FLASHS

Pros

Les métiers féminins de la Vuelta

Publié le 25/08/2017 10:45

Chaque jour, partez à la rencontre des femmes qui font la Vuelta. Ce vendredi, rencontre avec Elisa Garcia, hôtesse pour Cofidis

Elisa Garcia hotesse CofidisElisa Garcia hotesse Cofidis | © Vélo101 S.Beukeboom

Elisa Garcia est espagnole et est l'hôtesse du pavillon Cofidis sur le village départ de cette Vuelta 2017.

Peux-tu nous expliquer en quoi consiste ton travail sur le pavillon ?

Je m'occupe de distribuer les objets publicitaires, de prendre soin des invités en leur servant du café, des viennoiseries et en m'assurant qu'ils passent un excellent moment. Nous devons tout mettre en œuvre pour faire en sorte qu'ils se sentent bien et que, par conséquent, ils aient une bonne image de la marque Cofidis. Ils ont tout à disposition : nourriture, café, endroit pour s'asseoir, informations sur la Vuelta...

Que penses-tu de cette Vuelta ?

J'ai adoré le passage en France, particulièrement Nîmes car les monuments sont très beaux et les gens sont très sympathiques et agréables. Cela m'a beaucoup plu. Les gens ont l'air passionné par le cyclisme. C'est la première fois que je viens en France et c'est ma première Vuelta, je suis contente d'être là.

Tu travailles pour une marque française, la connaissais-tu avant ?

Oui je la connaissais. C'est une enseigne qui propose des crédits aux gens qui en ont besoin.

Elisa Garcia hotesse chez CofidisElisa Garcia hotesse chez Cofidis | © Vélo101 S.Beukeboom

Comment as-tu obtenu ce travail ?

Je travaillais pour une entreprise de marketing en Espagne et ils m'ont contacté en me disant qu'ils avaient besoin de quelqu'un sur la Vuelta. J'ai accepté d'aller au casting et j'ai emmené ma sœur jumelle avec moi. Il y avait beaucoup de candidates. Le jury était composé de quatre personnes et ils ont choisi les personnes qui pouvaient à priori le mieux correspondre à leur marque.

Sur la Vuelta, il y a beaucoup d'hommes. Comment parviens-tu à t'intégrer ?

Je pense que les hommes qui nous entourent ici sont très respectueux avec les femmes. Nos fonctions sont différentes et tout le monde s'entend bien. Notre mascotte est un homme, notre coordinateur aussi. C'est bien car  il y a de l'entraide. 

Mathilde Duriez, Vélo 101