-janv19