FLASHS

Les 101 qui font ...

Les 101 qui font le cyclisme français : Titouan Carod

Publié le 14/11/2019 08:00

Premier vététiste dans cette rubrique des 101 français, Titouan Carod, futur médaillé des JO de Tokyo ?

S’il est venu au monde un 1er avril 1994, il ne s’est cependant pas engagé sur le chemin de l’humour, mais sur ceux des forêts voisines avec son VTT. Originaire de Die dans la Drôme, au pied du col du Rousset, les collines et montagnes environnantes l'ont initié aux joies du cross-country. Rapidement licencié au club local, il a gravi un à un les échelons de la discipline pour se hisser aux premiers rangs mondiaux à seulement 25 ans, ce qui lui permet de figurer parmi les plus grands espoirs du VTT français pour les années à venir. Portrait de la nouvelle recrue du prestigieux Team Absolute Absalon : Titouan Carod.Titouan Carod sous les couleurs du Team BMCTitouan Carod sous les couleurs du Team BMC | © BMC Switzerland

 

Son parcours :

Si l’histoire d'amour qui lie depuis longtemps le drômois à son sport a évidemment été composée de quelques lourdes gamelles, elle fut surtout riche en exploits, bouquets et succès retentissants. Effectivement, dès 2012, on le voit arriver sur les coupes de France en juniors du côté de Saint Raphaël et du cap Estérel, quand ce village vacances ouvrait encore la coupe de France. De plus, alors qu’il vient à peine de franchir le seuil de la majorité, Titouan Carod se classe coup sur coup 2e du championnat européen puis 3e aux championnats du monde de Mountain Bike Junior, émergeant aux yeux du monde entier comme la relève de l’élite du VTT mondial.Victor Koretsky (FRA), Anton Cooper (NZL) etTitouan Carod (FRA) lors des championnats du monde junior en 2012Victor Koretsky (FRA), Anton Cooper (NZL) etTitouan Carod (FRA) lors des championnats du monde junior en 2012 | © BMC Switzerland

Pourtant, comme bien souvent pour les performances dans cette catégorie d’âge en cyclisme, le drômois peine à confirmer tous les espoirs placés en lui une fois avec les espoirs. La saison 2013 est désespérément pauvre en résultats, l’année 2014 guère mieux. S’il parvient régulièrement à monter sur les podiums des épreuves espoirs nationales, son bilan sur la scène internationale est famélique, une longue blessure n’aidant pas... C’est en 2015 qu’il sent le vent tourner : mûri par deux années d’expérience dans la catégorie-sas de l’élite et porté par sa nouvelle écurie du Scott-Creuse Oxygène-Guéret, il parvient à s’emparer du titre de vainqueur de la coupe du monde de cross-country espoirs, après en avoir remporté une manche. L’année suivante, souhaitant s’affirmer un peu plus avant de découvrir la catégorie suprême de la discipline, il rempile au sommet de la hiérarchie espoirs, après avoir écrasé la concurrence en s’accaparant pas moins de 3 bouquets d’étape. Un bilan ne lui laissant aucun regret de s’être écarté de la course pour les JO de Rio.

Propulsé en élites en 2017, ses performances dépassent toutes attentes, même les siennes. Alors qu’il déclarait à l’entame de la saison dans les colonnes de Vélo 101 « Si je peux rentrer dans le Top 15, tant mieux, et rentrer dans le Top 10, ce serait génial. », Titouan Carod termine 6e du classement général de la Coupe du Monde.

En 2018, désormais sous contrat avec le Team BMC, l’ancienne équipe de Julien Absalon, le vététiste français, au prénom rendant hommage au premier vainqueur du Vendée Globe Titouan Lamazou, voit la vie en bleu-blanc-rouge : vainqueur de championnats de France âprement disputés, il est en effet parvenu à devancer ses concurrents Victor Koretzky et Maxime Marotte à Lons-le-Saunier pour s’offrir la prestigieuse tunique tricolore. Si le drômois brille en début de saison, en particulier sur les manches de Coupe de France où il est régulièrement à la lutte avec Stéphane Tempier, il régresse néanmoins légèrement en coupe du monde, ne signant qu’une 10e place au classement général.Titouan Carod avec son maillot de champion de FranceTitouan Carod avec son maillot de champion de France | ©

 

Son statut aujourd’hui :

Cette année, Titouan Carod s’est affirmé, sans pour autant être en mesure de briller aux côtés des ténors de la discipline que sont le féroce Nino Shürter ou l’extraordinaire Mathieu Van der Poel. Tête pensante avec sa petite amie, Lucie Urruty, du tracé de la troisième manche de Coupe de France à Levens, il a tenu à rester maître de son parcours en se jouant de Victor Koretzky au sprint sous une chaleur étouffante. 8e du classement général de la Coupe du Monde, il tient davantage sa performance d’une remarquable régularité que d’exploits occasionnels, ne s’étant jamais hissé sur le podium, contrairement à ses compatriotes Maxime Marotte et Jordan Sarrou. Finalement, sa 4e place aux championnats du monde du Mont Sainte-Anne au Canada, moins de vingt de secondes derrière Stéphane Tempier, symbolise son bilan annuel : toujours placé mais jamais couronné.Titouan Carod et sa petite amie Lucie UrrityTitouan Carod et sa petite amie Lucie Urruty | © BMC Switzerland

Cette tendance, Titouan Carod va tenter de la renverser pour 2020 : BMC Switzerland choisissant, comme pour la plupart des autres disciplines, de se concentrer sur un projet unique : le Team Absolute Absalon, le drômois a donc rejoint le vainqueur du dernier Roc d’Azur Jordan Sarrou et l’italien Filippo Combo pour courir au sein de la formation d’élite du double champion olympique.

Et rien de mieux que de courir sous les coureurs d’un médaillé d’or des JO pour viser soi-même la plus haute marche du podium à Tokyo en août prochain…

Par Jean-Guillaume Langrognet

Fulcrum Speed 40 DB et Zerocarbon_Decembre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 07 décembre 2019
dimanche 15 décembre 2019
dimanche 01 mars 2020
dimanche 08 mars 2020
dimanche 05 avril 2020
dimanche 12 avril 2020
dimanche 10 mai 2020

VOIR TOUTES LES EPREUVES