FLASHS

Tests de matériel

Test des plateaux Ogival

Publié le 16/11/2011 14:23

Les plateaux ovales Ogival s'adressent d'abord aux coureurs qui ne tournent pas les jambes trop vite. L'adaptation sera plus longue et difficile à une cadence plus élevée.

Le plateau Ogival, un look spécial pour une utilisation très particulièreLe plateau Ogival, un look spécial pour une utilisation très particulière | © Vélo 101Nous avons testé le plateau ovale Ogival, un outil génial sans doute, spécial certainement. Depuis un certain temps, les plateaux s'ovalisent. La tendance a été lancée par les Rotor Stronglight et les Osymetric. Avec les plateaux Ogival, proposés par Bernard Rosset et Bernard Hinault, on sort pratiquement de l'ovalisation pour retrouver un produit presque pointu.

Un plateau ovale demande quelques adaptations sur le vélo. On est en particulier obligés de rehausser la fourchette du dérailleur avant, sans quoi ça ne passe pas. Le plateau est livré avec une petite pièce adaptative pour remonter le dérailleur avant au maximum et éviter que la chaîne ne vienne frotter contre la fourchette de dérailleur. Ce modèle passera mieux en fait avec un modèle de dérailleur avant triple plateau, du fait de la différence entre le grand rayon et le petit rayon du plateau. Il faut donc avoir quelques notions de mécanique pour l'installer. Il y a tout un réglage du dérailleur avant à faire. A notre sens, le mieux pour avoir un changement de vitesse correct est d'adopter un dérailleur avant triple plateau, dont la fourchette est plus large. Les changements de vitesse s'en trouveront améliorés. Ce n'est malheureusement pas du meilleur effet du point de vue du look car le triple plateau est plus gros et plus lourd qu'un double.

Ce modèle de plateau ovale va plus loin que les autres dans le concept d'annulation du point mort. Reste à savoir si on n'est pas allé trop loin... L'annulation du point mort est censée réduire la fatigue sur des distances longues. Ça ne fait pas aller plus vite mais lorsque la fatigue se fait ressentir, on se sent tout de même plus frais. Nous n'avons toutefois pas eu le loisir de faire des sorties supérieures à 150 kilomètres avec ce plateau, qui nécessite un vrai temps d'adaptation avant d'en arriver là.

On sort pratiquement de l'ovalisation pour retrouver un produit presque pointuOn sort pratiquement de l'ovalisation pour retrouver un produit presque pointu | © Vélo 101Le look est spécial, très clairement, d'autant plus que les grands plateaux sont anodisés rouges. On le remarque donc, c'est le moins qu'on puisse dire, à l'arrêt mais aussi au pédalage puisque la chaîne monte et descend, ce qui est un peu surprenant. On ne peut pas annuler le petit bruit de chaîne, qui bouge beaucoup plus que sur un plateau rond. Elle ne parcourt pas plus de chemin mais on l'entend davantage.

A l'utilisation, c'est également très spécial. Il faut un temps d'adaptation assez important. Le plateau ovale Ogival s'adresse prioritairement aux gens qui tirent un gros braquet. De 40 à 60 tours/minute, ça passe bien. On peut même en tirer un certain avantage dans certaines courses de côtes, en particulier en danseuse. Dans ce style, le coup de pédale est plus haché, on pistonne un peu plus. Ce plateau permet de mieux passer le point mort que l'on a en danseuse qu'assis, mais seulement quand ça monte et que la fréquence de pédalage n'est pas trop élevée. Dès qu'on se met à tourner un peu plus les jambes, ça devient très difficile voire quasiment impossible de pédaler au-delà de 100 tours/minute. Il faut constamment faire varier la vitesse de rotation des jambes. On passe en une fraction de seconde à un gros plateau/petit plateau à chaque quart de tour. Et ce n'est pas facile à mettre en place du point de vue de la synchronisation.

On tirera donc un avantage certain du plateau Ogival en chrono, en côte ou sur du plat avec un grand plateau, mais ça ne s'adresse pas aux moulineurs. Quand on mouline, on a l'impression de pédaler carré et cela engendre des à-coups. Il s'adresse d'abord aux coureurs qui ne tournent pas les jambes trop vite. L'adaptation sera plus longue et difficile à une cadence plus élevée. Des coureurs du type Bernard Hinault qui emmènent gros s'adapteront plus vite à ce type de matériel que des coureurs du type Lance Armstrong qui moulinent beaucoup.

Les plateaux Ogival ces plateaux ne sont compatibles qu'avec des pédaliers compacts 110 mm. Ils sont proposés en 50/38 pour les pédaliers de route au prix de 195 euros. Ils existent aussi pour le VTT en 38/26 dents au prix de 119 euros.

Plus d'infos sur Ogival sur www.ogivalring.com. Pour toute question sur ce test matériel, vous pouvez nous contacter directement par email : testvelo101@velo101.com.