Aller au contenu

Franck PASTOR

Membre
  • Compteur de contenus

    13 418
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    18

Franck PASTOR a gagné pour la dernière fois le 8 janvier

Franck PASTOR a eu le contenu le plus aimé !

1 abonné

À propos de Franck PASTOR

Visiteurs récents du profil

5 724 visualisations du profil

Franck PASTOR's Achievements

Grand Master

Grand Master (14/14)

  • Very Popular Rare
  • Bon esprit
  • Dedicated
  • Conversation Starter
  • Premier message

Recent Badges

247

Réputation sur la communauté

  1. La proximité géographique ne signifie pas grand'chose en l'occurence. Je n'ai vu Decathlon arriver à Bruxelles que dans les années 2010. Je ne sais pas s'il y avait déjà des magasins de la marque ailleurs en Belgique mais ce qui est sûr, c'est qu'il n'y en avait pas beaucoup.
  2. J'ajoute que dans l'atelier de mon vélociste, la plupart des vélos en attente de réparation, ou dont la réparation est terminée, sont stockés comme cela : à la verticale, sans doute pour gagner de la place. Et l'immense majorité de ces vélos sont à disques.
  3. C'est le fait de retourner le vélo complètement dont il faut se méfier (je l'ai d'ailleurs fait plusieurs fois sans avoir de problème avec mes freins à disque ensuite, mais d'autres en ont eu). C'est la première fois que j'entends parler de problèmes éventuels pour des vélos suspendus verticalement. Au pire, tel que je l'imagine, cette position favoriserait la remontée de bulles d'air déjà existantes vers les leviers, et pourrait (théoriquement) provoquer une sensation de freinage plus spongieuse que d'habitude. Il y a d'ailleurs des chances pour que ce freinage ait déjà été spongieux auparavant, à cause de ces mêmes bulles d'air. Mais je ne vois pas comment la position verticale pourrait créer des bulles d'air.
  4. Sortie de 3 h 30 environ aujourd'hui, exceptionnellement le matin plutôt que l'après-midi, puisque je voulais assister en direct aux championnats du monde de cyclo-cross à 15 h. Avec le gravel, direction le sud-ouest de Bruxelles cette fois : forêt de Soignes, Alsemberg, bois de Hal, Beersel… avec le Bruine Put (« Puits brun »), une des plus belles côtes du coin, comme point d'orgue de la sortie. Sensations qui redeviennent «acceptables», https://climbfinder.com/fr/montees/bruine-put-dworp Temps assez doux et sec mais routes et pistes encore détrempées par les pluies nocturnes et donc glissantes, et un vent très gênant de secteur nord-nord-ouest. Au retour, passage devant le « Tuin der Onlusten », littéralement « jardin des troubles », une exposition permanente à l'air libre d'œuvres d'art (des sculptures toutes plus bizarres les unes que les autres) d'artistes locaux, à Beersel. Malheureusement ce jardin est seulement accessible sur rendez-vous, à part quelques jours d'ouverture au public répartis sur l'année. Faut que je me décide à en profiter un jour, ça semble en valoir le coup ! https://www.ringtv.be/nieuws/poorten-van-tuin-der-onlusten-gaan-open (néerlandais)
  5. Je suis originaire de Grenoble, qui n'est guère plus accueillant l'hiver que les Ardennes, et pourtant je suis au moins aussi frileux que Serge. De mon point de vue, les extra-terrestres, c'est vous, les nordiques. Établi maintenant en Belgique, je suis toujours sidéré de voir certains Belges et Français du nord rouler en tenue d'été complète à 12°-13°. Certains continuent à l'utiliser jusqu'à 5°, voire moins. Jamais vu ça autour de Grenoble. Faut dire que les descentes de montagne, à ces températures, poussent à se convertir aux tenues plus chaudes (à moins d'être originaire du nord comme vous… 😇)
  6. 2 h 30 environ de sortie-détente avec le gravel, la plupart du temps sur les pistes de la forêt de Soignes au sud de Bruxelles. Temps sec, doux pour la saison (9°), mais à nouveau gris et venteux. Encore qu'à l'abri de la forêt, je n'avais pas trop à souffrir de ce vent.
  7. Je vis en appartement. Je dois donc nettoyer mes vélos quasiment « à sec » (sauf la transmission pour l'un d'entre eux). Donc chiffons et brosses essentiellement, éventuellement humidifiées à l'eau. Je prends soin de recouvrir le sol sous le vélo pour ne pas le salir. Un de mes vélos a une transmission classique (chaine et dérailleurs), je nettoie alors la chaîne avec un nettoyeur Finish Line et un dégraissant de même marque, et j'essuie chaîne, plateaux et pignons au chiffon ensuite. L'autre vélo a un moyeu à vitesses intégrées associée à une courroie de transmission en carbone. Cette transmission-là est nettoyée tout simplement à la brosse.
  8. Même si on ne roule pas d'habitude quand il fait sombre, on peut s'y retrouver contraint, par exemple quand on a eu un problème mécanique en cours de route. Et alors on est bien content d'être le plus visible possible aux autres usagers de la route, tout particulièrement si on vit comme moi en pleine agglomération Apparemment, ce n'est pas ton cas, donc je comprends que tu sois moins sensible à cette problématique. J'en veux beaucoup à Assos, ma marque de vêtements cyclistes favorite comme tu le sais, de se limiter strictement à la couleur noire pour le dos de leurs vestes. Apparemment je ne suis pas le seul à m'en plaindre, puisqu'ils ont fini par proposer des vestes à dos colorés depuis 2022… mais seulement au niveau des épaules ! Ce qui confine à la (mauvaise) blague, parce qu'un conducteur venant de derrière ne les voit pas, ces épaules, si tu as les mains en bas du guidon. Les fines bandes réfléchissantes dont tu parles (la Bonka en a) sont difficilement discernables au milieu de tous les éclairages divers et variés de la ville, et ailleurs qu'en ville, ils ne servent à rien s'il fait seulement sombre et si le véhicule n'a pas encore ses feux allumés. C'est vraiment ton vêtement qui permet au conducteur de la voiture qui te suit de t'identifier, à temps, comme cycliste, quand il est proche de toi, et qu'il a été alerté au préalable par ton éclairage (si tu en as un) puis par ton équipement réfléchissant. D'où l'intérêt d'une veste intégralement de couleur vive, voire fluo, ou alors d'un gilet réfléchissant par dessus, mais qui risque alors de tenir trop chaud si tu fais du cyclisme «sportif».
  9. Une petite recherche vient de m'indiquer que l'abbaye produit bien sa propre bière, mais pas celle qui a son nom. Va comprendre… http://bieregrandcru.be/fr/labbaye-du-parc-inaugure-sa-propre-brasserie/
  10. Elle a le dos entièrement noir ta veste, ce n'est donc pas la meilleure du monde : trop dangereuse le soir ! 😇 Pour ma part, 4 h de vélo aujourd'hui. Maxi 3°, temps sec, vent de sud-ouest bien gênant au retour (parce qu'évidemment, malin comme je suis, j'étais parti vers le nord-est…). Direction Louvain par Tervuren et Bertem et retour par Meerbeek et Everberg. Une découverte, à Heverlee, pile à côté du centre-ville de Louvain : l'abbaye de Parc. Je ne m'attendais pas à trouver une abbaye de cette dimension à ce genre d'endroit, qui plus est encore en activité. Un peu comme si le monastère de la Grande Chartreuse se trouvait à Grenoble même au lieu d'être isolé au cœur de la montagne… Étonnant que son existence même m'ait échappé jusque là, alors que je vais souvent à Louvain, et pas seulement à vélo. https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Parc
  11. Pfff… Quand il a des bas, il va en montagne. Quand il a des hauts, il reste dans sa plaine. Et la cohérence, il en fait quoi ??
  12. Voilà ce qu'on risque à faire équipe avec le Schtroumpf paresseux. 😇
  13. 3 h et demie de vélo environ cet après-midi, toujours sur le vélo gravel, vers Louvain et retour. Une petite bruine au départ, qui s'est vite arrêtée. Mais il faisait assez froid (5° ?) et les routes étaient évidemment détrempées, tapissées de boue et de sable. Comme si ça ne me suffisait pas j'ai emprunté quelques pistes non bitumées. Après tout, un gravel à pneus de 40 de section, ça doit servir à ça ! Mais ça n'a pas arrangé l'état du vélo… Ceci dit, avoir une courroie et un moyeu à vitesses intégrées permet d'éviter les désagréments sérieux (c'est-à-dire tout ce ce qui ne relève pas de l'esthétique… 😱). Ce week-end, temps sec annoncé. Mon autre vélo devrait reprendre du service pour l'occasion.
  14. Si c'est celle du profil ci-dessous, je la connais. Longue et roulante, ça m'étonnerait qu'elle soit sélective. Son tracé est en fait parallèle à la Redoute. D'ailleurs elles sont situées tellement proches l'une de l'autre que je me demande comment on peut enchaîner les deux ! Il serait plus naturel de descendre Cornémont après avoir grimpé la Redoute… https://climbfinder.com/fr/montees/cote-de-cornemont Edit : rectification, je vois qu'en fait on peut enchaîner les deux, à condition comme tu le dis de ne pas faire la Redoute jusqu'au bout et d'obliquer à droite après le dernier passage raide de celle-ci, et de zapper le début de Cornémont. Si j'ai bien compris, elle va jouer le rôle que jouait le Hornay dans les éditions précédentes…
×
×
  • Créer...