FLASHS

Magazine

On a aimé / On a moins aimé

Publié le 12/08/2019 07:00

La première édition du relais mixte, le bel hommage de Remco Evenepoel, le retour d'Egan Bernal en Colombie... Retrouvez tout ce que nous avons aimé et moins aimé cette semaine.

On a aimé, 

La première édition du relais mixte. Mercredi dernier a eu lieu la première édition du contre-la-montre par équipes de trois en relais mixte : 3 filles et 3 hommes par nation. C’est Alkmaar (Pays-Bas), le pays du vélo, qui a accueilli cette nouvelle discipline pour la première fois. La règle est simple, le relais masculin effectue d’abord le circuit avant de passer le relais au trio féminin et le chrono se coupe quand la deuxième femme passe la ligne. Une belle discipline qui permet de lier le cyclisme féminin et le cyclisme masculin. Seul petit regret, le peu d’équipes engagées, il serait peut-être intéressant de le placer après les épreuves chronométrées individuelles ? 

Podium du relai mixtePodium du relai mixte | © UEC

Le bel hommage de Remco Evenepoel. Pour sa première année chez les pros le Belge Remco Evenepoel (Deceuninck Quick Step) devient Champion d’Europe de contre-la-montre élites, à 54km/h de moyenne. De la science. On a aimé voir l’émotion de ce garçon une fois qu’il a compris qu’il l’emportait. C’est la tête dans ses mains, en pleurs, qu’il a réalisé ce qu’il venait de faire. Il a ainsi rendu un bel hommage à ses compatriotes partis trop tôt, Bjorg Lambrecht sur le Tour de Pologne la semaine dernière et Stef Loos en mars. 

Evenepoel vainqueur sur les championnats d'Europe du CLMEvenepoel vainqueur sur les championnats d'Europe du CLM | © Wikipédia

C’est suffisant rare pour être relevé. La classe des dirigeants de Bahrain-Merida suite à l’annonce du départ de Vincenzo Nibali pour Trek-Segafredo. On sait que les discussions ont été vives, notamment lors du dernier Tour de France où le Requin de Messine s’est réveillé juste à la fin avec sa victoire à Val Thorens. Ça n’empêche pas de mesurer tout ce qu’il a apporté à son équipe, de le reconnaître et lui souhaiter bon vent pour la suite. 

Egan Bernal, roi de tout un paysEgan Bernal, roi de tout un pays | © E.Bernal

L’ambiance en Colombie pour le retour d’Egan Bernal. A 22 ans Egan Bernal est devenu le roi de tout un peuple. Il vient d’offrir à son pays sa première victoire sur le Tour de France, la plus belle course du monde. Voir tout un peuple se réunir derrière ce jeune homme nous donne des frissons. 

Viviani devient champion d'EuropeViviani devient champion d'Europe | © Sirotti

Les sprinteurs à l’attaque. On a aimé voir les sprinteurs prendre leurs responsabilités hier sur le Championnat d’Europe. Un groupe d’une quinzaine d’unités s’est d’abord formé avec des garçons rapides comme Pascal Ackermann, Elia Viviani ou encore Matteo Trentin. Puis dans le final, les deux premiers cités se sont détachés avec le Belge Yves Lampaert. 173 kilomètres c’est certes court, mais nous avons eu une course décousue où ça a roulé à bloc du début à la fin, et avec des leaders qui se sont montrés, qui ont fait des efforts et qui sont récompensés puisque l’Italien Elia Viviani est le nouveau Champion d’Europe. Cofidis peut d’ores-et-déjà préparer une belle tunique. 

On a moins aimé, 

L’écart entre les Français et les cadors en contre-la-montre. Que ce soit avec les prétendants à la victoire au Tour de France qui ne sortent pas ou peu le vélo de chrono ou aux Championnats d’Europe, toutes catégories confondues. Problème de mentalité ? Peut-être que certains coureurs et leur encadrement ne mettent pas assez d’envie pour performer, soigner les détails alors que beaucoup d’autres nations y voient un moyen aussi, de récolter des médailles, mais ce n’est pas le cas pour tous. La Groupama-FDJ est par exemple pointue dans le domaine avec des études posturales, des tests sur terrain, des combinaisons spéciales… Il y a trop peu de contre-la-montre en France, et ce dès les jeunes catégories. De plus, on retrouve rarement des parcours avec de longs bouts droits où il faut rouler à plus de 50km/h, ce que les Belges, Hollandais, Danois… ont l’habitude de voir.  

Yoann PaillotYoann Paillot | © FFC

Le secteur pavé du circuit d’Alkmaar. Le circuit tracé autour d’Alkmaar pour les courses en ligne des Championnats d’Europe était annoncé technique, plat et avec un secteur pavé. Sauf que ce dernier comportait deux bandes de « roulement » sur les côtés et l’organisation n’a pas mis de barrière. Dommage car placé à 1 kilomètre de l’arrivée cela aurait durcit la course. Cependant ce parcours urbain nous a offert du beau spectacle, avec des distances courtes les courses ont été très animées et débridées. 

Maillon_Octobre 2019

Sport 101 Facebook V4

INSCRIPTION EN LIGNE