FLASHS

FORUM VELO 101

Forum Route Cyclosport • Le Raid Extrême Vosgien (REV) nouveau est arrivé!

Retour au forum Route > Cyclosport Bas de page

envoyé le 23/11/2012 14:45

Bonjour à tous,

 

Je sais que nous avons eu la même conversation, il y a un an, à la même époque, mais au risque de me répêter, le "problème" du REV n'est pas son kilométrage et son dénivelé mais le temps imparti pour le boucler...

Je ne sais pas si Joachim se rend tellement compte car c'est un (ancien? smiley mr-green) coursier mais pour les randonneurs de base comme moi, rentrer dans les délais n'est vraiment pas évident...j'ai une petite expérience maintenant de la longue distance et franchement, si je m'y engageais, ce serait pour, d'abord, finir puis rentrer dans les délais serait la cerise sur la gâteau...quand on sait qu'une randonneuse aussi aguerrie que Sophie Matter (elle a à son "palmarès" les brevets longue distance les plus difficiles, a réalisé un PBP en 50h00, les connaisseurs apprécieront) est rentrée tout juste dans les délais; cela signifie qu'une "bonne" moyenne, en plus d'une gestion efficace des arrêts (le point fort de Sophie) est nécessaire...il faut donc savoir rouler vite...alors ce n'est peut être pas "vite" pour des costauds, mais tout étant relatif en ce bas monde, ça le devient pour des cyclos de base...

Je ne veux, évidemment, dégoûter personne car c'est une très belle épreuve mais il faut être conscient  qu'elle est destinée aux coureurs ultras, et, la version "randonneur", aux randonneurs de première force...

Pour les randonneurs un peu moins rapides, il y a maintenant et de plus en plus de quoi s'éclater: depuis quelques années, se développent en France des brevets longues distances montagnards: Super randonnée de Haute Provence, Dauphiné Gratiné (les deux créés par Sophie), 1200 Tours-Cévennes et bien d'autres qui sont en gestation (un dans les Pyrénées, un sur la frontière Franco-Germano-Suisse). Les parcours sont au moins aussi difficiles que celui du REV mais les délais sont un peu plus larges car répondant au règlement de l'Audax Club Parisien.

Donc, une fois de plus, je ne veux dégouter personne mais il faut savoir dans quoi on met les roues...

Marie-Noëlle.

 

Bonjour à tous,

Comme Marie-Noëlle, je fais partie de ces randonneurs pour qui le temps imposé pour parcourir les 600 km rend difficile voire impossible pour réaliser l'exploit, au vu de mes moyennes actuelles sur des parcours plus courts (comme ceux proposés par la FFCT - BCMF entre autres).

Par contre participer au petit parcours me tente, car contrairement aux brevets longue distance évoqués par Marie-Noëlle, l'avantage est de profiter d'une organisation en place, efficace et conviviale aux dires des anciens participants. C'est un vrai plus que de bénéficier des ravitaillements, et certainement stimulant de ne pas se sentir complètement seul...

Alors faire les 420 km dans la trentaine d'heures imparties sera-t-il dans mes cordes en juillet prochain? ma disponibilité et mon engagement personnel pour me préparer à partir de février prochain définiront de mes possibilité à m'engager.

Jean-Marc

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 14:55

C'est vrai que je ne me rends pas compte pour l'histoire des délais et tu as probablement raison que cela puisse être un frein à la participation, je rajouterais qu'avec une préparation spécifique un bon REV s'adresse aux cyclistes de base capable de faire 100 bornes vallonnées sans éprouver de difficultés, certes mais aussi des pratiquants qui tournent essentiellement à plus de 10000 km par an, s'ils participent régulièrement à des courses ou cyclosportives longues distances en rentrant facilement dans les délais c'est naturellement encore mieux. C'est accessible pour la majorité des cyclistes assidus, mais cela ne va pas sans dire évidemment que le REV demande une implication physique et morale forte plusieurs mois en amont, faisant cette épreuve comme l'objectif phare d'une saison. Il ne s'agit pas d'en faire une montagne, mais ne jamais sous-estimer le fait de devoir pédaler plus de 25 heures. Cependant le REV reste une épreuve dite extrême, reste à voir ce que l'organisateur veut en faire, s'il doit élargir les délais pour les grands randonneurs ou pas, la seule chose de sure on n'y va pas sans s'y être entraîné même si il y en a qui vont encore dire que chacun est libre de faire comme il veut... smiley rolleyes 

Pour Sophie, tu es sur au sujet du PBP en 50 heures ?? Cela me parait "rapide". 

Je ne me souviens plus exactement mais moins de 60h00 en tout cas...avec mes 67h42, je peux aller me rhabiller!! smiley laughing

En 2011, elle a fait environ 85h00, mais sur un vélo hollandais avec sacoches et panier avec des fleurs dedans, habillée d'une robe non moins à fleurs...elle a eu un sacré succès!!! Il n'empêche qu'elle a du doubler pas mal de gars en vélo carbone...smiley mr-green

Disons que la connaissant, ça me permet "d'étalonner" une épreuve ou un brevet...

 

Marie-Noëlle.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 14:57

C'est vrai que je ne me rends pas compte pour l'histoire des délais et tu as probablement raison que cela puisse être un frein à la participation, je rajouterais qu'avec une préparation spécifique un bon REV s'adresse aux cyclistes de base capable de faire 100 bornes vallonnées sans éprouver de difficultés, certes mais aussi des pratiquants qui tournent essentiellement à plus de 10000 km par an, s'ils participent régulièrement à des courses ou cyclosportives longues distances en rentrant facilement dans les délais c'est naturellement encore mieux. C'est accessible pour la majorité des cyclistes assidus, mais cela ne va pas sans dire évidemment que le REV demande une implication physique et morale forte plusieurs mois en amont, faisant cette épreuve comme l'objectif phare d'une saison. Il ne s'agit pas d'en faire une montagne, mais ne jamais sous-estimer le fait de devoir pédaler plus de 25 heures. Cependant le REV reste une épreuve dite extrême, reste à voir ce que l'organisateur veut en faire, s'il doit élargir les délais pour les grands randonneurs ou pas, la seule chose de sure on n'y va pas sans s'y être entraîné même si il y en a qui vont encore dire que chacun est libre de faire comme il veut... smiley rolleyes 

Pour Sophie, tu es sur au sujet du PBP en 50 heures ?? Cela me parait "rapide". 

Joachim,

Tu as raison, le REV est accessible à de très nombreux cyclos. Ca reste une épreuve hors normes obéissant aux règles de l'ultra. A ma connaissance, et à la tienne puisque tu y as brillamment participé, sur la ligne de départ il n'y a pas que des coursiers mais aussi des cyclos qui veulent aller "plus loin" en se surpassant.

Le REV pourrait avoir des délais de 50 heures, mais est ce qu'il garderait son caractère ultra? Certainement pas. Mon but n'est pas, bien sûr, d'en faire une épreuve de masse, mais faire découvrir, ne serait ce que par le 420 kms ce qu'est l'ultra. Et 420 kms en plus de 30 h reste très abordable avant d'attaquer le 600.

Tu y as participé, tu en parles en connaissance de cause, c'est très bien et je tiens compte de tous les avis. Sophie a participé plusieurs fois au REV, on espère l'y revoir. Surtout si elle a fait PBP en 50 h, chapeau!!

Amicalement

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 15:10

Bonjour à tous,

Comme Marie-Noëlle, je fais partie de ces randonneurs pour qui le temps imposé pour parcourir les 600 km rend difficile voire impossible pour réaliser l'exploit, au vu de mes moyennes actuelles sur des parcours plus courts (comme ceux proposés par la FFCT - BCMF entre autres).

Par contre participer au petit parcours me tente, car contrairement aux brevets longue distance évoqués par Marie-Noëlle, l'avantage est de profiter d'une organisation en place, efficace et conviviale aux dires des anciens participants. C'est un vrai plus que de bénéficier des ravitaillements, et certainement stimulant de ne pas se sentir complètement seul...

Alors faire les 420 km dans la trentaine d'heures imparties sera-t-il dans mes cordes en juillet prochain? ma disponibilité et mon engagement personnel pour me préparer à partir de février prochain définiront de mes possibilité à m'engager.

Jean-Marc

 

Salut Jean-Marc,

Cela fait plaisir de voir des randonneurs "normaux" ici...smiley laughing

Pour le "petit" parcours, je ne sais pas...si les délais sont proportionnellement diminués par rapport au grand parcours avec un dénivelé proportionnellement équivalent, alors le problème est exactement le même (je n'arrive pas à trouver les délais pour le 400 sur le site)...

Sur certains brevets, l'organisation est tout de même présente même si normalement tu es sensé le faire en autonomie: apparemment, sur le 1200 de Tours et le Mille du Sud (encore une organisation made in Sophie), les participants ont été chouchoutés...

Ah ça y est, j'ai trouvé: si je comprends bien, le 400 est en max 32h00...ça doit être jouable même si je n'arrive pas à ouvrir le fichier du parcours pour voir le dénivelé...

Marie-Noëlle.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 15:16

Joachim,

Tu as raison, le REV est accessible à de très nombreux cyclos. Ca reste une épreuve hors normes obéissant aux règles de l'ultra. A ma connaissance, et à la tienne puisque tu y as brillamment participé, sur la ligne de départ il n'y a pas que des coursiers mais aussi des cyclos qui veulent aller "plus loin" en se surpassant.

Le REV pourrait avoir des délais de 50 heures, mais est ce qu'il garderait son caractère ultra? Certainement pas. Mon but n'est pas, bien sûr, d'en faire une épreuve de masse, mais faire découvrir, ne serait ce que par le 420 kms ce qu'est l'ultra. Et 420 kms en plus de 30 h reste très abordable avant d'attaquer le 600.

Tu y as participé, tu en parles en connaissance de cause, c'est très bien et je tiens compte de tous les avis. Sophie a participé plusieurs fois au REV, on espère l'y revoir. Surtout si elle a fait PBP en 50 h, chapeau!!

Amicalement

Bonjour Jean-Claude,

Loin de moi l'idée de dénigrer une épreuve à laquelle je n'ai, d'ailleurs, jamais participé...

Que tu veuilles lui conserver son côté "élitiste" en ne passant pas au "classique" délai de 50h00, c'est un choix tout à fait honorable...mon intervention n'avait comme unique but que de "prévenir" certains cyclos qui pourraient s'imaginer que le REV est équivalent à un brevet montagnard longue distance...

Sachant cela, je suis d'autant plus admirative de ceux qui osent s'y frotter...et lis toujours avec intérêt leurs récits...

Marie-Noëlle.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 15:51

Salut Jean-Marc,

Cela fait plaisir de voir des randonneurs "normaux" ici...smiley laughing

Pour le "petit" parcours, je ne sais pas...si les délais sont proportionnellement diminués par rapport au grand parcours avec un dénivelé proportionnellement équivalent, alors le problème est exactement le même (je n'arrive pas à trouver les délais pour le 400 sur le site)...

Sur certains brevets, l'organisation est tout de même présente même si normalement tu es sensé le faire en autonomie: apparemment, sur le 1200 de Tours et le Mille du Sud (encore une organisation made in Sophie), les participants ont été chouchoutés...

Ah ça y est, j'ai trouvé: si je comprends bien, le 400 est en max 32h00...ça doit être jouable même si je n'arrive pas à ouvrir le fichier du parcours pour voir le dénivelé...

Marie-Noëlle.

Bonjour,

Je comprends tout à fait.

Pour répondre j'ai créé le 420 en vue d'initier les cyclos hésitants à découvrir et la longue distance, et le roulage de nuit et l'ambiance d'un raid. Les 420 partent après tout le monde, entre 11h et midi et le délai reste fixé comme pour le 600 au lendemain 19h. C'est à dire que pour le 420 le délai est 31 h ce qui est, conviens en tout à fait raisonnable mais est surtout un "REV" d'initiation. Certains s'y sont assayé avec succès, découvrant par leur horaire d'arrivée que le 600 était à leur portée.....et peut être le tenteront ils cette année.

Alors....il ne te reste plus qu'à te préparer.....mentalement car je ne doute pas que le physique suivra.

Bonne fin de journée

JC

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 17:57

Salut Jean-Marc,

Cela fait plaisir de voir des randonneurs "normaux" ici...smiley laughing

Pour le "petit" parcours, je ne sais pas...si les délais sont proportionnellement diminués par rapport au grand parcours avec un dénivelé proportionnellement équivalent, alors le problème est exactement le même (je n'arrive pas à trouver les délais pour le 400 sur le site)...

Sur certains brevets, l'organisation est tout de même présente même si normalement tu es sensé le faire en autonomie: apparemment, sur le 1200 de Tours et le Mille du Sud (encore une organisation made in Sophie), les participants ont été chouchoutés...

Ah ça y est, j'ai trouvé: si je comprends bien, le 400 est en max 32h00...ça doit être jouable même si je n'arrive pas à ouvrir le fichier du parcours pour voir le dénivelé...

Marie-Noëlle.

Marie-Noëlle,

Le petit parcours fait 8000 m de D+. Il correspond donc à 2 BCMF, avec la particularité d'une nuit complète sans arrêt repos.

Je te rejoins pour confirmer que ce n'est pas accessible à tous les randonneurs, cela reste un gros morceau mais tenable dans le délai imparti.

Je comprends Jean-Claude Arrens qui souhaite conserver à son épreuve la spécificité de la notion d'ULTRA, qui pousse les participants à réaliser un parcours hors du commun, le REV...

Merci Jean-Claude de nous faire rêver. Et peut-être de me permettre de le réaliser...

JM

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 18:52

Marie-Noëlle,

Le petit parcours fait 8000 m de D+. Il correspond donc à 2 BCMF, avec la particularité d'une nuit complète sans arrêt repos.

Je te rejoins pour confirmer que ce n'est pas accessible à tous les randonneurs, cela reste un gros morceau mais tenable dans le délai imparti.

Je comprends Jean-Claude Arrens qui souhaite conserver à son épreuve la spécificité de la notion d'ULTRA, qui pousse les participants à réaliser un parcours hors du commun, le REV...

Merci Jean-Claude de nous faire rêver. Et peut-être de me permettre de le réaliser...

JM

Jean Marc,

Et bien sois le bienvenu....j'espèresmiley lol

Il ne faut pas je crois, dire que c'est 2 ou 3 BCMF, c'est très différent. Ce n'est pas 2 ou 3 fois plus difficile, c'est différent. Il est dans la t^te le REV. Crois en un "vieux" cyclotouriste BCMF....il y a longtemps, puis modeste cyclosportif, ça n'a rien à voir mais c'est tout aussi réalisable. La 1ère difficulté est de se dire "je peux" et puis il faut y aller!

Et si tu ne terminais pas, ta vie serait elle profondément bouleversée? Mais par contre si ça "marche" le REV est réalisé!!

Encore plus de 8 mois avant le départ....tout le temps d'y penser! Et quand la décision est prise, "ça devient moins difficile" car l'objectif est à atteindre et tout sera fait pour.

Crois tu qu'avant de prendre le départ des quelques longues distances que j'ai faites, je fanfaronnais? Mais par contre la motivation était là, et puis après comme dit J Garreau, il suffit de mettre un pied devant l'autre, le corps suit le cerveau...même si c'est difficile.

Je le dis, le redis et le reredis, ce qui me désole c'est qu'il y plein de REVeurs qui s'ignorent!!

Bonne soirée

JC

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 19:27

Pourquoi ne pas respecter les règles de l'Ultra pour ceux qui sont demandeurs, mais laisser champ plus libre pour ceux qui ne rebutent pas sur 600 bornes mais avec un délais plus large, un peu comme sur Bordeaux-Paris ou un quota part pour moins de 27 heures, un autre pour moins de 35 et un troisième pour moins de 56, être dans l'esprit Ultra d'un bout à l'autre de la ligne à quoi cela sert-il vraiment et est-ce indispensable ? Parce qu'on ne peut pas dire que ces dites règles passionnent grand monde à l'usage. 

Maintenant il est vrai que si on ne s'estime pas rentrer dans les délais du 600 actuels il est peut-être plus raisonnable de s'engager sur le 420, c'est déjà une belle sortie, et quand tu es incertain cela permet de s'évaluer "en douceur" Vu que là, les délais sont très larges. Enfin je pense qu'il ne faut pas se fermer pour qu'une épreuve grandisse elle doit changer et ne pas rester sur le sectarisme de règles peut-être démodées. Je pense que les gens s'en moquent que cela s'appelle ultra ou truc, ce qu'ils veulent c'est faire 600 bornes avec 23 cols, avec un chronomètre, mais pas avec un limitateur strict. 

Joachim,

Tu as bien sûr une part de raison. 50 heures voire plus, mais ça existe déjà! Et puis, tu connais le REV, une nuit dans la montagne pour les bénévoles ne crois tu pas que c'est déjà bien? 420 kms en 31h ou 32 selon l'heure de départ, je pense que 13 à 13,5 kmh de moyenne, c'est réalisable.

Il y a des règles ( "archaïques?) mais il en faut. Le REV accueille les duos, les équipes, les randonneurs et les ultras purs et durs."Il y a le choix, ne crois tu pas?

Je pense, d'une part que je ne cherche nullement à battre des records de participation, d'autre part qu'il est nécessaire de fixer des limites. Après c'est à chacun de voir, tu dis toi même que dès l'instant où on peut faire 100 kms on peut faire le REV ( ou à peu près ça) alors gardons au REV le côté "rêve" et nous accueillerons avec grand plaisir les cyclos de tous "bords".

Amitiés

JC

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 21:46

pourquoi il n'y a pas plus de partants ?

c'est simple, il faut affréter des bus  et puis autoriser la montée des cols a pieds smiley lol  

 ha j'oubliais!  pouvoir le faire sans casque parce que un tour de pendule  avec la gamelle ça tue  le RÊVE smiley mr-green

 

smiley mr-greensmiley sealedsmiley mr-greensmiley sealed

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 23/11/2012 22:11

pourquoi il n'y a pas plus de partants ?

c'est simple, il faut affréter des bus  et puis autoriser la montée des cols a pieds smiley lol  

 ha j'oubliais!  pouvoir le faire sans casque parce que un tour de pendule  avec la gamelle ça tue  le RÊVE smiley mr-green

 

grande forme +1

bon velo

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 17:06

Voila un sujet bien interessant car je réfléchie à une participation en 2013.

Si j'ai bien comprit départ 9h pour les Ultra avec assistance, délais max 19h dimanche ça donne environ 34h max autorisé? Cela semble "jouable" en chiffre mais ça laisse malgré tous peux de place à trop d'imprévu.

Je redoute un peux la nuit, d'une part car je n'ai que rarement sortie mon vélo dans ces horaires. Et d'autre part car je suis plutôt bon dormeur...

A titre indicatif je fait 10/13 000km/ans, plustôt grimpeur (1m67/57kg). 10/15 courses ufolep 3em caté (jamais réussi à gagner!!!), et 3/5 cyclosportive (3 ballons en 7h54 cette année par exemple). Ma plus grosse sortie s'était un 245km.

 

 

 

 

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 17:20

Bonjour,

Le REV 2013 est consultable sur le site.....du REV. Modification d'une partie du parcours, mais qui n'entraine pas d'augmentation des kms, pas d'augmentation du dénivelé, et....pas d'augmentation du montant de l'inscription pour 2013.smiley lol

Bienvenue aux futurs REVeurs, les premières inscriptions sont arrivées!

JCA

Bonjour Jean Claude, excusez moi d'être hors sujet.

J'ai lu dans "le cycle", que les 3 ballons ne passeraient pas au col de Servance cette année pour cause de pollution créée par les coureurs incivils; Etes vous au courant?

Merci.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 17:22

"Et en mon sens, se préparer au REV est au moins aussi intéressant que l'épreuve en elle-même qui n'est en sorte qu'une conclusion, une finalité, et si c'est bien fait au fond, qu'une formalité, comme une sorte de validation des acquis"

 

C'est pour ca que je disais plus tot que dans mon cas le REV n'a pas duré que 31h... Contrairement à ce que j'ai pu vivre avant en canoe et en vélo, le REV a duré 9 mois environ, et continue... Alors peut etre que ce que j'ai vécu avant était devenu lassant de banalité... J'ai le souvenir de la veille du départ... préparation des sacs à poser aux ravitaillements... gros moment de doute et de fébrilité... J'avais pas connu ca depuis des années... La peur de mettre en péril 9 mois de préparation à cause d'un oubli...

Pour ce qui est des délais, il faut bien prendre conscience qu'on est sur une épreuve avec des postes de ravito. Je crois que sur les brevets, on part en autonomie complète sans voir personne pendant la durée du brevet. C'est différent ici. J'ai beaucoup d'admiration pour celles et ceux qui nous ont attendu avec le sourire, accueilli avec une soupe, des pates ou autre. Et comme Joachim, la difficulté de repartir en laissant ces personnes seules pour encore 4/6 heures dans la nuit... Sentiment d'ingratitude... difficile de leur en demander plus je pense

Pour ce qui est du prix, c'est sur que c'est un budget...mais c'est aussi à prendre en compte. J'ai revu mon budget cyclos et déplacements à la baisse, pour etre plus raisonnable, j'ai vendu une paire de roues, adapté mon matériel (plateaux, éclairage) etc... j'ai fait des heures sup en juillet pour pouvoir partir avant et ne pas perdre de salaire, etc... J'ai fait très peu de cyclos cette année et j'ai préféré aligner les bornes sur des sorties longues. A part la Bernard Hinault qui approche des 200kms, le reste c'est jamais plus de 170.

Sur les prestations, je suis 100% autonome car je me déplace avec mon ptit camion, j'ai pioncé le jeudi soir en haut du grand ballon avant de rejoindre Luxeuil le lendemain. Pas pris l'autoroute, j'ai covoituré ce qui m'a payé une partie du déplacement.
Si je prends en compte le week end du REV seul, c'est 240 euros plus mes repas du trajet et vendredi midi (pas au resto!!!), et la moitié d'un plein de gasoil car le reste est "financé" par le covoiturage. Donc au final, une addition pas si salée!!

J'aurais pu gratter 50 ou 60 euros en dormant dans mon camion vendredi et dimanche et en y prenant mes repas, mais je serais passé à coté de certains moments de cette aventure sportive et humaine... donc aucun regret!!!

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 17:26

Voila un sujet bien interessant car je réfléchie à une participation en 2013.

Si j'ai bien comprit départ 9h pour les Ultra avec assistance, délais max 19h dimanche ça donne environ 34h max autorisé? Cela semble "jouable" en chiffre mais ça laisse malgré tous peux de place à trop d'imprévu.

Je redoute un peux la nuit, d'une part car je n'ai que rarement sortie mon vélo dans ces horaires. Et d'autre part car je suis plutôt bon dormeur...

A titre indicatif je fait 10/13 000km/ans, plustôt grimpeur (1m67/57kg). 10/15 courses ufolep 3em caté (jamais réussi à gagner!!!), et 3/5 cyclosportive (3 ballons en 7h54 cette année par exemple). Ma plus grosse sortie s'était un 245km.

 

 

 

 

 

Bonjour,

VENI, VEDI, VICCI. Tu as très très certainement les capacités. Pour la nuit, si tu roules vraiment très très vite, tu peux l'éviter!!smiley lol. Ne pas faire une fixation sur les délais, il en faut, ils sont raisonnables ....et ça fait avancer!!

A bientôt

JCA

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 17:28

Bonjour Jean Claude, excusez moi d'être hors sujet.

J'ai lu dans "le cycle", que les 3 ballons ne passeraient pas au col de Servance cette année pour cause de pollution créée par les coureurs incivils; Etes vous au courant?

Merci.

Bonsoir,

Je ne sais pas où le Cycle a pris cette info mais elle ne vient pas de moi. Je vous reparlerai des 3 Ballons prochainement, mais "la pollution......" n'est pas à l'ordre du jour!

A bientôt

JCA

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 18:35

La nuit c'est souvent une grosse interrogation quand on découvre, la "nuit blanche en particulier". Pour ma part j'avais déjà une expérience, même si ce n'est pas le même terrain tu connais le style, comme cela se passe, et dans les Vosges pour moi la plus grosse difficulté à gérer, c'est la différence thermique entre le jour et la nuit plutôt qu'un problème de sommeil. Sur 3 expériences oscillantes entre 21 et 27 heures de périple non-stop, pour moi le plus dur au niveau fatigue ce n'est pas la nuit, il y a toujours un coup de barre dans l'après midi au plus fort des température quand l'excitation retombe, et le lendemain matin peu après le lever du jour quand les températures remontent. Je ne suis pas un gros dormeur mais j'ai de gros besoin de sommeil ce qui n'est malheureusement pas pareil et qui souffre de peu pas ou mal dormir. Peut-être que ma nature insomniaque aide un peu smiley rolleyes Mais rouler la nuit éveille une attention de tout l'organisme, la rétine se dilate pour capter un maximum de lumière, le cerveau est très actif, tous les voyants dans ton organisme sont allumés, entre l'excitation de la situation, la vigilance pour voir et pour la sécurité, tu es aussi plus attentionné sur les directions à prendre. Chacun est capable de passer une nuit blanche, et comme tu pédales en plus d'être dans un état de vigilance maximale tu ne ressens pas la fatigue, et ce qui est marrant c'est que cela passe très très vite. Déjà c'est vrai horaire d'été, mais quand même à chaque fois que j'essaye de me rappeler de la nuit, je n'ai à chaque fois qu'un souvenir flou comme un rêve en se demandant si on l'a vraiment vécu et sur une nuit entière à pédaler j'ai l'impression que cela n'a duré qu'une heure. Je crois que tu es un peu hypnotisé, tu es aussi très occupé en plus de tout ce que j'ai dis tu luttes également un peu contre le froid même bien couvert, j'ai du ressortir les gants d'hiver pour l'occasion ! Alors que durant la journée il faisait entre 25 et 30°c. Sinon pour ton niveau athlétique habituel tu n'as aucun soucis à te faire, ce ne sera qu'un problème de préparation en amont et le jour J un problème d'organisation. Pour la nuit il vaut mieux prévoir dans le coffre ou aux points de contrôles de vraies tenues hivernales, et absorber beaucoup de calories. Mais des calories digestes bien sur smiley laughing Pour un apport en petite quantité mais quasiment constant. "non stop" lol

Bonsoir,

Bien résumé Joachim.

Je rassure juste Nicolas, il n'y a cependant ni neige ni verglas à craindre.smiley lol Mais il est vrai que la nuit, entre 1000 et 1300 m, avec des montées ....mais aussi des descentes, il y a des passages qui sont plus "frais". Mais n'importe où, en règle générale il y a un gros écart de température entre le jour et la nuit et la plaine et la montagne! Quand les 2 se conjuguent alors il y a c'est vrai, des écarts. Je me rappelle avoir descendu Le Ventoux à la tombée de la nuit et la Montagne de Lure de nuit.....et avoir claqué des dents malgré des vêtements "de nuit" confortables.

Heureusement, Nicolas il y a des ravitos tous les 60 kms environ ( voir road book) avec feu de camp, alimentations diverses et variées soupes chaudes....et le sourire des bénévoles !!

Cette année il y eut des orages, du brouillard, mais ce sont les aléas de la course. Un cycliste se blinde au fil du temps. Tu as, sans assistance, la possibilité de faire déposer tous les sacs que tu veux, avec ce que tu veux dedans aux ravitos......Olivier en parle très bien.....l'angoisse d'oublier quelque chose etc etc.

Ce n'est pas le VENDEE GLOBE où tu ne vois personne, c'est juste une épreuve , hors norme il est vrai, mais accessible!

A bientôt?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 19:13

Je vais investir dans une lampe avant correct (une bonne idée de pour noël...)

Côté entrainement je pence biensur allonger les sorties quand les conditions météo redeviendront correct (Février? inutile de faire des 200km en cette fin d'année), et en faire certainement +/- de nuit pour m'habituer. Au calendrier je vais faire un brevet permanent FFCT "Les 2000 savoyards" (490km/12 000m de D+ en 3 étapes) avec quelques copains fin Juin, cela permetra de s'approcher du parcourt du REV avec la fatigue en moins.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 22:13

30 heures sur un vélo , ce n'est pas sérieux pour la vigilance, pourquoi les routiers on des contraintes de conduites ? il y a bien une raison  

Bonsoir Yves,

J'ose espérer que tu parles de ce que tu connais, sinon ça n'aurait pas d'intérêt. As tu une ou plusieurs expériences de Raids Extrêmes? En tous cas sauf erreur tu n'es pas venu sur le REV!

Un vélo ce n'est pas un camion smiley smile. Joachim a clairement expliqué que le fait d'être sur le vélo, de pédaler, de fournir de gros efforts suffisaient à amener l'énergie et la réactivité nécessaires pour passer la nuit sans problème; Personnellement je suis resté près de 60 h à pédaler, sans dormir! Si j'avais été meilleur j'aurais pédalé ....moins longtemps!...et dormi plus tôt ! Et je m'en suis remis!!

Rien à voir donc , avec "un camionneur", la comparaison est saugrenue, pour le moins!!smiley mr-green

Quant à prendre une assurance décès pour "faire du vélo de nuit".... parce que des cyclos si je comprends bien ont fauché des sapins!! Sacrés cyclos, ils vont très vite et c'est bien sûr dommage qu'ils aient eu un aussi grave accident!!smiley lol

Les REVeurs apprécieront!!

Bonsoir Yves, et bienvenue sur le REV 2013, pour que tu côtoies ces mecs un peu fous et qui ne craignent pas les difficultés, ni la nuit....ni rien!! Des purs et durs à qui il faut tirer le chapeau!!

Bonne soirée

JCA

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 24/11/2012 22:25

Non bien sur mais le risque de nuit est quand meme plus important , 

 

A mon avis le risque n'est pas plus grand. Proportionnellement tu as moins de trafic routier, donc moins de risque. J'ai pas souvenir avoir croisé beaucoup de véhicules pendant ma nuit de REV... Et le mec qui te voit pas si t'es éclairé comme un sapin de noel, je pense que de jour il ne t'aurait pas évité non plus...

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 25/11/2012 13:58

ah tu dormais aussi smiley lol   

yves martin   ce n est pas un mec  super cador  en velo ?

il me semblait pourtant au vu de ses posts , mais aurait il peur de se frotter a quelquechose qu il ne connait pas ?

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 26/11/2012 09:25

 "super cador  en velo "

puff , cador de rien du tout ,

peur de me frotter a quelque  chose que je ne connais pas !?  Non peur de rien du tout seulement mettre un pied l'un devant l'autre comme il me semble l'avoir lu  pendant 30 h ne m'intéresse pas comme 66 000 000 de personnes Française sur 66 000 020 

 


Yves Martin à dit:

"les brevets de nuit c'est une bonne idée ! mais prends une assurance décès. les brevets l'an dernier pour la préparation de je ne sais quoi, ça a cartonné . Même les sapins de noël ont été fauchés mais faut pas le dire ça refroidirait certaines pratiques de vélo . "

 

Je crois qu'Yves faisait élégamment référence aux deux randonneurs tués lors de deux brevets de 600 en 2011 au cours de la préparation de Paris Brest Paris...J'ai eu la chance de rouler sur un brevet de 200 cette même année avec un des randonneurs victimes...eh bien cela fait quelque chose et on se sent concerné...

Ces deux randonneurs ont été victimes de chauffards: bourrés comme des cantines avec délit de fuite à la clef...sans parler d'un d'entre eux qui aurait dissimulé sa victime et son vélo...bref, des tarés de la route, il y en a le jour et la nuit, même si je suis bien consciente que la nuit favorise ce genre de comportement. Et que je ne peux m'empêcher d'y penser, surtout dans la campagne, aux abords de boites de nuit...mais globalement, ma expérience du roulage de nuit est plus que positif...en fait, j'aime beaucoup: impression de vitesse, contact avec la nature, tranquillité, introspection...quant à la sécurité, les automobilistes sont en général plus prudents que le jour car ils sont étonnés de voir des cyclos au milieu de la nuit...bien entendu, il faut s'équiper en conséquence...

Donc, je ne peux qu'encourager les cyclos à essayer de rouler la nuit...les BRM me semblent l'occasion pour se rassurer et ne pas le faire seul...

Marie-Noëlle.

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 26/11/2012 11:26

Bon, je prends la discussion en cours. 

Beaucoup de choses ont déjà été dites, selon mon expérience (2010 et 2012), je me permets d'insister sur 3 aspects .  1) le côté convivial : organisateur et bénévoles, participants, assistance des participants.  Nous ne sommes pas des adversaires mais des concurrents dans le sens original "qui courent ensemble vers un même but " : terminer, chacun selon ses moyens.

2) rouler la nuit sur le REV n'est absolument pas dangereux (contrairement à d'autres organisations longue distance): très, très peu de véhicules, on les entend arriver et on voit les phares de loin.  Les descentes de col sont super, on a toute la largeur de la route puisqu'il n'y a pas de trafic.  Ma seule frayeur en descente a été le dimanche après-midi, le dernier tournant de la dernière descente du Ballon d'Alsace : une voiture a abordé le virage sans réaliser que c’est une épingle à cheveux et a terminé .... sur la bande de gauche!!!

Bien sûr il faut être bien équipé pour rouler la nuit (habits fluos, plusieurs lampes, vêtements d'hiver, ...) mais avec les lampes récentes LED, c'est facile et efficace.

3) Il faut tenter l'expérience, ce n'est pas en étant assis devant son PC qu'on peut décider que c'est faisable ou pas. Pour la distance, il "suffit" de se tester au préalable, par exemple sur un BRM 400, en roulant une nuit complète.  Un 600 est plus facilement abordable que ce que les gens pensent habituellement.  Pour la difficulté par contre, je serais plus prudent : 12000m de D+, ce n'est pas rien.  Si les 400 premiers km me paraissent "faciles", ensuite la succession Petit Ballon - Platzerwasel fait mal.  Je vis dans les Ardennes Belges, je fais régulièrement des épreuves "vallonnées" comme Liège-Bastogne-Liège, la Criquielion, la flèche de Wallonie, qui présentent des forts pourcentages mais sur de courtes distances, ce n'est pour moi pas comparable au REV .... Marie Noëlle comparait avec le temps mis pour Paris-Brest-Paris : en autonomie totale en 2011, j'ai mis 25 heures pour les 600 km qui mènent à Brest, 60 heures en tout pour l'aller-retour, alors qu'il m'a fallut 37 heures pour boucler le REV.

Osez l'aventure, prenez le départ, et même si vous n'allez pas jusqu'au bout, vivez votre REV à fond.  Cela m'énerve toujours de voir des gens craintifs refuser de participer à quoi que ce soit qui sort un peu du train- train rassurant de la rando dominicale autour du clocher du village s'ils ne sont pas sûrs à 100% de terminer frais comme une rose.  Où est le défi alors?

Soyez conscient de la chance que vous avez d'avoir une organisation comme cela en France, il en faudrait plus, et dans d'autres pays, car tout le monde n'a pas les moyens de participer à des épreuves ultra avec véhicule et 3 accompagnateurs.

 

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 26/11/2012 11:39

Je ne vise malheureusement rien, j'ai le souvenir d'avoir lu cela sur le site du Tortour, sans parler du matos de communication entre le casque du cycliste et sa voiture .....  Bridou pourrait nous en dire plus.

Au moins au REV on peut se lancer seul ....

Répondre Prévenir le modérateur

envoyé le 26/11/2012 13:45

Joachim,

Tu as raison, le REV est accessible à de très nombreux cyclos. Ca reste une épreuve hors normes obéissant aux règles de l'ultra. A ma connaissance, et à la tienne puisque tu y as brillamment participé, sur la ligne de départ il n'y a pas que des coursiers mais aussi des cyclos qui veulent aller "plus loin" en se surpassant.

Le REV pourrait avoir des délais de 50 heures, mais est ce qu'il garderait son caractère ultra? Certainement pas. Mon but n'est pas, bien sûr, d'en faire une épreuve de masse, mais faire découvrir, ne serait ce que par le 420 kms ce qu'est l'ultra. Et 420 kms en plus de 30 h reste très abordable avant d'attaquer le 600.

Tu y as participé, tu en parles en connaissance de cause, c'est très bien et je tiens compte de tous les avis. Sophie a participé plusieurs fois au REV, on espère l'y revoir. Surtout si elle a fait PBP en 50 h, chapeau!!

Amicalement

Vous parlez beaucoup des délais, mais c'est combien de km au juste et le délai qu'il faut au maximum  pour le prochain REV ?

Répondre Prévenir le modérateur

Répondre

Modifier mon abonnement aux réponses de ce sujet

Retour au forum Route > Cyclosport Haut de page

BIKE SHOW EVENTS

INSCRIPTION EN LIGNE
samedi 24 juillet 2021
dimanche 01 août 2021
samedi 14 août 2021
dimanche 29 août 2021
vendredi 10 septembre 2021
samedi 11 septembre 2021
vendredi 17 septembre 2021
dimanche 19 septembre 2021

VOIR TOUTES LES EPREUVES