FLASHS

Amateurs

Interview de Matis Louvel

Publié le 10/10/2019 12:00

Sa première victoire en Classe 2, son premier podium national et l'appel qui change tout, Matis Louvel revient sur sa saison. Le futur professionnel chez Arkéa-Samsic espère briller sur Paris-Tours espoirs ce week-end.

Matis Louvet en courseMatis Louvet en course | © Flash Cycle

Quel bilan fais-tu de ta saison en général ? Es-tu satisfait de tes résultats ? 

Je suis plutôt satisfait de ma saison, j’ai réussi à être régulier tout au long de l’année en étant toujours placé. Je n’ai pas beaucoup gagné mais j’ai marqué les esprits sur des courses importantes, notamment lors de la quatrième étape de la Ronde de l’Isard et ma troisième place au Championnat de France espoirs. 

Tu comptes une seule victoire mais pas n’importe laquelle puisque c’est une étape de la Ronde de l’Isard en classe 2. Ça a été un déclic pour la suite ? 

Ma victoire à la Ronde de l’Isard m’a mis en confiance pour le reste de la saison, j’étais beaucoup plus libéré par la suite. J’avais vraiment préparé cette course, elle était très importante pour moi alors c’est bien d’avoir décroché ce succès sur l’un des grands objectifs de l’année.  

Comment expliques-tu que tu aies été souvent placé avec pas moins de 16 tops 10 et 6 podiums mais que tu aies levé qu’une fois les bras ? 

J’ai fait plusieurs petites erreurs dans sur les fins de courses. C’est dommage ma saison aurait pu être encore plus réussie mais cela m’a permis d’apprendre énormément et je sais que je ne les referais plus. 

L’an prochain tu seras professionnel chez Arkéa-Samsic. Comment as-tu été en contact avec l’équipe ? 

J’ai eu un premier contact avec l’équipe lors du KBE mais j’étais trop jeune pour eux. Puis après le Championnat de France Espoirs à Beauvais j’ai reçu un appel d’Emmanuel Hubert pour me dire qu’il me proposait un contrat de 2 ans. Mes directeurs sportifs au VC Rouen 76 et mon agent Philippe Raimbaud m’ont beaucoup aidé pour décrocher ce contrat. 

Matis Louvel à la Ronde de l'OiseMatis Louvel à la Ronde de l'Oise | © Charly Vélo Photos

Quel est le projet qui t’a séduit avec l’équipe ?

C’est une équipe qui monte. Il y a vraiment de belles recrues cette année, je vais pouvoir prendre de l’expérience. C’est une structure familiale pas très loin de ma Normandie natale alors je n’ai pas vraiment hésité avant de donner mon accord. 

Tu évolueras aux côtés de coureurs comme Nairo Quintana, Warren Barguil ou encore Nacer Bouhanni. C’est quelque chose de grand pour toi ?   

C’est énorme ! Je ne m’en rends pas encore compte mais c’est des mecs qui sont au top niveau mondial, c’est vraiment excitant. Avant je les regardais à la télé et maintenant je vais rouler pour eux. 

Tu étais pourtant stagiaire chez Groupama-FDJ depuis le 1er Août et tu n’as participé qu’à la Poly Normande ? Comment ça se fait ? 

Cela fait 2 ans que la Groupama-FDJ me suit. Mais toutes les courses qu’ils me proposaient tombaient en même temps que les Coupes de France DN 1 et le club voulait absolument que je sois présent pour ces épreuves. Mon expérience à la Poly Normande était vraiment top, tout s’est très bien passé et le staff était content de mon travail. C’était donc simplement un problème d’emploi du temps… 

Quel est ton meilleur souvenir de l’année ? et le plus difficile ? 

J’ai pleins de bons souvenirs, on avait vraiment une bonne équipe cette année, nous nous sommes bien amusés sur le vélo et en dehors. Mais si je dois garder une journée en particulier ce serait le Championnat de France Espoirs avec mon premier podium national et l’appel d’Emmanuel Hubert. Le plus difficile serait peut-être mon Tour de Normandie où je n’étais pas au niveau, j’ai « ramassé » toute la semaine en plus j’étais malade, c’est mon seul regret de la saison. 

Matis Louvel VC Rouen 76Matis Louvel VC Rouen 76 | © Sly Sly Sport

As-tu déjà une idée du type de coureur que tu pourrais être chez les pros ? 

Alors je ne sais pas du tout. Je ne me ferme aucune porte après je garde les pieds sur terre et je sais que je ne pourrais jamais gagner un grand tour. J’aime beaucoup les classiques, l’ambiance qui y règne, la course qui est un peu plus débridée mais j’espère faire un grand tour dans ma carrière.  

Es-tu encore à l’école ? 

J’ai arrêté en cours d’année, j’étais en DUT génie mécanique et productique mais je n’aimais pas cette formation et c’était compliqué d’allier les études et le vélo. Je vais bientôt reprendre avec un BTS diététique. 

As-tu encore des courses au programme ? Avec quelle(s) ambition(s) seras-tu au départ ? 

Je participe encore à Paris Tours Espoirs dimanche et ce sera fini. C’est une course qui me plaît énormément avec une première partie rapide où il peut y avoir des bordures puis des petits chemins suivis de courtes côtes. Le parcours me correspond bien, j’espère faire le meilleur résultat possible et jouer avec les meilleurs dans le final. 

Par Maëlle Grossetête 

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE